Sélectionner une page

La réconciliation à al-Hudaybiyah

Comment les épées ont été remises au fourreau
& Les esprits ont été conquis à la place

Al-Hudaybiyah était le nom d'un puits qui se trouvait à un mile de distance de La Mecque, et la colonie près du puits portait le même nom. Un traité des plus importants entre les musulmans et les Quraysh a été signé ici, connu sous le nom de réconciliation de Hudaybiyah. Extérieurement, cela aurait pu ressembler à une défaite et à une reddition pour les musulmans, mais en réalité, cette réconciliation était un triomphe clair, qui a conquis les cœurs et les esprits, un succès remarquable et une victoire de grande envergure pour les musulmans.

Les musulmans étaient des émigrants de leur ville natale de La Mecque et ils avaient toujours le mal du pays et la nostalgie du lieu de leurs premières années. De plus, la Kaba n'était pas la propriété des Quraysh, mais appartenait à toute la nation arabe ; les Quraysh n'étaient que les gardiens et les gardiens. Même un ennemi, qui est venu en ville avec l'intention d'effectuer un pèlerinage sur ce lieu saint, a été autorisé à entrer. Les musulmans étaient maintenant impatients d'effectuer le pèlerinage vers le site où le prophète Ibrahim avait érigé un temple sur ordre du Seigneur. La mission du prophète Mahomet consistait à faire revivre la foi et les pratiques religieuses de son ancêtre et prédécesseur prophétique Khalil Ibrahim. La Kaba était la Qibla, c'est-à-dire le Logement du Divin. Allah Tout-Puissant, qui est au-delà de toute direction du temps et de l'espace, a ordonné à toute la Création des Êtres dépendants de se tourner vers cette Qibla et de lui faire des supplications.

Bien que le Saint Prophète ait été une grande exception en ce sens qu'il n'avait jamais dévié de la religion révélée d'Ibrahim, en raison de sa noblesse spirituelle, la plupart des Arabes étaient devenus des païens. Malgré cela, les Arabes tenaient tous la Kaba en grande estime et, pendant les mois désignés, affluaient vers La Mecque pour effectuer leur pèlerinage. Toute guerre était interdite, pendant les mois sacrés (Ashhur-al-Haram). Les mêmes membres de la tribu, qui avaient soif du sang de l'autre, s'abstinrent alors de se battre et s'unirent autour de la Kaba. Cela était bien connu des musulmans, qui étaient dans leur droit de dire : « Bien que la visite à la Maison du Seigneur soit notre ancien droit, nous n'avons encore jamais effectué le pèlerinage. Pendant six longues années, nous avons été privés.

Le Hajj étant l'un des cinq piliers de l'Islam, le Saint Prophète r décida enfin de se rendre à La Mecque pour visiter la Sainte Maison. Il a informé ses Compagnons et ils ont préparé et enfilé l'Ihram, le costume des pèlerins, afin d'accomplir 'Umra, (le petit pèlerinage), et ont choisi les chameaux pour le sacrifice. Le Prophète a dit à ses Sahaba de ne pas aller équipés pour la guerre, afin que les Qurayshites sachent qu'ils venaient avec des intentions pacifiques et qu'ils n'emportent avec eux que leurs épées pour les protéger pendant le voyage. Certains des Ansar demandèrent également la permission de venir et le Prophète (saw) la leur accorda. Avec Muhajirin et Ansar, 1500 musulmans partirent pour La Mecque.

Quand ils furent arrivés à Dhul-Hulayfa, le Prophète leur dit de séparer les chameaux destinés au sacrifice. Il a également envoyé un homme du Khuza'a devant les Quraysh qui ne leur étaient pas connus en tant que musulman pour connaître leur réaction face aux musulmans qui approchaient. Cet homme de Khuza'a dont le nom était Khirash bin Umayya est venu jusqu'à Asfal (un quart de La Mecque). Il se promenait parmi les gens, écoutant leurs conversations et leurs opinions sur la démarche des musulmans, cherchant à savoir s'ils accepteraient ou non qu'ils entrent dans la ville. Il a constaté qu'ils étaient unanimement contre les musulmans et déterminés à les combattre par la force. Ils ne leur permettaient pas de s'approcher de la Kaba. Il a également appris qu'une bande armée de Quraysh avait campé à Dhu Tuwa et que l'un de leurs principaux commandants, Khalid ibn-al-Walid était avec eux. Lui et le fils d'Abou Jahl, Ikrima, étaient chacun venus avec un bataillon armé et avaient avancé jusqu'à Kura'ul-Ghamim qui se trouve entre Rabi' et Hajfar, à environ huit milles de l'endroit où les musulmans s'étaient arrêtés.

Khirash bin Umayya des Bani Khuza'a avait à peine échappé aux mains des Qurayshites. Sans Hulays bin 'Alqama, qui était le chef des Ahabish et avait la réputation d'être un guerrier féroce, il ne se serait pas échappé vivant. Il apporta au Saint Prophète tout ce qu'il avait appris sur les mouvements des Arabes dans cette région. Le Prophète r a alors dit à ses Compagnons: "Puisque Khalid ibn al-Walid a déjà atteint Kura'ul Ghamim, nous allons changer de cap et passer plus à droite."

Lorsque le commandant de la cavalerie Quraysh, Khalid ibn al-Walid a vu la poussière se dégager des chevaux des musulmans, il a immédiatement éperonné son cheval et a sprinté vers La Mecque pour informer les Quraysh. "Les musulmans ont atteint Ghamim par le col d'al-Murar", leur a-t-il dit.

Le Saint Prophète r montait son chameau Qaswa. Arrivé au col, le chameau s'agenouilla et rien ne l'incita à poursuivre sa route. Les Compagnons pensaient que l'animal était fatigué du voyage, mais le Saint Prophète r a dit: «Non, ce n'est pas parce qu'elle est fatiguée que Qaswa s'est arrêtée net. Ce n'est pas sa nature. Celui qui a empêché l'éléphant d'entrer à La Mecque a également retenu Qaswa.

Le Prophète r a estimé qu'il était inapproprié d'entrer dans la ville sainte de La Mecque d'une manière martiale. D'autant plus qu'en vertu de sa vision prophétique, il prévoyait que de nombreux Qurayshites entreraient bientôt dans le giron de l'islam. La nouvelle que Khirash leur avait apportée a forcé les musulmans à ceigner leurs épées, mais le Prophète Muhammad r a dit: "Laissez vos épées dans leurs fourreaux, je gagnerai leurs cœurs et leurs esprits." Et il se tourna vers 'Omar en lui disant : « Vas-tu aller vers eux et leur expliquer que nous ne sommes pas venus avec l'intention de faire la guerre mais dans le but de la paix ?

A cela 'Umar répondit : « Oh mon Prophète r ! Ma vie et mon âme vous appartiennent, il n'y a rien que je souhaite pour moi, mais que mon âme continue à votre service un peu plus longtemps. Mon espoir n'est pas de quitter cette vie avant d'avoir terminé mon service auprès de vous. Les chefs des Qurayshites connaissent ma violente colère contre eux. Par conséquent, ils chercheront très probablement à profiter de cette opportunité pour m'assassiner. De plus, je n'ai aucun clan proche à La Mecque dont je pourrais revendiquer la protection. Peut-être pourriez-vous envoyer 'Uthman ibn 'Affan à la place ? Sa tribu est fortement représentée à La Mecque, et nombre de ses proches y vivent. Cependant, si vous m'ordonnez d'y aller, qu'il en soit ainsi. Je partirai à l'instant même.

Le Prophète répondit : « Oui, ce que tu dis est plus approprié », et se tournant vers 'Uthman bin 'Affan, il dit : « Lève-toi, 'Uthman, et va vers les Quraysh. Dites-leur avec des mots engageants que nous ne sommes pas venus pour la guerre. Allez aussi trouver nos frères à La Mecque qui sont forcés de cacher leur islam. Donnez-leur nos Salams et réconfortez leurs cœurs.

Lorsque 'Uthman s'est approché de La Mecque, les chefs des Quraysh ont été satisfaits et l'ont bien reçu. Ils lui proposèrent de faire le tour de la Sainte Maison et de faire le Tawaf. Mais il refusa en disant : "Tant que l'Imam des Prophètes ne pourra pas accomplir le Tawaf, moi non plus je ne l'accomplirai pas." En entendant cela, ils ont arrêté 'Uthman.

Entre-temps, les musulmans avaient atteint le puits d'al-Hudaybiyah, et le Prophète leur a ordonné de camper à cet endroit. Ils n'ont puisé l'eau du puits qu'une seule fois, puis elle s'est asséchée. Ici, le Prophète (saws) manifesta un autre miracle et fit jaillir à nouveau l'eau du lieu, de sorte que personne n'eut soif. La tribu de Khuza'a, qui vivait dans cette région n'avait pas encore accepté l'islam, mais les membres de la tribu penchaient vers Muhammad r et étaient des alliés des musulmans. Ils ont informé les musulmans de la situation à La Mecque et des mouvements des Qurayshites. Lorsque Budayl ibn Waraqa a entendu parler de la présence du Saint Prophète à Hudaybiyah, il est venu avec une députation de son peuple pour lui rendre visite.

Lui aussi a parlé de l'intention des Qurayshites de bloquer la progression du Prophète à La Mecque. Le Saint Prophète a envoyé Budayl à La Mecque pour dire aux Qurayshites que les musulmans n'étaient venus que pour accomplir un pèlerinage et vénérer la Sainte Maison, avec l'intention de retourner à Médine dès qu'ils auraient terminé leur 'Umra. Mais quand Ikrima et sa bande de voyous entendirent sa requête, ils la rejetèrent aussitôt en disant : « Ne nous parlez pas de Muhammad ! 'Urwa bin Mas'ud al-Thaqafi a cependant dit : « Cette fois, écoutons ce qu'il a à dire. Si cela nous convient, nous pouvons être d'accord, si ce n'est pas le cas, nous pouvons toujours refuser. Harith ibn Hisham et Safwan ibn Umayya ont convenu et ont dit: "Parlez alors, si vous le devez." Budayl leur raconta toutes les paroles prononcées par le Saint Prophète (saw) et ils écoutèrent attentivement. Enfin, 'Urwa se leva et s'adressa aux Qurayshites, leur demandant : « Que pensez-vous de moi ? As-tu confiance en moi ? Ne suis-je pas comme ton père, et n'es-tu pas comme mes enfants ? Les Qurayshites ont répondu: "Nous vous faisons confiance à tous égards." « Dans ce cas, dit-il, je juge bon d'accepter l'offre de Muhammad. Je trouve sa suggestion acceptable. C'est pourquoi j'irai tout de suite vers lui et lui parlerai de cette affaire entre vous.

Les Qurayshites ont accepté que 'Urwa va parler à Muhammad r. Lorsqu'il entra en présence du Messager d'Allah r, il expliqua qu'il était venu au nom des Qurayshites et commença à parler : « Oh Muhammad r ! Sachez que les Quraysh sont parfaitement préparés et vous attendent. Toutes les tribus bédouines ici sont sous l'emprise des Quraysh. Vous comprendrez que votre troupe rassemblée à la hâte ici n'est rien comparée à la force de la force entièrement équipée qui vous attend. En dehors de cela, supposons un instant que vous vaincriez les Qurayshites : vous auriez alors détruit votre propre peuple – un mal sans précédent dans l'histoire de l'humanité ! De même, si la force rassemblée autour des Quraysh devait être mise en mouvement, elle vous écraserait, vous et ceux qui vous accompagnent, comme des grains de poussière.

Ainsi 'Urwa prononça des paroles mordantes à l'assemblée des Sahaba dont les cœurs étaient liés au Saint Prophète en toute sincérité. Enfin, Abu Bakr ne put plus se tenir debout et s'adressa à 'Urwa d'une manière hostile, en disant: "Soyez prudent, 'Urwa, ces hommes ici appartiennent au Messager d'Allah r, aucun de nous n'a d'intérêt personnel à l'intérieur. . Comme vous n'avez pas compris cela, vous ne pouvez pas voir que la puissance de la foi suit la poursuite de la vérité.

'Urwa a été abasourdi par ces mots. Qui était l'orateur, se demanda-t-il, et regardant autour de lui, il reconnut Abou Bakr. Il lui a alors dit: "Je répondrais à cela, oh Abu Bakr, mais comme je me souviens du bien que j'ai vu de toi dans le passé, je vais m'abstenir." Sur ce, il se retourna une fois de plus et s'adressa au Saint Prophète r. Lorsqu'il s'arrêtait dans son discours, il tendait la main à la manière des Arabes pour caresser la barbe du Prophète, d'une manière trop familière. Conscient que cet acte signifiait un manque de respect, Mughira bin Shu'ba al-Thaqafi qui s'occupait du Saint Prophète s'écria dans un état d'empressement inspiré par l'amour : « Prends garde, oh 'Urwa ! Otez votre main du visage du Messager d'Allah avant de la perdre ! Mughira a prononcé ces mots durs même si 'Urwa était son oncle maternel.

'Urwa regarda sur le point de voir qui l'insultait de cette manière, et lorsqu'il reconnut l'enfant de son frère, il fut abasourdi et pensa en lui-même : " Ainsi l'amour que ce Messager d'Allah inspire à ses disciples ne connaît ni les liens du sang ni s'incline-t-il devant la force ? C'était bien le cas; ces âmes flottaient autour du Saint Prophète r, munies des ailes de l'attestation de l'Unité Éternelle et de l'Envoi Divin du Saint Prophète r, comme des papillons de nuit autour de la lampe. Si un seul cheveu tombait de la tête du Bien-Aimé d'Allah, ils plongeraient pour ramasser ce cheveu et il leur était plus précieux que toutes les richesses du monde. 'Urwa s'en est rendu compte très clairement maintenant, et il a également compris qu'il n'y avait aucun moyen d'éteindre l'incendie qui avait été allumé sur le mont Hira lorsque Muhammad r avait pris à lui seul la cause de "La ilaha illAllah".

Alors le Prophète céleste r commença à parler : « Sachez que nous ne sommes venus que pour accomplir les rites de notre pèlerinage. Nous sommes disposés à conclure un cessez-le-feu avec les Qurayshites. Mais s'ils insistent pour créer des troubles, nous serons obligés d'utiliser nos armes et nous nous battrons jusqu'au bout.

'Urwa retourna à La Mecque et expliqua tout ce qu'il avait vu et entendu aux Qurayshites. Il dit : « J'ai vu les palais de Khosroes, j'ai été à la cour de l'empereur de Byzance et à la résidence royale du Négus. J'ai vu et parlé à un grand nombre de rois hauts et puissants de mon temps. Mais, par Dieu, je n'ai jamais vu un roi parmi son peuple comme Muhammad r parmi ses compagnons. Lorsque Muhammad r se prépare à parler, un silence s'installe sur l'assemblée, un silence s'abat sur le ciel et la terre comme s'ils s'efforçaient d'entendre ses paroles. Aucun d'entre eux ne lève même son regard du sol. Il ne sera pas facile de se débarrasser de ce groupe, car ils ne l'abandonneront jamais pour aucune raison. Par conséquent, nous devons emprunter le chemin de la concession et de la réconciliation.

Le chef des Ahabish, Hulays qui avait suivi cette discussion depuis le début était très intrigué par tout cela. Il a décidé d'aller voir par lui-même, alors il s'est précipité vers le camp musulman. Là, il vit un grand nombre de chameaux préparés pour le sacrifice, décorés de rubans festifs et d'ornements colorés. Les Sahaba récitaient " Labbayk " à voix haute et retentissante, ce qui signifie " Commandez-nous, oh Seigneur, nous sommes à votre entière disposition ". (Labbayk Allahumma labbayk, la sharika laka labbayk.)

Le chef des Ahabish a été stupéfait par cette démonstration de respect pieux et de dévotion sincère par les disciples du Prophète. Il se rendit immédiatement chez les Qurayshites et leur dit : « Si vous comptez sur nous pour vous soutenir contre les musulmans de Muhammad r, oubliez ça. Comment pouvez-vous penser à empêcher un groupe de pèlerins de visiter la Maison d'Allah ? En effet, vous êtes nos alliés, mais dans cette affaire, comptez sur nous. Les tribus arabes n'approuveront certainement pas que vous empêchiez ces pèlerins de se rendre à la Sainte Maison.

Les Qurayshites ont réfléchi à ce qu'il avait dit et à la fin ils ont été forcés d'admettre qu'ils devaient accepter une trêve. Ils ont envoyé Suhayl bin 'Amr qui était un homme bien parlé et éloquent comme intermédiaire avec le Messager d'Allah r. Suhayl était l'un des orateurs fougueux des Qurayshites. Lorsqu'il a rencontré la fierté permanente de toute l'humanité, il lui a dit: «Oh Muhammad r! Si vous acceptiez ce que les Qurayshites suggèrent, nous ferons la paix avec vous. Notre première stipulation est la suivante : vous pouvez entrer à La Mecque cette année, mais pas pour faire le Tawaf. Vous retournerez à Médine sans avoir fait le Tawaf pour cette raison : si vous deviez achever votre visite de la Sainte Maison cette année, nous aurions perdu tout honneur et toute dignité. Les membres de la tribu arabe supposeraient que Muhammad r et ses compagnons sont entrés par la force à La Mecque et ont vaincu le puissant Quraysh. Vous pouvez revenir l'année prochaine pour faire votre Tawaf.

Après avoir discuté de tous ces points en détail, le Saint Prophète r accepta le report de leur pèlerinage à l'année suivante. Il a ensuite ordonné à Ali d'écrire le traité. Alors Ali ‑ qui était toujours proche du Prophète r, qui jouissait de son entière confiance ‑ fit rédiger le contrat. Il a commencé par écrire les mots importants, qui sont prononcés au début de chaque entreprise pour assurer son succès : Bismillahir-Rahmanir-Rahim. Suhayl, cependant, s'est opposé à cette formule et a insisté pour qu'il écrive les mots 'Bismika Allahoumma' (En ton nom, ô Dieu), jugeant le traité déficient si cette phrase n'était pas employée. Bien que certains des compagnons aient hésité, le Saint Prophète r a ordonné à Ali d'écrire "Bismika Allahumma.”

Après ces mots, il a continué à écrire : « Muhammad, le Prophète d'Allah r accepte les termes de la trêve » mais Suhayl a soulevé des objections. « Si nous vous avions accepté comme 'Rasulullah' », dit-il, « il n'y aurait pas eu de combats, et cette trêve n'aurait pas été nécessaire. Il n'y aurait pas de sujet de discorde entre nous, et nous ne vous aurions pas interdit de visiter la Sainte Maison. Sur ce, le Saint Prophète r a changé le libellé du texte et a ordonné à Ali d'écrire 'Muhammad ibn Abdullah'. À cela, les Compagnons furent très affligés et tremblèrent de rage. Mais Muhammad r lui-même n'a jamais perdu sa solennité et son sang-froid et a dit: «Oh Ali, raye ce que tu as écrit et écris à la place 'Muhammad ibn Abdullah'. Car leur refus de ma prophétie ne change rien du tout, je suis en effet Rasulullah, le Messager d'Allah Tout-Puissant. Sa confirmation est tout ce qui compte; Son acceptation me suffit.

Car Allah déclare dans Son Glorieux Coran, qui restera frais et vivant jusqu'à la fin des temps et contient tout ce qui est nécessaire à toute la communauté musulmane :

C'est Lui qui a envoyé Son Messager avec la direction et la religion de la vérité, afin qu'Il l'élève au-dessus de toute religion, bien que les incroyants puissent être opposés.

(Repentir, 33)

Avec cette appellation divine 'Muhammad ar-Rasulullah', Il a affirmé le Tout-Puissant Son Prophète bien-aimé en lui disant : "Mon Bien-Aimé, je t'ai doté de l'inspiration divine."

Par conséquent, le Prophète r en qui se sont manifestées les qualités de ce verset de gloire dit à Ali : « Pas de mal, oh Ali ! Rayez-le et écrivez « ibn Abdullah ». Ali qui jusqu'à présent ne s'était pas une seule fois opposé au souhait ou à la volonté du Saint Prophète r, et qui n'avait pas une seule fois hésité à exaucer la moindre indication de tout souhait qu'il avait exprimé, ce grand Imam s'arrêta maintenant. Sa main a refusé d'effacer les mots qu'il avait écrits, "Muhammad ar-Rasulullah." Les larmes brûlant dans ses yeux, il a dit: "Oh mon Prophète r, je ne peux pas effacer ces mots." Sur ce, le Saint Prophète lui dit: "Sache, ô Ali, qu'un jour une chose similaire t'arrivera." Cela faisait référence à un événement dans le futur.

Par une vision miraculeuse, le Saint Prophète r a informé des actions d'Ali après la bataille de Siffin : Quand Ali signait un accord de trêve avec le gouverneur de Sham, Mu'awiya, ce dernier dans sa rébellion s'est opposé à l'utilisation du terme 'Amir -al-Mu'minin', le Commandeur des Croyants, en disant : « Si je vous acceptais comme Commandeur des Croyants, je serais votre partisan et ce combat n'aurait pas eu lieu. Par conséquent, rayez ce titre 'Amir-al-Mu'minin' et écrivez simplement 'Ali ibn Abi Talib'.

De cet événement, le Saint Prophète r a informé Ali plusieurs années avant qu'il ne se produise au moyen d'une vision prophétique. Lorsque le moment est venu et qu'Ali a vu confirmer la vision du Prophète et ses paroles à Hudaybiyah, il a dit: "Tu as vraiment parlé, oh Rasulullah", et il a barré le terme "Commandeur des Croyants" et a simplement écrit: " Ali ibn Abi Talib'.

Oh Chercheur de Vérité ! La mention de ce grand Imam qui n'a jamais hésité ni hésité devant aucune des requêtes que lui adressait le Saint Prophète, rappelle une autre histoire, illustrant précisément ce point, que nous recommandons au respect du digne lecteur.

Un jour de Ramadan, le Saint Prophète (saws) montra un melon sur une haute étagère et demanda aux Compagnons réunis en sa présence bénie de bien vouloir le couper pour lui, car il était d'humeur à manger un melon. Chacun à qui il a demandé a répondu: "Oh Rasulullah r, peut-être avez-vous oublié que nous jeûnons aujourd'hui." Enfin, Ali a eu la chance de s'arrêter et le Prophète lui a dit: "Oh Ali, j'ai un appétit pour ce melon, ne veux-tu pas nous le couper pour que nous puissions le manger?" Ali s'est immédiatement levé pour prendre le melon sur l'étagère et a commencé à le couper. Les Compagnons présents à l'époque lui dirent : « Oh Ali, tu as dû oublier que c'est le Ramadan ». Ali, le miroir du Saint Prophète r, la porte de la citadelle de la sagesse a répondu: «C'est de sa Sainteté que j'ai appris le jeûne du Ramadan; s'il dit : 'Mange !' Je mange, et s'il dit : "Jeûne !" Je jeûne. C'est tout."

Le Saint Prophète r, Imam de tous les Prophètes, sourit alors et dit aux Compagnons : « Nous en mangerons tous, car tout à l'heure l'ange Jibra'il est venu me dire qu'aujourd'hui est le 'Id du Ramadan. Mais faites attention, vous tous, et essayez d'être un peu comme Ali.

Une seule fois, Ali s'est opposé au Saint Prophète r, en disant: "Je ne rayerai pas les mots que j'ai écrits, Muhammad Rasulullah." C'est pourquoi le Saint Prophète ﷺ a dit : « Donnez-le-moi, je l'écrirai moi-même. De sa propre main bénie, il barra ces mots dans le contrat et écrivit à leur place : « Muhammad ibn Abdullah ». Plus tard, cet incident a donné lieu à une dispute. Certaines personnes ont demandé: "Comment le Prophète qui était soi-disant illettré et ne connaissant pas l'art de lire ou d'écrire, comment aurait-il pu écrire son nom de sa propre main?" C'est une façon de penser très grossière et basique. Il est vrai que le Saint Prophète n'a pas lu ou écrit des livres comme nous le faisons, mais s'il le voulait, il pouvait lire ou écrire ce qu'il voulait. Rien n'est plus inapproprié que de chercher le r « maître d'école » du Prophète car le Prophète r était appelé « illettré » (ummi) parce qu'en réalité il est la mère (umm) de toute connaissance. Sinon, comment aurait-il pu laisser derrière lui un tel océan de connaissances, puisqu'il n'avait aucune scolarité formelle ?

Il est en fait plus que futile de parler de ses actes miraculeux à une personne qui ne considère pas la simple existence du Prophète Muhammad r comme un miracle. Allah est le maître de tous les prophètes. Le Saint Prophète Muhammad r a été enseigné par Allah Tout-Puissant. Les premières Écritures qu'Il a créées étaient les Tablettes Préservées ; le dernier était le livre contenant la connaissance éternelle, le mot ultime qui a pris la forme de la miséricorde. Le Saint Prophète r, le Canon de la Vérité, devrait-il avoir besoin de lire ou d'écrire dans le sens que vous entendez ? Mais même pour ceux qui ne peuvent pas comprendre la véritable signification intérieure de l'existence du Prophète, ceux qui ne voient que sa forme extérieure, il n'est pas nécessaire de s'engager dans une dispute concernant la capacité du Saint Prophète à écrire son nom et son patronyme. Car même un niais ignorant peut apprendre à écrire son propre nom par imitation. Pour continuer dans notre histoire : Le cessez-le-feu a été conçu pour durer dix ans, il a donc été écrit. Les conditions de ce traité étaient très dures et, extérieurement, il semblait que les musulmans étaient désavantagés.

Voici les articles du traité :

  1. Pour les raisons susmentionnées, les disciples de Muhammad reviendront cette année sans avoir fait le Tawaf de la Kaba.
  2. Ils peuvent retourner à La Mecque l'année suivante pour faire leur visite, mais ils ne peuvent pas rester plus de trois jours et les Qurayshites quitteront la ville pour la durée de leur visite.
  3. Les musulmans n'entreront pas dans la ville avec leurs armes et leur équipement de guerre prêts, mais laisseront leurs épées dans leurs fourreaux.
  4. Quiconque vient aux musulmans des Quraysh sans permission sera renvoyé aux Quraysh. Cependant, tous les musulmans venant aux Quraysh seront remis aux Quraysh. Si un musulman vient à La Mecque, il ne sera pas rendu aux musulmans. Les disciples de Muhammad r ne doivent avoir aucun contact avec des croyants qui pourraient vivre à La Mecque. Cependant, si l'un des émigrants à Médine souhaite rester à La Mecque, il n'y aura aucune interférence, ils seront laissés en paix.
  5. Toutes les tribus autres que les Quraysh seront libres de choisir elles-mêmes. S'ils le souhaitent, ils peuvent conclure un pacte de sécurité avec Muhammad r, ou s'ils le souhaitent, ils peuvent conclure un tel accord avec les Quraysh.

Les Compagnons du Saint Prophète r pensaient que toutes les conditions de ce traité étaient extrêmement dures. En particulier, ils ont trouvé très difficile d'accepter que quiconque venant aux Quraysh du côté r de Muhammad ne devait pas être renvoyé, alors que quiconque venant des Quraysh à Muhammad r, et s'il était musulman, devait être renvoyé aux Quraysh. Avec 'Omar comme porte-parole, ils ont demandé au Saint Prophète comment il pouvait accepter un tel traité, comment il pouvait envisager de livrer un musulman entre les mains des idolâtres ? Ils soutenaient qu'il devait au moins rejeter cette seule condition, et au besoin annuler tout l'accord. Mais Suhayl a insisté avec véhémence sur cette clause, affirmant que leur refus de l'accepter invaliderait l'ensemble du contrat.

À la fin, le Saint Prophète (saws) sourit et dit : « Oh 'Umar, en supposant que l'un d'entre eux soit venu nous voir en tant que musulman, et nous le leur avons rendu ; dans ce cas, l'esprit de sang pour l'injustice et les mauvais traitements qu'il a subis de leurs mains serait payé par le Tout-Puissant. Aucune plus grande bénédiction ne peut être imaginée pour cette personne. Quant à ceux qui nous abandonneraient et rejoindraient les incroyants, tout lien avec eux serait de toute façon coupé.

Tous ces points ont été écrits. Juste au moment où ils étaient sur le point de signer et de témoigner du contrat en présence d'anciens des deux côtés, le fils du délégué Qurayshi Suhayl est arrivé en courant, après avoir échappé à ses ravisseurs. Son nom était Abu Jandal et c'était un croyant dévoué, emprisonné par son propre père. Les fers à ses pieds claquaient en rythme avec ses cris forts de "Allahu Akbar" alors qu'il courait vers eux. Il se jeta aux pieds bénis du Prophète, complètement épuisé, les embrassant et suppliant : « Oh mon Prophète r, sauve-moi ! Pour l'amour de vous, j'ai fui les tourments que ces païens m'infligent. Regarde-moi ! Avec ces mots, il a exposé à la vue les blessures et les blessures sur tout son corps, telles qu'aucun homme ne devrait souffrir. En réalité, le Seigneur Tout-Puissant leur montrait l'exemple d'un croyant qui, bien qu'enchevêtré dans le drame de cette vie mondaine, était rempli de passion religieuse.

Les Sahaba furent submergés par des émotions de pitié et de compassion. Mais le délégué Qurayshi Suhayl n'a été que plus enragé par les sentiments profonds que son fils Abu Jandal a manifestés envers le Saint Prophète r et la noble religion de l'Islam. « Cet incident prouvera immédiatement si vous avez l'intention d'honorer ou non le traité que nous sommes sur le point de signer », a-t-il déclaré. "Tu me rendras instantanément mon fils, Abu Jandal !"

Le Prophète r a répondu: «Nous avons décidé de signer le contrat, mais nous ferons une exception pour Abu Jandal. Celui qui viendra après cela, nous vous reviendrons. Suhayl a répondu: "Dans ce cas, le traité est inutile." Le Prophète r a alors dit: "D'accord, nous laisserons Abu Jandal à Hudaybiyah." Mais Suhayl insista obstinément et refusa d'accepter cela. Extérieurement, ce traité était en effet très dur, mais vu avec l'œil de Muhammad r, il contenait un grand bien. Par conséquent, le Saint Prophète a finalement consenti à remettre Abu Jandal entre les mains de son père. Cette décision a complètement déstabilisé les Compagnons et ils sont devenus très agités. Abu Jandal a supplié Muhammad r en disant: «Je me jette sur ta miséricorde! Voulez-vous vraiment me livrer entre les mains des incroyants bien que je sois musulman, oh Rasulullah r? Pouvez-vous leur permettre de me tourmenter encore plus qu'avant, oh mon Prophète r?"

Le Saint Prophète a alors fait asseoir Abu Jandal à ses côtés et lui a demandé: "Oh Abu Jandal, y a-t-il de l'amour que tu ressens pour moi?" "Bien sûr, mon Prophète r," répondit l'homme. "Et qu'en est-il de votre amour pour cette religion de l'islam?" "Pour cela, je sacrifierais tout", a répondu Abou Jandal. "C'est pourquoi je te livre à eux, Abou Jandal," répondit le Prophète r, "car tu souffriras juste un peu plus au nom d'Allah à cause de moi et pour l'amour de l'Islam, mais ton Le Seigneur a entendu votre supplication et votre âme ne ressentira plus aucun de leurs mauvais traitements, seul votre cœur ressentira de la douleur. Vous devez savoir qu'Allah Tout-Puissant vous a donné un grand mérite pour que votre tribulation soit grande.

"La récompense de votre patience sera de vastes stations dans le royaume divin. Car le Seigneur Tout-Puissant a lié à votre destin l'avènement à l'islam de centaines de milliers d'incroyants. En très peu de temps, vous arriverez à comprendre la sagesse sous-jacente. Ce traité nous permettra de contacter librement un grand nombre de personnes. Le soleil de l'Islam se lèvera et deviendra visible. Quiconque verra ce soleil deviendra amoureux de l'islam. En ce moment, l'ennemi ne nous permet aucun contact et nous ne pouvons pas approcher les membres des tribus arabes à cause de la fausse propagande qu'ils ont diffusée à notre sujet, mais vous serez le moyen d'inverser ce mal. Sur ce, Abou Jandal répondit: "Oh Rasulullah r, pour toi, pour le bien de cette façon, je suis content, même s'ils me coupaient en morceaux, petit à petit. Comme vous le souhaitez, alors laissez-le être », a-t-il dit. Il a ensuite été rendu à son père Suhayl, le délégué de Quraysh, et le contrat a été signé.

Bien sûr, les Compagnons n'ont pas perçu la situation comme l'a fait leur Prophète r. 'Umar, en particulier, qui était d'une nature très violente, n'a pas pu accepter ce contrat. Quand Abu Jandal fut remis entre les mains de ses ennemis, 'Umar ne put plus garder son sang-froid. Il s'approcha du Saint Prophète (saw) dans un état de rage brutale et lui posa ces questions : « N'es-tu pas le vrai Prophète d'Allah ? "Oui," répondit Muhammad r, "je suis en vérité le Prophète d'Allah." « Notre religion n'est-elle pas basée sur la Vérité ? Le chemin que nous suivons n'est-il pas un vrai chemin ? "Oui, c'est la Vérité", répondit le Prophète r. "Si tel est le cas, pourquoi acquiesçons-nous à tant d'abaissement et d'humiliation ?" Le Saint Prophète r dit alors : « Fais attention, oh 'Umar ! Car je suis le Prophète d'Allah et je ne peux pas désobéir à mon Seigneur ! Par ces mots, le Saint Prophète a adressé un avertissement à 'Umar, bien qu'il l'ait exprimé avec la délicatesse caractéristique qui était sa marque.

Il lui a indiqué indirectement qu'il était à deux doigts de se rebeller contre le Seigneur Tout-Puissant, le préservant ainsi. S'il avait simplement dit : « 'Umar, tu es au bord de la rébellion », 'Umar aurait été dévasté. 'Umar a poursuivi en disant: "Oh mon Prophète r, n'as-tu pas dit que nous atteindrions la Kaba et y ferions le Tawaf, et ne nous as-tu pas dit qu'Allah nous soutiendrait?" Rasulullah r a répondu à cela: «Oui, en effet, j'ai dit que nous ferions le Tawaf, mais je n'ai pas dit que ce serait cette année. Nous reviendrons. 'Umar quitta alors la présence du Saint Prophète (saw), se rendit auprès d'Abu Bakr et lui dit : "Oh Abu Bakr, quel genre de traité est-ce, qui nous impose des conditions aussi rigides !" Abu Bakr dit alors : « Oh 'Umar, il n'y a pas lieu de s'énerver, car Muhammad r est un Prophète exalté. Il fait tout sauf ce qu'Allah Tout-Puissant lui ordonne de faire. Il y a sans doute de la sagesse dans tout ce qu'il fait ; seulement nous ne pouvons pas encore le comprendre. Être patient."

Le Saint Prophète a ordonné aux Sahaba de commencer le sacrifice des chameaux qu'ils avaient amenés avec eux. Mais bien que la fierté des mondes ait répété son ordre trois fois, pas un seul homme n'a bougé pour agir sur son ordre, à l'exception d'Abu Bakr as-Siddiq et d'Ali. Tous les nobles Compagnons se disaient : « Peut-être que le Saint Prophète aura pitié de nous et apportera des modifications à ce traité.

Ces pensées troublèrent grandement le Saint Prophète r. Dans un état d'esprit vexé, il se rendit au camp de sa suite où logeait son estimable épouse Umm Salama. Lorsqu'elle s'aperçut de son état, Umm Salama fut bouleversée et lui dit : « Ô Prophète d'Allah r ! Jamais je ne t'ai vu dans un tel état ! Que s'est-il passé?" Le Saint Prophète lui répondit: "Oh Umm Salama, les compagnons qui hier étaient prêts à mourir pour moi, aujourd'hui ne feront pas attention à mes paroles!"

Umm-al-Mu'minin, la Mère des Croyants Umm Salama a alors dit, avec l'intention de défendre les Sahaba, "Oh non, Rasulullah r, ce n'est pas à cause de leur réticence, c'est seulement à cause de leur incapacité à comprendre la vraie sagesse de ce traité. En particulier, qu'ils agissent comme ils le font en raison de leur sincérité envers vous. Ils pensent, 'Maintenant l'ennemi a prévalu sur notre noble Prophète r et lui a imposé sa volonté'. Cette pensée les rend sourds et muets de colère. Ils pensent que peut-être le Prophète r tiendra compte de leur désapprobation et apportera des modifications au traité. Mais alors, vos actions et vos actes parlent plus fort que vos paroles. Allez vers eux maintenant et commencez à sacrifier les chameaux, et rasez-vous la tête. Vous les verrez emboîter le pas.

Le Saint Prophète (saws) fut très satisfait de ces paroles d'Umm Salama et dit : « Le penses-tu vraiment, Umm Salama ? "Oui, oh mon Prophète r," dit-elle, et le Saint Prophète r se leva alors et sortit vers les chameaux. Umm Salama a alors prié avec ferveur : « Oh mon Seigneur, ne m'embarrasse pas maintenant ! Et vraiment, quand le Saint Prophète (saw) a commencé à abattre ses chameaux, tous les compagnons ont suivi son exemple et ont également abattu leurs sacrifices, sortant ainsi de leur état d'Ihram.

Le serment d'allégeance, Baiyat-i-Ridwan

Oh Chercheur de Vérité ! À l'occasion de la trêve de Hudaybiyah, un événement très important et profondément significatif a eu lieu, qui est devenu connu sous le nom de Bi'at-i-Ridwan, le serment d'allégeance.

On a déjà raconté comment le Saint Prophète r avait envoyé 'Uthman à La Mecque pour informer les musulmans qui y vivaient dans la dissimulation de leur foi des négociations que le Saint Prophète r menait avec les Quraysh au nom de l'Islam. Il devait leur dire que d'ici peu l'islam brillerait ouvertement à La Mecque, leur annonçant la bonne nouvelle de la conquête de La Mecque. Les raisons du retard ont également été liées. Maintenant que le contrat était signé, tout le monde attendait le retour de 'Uthman. Une rumeur a commencé à courir dans le camp selon laquelle 'Uthman avait été martyrisé. Le Saint Prophète était assis sous un lentisque (Pistacia lentiscus) lorsque cette rumeur parvint à ses oreilles. Il a dit: "Si cela est vrai, je ne peux pas faire demi-tour sans punir Quraysh, nous serons alors obligés de les combattre." Il envoya un crieur pour appeler tous les musulmans à entendre : "Le Saint Prophète r veut que tous ceux qui sont prêts à donner leur vie pour l'Islam !"

Les Sahaba qui ont entendu cet appel sont tous venus en courant en présence du Prophète r, en disant : « Oh Rasulullah r ! Nous avons accepté le Dieu que tu nous as enseigné, nous t'avons placé sur nos têtes comme couronne de joie, nous sommes épris de la religion que tu nous as apportée, nous sommes prêts à sacrifier toute notre existence pour l'Islam ! Avez-vous encore des doutes sur nous ? » "Non," répondit le Prophète r, "c'est pour une autre raison: à cause de cet engagement particulier, des bénédictions très spéciales se manifesteront. J'ai appelé tous ceux qui resteront fermes et fidèles à venir à moi maintenant. Alors, qui me soutiendra jusqu'à la fin de cette affaire, qui est prêt à donner sa vie et son âme ?

Des hommes et des femmes se sont alors réunis en présence du Saint Prophète r dans un esprit d'amour et de dévotion absolus, et plaçant leurs mains sous la main bénie du Roi des Prophètes r, ils se sont engagés envers lui : « Oh Rasulullah, nous promettons solennellement mourir pour toi et ne pas revenir en arrière. Tout notre être t'appartient. Il n'y avait qu'un seul homme parmi eux, l'hypocrite Jadd ibn Qays qui se cachait derrière son chameau afin de ne pas s'engager par ce gage. Le Saint Prophète qui savait à quel point cet engagement était important dans la Présence Divine, a souhaité que 'Uthman ne soit pas privé des bénédictions insondables à cause de son absence. Par conséquent, il appela ses Compagnons pour qu'ils soient ses témoins et dit : « Oh mon Seigneur ! Ma main gauche représentera celle de 'Uthman », plaçant sa main gauche sous sa main droite. De cette façon, il a laissé 'Uthman participer à ce serment d'allégeance et à ses bénédictions inhérentes.

Le Seigneur Éternel parle de cet événement, qui a eu lieu sur la scène mondaine entre Son Bien-Aimé et ses Compagnons dans la révélation du Saint Coran :

Ceux qui te jurent fidélité jurent fidélité en vérité à Dieu ; La main de Dieu est sur leurs mains. Alors quiconque viole son serment ne le viole qu'à son propre détriment ; et quiconque accomplit son alliance faite avec Dieu, Dieu lui donnera un gros salaire.

(Victoire, 10)

Si l'on lit attentivement, il apparaîtra que le Seigneur indique ici à Ses serviteurs qu'il ne restera aucune trace d'existence déficiente en Son Bien-Aimé, mais plutôt qu'il deviendra complètement immergé dans le Seigneur et établi en permanence. Cependant, cette interprétation concerne ceux qui ont goûté à la vraie foi ; quant aux croyants qui sont encore au niveau de la foi imitative, ils peuvent glaner ce sens dans ce verset : la Puissance d'Allah est au-dessus et au-delà de leurs pouvoirs.

Allah indique la grande bonne nouvelle du Plaisir Divin contenue dans cette promesse de Hudaybiyah dans ce verset :

Dieu était bien content des croyants quand ils te juraient fidélité sous l'arbre, et Il savait ce qu'il y avait dans leurs cœurs, alors Il leur envoya la Sakina (paix intérieure) et les récompensa par une victoire proche et beaucoup de butin. prendre; et Dieu est toujours Tout-Puissant, tout-Sage. (Victoire, 18)

Il y a encore une autre leçon subtile à apprendre par la Nation de Muhammad de la Trêve de Hudaybiyah. Tout d'abord, ce traité nous apprend le sang-froid face à l'adversité ; ensuite, il nous conseille de prévoir les conséquences d'une action, et enfin il indique que la puissance mentale l'emportera certainement sur la force physique. Par exemple, disons que nous voyons quelque chose de mauvais. Si nous essayons de l'écraser tout de suite, cela ne sera peut-être pas très efficace, mais si nous contenons notre impulsion et sommes patients, et attendons le bon moment pour traiter la question, ce sera beaucoup plus efficace. Toutes ces leçons sont contenues dans les événements de Hudaybiyah.

Le résultat était le suivant :

Peu à peu, les résultats ont commencé à apparaître de ce traité qui, en apparence, semblait être une défaite pour les musulmans, mais qui en réalité était une victoire. Pour l'éclat du visage inspiré du Saint Prophète, son raffinement prophétique, la compassion et le soutien qu'il a dispensés à tous, l'incroyant non excepté, la miséricorde qu'il a montrée à ses ennemis, la liberté prêchée par l'islam, l'horreur et l'interdiction du culte des idoles - la plupart des païens qui ont été témoins de ces signes ont commencé à diriger leur cœur vers l'islam, et même ceux qui n'étaient pas honorés du destin de devenir musulmans, sont devenus moins désespérément retranchés dans leur inimitié.

En peu de temps, ce traité de paix est devenu une cause majeure de propagation de l'islam, car les incroyants étaient désormais libres de se mêler aux musulmans. Ce commerce social a conquis les esprits, de sorte que les gens sont venus en grand nombre et ont fait fondre leur grossièreté dans le creuset du doux rayonnement du Prophète Muhammad, pour qu'elle se transforme en subtilité et en délicatesse. Les chefs des idolâtres se sont retrouvés de plus en plus isolés.

Ce verset fut alors révélé :

Certes, Nous t'avons donné une victoire manifeste…. (Victoire, 1)

Les mécréants qui venaient rendre visite à leurs proches devenus disciples du Prophète r virent que leur état était excellent et qu'ils ne souhaitaient pas revenir. En très peu de temps, les rangs musulmans se sont gonflés et beaucoup plus nombreux ont accepté l'islam que l'année précédant le traité de Hudaybiyah.

Khalid ibn-al Walid, le général d'état-major et commandant de cavalerie de l'armée arabe païenne se tourna alors vers l'islam. L'homme qui devait devenir le futur conquérant de la Syrie et gagner le titre de « Sayfullah », l'épée d'Allah, est devenu musulman, et il était une grande aubaine pour les musulmans. Les chefs des mécréants étaient plongés dans le désespoir. Ce n'est qu'alors que 'Umar a commencé à comprendre la sagesse de la trêve de Hudaybiyah.

Un jour, le Prophète fit appeler 'Umar et lui dit : « 'Umar, une fois tu as souhaité me parler en privé. Maintenant, je souhaite vous voir en privé. 'Umar réalisa alors son erreur. «Oui, ô mon Prophète», dit-il, «je me suis opposé à vous dans de nombreux domaines, mais je compte toujours sur votre magnanimité, car vous avez toujours répondu à ma rudesse par un doux pardon. Vous souhaitez me rappeler la Trêve de Hudaybiyah, n'est-ce pas ? Ce jour-là, je me suis insurgé contre toi et j'ai été insolent, mais c'était à cause de ma grande foi en toi. Oui, je me suis plaint de vous auprès de vous – à qui d'autre aurais-je pu porter ma plainte ? Veuillez pardonner mes manquements, nous sommes des gens que vous avez sauvés hier de l'âge de l'ignorance. Le Saint Prophète r sourit aux paroles de 'Umar et lui répondit en termes courtois et le traita avec bonté.

La clause du traité de Hudaybiyah concernant le retour de ceux qui ont fui à Médine ne s'appliquait qu'aux hommes, pas aux femmes. Sur leur compte, le verset suivant a été révélé :

O croyants ! quand des femmes croyantes viennent à vous comme émigrées, testez-les, Dieu connaît très bien leur croyance. Alors, si vous savez qu'ils sont croyants, ne les rendez pas aux mécréants. Ils ne sont pas permis aux incroyants, et les incroyants ne leur sont pas non plus permis. Donnez aux mécréants ce qu'ils ont dépensé; et il n'y a pas de faute à vous de les épouser quand vous leur avez donné leur salaire. Ne vous attachez pas aux liens des femmes incrédules, et demandez ce que vous avez dépensé, et laissez-les vous demander ce qu'elles ont dépensé. C'est le jugement de Dieu; Il juge entre vous; et Dieu est Omniscient et Sage. (La femme éprouvée, 10)

Pendant cette période, 'Utba bin Asid est devenu musulman à La Mecque, et lorsque les mauvais traitements qu'il a subis de la part des incroyants ont dépassé toutes les limites, il a décidé de fuir La Mecque vers Médine. Les Qurayshites envoyèrent après lui deux hommes avec pour mission de ramener 'Utba à La Mecque. 'Utba a crié et a supplié: "Oh Rasulullah r! Ne me livrez pas entre leurs mains, car je ne peux pas supporter d'être à nouveau parmi les mécréants ! Mais le Saint Prophète (saw) répondit : « Nous ne pouvons pas rompre notre pacte avec les Qurayshites. Vous reviendrez pour l'Islam. Être patient. Allah ouvrira sûrement un chemin pour vous et ceux qui vous ressemblent. Pour cette noble religion, vous devez endurer un peu de difficultés. Et il pria le Seigneur Tout-Puissant : « Oh mon Seigneur Dieu ! Facilitez-leur la tâche et montrez-leur un chemin de salut ! Puis il rendit 'Utba aux envoyés des Qurayshites.

Sur la route, 'Utba dit aux hommes qui le ramenaient : « Pourquoi voulez-vous m'infliger de la cruauté ? Pourquoi ne me laisses-tu pas simplement partir ? Ils ont répondu: «Vous êtes l'un des musulmans. C'est un plaisir pour nous de vous tourmenter et de vous faire souffrir. Ils ont voyagé jusqu'à l'endroit appelé Dhul-Hulayfa. 'Utba réfléchit aux moyens de se libérer des mains de ses impitoyables ravisseurs. C'était un homme très fort. A un certain moment, il parvint à arracher l'épée des mains de l'homme qui le gardait et, d'un seul coup, il lui coupa la tête de sa trompe en criant : suivre le chemin de la vérité et qui ne s'incline devant personne d'autre qu'Allah !"

La tête de l'incroyant roula dans le sable et son ami s'enfuit. Il réussit de justesse à s'échapper de 'Utba. Un peu plus tard, 'Utba revint en présence du Saint Prophète r, se défendant ainsi : « Oh mon Prophète r ! Vous avez respecté à la lettre les articles du traité que vous avez conclu. Je me suis enfui à Médine, ils ont envoyé des hommes après moi pour me ramener ; ils m'ont demandé de toi, tu m'as livré entre leurs mains, ils m'ont enlevé. Par conséquent, vous êtes irréprochable ; vous n'avez pas rompu la trêve. Quant à moi, après avoir été livré, je me suis défendu et avec l'aide et le secours divins, j'ai été épargné. Cela n'a plus rien à voir avec le traité de Hudaybiyah. Ne m'accordez-vous pas maintenant la permission de rester à Médine ?

Le Saint Prophète (saws) répondit : « Le traité stipule comme condition nécessaire que vous soyez renvoyé chaque fois qu'ils le demandent. Par conséquent, je ne peux pas vous garder ici à Médine. Allez où vous voulez, pourvu que vous quittiez la ville de Médine.

'Utba quitta immédiatement la ville lorsque le Prophète le lui ordonna de faire ainsi, et s'installa près de la côte à un endroit appelé al-'Is. Les musulmans restés à La Mecque en ont entendu parler et, un par un, ils ont commencé à se déplacer vers le nord en direction d'al-'Is. En peu de temps, un certain nombre de musulmans se sont rassemblés à al-'Is. Même Abu Jandal réussit une fois de plus à s'évader de la prison où son père le gardait, et lui aussi rejoignit 'Utba à al-'Is. Avant l'arrivée d'Abu Jandal, 'Utba était le chef et l'imam du groupe, mais quand Abu Jandal est arrivé, il a pris la relève en tant qu'imam.

Un jour, ils ont décidé qu'ils étaient en nombre suffisant pour trouver un moyen de rejoindre le Saint Prophète r. Car dans le traité, les mécréants avaient exigé que tous les fugitifs de Médine soient renvoyés à La Mecque. "Maintenant, Allah nous a donné les moyens de supprimer cette clause. Nous sommes maintenant un groupe d'une certaine force, composé de soixante-dix hommes. Recourons donc à harceler les caravanes de passage des Qurayshites. Ils iront alors vers Muhammad r de leur propre chef et imploreront l'annulation de cette condition. Ils ont mis leur décision en action et ont commencé à attaquer les caravanes Quraysh. Il ne fallut pas longtemps avant qu'une délégation de Quraysh vint voir le Saint Prophète r, lui demandant d'annuler la condition concernant le retour des fugitifs aux Quraysh. Après cela, le Prophète écrivit une lettre à 'Utba, l'invitant ainsi que ses compagnons à venir et rester avec lui à Médine.

Lorsque cette lettre arriva, 'Utba était déjà très malade, presque à l'article de la mort. Quand ils lui ont dit que le Prophète lui avait envoyé une lettre, il a semblé revenir à la vie malgré sa grave condition. « Lisez-le-moi ! » il a ordonné. La lettre du Prophète lui fut lue : « Les Qurayshites ont demandé que la clause pour le retour des fugitifs de La Mecque à Médine soit annulée. Nous vous invitons maintenant, vous et vos compagnons, à venir séjourner avec nous à Médine. 'Utba a remercié Allah et a prononcé des bénédictions sur le Saint Prophète r, puis il a dit: «Allah a fait de moi l'instrument pour soulager les musulmans de la pire et la plus lourde demande du traité de Hudaybiyah. Merci à lui et louange et gloire sans fin. Puis, se tournant vers ses amis, il leur dit : « Allez voir le Prophète et donnez-lui mes Salams, avec l'expression de ma vénération. Vous avez entendu par vous-mêmes qu'il est satisfait de moi, alors soyez mes témoins en la présence d'Allah Tout-Puissant et dépêchez-vous à Médine immédiatement. Sur ce, il pressa la lettre contre ses yeux et son front et passa de ce monde de malheur à la Demeure éternelle. Abu Jandal a prié la prière funéraire sur lui, et après l'avoir enterré à al-'Is, ils sont partis pour Médine.

Après cela, les routes des caravanes des Qurayshites ont été rouvertes et les caravanes les ont parcourues sans encombre.

Comme mentionné précédemment, cette clause de l'accord ne s'appliquait pas aux femmes. Il n'y avait rien dans le traité qui exigeait leur retour aux mécréants. En ces jours, Umm Kulthum, la fille de 'Uqba, l'un des principaux Quraysh, est devenue musulmane. Ses frères al-Walid et 'Umara sont venus et ont demandé son extradition. Le Saint Prophète r a refusé de se conformer à leur demande. Par la suite, les Sahaba qui avaient des femmes incroyantes restées à La Mecque ont divorcé d'elles.

De cette façon, ils ont éludé le traité de Hudaybiyah. Quelque temps après cela, le Saint Prophète ﷺ a dit : « Le temps est venu pour la divulgation et la propagation de l'Islam. Car la religion de l'Islam n'a jamais été censée être limitée à un peuple, une communauté ou un continent. Elle était censée être une religion universelle, à répandre d'un bout à l'autre du monde, et l'Imam des Prophètes a été envoyé comme messager de la bonne nouvelle et comme Avertisseur, pour enseigner et faire connaître son message de loin. large.

Car en effet l'Islam est une religion d'Unité, son monothéisme équilibrant les excès de la similitude idolâtre avec l'incomparabilité absolue d'Allah. Il proclame l'Unité de la Divinité. Il valorise la raison de l'esprit. Jugée par un esprit sain, toute loi révélée s'avère avoir une base rationnelle. L'Islam désapprouve l'idolâtrie, l'injustice, l'hypocrisie et l'incrédulité, et quiconque est enclin à ces choses est considéré comme un incroyant. Elle interdit le culte de toute créature humaine faible et décourage les hommes de devenir les coquins d'un tyran. Elle empêche les gens de fouler aux pieds la moralité naturelle de l'humanité. Le respect des droits de tous les êtres sensibles est le plus éminent de tous les actes agréables à Dieu.

Le statut le plus préférentiel dans la communauté est dû aux plus respectueux envers le Seigneur Tout-Puissant et aux plus compatissants envers Sa Création.

Il ne sera pas interrogé sur ce qu'Il fait, mais ils seront interrogés.

(Les Prophètes, 23)

Cela signifie que tout le monde sauf Allah Tout-Puissant doit être tenu pour responsable, qu'il soit le président ou un cheikh, un enseignant religieux, un érudit ou un homme vertueux. Chacun sera appelé à rendre des comptes, selon l'enseignement de l'islam.

L'islam stipule que le dirigeant doit être jugé selon les mêmes critères que l'esclave. Toute activité mondaine doit être sanctifiée par l'intention de lutter pour le monde comme si l'on ne devait jamais mourir, et de travailler pour l'au-delà comme si l'on devait mourir demain. L'islam valorise toute connaissance ; il préfère le savant corrompu à l'adorateur dévot et ignorant.

L'Islam exige que le Souvenir d'Allah (Dhikrullah) soit prononcé non seulement en paroles, mais exige que le Dhikr soit contenu dans tous les actes et états d'esprit, et son application à toutes les circonstances.

La richesse est acceptable tant qu'elle ne fait pas de mal à un autre homme. L'islam a fait du pauvre le frère du riche. L'Islam nous enseigne que si une personne est soumise à un tyran, son nom sera effacé de l'ardoise de l'Islam. Cette religion étant la religion de l'amour, son nom sera inscrit dans le livre de ceux qui s'occupaient de l'amour d'autre que l'Islam, et qui étaient gouvernés par les opinions de leur âme inférieure. Le fondement de l'incrédulité est l'exaltation du vil et l'abaissement du haut et du noble.

fr_FRFR