Sélectionner une page

Utilisation des images

L'imam at-Tahawi al-Hanafi a déclaré : « Le Législateur a d'abord interdit complètement les images, même les rayures sur les vêtements, parce que les gens ne s'étaient que récemment détournés de l'adoration des images, donc c'était interdit dans tous les domaines. Lorsque son interdiction de telles images est devenue solidement enracinée, il a autorisé les vêtements rayés en raison de la nécessité d'utiliser des vêtements, et il a autorisé tout ce qui est pratiqué comme une question de commerce, car les ignorants sont à l'abri d'exalter une telle pratique. Quant à ce qui ne se pratique pas comme affaire de commerce, cela reste interdit.

Le spécialiste du comparatif fiqh ("jurisprudence") `Abdur Rahman al-Jaziri a écrit dans ses trois volumes Fiqh `ala-l-Madhahib al-arba`a: "L'interdiction de faire des images découle, aux yeux de la Loi, de l'utilisation d'images vers la corruption de la croyance, comme par exemple l'utilisation de statues pour le culte d'autre qu'Allah... Quant à leur utilisation dans le cadre de une matière saine, comme enseigner et apprendre quelque chose, alors les images sont permises et il n'y a pas de péché en elles.

Les lecteurs sont invités à rechercher d'autres discussions sur les points de vue des écoles Fours dans le livre susmentionné.

Quant aux images qui n'ont pas d'ombre, comme les gravures sur le mur ou sur le métal ; et les images que l'on trouve sur les vêtements et les rideaux et les tirages photographiques [dans les livres, les calendriers, les passeports et, de nos jours, les bandes vidéo à des fins didactiques, etc.] : tout cela est autorisé (fa hadhihi kulluha ja'izah).

Muslim rapporte sur l'autorité de `A'isha ر: 'Nous avions un rideau sur lequel était l'image d'un oiseau, et que chaque personne ferait face en entrant. Le Prophète ﷺ a dit un jour, 'Mettez ceci ailleurs, pour chaque fois que j'entre, je me souviens de dounya (le monde)."

Le savant de la pensée « salafiste », qui suit la plus stricte moucharabieh ("Boire-bien") d'Ibn Taymiyyah, Sayyid Sabiq, après avoir mentionné le hadith de Muslim cité ci-dessus, a déclaré : "Ce hadith indique que les images ne sont pas illégales (haram), car si elles étaient illégales en dernière analyse, il serait ont ordonné qu'il soit détruit, et ne se contenta pas de le faire placer ailleurs. Il a ensuite mentionné que la raison pour laquelle il l'avait placé ailleurs était que cela lui rappelait dounya, la vie mondaine. C'est aussi le point de vue d'at-Tahawi.

fr_FRFR