Sélectionner une page

Abdullah ad-Dahlawi ق

N'est-ce pas assez triste que je te supplie sans cesse,
Comme si j'étais loin de Toi, comme si Tu étais absent ?
Je demande Ta charité sans avidité, et je n'en vois aucune
Qui est aussi pauvre que moi, et qui te désire comme je te désire.

Abu-l-Hasan Nuri

Il était le Sommet des Connaisseurs et le Roi des Guides Parfaits, le Révélateur de la Connaissance de la Religion et le Révélateur du Secret de la Certitude ; le Vérificateur de l'Etat de Perfection, Shaykh de tous les Shaykhs du sous-continent indien, l'Héritier de la Connaissance et des Secrets de l'Ordre Naqshbandi. Il est connu comme l'Unique Plongeur et Nageur dans l'Océan de l'Unité ; le voyageur dans le Désert de l'État Ascétique ; le Qutb de tous les ordres et le Soufre Rouge (« Le plus rare du rare ») de toute vérité.

Il s'est perfectionné et s'est paré de la meilleure éthique et des meilleures manières. Il s'est élevé jusqu'aux Cieux Supérieurs de la Connaissance Spirituelle et s'est orné de ses étoiles. Il est devenu le premier dans toutes les sciences. Il est devenu une pleine lune et il a vu sa lumière venir du soleil de son professeur, jusqu'à ce que son professeur accepte de le former formellement et de prendre soin de lui.

Le Shaykh l'a soutenu au moyen de son pouvoir spirituel et l'a élevé à la plus haute bénédiction qu'il avait atteinte, jusqu'à ce qu'il atteigne l'état de la certitude de la vérité et l'état de l'Arbre Lote le plus éloigné. Puis il l'a renvoyé dans ce monde, jusqu'à ce qu'il devienne, comme nous l'avons dit précédemment, le guide de tout être humain. Il a reçu la permission de donner l'initiation à l'Ordre Naqshbandi. Il a soutenu le sharaca, a confirmé la sunnah et a ravivé la vérité de cinq tariqats : Qadiri, Suhrawardi, Kubrawi, Chishti et Naqshbandi. Il a transmis les secrets et l'autorité des cinq Tariqats à son successeur, et à travers lui à tous les Cheikhs suivants de la Chaîne d'Or. Il a élevé tous ses murids aux stations exaltées du abdal (Suppléants-Saints) et awtad (Pilier-Saints).

Il est né en 1158 H./1745 AD. dans le village de Bitala au Pendjab. Il était un descendant de la Famille du Prophète salla. Son père était un grand érudit et un ascète formé au Qadiri Tariqat par Shaykh Nasir ad-Din al-Qadiri, qui avait été formé par Khidr salla. Avant sa naissance, son père a vu dans un rêve Sayyidina cAli, le quatrième khalif, lui disant : "Appelle-le par mon nom". Sa mère a vu dans un rêve un homme pieux lui dire : « Tu vas avoir un garçon. Appelle lecAbdul Qadir. Alors son père et sa mère virent le même rêve dans lequel le Prophète salla leur a dit : « Appelez-le cAbdallah. » Parce que l'ordre du Prophète avait préséance sur toute autre suggestion, il fut nommé cAbdullah Shah GhulamcAli.

Il a mémorisé le Coran en un mois grâce à son génie. Il s'est éduqué dans la connaissance externe et spirituelle, jusqu'à ce qu'il devienne le plus élevé des savants. Dans sa jeunesse, il est allé plusieurs fois dans le désert, y faisant du dhikr pendant des mois d'affilée, se nourrissant de la nourriture qu'il pouvait trouver. Une fois, il est resté 40 jours sans dormir et sans manger un morceau de nourriture. Son dhikr ne s'est pas arrêté. Le Cheikh de son père ordonna à son père de lui amener son fils pour l'initier au Qadiri Tariqat. La nuit même où il atteignit la maison du Cheikh, le Cheikh mourut. Son père lui dit : « Nous t'aurions volontiers donné le Qadiri Tariqat, mais maintenant tu es libre de trouver la voie qui te convient.

Il tint compagnie aux Shaykhs du Chishti Tariqat à Delhi, parmi lesquels Shaykh Dia'ullah, Shaykh cAbdoul cAddad, khalif de Shaykh Muhammad Zubair, Shaykh Mirdad, Mawlana Fakhruddin et bien d'autres, jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de vingt-deux ans. Il est venu seul à la khaniqah de Shaykh Jan Janan Habibullah (q). Il a demandé sa permission d'entrer dans l'Ordre Naqshbandi-Mujaddidi. Shaykh Habibullah lui dit: "Il vaut mieux que tu sois avec ces ordres qui ont du goût et de la compassion, car dans notre Tariqat il n'y a rien d'autre que de lécher la pierre sans aucun sel." Il a dit: "C'est mon objectif le plus élevé." Shaykh Habibullah l'a accepté et a dit : « Qu'Allah vous bénisse. Reste ici."

Il a dit: «Après avoir reçu la connaissance du hadith et mémorisé le Coran et appris son interprétation, je me suis tenu en présence de mon Shaykh. Il m'a donné l'initiation au Qadiri Tariqat avec sa main sainte. Il m'a également donné une initiation au Naqshbandi-Mujaddidi Tariqat. J'ai été en présence des cercles de Dhikr et en sa compagnie pendant 15 ans. Puis il m'a donné l'autorisation de guider et de former des muridés.

"J'étais hésitante au début, parce que j'avais peur que Sayyidina cAbdul Qadir Jilani (q) ne me donnerait pas la permission d'enseigner dans l'Ordre Naqshbandi. Je l'ai vu en vision un jour pendant ma période d'hésitation, assis sur un trône. Shah Naqshband (q) est entré. Immédiatement il se leva et il mit Shah Naqshband sur le trône et il resta debout en sa présence. Il m'est venu à l'esprit que c'était un signe de respect pour Shah Naqshband. Il m'a dit : « Va voir Shah Naqshband. Le but est Allah. Quel que soit le chemin que vous choisissez, vous pouvez l'atteindre.

Il a dit : « Je vivais des revenus d'une propriété que je possédais. Je l'ai donné pour l'amour d'Allah. Après cela, j'ai rencontré de nombreuses difficultés parce que je n'avais aucun revenu. Il ne me restait plus qu'une vieille natte pour dormir par temps froid et un petit vieil oreiller sur lequel j'appuyais ma tête. Je suis devenu très faible. Je me suis enfermé dans ma chambre et je me suis dit : « Ô mon Soi, ceci est ta tombe. Je ne vais pas vous ouvrir cette porte. Tout ce qu'Allah vous accorde, vous pouvez le prendre. Vous allez vivre ici sans nourriture et sans rien d'autre que cette natte et cet oreiller. Votre nourriture va être de l'eau. Ô mon esprit, ta nourriture va être Dhikrullah.' Je suis resté dans cet état 40 jours, devenant très faible, quand Allah a envoyé quelqu'un frapper à ma porte. Il m'a servi de la nourriture et m'a fourni des vêtements pendant 50 ans.

Il a dit: «Quand j'ai verrouillé la porte de ma chambre et que j'ai dit ce que j'ai dit, le soin d'Allah m'a atteint. Un jour, une personne est venue vers moi et m'a dit : 'Ouvre la porte.' J'ai dit : 'Je ne veux pas l'ouvrir.' Il a dit : 'Tu n'as pas besoin de moi ?' J'ai dit: 'Non, j'ai besoin d'Allah, Tout-Puissant et Exalté.' À ce moment-là, j'ai eu une vision dans laquelle j'ai été élevé dans la présence d'Allah et c'était comme si j'avais passé mille ans en sa présence. Puis je suis revenu et Il m'a dit : 'Ouvre cette porte.' Après cela, je n'ai jamais rencontré de difficulté. 

Les gens venaient à lui de partout. Sa renommée a atteint Byzance, l'Irak, le Khorasan, la Transoxiane et la Syrie. Sa renommée a atteint l'Afrique du Nord. Il envoya ses califes et adjoints partout sur l'ordre de Sayyidina Muhammad salla. Parmi eux se trouvait Sayyidina Khalid Baghdadi (q). Il a atteint les gens à travers les rêves et a guidé les gens dans des pays lointains. Ils ont voyagé jusqu'à lui de très loin, lui disant : « Tu m'as appelé à toi à travers mes rêves.

Sa khaniqah nourrissait 2 000 personnes chaque jour et elle était toujours pleine. Il n'a jamais gardé de nourriture pour le lendemain. Par pudeur il ne dormait jamais en étendant les pieds, car il avait peur d'étendre les pieds vers le Prophète salla ou des saints ou la Présence Divine. Il ne s'est jamais regardé dans un miroir. Si un chien entrait dans sa maison pour manger, il disait : « Ô Allah, qui suis-je pour être un intermédiaire entre toi et ton amant ? Et qui suis-je pour les nourrir quand Tu me nourris et que Tu les nourris ? O Allah, je demande pour le bien de ta création, celle-ci et tous ceux qui viennent me demander miséricorde, envoie-moi miséricorde pour eux et rapproche-moi de toi et aide-moi à m'accrocher à la Sunnah du Prophète salla et d'accepter ce que vous avez prescrit et de laisser ce que vous avez interdit.

Il a dit: "Une fois, Ismacil al-Madani est venu me rendre visite, par l'ordre du Prophète salla. Depuis son pays, le Hijaz, il avait parcouru des milliers de kilomètres. Il avait apporté avec lui quelques-unes des reliques du Prophète salla et il me les a donnés en cadeau. Je les ai mis dans la Grande Mosquée de Delhi.

Il a dit: «Une fois, le roi de Nabdilkahand est venu vers moi et il portait les vêtements des incroyants. Quand je l'ai vu, j'étais en colère contre lui et je lui ai dit: "Tu ne peux pas t'asseoir en ma présence dans de tels vêtements." Le roi dit : « Si tu me condamnes à ce point, je ne viendrai pas dans ton association. Le Shaykh a dit: "C'est mieux." Il se leva avec colère pour partir. Lorsqu'il atteignit la porte, il lui arriva quelque chose, personne ne savait quoi. Il a jeté les vêtements des incroyants et est revenu en courant et a embrassé la main du Cheikh et a pris l'initiation (la baiecah) de lui et est devenu l'un de ses fidèles disciples. Ils lui ont demandé plus tard ce qui s'était passé. Il a dit: "Quand je sortais, j'ai vu le Cheikh entrer par la porte avec le Prophète salla, alors qu'il était à l'intérieur ! C'est ce qui m'a fait revenir vers lui.

Il a très peu dormi. Quand il s'est réveillé pour Tahajjud (tard dans la nuit) prières, il réveillait tout le monde pour s'asseoir avec lui pour la contemplation et la lecture du Coran. Chaque jour, il avait l'habitude de lire un tiers du Coran, puis de faire la prière du Fajr avec le groupe. Puis il s'asseyait dans le cercle du Dhikr et de la Contemplation jusqu'au lever du soleil. Il priait Ishraq et ensuite il faisait un discours. Il s'asseyait pour réciter des hadiths et lire des commentaires sur le Coran. Il prierait  Duha (Late Morning Prayer) puis s'asseoir pour manger avec tous ses disciples. Il mangeait peu et après avoir mangé, il lisait des livres religieux et spirituels et écrivait quelques lettres. Après Dhuhr (prière de midi) il s'asseyait et récitait le tafsir et le hadith jusqu'à cAsr temps. AprèscAsr il parlait du soufisme et de ses sommités distinguées, comme al-Qushayri, ou Ibn 'Arabi ou Shah Naqshband (q). Puis il s'asseyait dans un cercle de Dhikr jusqu'à Maghrib. Après Maghrib, il siègera dans le cercle privé de ses partisans. Puis il dînait et priait cIcha. Après cIcha il passait la nuit dans le dhikr et la contemplation. Il ne dormait qu'une ou deux heures, puis il se réveillait Tahajjud.

Sa mosquée était trop petite pour ses partisans, car elle ne pouvait contenir que 2 000 personnes. Il avait donc l'habitude de réciter tour à tour le dhikr pour ses disciples, remplissant à chaque fois la mosquée.

Quiconque lui faisait un don, il paierait d'abord le zakat d'elle, selon l'cole de l'Imam Abu Hanifa, sans attendre le passage d'un an, parce que donner le zakat tout de suite vaut mieux que de faire l'aumône volontaire. Il utiliserait ce qui restait pour préparer de la nourriture et des sucreries pour les pauvres et pour les besoins de sa zawiya et pour ses propres besoins.

Certaines personnes volaient cet argent et il ne les réprimandait pas, mais les laissait à Allah. Un jour, un homme lui a volé un livre et est ensuite revenu le revendre. Il l'a félicité et lui a donné l'argent. L'un de ses partisans a dit: "Ô mon maître, ceci provient de votre propre bibliothèque et il contient votre signature." Il dit : « Ne médisez pas, c'est entre lui et Allah. »

Il s'est toujours assis sur ses genoux, jamais les jambes croisées ou avec les jambes allongées, mais en gardant le respect pour le Prophète salla et il est mort dans cette posture. Il cachait ce qu'il donnait en charité. Il n'a jamais montré combien il a donné ni à qui. Il portait de vieux vêtements. Si on lui donnait de nouveaux vêtements, il les vendrait et achèterait beaucoup de vieux vêtements avec son prix. Il a dit: "Mieux vaut que plusieurs aient des vêtements que pour un seul d'avoir de beaux vêtements."

Son association était comme l'association de Sufyan ath-Thawri, un compagnon du Prophète salla: jamais une voix forte ne s'est élevée, ni la médisance ne s'est produite, ni les affaires du monde n'ont été discutées. Rien n'y était entendu, sauf la spiritualité et la religion.

Un jour, le Shaykh jeûnait et l'un de ses partisans parla durement du roi de l'Inde. Il lui dit : « Quel dommage pour moi, j'ai perdu mon jeûne. Ils lui ont dit : « Ô notre maître, tu n'as rien fait, celui qui a parlé est responsable. Il a dit : « Non, celui qui parle et celui qui écoute participent également à ce péché.

Il aimait le Prophète salla à tel point qu'à chaque fois qu'il entendait son saint nom, il tremblait et s'évanouissait. Il était méticuleux dans la suite du Prophète salla dans ses actions et dans l'observation de sa Sunna.

Les paroles de sa perfection et la perfection de ses paroles

Il a dit:

« L'Ordre Naqshbandi est construit sur quatre principes : garder la Présence d'Allah ; inspirations divines; attraction; et sans tenir compte des chuchotements.

"Celui qui demande le Goût et le Désir ne demande pas vraiment la Réalité de la Présence Divine."

"Le Seeker doit être pleinement conscient de la façon dont il passe chaque instant. Il doit savoir comment il a prié ; il doit savoir comment il a lu le Coran ; il doit savoir comment il a lu le Hadith ; il doit savoir comment il a lu le Dhikr ; il doit savoir combien de ténèbres il a reçu d'une nourriture douteuse.

« La nourriture est de deux sortes ; l'un est de satisfaire le moi et le second est de nourrir le moi. Le premier type n'est pas acceptable, mais l'autre est accepté car il fournit la force nécessaire pour remplir vos obligations et garder la Sunnah du Prophète salla.”

"Tout comme demander alal (choses permises) est une obligation pour chaque croyant, il en va de même pour le rejet de  halal une obligation pour tout Connaissant : le Connaissant, le Soufi, est celui qui rejette le dounya (Monde inférieur) et le akhira (Next World), même s'ils sont autorisés. Il n'accepte rien d'autre qu'Allah, Tout-Puissant et Exalté.

« Il doit être compris de tous que le Prophète salla est la somme de toutes les perfections. L'apparition de sa perfection dans chaque siècle et à chaque époque a été conforme à la préparation et à l'état de ce siècle et de cette époque. C'est pourquoi l'apparition de sa perfection dans sa vie et à l'époque de ses Compagnons était sous la forme de Jihad et de lutte et uncwah (Appel à la religion). Son apparition aux saints dans les siècles suivants à travers sa sainte présence était sous la forme d'effacement de soi, d'annihilation, de goût, de compassion, d'émotion, de secrets d'unité et de tous les autres états spirituels. C'est ce qui est apparu au cœur et sur la langue des saints.

« Pour nous, la nuit de la faim est la nuit de l'Ascension. La nuit de la faim est la nuit du désir d'Allah.

"Baiecah (Initiation) est de trois catégories : la première est pour l'intercession des Shaykhs ; la seconde est de se repentir des péchés ; le troisième est d'adhérer à, de se connecter et de recevoir la lignée.

"Toutes les perfections d'un être humain, sauf la perfection prophétique, sont apparues dans Sayyidina Ahmad al-Faruqi (q), et la perfection prophétique est apparue dans Sayyidina Shah Naqshband (q)."

« Les hommes sont de quatre catégories : ceux qui sont à peine humains parce qu'ils ne demandent que la dounya; ceux qui demandent l'au-delà; les humains matures qui demandent l'au-delà et Allah; humains spéciaux qui ne demandent qu'Allah.

« Les âmes des êtres humains seront prises par l'Ange de la Mort, mais les âmes des Élus ne peuvent être approchées par aucun ange ; Allah Lui-même les prend de Sa Sainte Main.

"L'Esprit Divin est l'esprit qui connaît son chemin vers son but sans médiateur, et l'Esprit Terrestre est l'esprit qui a besoin de voir son chemin au moyen d'un guide et d'un saint."

"Quiconque veut servir, il doit servir son Shaykh."

De ses visions

Il a dit au sujet de ses visions,

"Une fois, j'ai eu une vision dans laquelle j'ai vu al-Mir Ruhullah, l'un des disciples de Jan Janan Habibullah (q), me disant, 'Le Prophète salla est entrain de t'attendre.' J'ai déménagé dans cette vision à l'endroit où le Prophète salla attendait. Il m'a étreint et par cette étreinte j'ai changé pour lui ressembler. Puis j'ai changé pour ressembler à l'image de mon Shaykh, Jan Janan Habibullah. Puis j'ai changé pour ressembler à Amar Kulal (q). J'ai ensuite changé pour être comme Shah Naqshband (q), puis j'ai changé pour être comme cAbdul Khaliq al-Ghujdawani (q). Puis j'ai changé pour être comme Sayyidina Abu Bakr as-Siddiq radiya, l'Ami du Prophète salla.”

"Une fois, j'ai eu une vision proche de l'époque de cIcha prière dans laquelle j'ai vu le Prophète salla venant me voir et me disant : 'J'ai des conseils pour toi et tes partisans ; jamais dormir avant cIcha.'"

"Une fois, j'ai eu une vision où je demandais au Prophète salla, 'Tu as dit : 'Celui qui Me voit voit la Vérité'. Il a dit: "Oui, et il verra Allah, Tout-Puissant et Glorieux."

"Une fois, j'ai eu une vision dans laquelle j'ai vu le Prophète salla venant à moi et il me disait: 'Ne cessez jamais de lire le Coran et de faire le dhikr, vous et vos partisans, et envoyez-moi toujours sa récompense en cadeau; vous en retirerez une grande récompense.

"Une fois j'ai eu une vision et j'ai dit au Prophète salla, 'J'ai très peur du feu de l'enfer.' Il m'a dit: 'Celui qui nous aime n'entre jamais dans le feu.'”

"Une fois, j'ai eu une vision et j'ai vu Allah, Tout-Puissant et Exalté, me parler. Il m'a dit : 'Votre visage est le visage du Sultan des Saints, et vous êtes celui-là.'

« J'ai vu dans une vision Shah Naqshband (q) venir vers moi, me prendre dans ses bras et entrer dans mes vêtements. Nous étions un. Je lui ai demandé : 'Qui es-tu ?' Il répondit : 'Shah Baha'uddin Naqshband, et tu es moi et je suis toi.'

Une fois, il était au bord de la mer et les vagues faisaient rage et il a vu un bateau qui naviguait. Il risquait de sombrer, mais dès qu'il l'a regardé, le navire a cessé de tanguer et la mer s'est calmée.

Une fois, l'un de ses partisans, Shaykh Ahmad Yar, voyageait pour affaires dans une caravane. La caravane s'arrêta pour se reposer. Il s'endormit et vit son Shaykh dans un rêve disant : "Partez immédiatement d'ici, il y a des voleurs qui sont sur le point d'attaquer." Il s'est réveillé et a dit aux gens, mais ils ont refusé de le croire. Il est parti tout seul et les voleurs sont venus et ont tué tout le monde.

Un jour, Shaykh Zul Shah partit rendre visite à Shaykh cAbdullah de très loin. Il s'est perdu en chemin. Un homme est venu vers lui et l'a dirigé dans la bonne direction. Il a demandé à l'homme qui il était. Il a répondu: "Je suis celui que vous allez visiter."

Shaykh Ahmad Yar a dit, "Une fois, Shaykh cAbdullah est allé présenter ses condoléances à une dame pieuse dont la fille était décédée. Elle et son mari le servaient. Il a dit à la femme et à son mari : « Allah va vous donner un fils à la place de votre fille. Elle a dit : « J'ai soixante ans et j'ai dépassé l'âge de procréer, et mon mari a 80 ans. Comment est-il possible que nous puissions avoir un enfant ? Il a dit : « Ne demandez pas comment Allah peut faire cela ! Ce sont Ses bénédictions pour vous et mes bénédictions pour vous.' Puis il est sorti et a fait ses ablutions et est venu à la mosquée et a prié deux rakcats. Puis il leva les mains en ducun (invocation) et dit: "O Allah, accorde-leur l'enfant comme tu me l'as promis." Puis il s'est tourné vers moi et m'a dit : 'Ce du'a a été accepté.' Plus tard, la femme a donné naissance à un fils.

Un jour, une femme qui était parente de Mir Akbar cAli et un disciple du Shaykh sont tombés malades. Mir Akbar cAli est venu voir le Shaykh et lui a demandé de prier Allah d'enlever la maladie, mais le Shaykh a refusé de faire cette invocation.. Mir Akbar cAli a insisté. Le Shaykh dit : « C'est impossible, car cette dame va mourir dans quinze jours. Mir cAli est retourné et deux semaines plus tard, la femme est décédée.

Une fois, dans la région autour de Delhi, il y a eu une sécheresse et aucune récolte n'a pu pousser. Les gens étaient désespérés. Un jour particulièrement chaud Cheikh cAbdullah est sorti dans la cour de la mosquée et, alors que le soleil battait, il a dit : « Ô Allah, je ne bougerai pas d'ici jusqu'à ce que Tu nous averses de pluie. Il n'avait pas fini son invocation que le ciel s'est rempli de nuages et qu'il a commencé à pleuvoir. Cette pluie a continué pendant 40 jours.

Il a dit : « Je voudrais mourir comme mon Shaykh, Mirza Jan Janan Habibullah, en martyr. Mais je me souviens qu'après son décès, les gens ont souffert d'une sécheresse pendant trois ans et il y a eu beaucoup de tueries et de troubles parce qu'Allah était en colère contre ceux qui l'avaient tué. Par conséquent, ô Allah, je ne demande pas à mourir de cette façon, bien que je le veuille, mais je te demande de me conduire à Toi. »

Il est décédé le 12 Safar de l'année 1241 H./1825 CE. Il est mort avec le livre des Narrations du Prophète salla,  Jami` at-Tirmidhi, dans ses mains. Il a été enterré à côté de son Shaykh dans la maison de Jan Janan Habibullah. khaniqah à Delhi.

Il a laissé de nombreux livres, dont Maqamat an-Naqshbandiyya, Risalat al-Ishtighal bi Ismi-l-Jalal, Manahij at-Tahqiq, et Minatu-r-Rahman.

fr_FRFR