Sélectionner une page

Salman al-Farsi radiya

Mon cœur est devenu capable de revêtir toutes les formes :
Un pâturage pour les gazelles, un monastère pour les moines,
Un temple pour les idoles, le Ka`ba des pèlerins,
Les tablettes de la Torah, le Livre du Coran.
Je professe la religion de l'Amour.
Quelle que soit la direction que prend sa monture,
L'amour est ma religion et ma croyance.

Ibn 'Arabi, Tarjuman al-ashwaq

Salman al-Farsi radiya est connu comme l'imam, le drapeau des drapeaux, l'héritier de l'islam, le juge sage, l'érudit savant et l'un des membres de la maison du prophète salla. Ce sont tous des titres que le Prophète salla lui a donné. Il s'est tenu ferme face à des difficultés et des épreuves extrêmes pour porter la Lumière des Lumières et pour répandre les secrets des cœurs pour élever les gens des ténèbres à la lumière. Il était un noble compagnon du Prophète salla. Il a rapporté soixante de ses paroles.

Il venait d'une famille zoroastrienne très respectée d'une ville près d'Ispahan. Un jour en passant devant une église, il fut attiré par des voix d'hommes en prière. Attiré par leur culte, il s'y est aventuré et l'a trouvé meilleur que la religion de son éducation. En apprenant que la religion était originaire de Syrie, il quitta la maison, contre la volonté de son père, se rendit en Syrie et s'associa à une succession d'anachorètes chrétiens. Il apprit d'eux la venue du dernier Prophète salla et les signes accompagnant son avènement. Il s'est ensuite rendu au Hijaz où il a été capturé, vendu comme esclave et emmené à Médine, où il a finalement rencontré le Prophète. salla. Quand il trouva dans le Prophète salla l'accomplissement de tous les signes dont il avait été informé par ses enseignants chrétiens, il a affirmé le témoignage de la foi - Chahada. La servitude a empêché Salman d'être aux batailles de Badr et Uhud. L'Apôtre salla l'a aidé à obtenir sa libération de l'esclavage en plantant de sa propre main trois cents palmiers et en lui donnant une grosse pièce d'or. Une fois un homme libre, il a pris part à chaque bataille ultérieure avec le Prophète salla.

Chez Ibn Ishaq Sirat Rasul Allah, nous trouvons ce qui suit dans le récit de Salman au Prophète salla de son voyage à la recherche de la vraie religion :

"`Asim ibn `Umar ibn Qatada a dit qu'on lui avait dit que Salman le Persan avait dit au Prophète salla que son maître à 'Ammuriya lui a dit d'aller à un certain endroit en Syrie où il y avait un homme qui vivait entre deux fourrés. Chaque année, comme il allait de l'un à l'autre, les malades se mettaient en travers de son chemin et tous ceux pour qui il priait étaient guéris. Il dit : 'Interrogez-le sur cette religion que vous recherchez, car il peut vous en parler.' J'ai donc continué jusqu'à ce que j'arrive à l'endroit dont on m'avait parlé, et j'ai trouvé que les gens s'y étaient rassemblés avec leurs malades jusqu'à ce qu'il sorte vers eux cette nuit-là, passant d'un fourré à l'autre. Les gens venaient à lui avec leurs malades et tous ceux pour qui il priait étaient guéris. Ils m'ont empêché de l'atteindre afin que je ne puisse l'approcher avant qu'il n'entre dans le fourré vers lequel il se dirigeait, mais je l'ai saisi par l'épaule. Il m'a demandé qui j'étais en se tournant vers moi et j'ai dit : « Que Dieu ait pitié de toi, parle-moi de la Hanafiya, la religion d'Abraham. Il répondit : « Vous demandez quelque chose que les hommes ne demandent pas aujourd'hui ; le temps est venu où un prophète sera envoyé avec cette religion du peuple du Harâm. Allez vers lui, car il vous y conduira. Puis il est allé dans le fourré. Le Prophète a dit à Salman: "Si tu m'as dit la vérité, tu as rencontré Jésus, le fils de Marie."

Dans l'une des salla batailles appelées al-Ahzab ou al-Khandaq Salman a conseillé au Prophète de creuser des tranchées autour de Médine pour défendre la ville, une suggestion que le Prophète salla heureusement accepté. Il est ensuite allé de l'avant et a aidé à creuser de ses propres mains. Au cours de cette excavation, Salman a heurté un rocher qu'il n'a pas pu briser. Le prophète salla a pris une hache et l'a frappé. Le premier coup a fait jaillir une étincelle. Il l'a ensuite frappé une deuxième fois et a produit une deuxième étincelle. Il a ensuite frappé pour la troisième fois et a produit une troisième étincelle. Il a ensuite demandé à Salman radiya, "O Salman, as-tu vu ces étincelles?" Salman a répondu: "Oui, ô Prophète, en effet je l'ai fait." Le prophète salla dit: "La première étincelle m'a donné une vision dans laquelle Allah m'a ouvert le Yémen. Avec la deuxième étincelle, Allah a ouvert Sham et al-Maghreb (l'Occident). Et avec le troisième, Allah m'a ouvert l'Orient.

Salman a rapporté que le Prophète salla dit : « Rien que la supplication détourne le décret, et rien que la justice augmente la vie », et « Ton Seigneur est généreux et généreux, et il a honte de détourner les mains vides d'un serviteur quand il les lève vers lui. Tirmidhi les a transmis.

At-Tabari raconte qu'en l'an 16 de l'hégire, l'armée musulmane s'est tournée vers le front persan. Afin d'affronter le roi perse à un moment donné, l'armée musulmane s'est retrouvée sur la rive opposée du grand fleuve Tigre. Le commandant de l'armée, Sa`d Ibn Abi Waqqas, à la suite d'un rêve, ordonna à toute l'armée de plonger dans la rivière tumultueuse. Beaucoup de gens ont eu peur et se sont retenus. SA`d, avec Salman à ses côtés, a prié en premier: "Puisse Allah nous accorder la victoire et vaincre Son ennemi." Alors Salman pria : « L'Islam génère la bonne fortune. Par Allah, traverser les rivières est devenu aussi facile pour les musulmans que traverser les déserts. Par Celui dans la main de qui repose l'âme de Salman, que les soldats sortent de l'eau en même nombre qu'ils y sont entrés. Sa`d et Salman ont ensuite plongé dans le Tigre. On rapporte que la rivière était couverte de chevaux et d'hommes. Les chevaux nageaient et lorsqu'ils étaient fatigués, le lit de la rivière semblait se soulever et les soutenir jusqu'à ce qu'ils reprennent leur souffle. Pour certains, il semblait que les chevaux chevauchaient sans effort sur les vagues. Ils ont émergé sur l'autre rive, comme Salman l'avait prié, n'ayant rien perdu de leur équipement mais une tasse en fer blanc, et personne ne s'étant noyé.

Ils ont ensuite pris la capitale perse. Salman a agi comme porte-parole et a dit aux Perses conquis : « J'ai la même origine que vous. Je serai compatissant envers vous. Vous avez trois options. Vous pouvez embrasser l'islam, alors vous serez nos frères et vous aurez les mêmes privilèges et obligations que nous. Ou vous pouvez payer le Jizyah taxe et nous vous gouvernerons équitablement. Ou nous vous déclarerons la guerre. Les Perses, témoins de la traversée miraculeuse de l'armée musulmane, acceptèrent la seconde alternative.

Salman al-Farsi a finalement été nommé gouverneur de cette région. Il était le commandant de 30 000 soldats musulmans. Pourtant, il était très humble. Il vivait de son propre travail manuel. Il ne possédait pas de maison, mais se reposait plutôt à l'ombre des arbres. Il disait qu'il était surpris de voir tant de gens passer toute leur vie pour le monde d'en bas, sans penser à la mort inévitable qui les arrachera un jour au monde.

Salman était un homme très strict et juste. Parmi les dépouilles distribuées un jour, il y avait du tissu dans lequel chaque compagnon se faisait couper un vêtement. Un jour `Umar radiya se leva pour parler et dit : « Baissez la voix pour que je vous entende. Il portait deux morceaux de ce tissu. Salman radiya dit : « Par Dieu, nous ne t'entendrons pas, car tu te préfères à ton peuple. » "Comment c'est?" demanda Omar. Il a dit: "Vous portez deux morceaux de tissu et tout le monde n'en porte qu'un." `Umar a crié: "O Abdullah!" Personne ne lui a répondu. Il dit encore : « Ô Abdullah ibn `Umar ! Abdullah, son fils a crié : « A votre service ! `Umar a dit: "Je te le demande par Dieu, ne dis-tu pas que la deuxième pièce est à toi?" Abdallah radiya a dit oui." Salman radiya dit : « Maintenant, nous allons vous entendre.

La nuit Salman radiya commencerait à prier. S'il était fatigué, il commencerait à faire Dhikr par la langue. Lorsque sa langue se fatiguait, il contemplait et méditait sur la puissance et la grandeur d'Allah dans la création. Il se disait alors : « Ô mon ego, tu as pris ton repos, maintenant lève-toi et prie. Il ferait alors Dhikr à nouveau, puis méditez, et ainsi de suite toute la nuit.

Bukhai rapporte deux hadiths qui montrent la salla considération pour Salman:

Abu Huraira rapporte :

Pendant que nous étions assis avec le Saint Prophète salla, Sourate al-Jumu`a lui fut révélé. Quand le Prophète salla récité le verset "Et Il (Allah) l'a envoyé (Muhammad) aussi à d'autres (que les Arabes)… » [62:3] J'ai dit : « Qui sont-ils, Ô Apôtre d'Allah ? Le prophète salla n'a pas répondu jusqu'à ce que j'aie répété ma question trois fois. A cette époque, Salman al-Farisi était avec nous. L'Apôtre d'Allah posa sa main sur Salman, en disant: "Si la foi était à ath-Thurayya (les Pléiades, des étoiles très lointaines), même alors certains hommes de ces gens (c'est-à-dire le peuple de Salman) l'atteindraient."

Abu Juhayfa raconte :

Le prophète salla a fait un lien de fraternité entre Salman et Abu ad-Darda al-Ansari radiya. Salman a rendu visite à Abu ad-Darda' et a trouvé Um ad-Darda' (sa femme) vêtue de vêtements minables. Il lui a demandé pourquoi elle était dans cet état. Elle a dit: "Votre frère Abu ad-Darda' n'est pas intéressé par le luxe de ce monde." Entre-temps Abu ad-Darda' est venu et a préparé un repas pour Salman. Salman a demandé à Abu ad-Darda' de manger avec lui, mais Abu ad-Darda' a dit: "Je jeûne." Salman a dit: "Je ne vais pas manger à moins que vous ne mangiez." Alors Abu ad-Darda' a mangé avec Salman. Quand il faisait nuit et qu'une partie de la nuit s'est écoulée, Abu ad-Darda' s'est levé (pour faire la prière de la nuit), mais Salman lui a dit de dormir et Abu ad-Darda s'est endormi. Après un certain temps, Abu ad-Darda' s'est de nouveau levé mais Salman lui a dit de dormir. Quand ce furent les dernières heures de la nuit, Salman lui dit de se lever alors, et tous deux firent la prière. Salman a dit à Abu ad-Darda' : « Votre Seigneur a un droit sur vous, votre âme a un droit sur vous et votre famille a un droit sur vous. Abu ad-Darda' est venu au Prophète salla et raconta toute l'histoire. Le prophète salla dit : « Salman a dit la vérité.

De ses paroles

Sulaiman al-Temi radiya  a rapporté que Salman al-Farsi radiya  a dit:

Nimrod a affamé deux lions, puis les a relâchés pour dévorer l'ami intime de Dieu, Abraham. Mais quand les lions l'ont atteint et avec la permission de Dieu, ils se sont tenus devant lui avec révérence, et ils l'ont tous deux léché avec amour et se sont prosternés à ses pieds.

Abi al-Bakhtari a rapporté que Salman al-Farsi radiya avait une servante d'origine persane et il lui a parlé une fois dans sa langue persane en disant: "Prosterne-toi une seule fois devant Dieu." Elle répondit avec dédain : « Je ne me prosterne devant personne ! Quelqu'un a demandé à Salman: "Ô Abu Abd Allah, qu'est-ce qu'elle tirerait d'une seule prosternation?" Salman a répondu: «Chaque maillon est une partie importante d'une chaîne, et peut-être que cette femme devrait accepter d'offrir une seule prosternation devant Dieu Tout-Puissant, cela pourrait alors la conduire à s'engager régulièrement à offrir les cinq prières. En fait, celui qui a part aux bienfaits de l'islam n'est pas égal à celui qui n'en a rien.

Sulaiman al-Teemi a rapporté que Salman al-Farsi radiya a dit:

Si un homme passe toute sa nuit à libérer des esclaves de la servitude et qu'un autre homme passe sa nuit à lire le Coran et à invoquer le souvenir de Dieu (Dhikr), le deuxième homme serait dans un état supérieur.

Son décès

Bien-aimé Salman al-Farsi radiya  décédé en 33 AH/654 CE sous le règne d'Outhman radiya . Il a transmis son secret au petit-fils d'Abu Bakr, Imam Abu Abd ar-Rahman Qasim ibn Muhammad ibn Abu Bakr as-Siddiq ق.

fr_FRFR