Sélectionner une page

Arif ar-Riwakri ق

Y a-t-il un endroit où notre roi n'est pas ?
Mais Sa sorcellerie a bandé les yeux du spectateur.
Il te bande les yeux de telle sorte que tu vois un nuage de poussière à midi,
mais pas le plus grand Soleil,
Un navire en mer, mais pas les vagues de l'océan.
Le balancement du navire vous parle de la mer,
tout comme le mouvement des gens indique à l'aveugle qu'il fait jour.
N'avez-vous pas lu le verset, Dieu a mis un sceau… [2:7] ?
C'est Dieu qui met le sceau, et c'est lui qui l'enlève et soulève les revêtements [50:22]

C'était un Connaisseur dont la Vérité Intérieure lui apparaissait dans toute sa splendeur et sa lumière. Il était un Soleil de Connaissance qui illuminait le ciel sombre de son Âge. Il a été appelé la Lumière dans le Jardin de la Réalité et la Lumière dans le Jardin du Prophète salla.

Arif (q) est né dans le village de Riwakar à six milles de Boukhara et à un mille de Ghujdawan. Il se tenait à la porte de son Cheikh, Abdul Khaliq, et le servit jusqu'à ce que le Cheikh lui donne la permission de irshad (donner des conseils). Il a pris le Secret de l'Ordre de son Cheikh qui a été témoin de son accomplissement à l'état de perfection. Il a rempli les pays autour de Boukhara du parfum de ses bénédictions. Il a ouvert l'esprit et le cœur des gens de son temps aux secrets de son savoir.

Ses élèves ont enregistré plusieurs de ses paroles. Voici quelques-uns d'entre eux :

Ayez confiance en Dieu jusqu'à ce qu'Il devienne votre Maître. Faites du Souvenir de la Mort votre partenaire.

Trop d'espoir dans l'avenir vous voile du bien trouvé dans le chemin d'Allah.

Celui qui dit dix fois par jour : « Ô Allah, guide la nation de Muhammad. Oh Allah bénisse la Nation de Muhammad. Oh Allah enlève toutes les afflictions de la Nation de Muhammad », sera écrit parmi le groupe de saints connu sous le nom de Abdal.

Quiconque demande le Paradis sans aucune bonne action, cela lui sera écrit comme le Péché des Péchés. Quiconque attend l'intercession sans cause, a une forme d'orgueil.

Il est surprenant de voir autant de Justes (saliheen), et pourtant si peu de croyants véridiques (sadiqine).

 Pour obtenir la guérison de toute affliction, gardez votre affliction secrète des gens, car elle ne peut vous être d'aucune utilité. Ils ne peuvent ni vous aider ni l'empêcher de vous parvenir.

Il y a trois sortes de cœurs : le cœur comme une montagne, que rien ne peut ébranler ; le cœur comme un palmier, ses racines fermes mais ses branches en mouvement ; et le cœur comme une plume, que le vent souffle de droite à gauche.

Qui espère protéger sa religion, doit éviter la compagnie des gens.

Ô Allah, chaque fois que tu veux me punir, fais-le, mais ne m'éloigne pas de Ta Présence

fr_FRFR