Sélectionner une page

Muhammad Sayfuddin al-Faruqi al-Mujaddidi ق

e son de la flûte est l'image de l'appel de Dieu à l'homme.
"Nous faisions tous partie d'Adam et avons entendu ces mélodies au Paradis.
"Bien que l'eau et l'argile nous aient recouverts de doutes, nous nous souvenons encore de ces sons.
« Mais puisqu'elles sont mêlées à la poussière des douleurs, comment ces notes aiguës et graves devraient-elles produire cette joie ?

-Rumi, Mathnavi

Il était un Réveil de cet Ordre et un Réveil du vrai chemin de la Sunnah. Il a tiré un grand bénéfice spirituel de son grand ancêtre, Sayyidina `Umar al-Faruq radiya, et de son grand-père, Sayyidina Ahmad al-Faruqi (q). Avec la bénédiction du Prophète salla il a pu répandre cet ordre au loin.

Il est né en 1055 H./1645 AD. Il a été élevé dans la maison de son père, Muhammad Ma'sum, et il a été nourri avec le lait de la connaissance de son père, de son grand-père et de ses ancêtres bénis. Au cours de la vie de son père, il s'est assis sur le trône de la direction et il a suivi les traces de ses prédécesseurs. Sa maison est devenue une lumière pour les érudits de la religion, qui sont venus comme des papillons de nuit de partout. Au fur et à mesure que sa connaissance subtile grandissait, sa renommée s'élevait toujours plus haut dans les cieux, atteignant les orbites des Connaisseurs, jusqu'à ce qu'il soit capable de déchiffrer les Symboles de la Connaissance Cachée et d'ouvrir le Trésor des Affaires Célestes. Il répandit la connaissance externe et interne, et il réunit les Débutants et les Adeptes, et il enseigna la Connaissance du Goût (dhawq).

Sur les ordres de son père, il s'installe dans la ville de Delhi pour répandre la connaissance de la charicun et la lumière de l'araqat. Le sultan lui-même, Muhammad Alamagir, devint son élève, et par conséquent les gens de la cour, les ministres du sultan et tous les princes devinrent ses partisans. Avec le soutien du sultan, il ne fallut pas longtemps avant que tout le royaume l'accepte. Il a incarné la Sunnah du Prophète salla et inspiré l'amour pour la sharaca dans tout le pays. Grâce à la connaissance profonde qui emplissait son cœur, il hissa haut le drapeau de l'islam et effaça les traces de l'ignorance et de la tyrannie du royaume.

Grâce aux bénédictions de la compagnie de Shaykh Sayfuddan, Allah a fait réussir le sultan dans toutes ses affaires et a empêché qu'une conduite nuisible et illégale ne se produise dans le royaume. Le sultan a banni les tyrans et les oppresseurs. Il a gardé la compagnie du Shaykh, le suivant en tant qu'étudiant. Grâce aux encouragements du Shaykh, il a pu mémoriser le Saint Coran. Il passait ses heures nocturnes à remplir les obligations de l'araqat, récitant le Dhikr, tandis que ses heures diurnes, il passait à s'occuper des affaires de son royaume.

Le Shaykh s'est efforcé d'éliminer toutes les formes de misère et de tyrannie du royaume au moyen du sultan, et a obtenu un énorme succès, jusqu'à ce que l'ensemble de l'Inde vive en paix. Il a atteint une telle position de révérence, que tous les sultans et princes se tiendraient en sa présence par respect pour lui.

Un jour, un homme se tenait avec les autres princes et sultans en présence du Cheikh, et un murmure insinuant lui vint au cœur, disant : « Ce Cheikh est si arrogant. Le Cheikh l'a regardé et a dit: "Tu as raison, parce que ma Fierté vient de la Fierté d'Allah."

Une fois, un homme a nié la véracité des paroles du Shaykh. Cette nuit-là, il a vu un rêve dans lequel un groupe d'hommes est venu et l'a attaqué. Ils l'ont battu et battu, lui demandant "Comment osez-vous nier le discours du Cheikh alors qu'il est l'Amant de Dieu?" Il s'est réveillé pour se retrouver dans une douleur intense. Il se précipita vers la présence du Shaykh et demanda son pardon.

Dans son khaniqah (centre de retraite), chaque jour environ 6 000 aspirants dormaient et mangeaient de la nourriture qu'il leur fournissait.

Un jour, il entendit de la maison de son voisin le bruit du ney (flûte de bambou). Il en fut tellement enchanté qu'il s'évanouit. Quand il revint à lui, il dit : « Pensez-vous que je suis vide de compassion et d'émotion ? Non, ceux qui écoutent le ney et ne ressentent ni compassion ni émotion sont vides. Mais quand nous entendons quelque chose de beau, nous sommes tellement touchés que nous sommes immédiatement transportés en Présence Divine.

Pour les saints, l'appel de Dieu est entendu sans aucun mélange de la "poussière des douleurs" et c'est pourquoi ils s'évanouissent quand ils l'entendent.

Un jour, un lépreux vint et lui demanda sa supplication pour qu'il soit guéri. Il a soufflé sur lui et aussitôt la maladie a disparu.

Shaykh Muhammad Sayfuddin est mort en 1095 AH/1684 CE et il a été enterré dans la ville de Sirhind. Il a transmis le secret de la Chaîne d'Or à Grand Cheikh Nur Muhammad al-Badawani.

fr_FRFR