Sélectionner une page

Ravalez votre colère : puis digérez-la

Pour ceux d'entre nous dont le corps physique est « au-dessus de la colline », j'entends par là l'âge d'environ cinquante ans, nous devons faire face au fait que, peu importe à quel point nous prenons soin de nous, nos pouvoirs physiques se détériorent progressivement : étape peu à peu nous approchons de la mort.

Mais quant à notre condition spirituelle, il n'y a pas de telle limite, pas d'âge où les pouvoirs sont à leur maximum, puis reculent. Le pouvoir spirituel peut continuer à croître fortement tout au long de notre vie, mais nous devons rechercher les conditions propices à cette croissance continue et éliminer les qualités qui menacent d'étouffer la précieuse plante.

L'une des mauvaises herbes les plus nuisibles, la plus hostile à notre croissance spirituelle est la colère générée par la vanité de notre ego. Lorsque la colère fait rage, elle engloutit la lumière de la foi, se transformant en feu. La lumière de la Foi est la pure lumière de Dieu, mais lorsqu'elle se transforme en feu, elle n'éclaire plus, elle brûle.

Lorsque vous vous trouvez submergé par la colère, vous devez rapidement courir vers un miroir et contempler votre propre visage. Ce vilain spectacle suffira à calmer votre colère : car qui veut ressembler au diable lui-même ? Lorsqu'une personne est en colère, ses actions sont sataniques - destructrices et autodestructrices. Notre Grand-Cheikh a souligné la nécessité d'abandonner la colère, car lorsque la colère de l'ego domine une personne, elle peut facilement nier même la souveraineté de Dieu et se mettre en rébellion contre l'Omnipotent – et c'est très dangereux. La colère fait également des ravages sur notre corps physique, provoquant des maladies et un vieillissement prématuré, en particulier lorsqu'un niveau élevé de colère est maintenu pendant une longue période.

Très peu de gens peuvent repousser la colère quand elle les agresse. C'est pourquoi si peu de gens avancent spirituellement. La raison pour laquelle la colère est si difficile à vaincre est simplement parce qu'elle fait partie intégrante de notre constitution physique et spirituelle. La colère correspond à l'élément feu de notre composition, qui est un équilibre entre le feu, l'eau, la terre et l'air. Seuls ceux qui sont formés dès leur plus jeune âge par des parents ou des enseignants éclairés auront appris à garder ces éléments en équilibre. Comme pour la plupart des gens, chacun de ces éléments peut prédominer à différentes reprises selon les circonstances extérieures et les propensions intrinsèques, décentrées l'équilibre. Le feu éclate face à la provocation et aux taquineries, à l'agression ou aux tentatives de maîtriser la volonté (de l'enfant). Étant donné que ces occasions sont généralement fréquentes au début de notre vie, nous sommes tous aptes à nous mettre en colère, et ce dès le plus jeune âge.

Notre Grand Cheikh a également suggéré que nous effectuions un Dhikr spécial (prière-méditation) la nuit afin de prendre le dessus dans notre lutte contre la colère. Lorsque vous vous levez dans le dernier tiers de la nuit pour accomplir des prières surrogatoires, après avoir effectué vos ablutions, commencez par tourner votre visage vers la Maison de Dieu et implorez-Le de vous aider dans votre tentative de maîtriser la colère. Répétez ensuite cent fois. "Ya Halim" qui signifie "Oh (Dieu, qui est) indulgent et lent à la colère" Ce nom, al-Halim, est un attribut divin de Dieu qu'il souhaite nous accorder généreusement, si nous cherchons à le recevoir.

La première étape est de demander à Dieu, de cette manière, de nous aider à devenir indulgents ; alors nous devons méditer sur cet Attribut Divin, afin qu'il puisse être absorbé dans notre être. Nous l'invoquons littéralement sur nous-mêmes. Ensuite, nous devons adopter une pratique dans notre vie quotidienne qui fera avancer nos objectifs. Cette pratique consiste simplement à ne pas montrer de colère, même lorsque vous la sentez monter à l'intérieur. Ne crachez pas cette colère sur ceux qui vous entourent et empoisonnez l'atmosphère, comme un dragon cracheur de feu. Retenez-le, mais pas comme un morceau de nourriture non digérée ; non, il faut le digérer. Une certaine quantité de colère fait partie intégrante de chaque personnalité. Sans une partie de ce feu dans notre constitution, nous mourrions ; par conséquent, il nous est possible de digérer une certaine quantité de colère sans subir d'effets secondaires indésirables. Bien sûr, si nous devions rester inchangés pendant une longue période de temps et avaler la même quantité de colère, nous ferions une overdose ; mais ce n'est pas le cas, car avec le temps, notre consommation de colère diminue à mesure que nous apprenons, et nous avons la capacité de ne pas réagir avec colère à la provocation en premier lieu. Ainsi, tout comme un bébé boit d'abord de grandes quantités de lait, puis passe aux aliments solides, diminuant drastiquement sa consommation de lait, nous pouvons avaler et digérer la colère, tout en sachant que d'autres formes d'alimentation vont bientôt arriver.

Si vous parvenez à vous abstenir de manifester de la colère pendant quarante jours, vous aurez franchi une étape importante. Quand il vous assaille, vous devez l'éviter, et quand il va sortir de vous, vous devez l'avaler. Si vous réussissez à l'éviter pendant quarante jours, la colère commencera à vous assaillir moins fréquemment : une fois tous les quarante jours. Si vous parvenez à vous maintenir ainsi les quarante premiers jours, et par la suite, face à quarante autres assauts (quarante périodes de quarante jours, un peu plus de quatre ans), Satan annoncera à ses aides : « Don't t prendre la peine d'attaquer cette personne ; vous ne faites que perdre votre temps et votre énergie. Ses défenses sont impénétrables : mille attaques sont tout aussi futiles qu'une. Laissez-le tranquille, il s'est échappé de nos mains ». Les aides de Satan sont l'ego égoïste, les désirs vains et la mondanité : ce sont nos quatre grands ennemis, et quiconque apprend à contrôler sa colère sera victorieux contre ces influences basses.

Chaque fois que vous ressentez de la colère, vous devez être conscient que vous êtes testé. De tels tests vous sont envoyés depuis le monde spirituel afin de vérifier votre fiabilité. Les événements détestés sont envoyés de ce royaume afin que vous puissiez avoir la chance de vous abstenir et ainsi d'avancer vers votre objectif. S'il n'y avait pas quelque avantage à trouver dans la colère, elle n'existerait pas. L'avantage se trouve à être patient face à cela. Sans passer ce test, il ne peut y avoir aucune amélioration.

La patience est la clé des stations divines, et cette clé est forgée en faisant face à des événements odieux avec patience et en contrôlant notre colère. Ainsi, la colère est une épée à double tranchant : si vous pouvez saisir sa poignée fermement, vous pouvez déchirer les voiles qui aveuglent les yeux de votre cœur, mais si elle est entre les mains de vos ennemis, votre foi sera coupée.

fr_FRFR