Sélectionner une page

Ali ar-Ramitani ق

Abou Bakr ash-Shibli

Il était un Noble Drapeau de l'Islam et un grand érudit qui ouvrit les serrures des trésors du cœur et expliqua les secrets de l'Invisible. Il a reçu, du royaume des connaisseurs, des primes et des prix et distinctions. Il a guidé les nécessiteux vers la station de la Connaissance Spirituelle. Son nom a volé haut dans le ciel de Guidance, et il n'y a pas de mots pour exprimer ses connaissances ni son état. Pour nous, il peut être décrit, comme la Mère des Livres (le Saint Coran), comme "un écrit dans un état élevé".

Il est né dans le village de Ramitan, à trois kilomètres de Boukhara. Il y vivait et était avide d'apprendre la connaissance de la loi divine (sharicun), jusqu'à ce qu'il s'illustre dans les Sciences des Traditions (Hadith), Coran, Jurisprudence (Fiqh), et le Chemin Exemplaire du Prophète salla (Sunna). Il était une référence (marjac) pour toute personne demandant des décisions de justice (fatawa).

Puis il a contacté Shaikh Mahmad al-Anjir al-Faghnawi pour des conseils spirituels. En présence du Cheikh, il fut élevé aux hautes stations de la Manifestation de l'Amour Divin et de la Présence Divine. Il est devenu connu et célèbre sous le nom Azizan, un mot en persan utilisé pour désigner une station élevée. Voici quelques-unes de ses nombreuses paroles :

Faire et ne pas compter. Confessez vos lacunes et continuez à travailler.

Atteignez la présence du Divin, surtout quand vous mangez et quand vous parlez.

Allah Tout-Puissant et Exalté a dit dans Son Saint Coran : « Ô croyants, repentez-vous auprès d'Allah d'un pur repentir. Ce verset nous apporte de bonnes nouvelles. Puisqu'Allah demande le repentir (tawba), cela signifie qu'il l'acceptera, car s'il n'acceptait pas votre repentir, il ne vous dirait pas de faire tawba

Le prophète salla a dit, 'Allah regarde le coeur du Croyant chaque nuit et jour 360 fois.' Cela signifie que le cœur a 360 entrées. Et chaque organe a 360 racines, toutes reliées au cœur. Alors si le cœur, sous l'influence de Dhikrallah, est conduit à la station du regard d'Allah, cela conduira tous les organes du corps au regard d'Allah. En conséquence, chaque organe sera obéissant à Allah et à partir de la lumière de cette obéissance, chaque organe sera connecté à l'effusion divine. C'est ce qui attire le regard de miséricorde d'Allah vers le cœur de celui qui se souvient.

Plus de controverse sur Loud Dhikr

Mawlana Sayfuddin Fidda, un grand érudit de son temps, lui a demandé : « Pourquoi élevez-vous la voix en Dhikr ? Cheikh Ali (q) a dit :

Ô mon frère, savants musulmans à travers les siècles, depuis l'époque des Tabicdans (la génération suivant les Compagnons) jusqu'à aujourd'hui, ont permis le dhikr fort dans les derniers moments de la vie. À ce moment, les proches du mourant l'encouragent à répéter le témoignage de la foi. Le Prophète a dit, laqqina mawtakum shahadatan LA ILAHA ILLALLAH (« Faites dire à vos mourants : Il n'y a de dieu qu'Allah »). Dans la science du soufisme, les érudits ont souligné que chaque moment peut être le dernier. Cela conduit à la conclusion que vous pouvez dire LA ILAHA ILLALLAH d'une voix forte à chaque instant de votre vie.

Il a été demandé par Shaikh Mawlana Badruddin al-Midani, qui était un grand érudit à son époque, "Allah nous a ordonné dans le Coran de faire un dhikr excessif par Sa parole, "Souviens-toi excessivement d'Allah" [33:41]. Ce dhikr doit-il être prononcé par la langue ou par le cœur ? Cheikh cAli Ramitani (q) a répondu :

Pour le débutant, il vaut mieux que ce soit par la langue, et pour l'adepte, il vaut mieux que ce soit par le cœur. Il a poursuivi: «C'est parce que pour que le débutant se souvienne d'Allah, il doit faire beaucoup d'efforts. Puisque son cœur est distrait et instable et que ses efforts sont dispersés, il vaut mieux qu'il le fasse avec la langue. Mais l'adepte a déjà poli son cœur et est facilement affecté par le dhikr. Tous ses organes deviennent des Souvenirs afin que tout le corps de l'adepte, à la fois extérieurement et intérieurement, se souvienne d'Allah à chaque instant. L'équivalence de ceci est que le dhikr d'un jour de l'adepte est égal au dhikr d'un an d'un débutant.

Il a continué,

Le devoir d'un guide est d'abord de connaître la capacité du chercheur. Ensuite, il mettra sur sa langue la méthode de dhikr la plus parfaite pour l'élever au rang le plus élevé.

S'il y avait eu sur terre l'un des disciples d'Abdul Khaliq al-Ghujdawani à l'époque de Hallaj, Hallaj n'aurait jamais été crucifié. Cela signifie qu'il y aurait eu quelqu'un capable de le défendre contre les accusations des ignorants.

Shaikh Fakhruddin an-Nuri, un autre érudit célèbre de son temps, lui a demandé : « Allah a mentionné dans le Saint Coran que le Jour des Promesses, il a demandé : Alastu bi Rabbikum, qala bala [7:172] (« Ne suis-je pas votre Seigneur ? — Ils ont dit : Oui !), alors qu'au Jour du Jugement Il demandera, liman al-mulk ul-yawm [40:16] ('à qui appartient le royaume aujourd'hui ?) et personne ne répondra. Pourquoi est-ce qu'ils ont répondu à la question, 'Ne suis-je pas votre Seigneur' alors qu'au Jour du Jugement ils ne répondront pas ?" Dans sa réponse, Cheikh Ali Ramitani (q) a démontré l'incroyable profondeur de compréhension du Coran et du Saint Hadith possédée par les Maîtres Naqshbandi. Il a dit:

A la première question, 'Ne suis-je pas votre Seigneur?' a été imposée à l'humanité, c'était le jour où Allah a placé les obligations de la Loi Sacrée sur tous les êtres humains. Répondre à une question posée est une obligation en vertu de la loi. C'est pourquoi ils ont répondu à la question. Cependant, au Jour du Jugement, toutes les obligations ont pris fin, et à ce moment-là, la prise de conscience de la Vérité et du monde spirituel commence. Dans la spiritualité, il n'y a pas de meilleur énoncé que le silence, parce que la spiritualité est un flux depuis et vers le cœur sans rapport avec la langue. C'est pourquoi il n'y a pas lieu de répondre à la deuxième question. Allah lui-même répond à sa propre question, 'A qui appartient le Royaume aujourd'hui?' en disant, Lillah il-Wahid il-Qahhar"Il appartient à Allah, l'Unique, l'Irrésistible".

Après avoir reçu un ordre céleste, il a déménagé de Boukhara à Khwarazm. Lorsqu'il atteignit Khwarazm, il n'entra pas dans la ville, mais resta à sa porte et envoya son messager au roi pour lui dire,

Un pauvre tisserand est venu entrer dans votre royaume et y demeurer. Donnez-vous l'autorisation ou non ? Si vous donnez la permission, il entrera. Sinon il y retournera.

Il demanda au messager d'obtenir une lettre écrite, signée par le roi, accordant sa permission. Lorsqu'il reçut cette lettre, le Shaykh se déplaça à l'intérieur de la ville et commença à répandre la voie soufie Naqshbandi. Chaque jour, il se rendait au centre-ville, parlait avec les gens, leur demandait de venir à son association et payait leur salaire pour cette journée. Il a fait de toute la ville ses partisans, de pieux adorateurs et des gardiens dévoués du souvenir. Il est devenu très célèbre dans la ville. Les gens lui rendaient visite de partout. Sa bonne réputation fit craindre au roi et à ses ministres son influence sur le peuple. Ils ont essayé de l'expulser de la ville. Ayant prévu cet événement, il renvoya la lettre au roi. À cela, le roi est venu voir le cheikh et s'est excusé, lui demandant pardon. Il est devenu l'un de ses principaux murids.

Shaykh Ali est décédé le lundi 18 Dhul Qa'idah de l'an 715 H / 1315 CE ou 721 H / 1321 CE, à l'âge de 130 ans.

Il avait deux fils qui étaient très célèbres en suivant les traces de leur père. Cependant, il ne leur a pas transmis le secret. Au lieu de cela, il l'a passé à Shaikh Muhammad Baba as-Samasi (q).

fr_FRFR