Sélectionner une page

as-Sayyid Nur Muhammad al-Badawani ق

Écoute, ô faqir: chaque fois qu'il me manquait quelque chose, grand ou petit, et que je m'en détournais en me tournant vers mon Seigneur, je le trouvais là devant moi, grâce à la puissance de Celui qui entend et sait. Nous voyons que les besoins des gens ordinaires sont satisfaits en leur prêtant attention, tandis que les besoins des élus sont satisfaits par le fait même qu'ils se détournent d'eux et se concentrent sur Dieu.

"Celui qui, en se souvenant de moi, est distrait de sa requête, recevra plus que ceux qui demandent

-Mulay al-cArabi ad-Darqawi

Il était un descendant du Prophète salla. Sa lumière était alimentée par la Station Céleste. Il a versé dans les cœurs confus de son temps, la paix et le bonheur, jusqu'à ce qu'il devienne l'apparence de chaque faveur et un moyen pour Allah Tout-Puissant et Exalté, pour chaque personne de son temps. Par lui, Dieu a renouvelé la loi divine, charicun et la réalité spirituelle, haqiqa, comme la pleine lune par une nuit noire. Combien de Sunna qui avaient été rejetées a-t-il fait revivre et combien d'innovations qui avaient été lancées a-t-il supprimées ?

Il est né en 1075 H./1664 AD. Il a été élevé dans une maison bénie, étanchant sa soif de connaissances externes et internes à la fontaine de l'Ordre Naqshbandi dès sa plus tendre enfance. Il a reçu les bénédictions de ses Shaykhs, et ils étaient fiers de ses progrès. Il a continué à faire progresser son état jusqu'à ce que, dans le pays de l'Inde, il devienne une lampe brillante. Des visiteurs venaient à lui de partout, recevant de lui à la fois les bénédictions de ses secrets et les bénédictions de ses ancêtres. Il était assis sur le Trône de la Tariqat à la suite de son maître, et il était comme un phare guidant par sa lumière tous ceux qui cherchaient la Voie. Il a laissé derrière lui un nom célèbre, et comment pourrait-il en être autrement lorsque le prophète Mahomet salla était son ancêtre ? Il était une branche de l'arbre de la connaissance prophétique et un descendant de la pure famille du prophète salla. Il n'est pas étonnant qu'il soit devenu le Qibla des saints et son seuil est devenu le but de tout le peuple de Dieu.

Il était si pieux qu'il passait la plupart de son temps à lire et à étudier les adab (éthique et caractère) du Prophète salla et le caractère et la bonne conduite des saints. Son strict respect de la Forme et de l'Intention du Prophète salla dans toutes ses actions est illustré par l'incident suivant. Un jour il entra dans la salle de bain avec son pied droit, ce qui est contraire à la prescription du Prophète salla. Il en résulta qu'il fut constipé pendant trois jours, parce qu'il s'était écarté des convenances de la Sunna en ce seul pas. Il a demandé pardon à Allah et Allah l'a soulagé de sa détresse.

Il a commencé sa vie dans un état d'effacement de soi. Il est resté dans cet état pendant quinze ans. Pendant cette période, il était toujours dans l'état d'effacement de soi, et il n'était jamais sorti de cet état sauf pendant les prières rituelles. Quand il priait, il retournait à la conscience de soi et exécutait les prières. Il reviendrait alors dans cet état. Il prenait soin de ne manger que des gains faits à la sueur de son front. Il ne mangeait que du pain qu'il cuisait lui-même, et il ne le mangeait qu'en très petits morceaux. Il passait tout son temps dans la méditation et la contemplation. Quand le pain était fini, il revenait pour en préparer d'autres, puis il retournait à la contemplation et à la méditation. De sa contemplation excessive, son dos s'est courbé. Il était au service de son Shaykh pendant de nombreuses années. Il a également servi Shaykh Muhammad Muhsin, fils du grand narrateur de hadith de son temps, Shaykh cAbdul Haqq, l'un des khalifs de Muhammad Macsomme (q), jusqu'à ce que, grâce à son service, il atteigne un haut degré de perfection.

Il avait l'habitude de dire : « Au cours des trente dernières années, la pensée : « Comment vais-je gagner ma vie ? » ne m'est jamais venue à l'esprit. Le sujet de l'approvisionnement ne m'est jamais venu à l'esprit, mais je mangeais quand j'en ressentais le besoin. Il n'a jamais mangé de la nourriture d'une personne fière. Il a dit: "La nourriture des riches riches contient des ténèbres."

S'il empruntait un livre, il le lirait en trois jours, parce qu'il a dit: "Le reflet de l'obscurité et de l'ignorance du propriétaire du livre se reflétera sur moi." Il était très prudent dans ces affaires. Son khalif, Sayyidina Habibullah (q), avait l'habitude de pleurer quand il se souvenait de lui, et il disait à ses partisans : « Vous n'avez pas vu cette sainte personne. Si vous aviez été à son époque, cela aurait renouvelé votre foi en la puissance d'Allah qu'Il ait créé une telle personne.

Sayyidina Habibullah avait aussi l'habitude de dire : « Les visions de Shaykh Nur Muhammad al-Badawani étaient extrêmement détaillées et incroyablement précises. Il avait l'habitude de voir avec son cœur mieux que quiconque ne peut voir avec ses yeux. Il m'a dit un jour alors que j'étais en sa présence : « Ô mon fils, je vois en toi les traces de l'adultère. Qu'as-tu fait aujourd'hui ? J'ai dit, 'Ô mon Shaykh quand je venais vers toi mes yeux ont vu une femme dans la rue.' Il a dit : 'La prochaine fois, prends soin de protéger tes yeux.'

Cheikh Habibullah a dit : « Une fois, alors que j'allais chez le Cheikh, j'ai vu un alcoolique dans la rue. Quand je suis venu voir le Shaykh, il m'a dit : « Je vois en toi des traces d'alcool. J'ai réalisé à partir de là que tout dans cette vie se reflète d'une personne à l'autre, et le caractère d'une personne se reflète sur une autre. C'est pourquoi nous devons nous garder très purs à tout moment et toujours être en compagnie du peuple d'Allah.

Shaykh Habibullah a dit : « Un jour, une dame vint vers lui et lui dit : « Ô mon Shaykh, un être spirituel (djinn) kidnappé ma fille et j'ai essayé par tous les moyens de la récupérer, mais en vain. Il médita sur ce sujet pendant environ une heure. Puis il a dit : 'Votre fille viendra demain à l'heure de la prière de l'après-midi, alors maintenant allez vous reposer.' La dame a dit : « J'avais tellement hâte que ce temps vienne et que ma fille apparaisse, que je pouvais à peine me reposer. Au moment précis que le Cheikh avait mentionné, j'ai entendu frapper à la porte et ma fille est entrée. Je lui ai demandé ce qui s'était passé. Elle a dit : « J'avais été kidnappée et emmenée dans le désert par un djinns. J'étais là dans le désert et tout à l'heure un Shaykh est venu et m'a pris par la main et m'a amené ici.

Shaykh Nur Muhammad al-Badawani est mort en l'an 1135 AH/1722-23 CE. Il a transmis le secret de la chaîne d'or à son successeur, Shaykh Shamsuddin Habib Allah Jan-i-Janan al-Mazhar.

fr_FRFR