Sélectionner une page

Abu Muhammad al-Madani ق

L'homme de Dieu est ivre sans eau,
L'homme de Dieu est rassasié sans viande rôtie.
L'homme de Dieu est tout confus, désemparé,
L'homme de Dieu n'a besoin ni de nourriture ni de sommeil.
L'homme de Dieu, c'est une mer sans bornes,
L'homme de Dieu fait pleuvoir des perles sans nuage.
L'homme de Dieu ne connaît pas le mal mais le bien.

-Rumi

Ses bénédictions ont atteint tout le monde en son temps. Il était un spécial (khas), portant les Secrets des Descriptions Prophétiques. Il s'est assis sur le trône de la direction, diffusant des connaissances externes et internes, en particulier de la présence divine. Il était un maître de cet Ordre. Il était distingué parmi les Connaissants. Il était un partisan des faibles. Il avait un grand pouvoir miraculeux, qui était visible partout où il allait.

Il est né à Kikunu, un district de Ghunib, dans l'état de Timurhansuro, Daghestan en l'an 1251 H./1835 AD. Il a émigré avec sa famille du Daghestan en l'an 1314 H./1896 AD. à la ville de Rashadiya, entre Bursa et Istanbul.

Il était un véritable héritier de l'apparence physique du Prophète salla et son héritier spirituel. Il était très beau, et il ressemblait au Prophète salla selon la description du Prophète salla dans le sirah (Histoire de la vie). Il est l'auteur d'un livre intitulé "Ya waladi», « Mon Fils », dans la tradition de l'Imam Ghazali qui a écrit «Ayyuha-l-walad», « Ô mon fils ».

Le village de Kikunu, dans lequel il a grandi, était un lieu spirituel. Les villageois ont observé la charia et tous ont suivi les cheikhs. Un jour avant sa naissance, Shaykh Abu Ahmad as-Sughuri ق est passé par le village et il a dit : « De ce village, un enfant illuminé va apparaître. Sa lumière brillera de la terre au ciel. Il va être un grand saint. Il prédisait la naissance et le rang élevé de Sayyidina Abu Muhammad al-Madani ق.

Le Daghestan à son époque était connu comme "la Terre des Saints". Au cours de ses premières années, deux grands Shaykhs y vivaient, Shaykh Muhammad Effendi al-Yaraghi ق et Sayyid Jamaluddin al-Ghumuqi ق.

Il a reçu le pouvoir de guider dans six tariqats : Qadiri, Rufa`i, Shadhili, Chishti, Khalwati et Naqhsbandi. Il était célèbre en tant que Shaykh dans les six Tariqats.

De ses miracles

Une fois, avant que Shaykh Muhammad al-Madani (q) ne prenne l'Ordre Naqshbandi, Hajji Nuri et Hajji Murtaza sont passés par son village et ils lui ont dit: "Nous allons rendre visite à Ahmad as-Sughuri pour prendre bayah de lui. Voudriez-vous venir avec nous ? Il a dit, "Oui," et tous les trois ont fait l'intention de prendre le tariqat de Sayyidina Ahmad as-Sughuri (q).

Sayyidina Ahmad as-Sughuri leur a donné des conseils, puis il a appelé Abu Muhammad al-Madani, lui a donné bay`ah dans l'Ordre Naqshbandi et a planté le Dhikr sur sa langue. Il n'a rien donné à Hajji Murtaza et Hajji Nuri. Il leur a dit : « J'ai donné le secret à Abu Muhammad al-Madani. Inutile de m'enlever le secret. Prenez-le lui. Quiconque souhaite prendre ma tariqat peut le faire par l'intermédiaire d'Abu Muhammad al-Madani. Ils se sont plaints dans leur cœur : « Pourquoi Ahmad as-Sughuri a-t-il mis Abu Muhammad al-Madani comme intermédiaire entre nous ?

Un jour, il y eut une sécheresse dans leur village. Les gens du village leur ont demandé de passer par le village d'Abu Muhammad al-Madani pour lui demander de prier Allah pour la pluie. En chemin pour le voir, ils se dirent: "Nous saurons maintenant s'il est vraiment un saint et pourquoi Sayyidina Ahmad as-Sughuri l'a mis devant nous." En chemin, ils passèrent devant une maison et virent une belle dame à l'intérieur. Ils étaient tellement attirés par la beauté de cette dame qu'ils restèrent longtemps à la regarder. Finalement, ils arrivèrent à la maison d'Abu Muhammad et ils frappèrent à la porte.

De l'intérieur, il dit : « Qui est à la porte ? Ils se parlaient à voix basse en disant: "Comment pourrait-il être un Cheikh alors qu'il ne sait pas qui est à sa porte?" Ils frappèrent à nouveau, mais il n'y eut pas de réponse. Puis de derrière la porte est venue sa voix, " Hajji Murtaza et Hajji Nuri, il est facile pour quelqu'un de devenir un Shaykh et un guide sans savoir qui est derrière la porte, mais il est très difficile pour quelqu'un de devenir un Shaykh et un guide qui suit ses désirs d'une manière qui n'est pas acceptable, en regardant des femmes nues. Il leur dit: "Je ne peux pas vous permettre d'entrer dans ma maison."

Dans leur hâte de partir, ils oublièrent de lui dire qu'ils étaient venus lui demander de prier pour qu'il pleuve. Au bout de cinq minutes, il arriva en courant derrière eux et leur dit : « Quant à ce que vous êtes venu chercher, dès que vous arriverez dans votre village, il pleuvra. Dès qu'ils atteignirent le village, les nuages se rassemblèrent et il commença à pleuvoir.

Son Jihad

Les Russes avaient tellement peur de lui et de son pouvoir miraculeux qu'ils l'ont emmené en Sibérie avec l'intention de le tuer. Il a pu se libérer et s'enfuir en Turquie. Les habitants du Daghestan se souviennent bien à quel point il a combattu les Russes, à la fois physiquement et spirituellement. Même les Russes parlaient de son courage et de ses miracles spirituels. De nombreux événements connus à son sujet ont été enregistrés par ses ennemis.

Une fois, il combattait les Russes, jusqu'à ce qu'ils arrivent avec une force écrasante contre lui. Il s'est échappé dans une maison, et personne ne savait qu'il était là. Une femme l'a vu du toit de sa maison. Elle a dit aux Russes : "Muhammad al-Madani est dans cette maison." Ils sont venus le capturer. Ils ont découvert que la maison dans laquelle il se cachait était entourée d'herbe verte en raison des bénédictions de sa présence, bien qu'en raison de la chaleur de l'été, il n'y avait pas de végétation verte à voir ailleurs. Grâce aux informations données par la femme, ils ont pu le capturer. Cette nuit-là, la femme est tombée très malade et le lendemain, elle était morte. Comme Allah Tout-Puissant et Exalté l'a révélé au Prophète salla dans le saint Hadith, "Quiconque vient contre l'un de mes saints, je lui déclarerai la guerre."

Ils l'ont mis en résidence surveillée et lui ont dit qu'il pouvait aller manger dans un restaurant voisin. Il a refusé de manger dans leur restaurant et il n'a jamais mangé leur nourriture, en disant : « Tu es mon ennemi et je ne mangerai jamais ta nourriture. Il n'a pas mangé leur nourriture pendant des mois et ils ne savaient pas comment il survivait. Enfin quelqu'un vint de l'Etat de Sartar, disant au gouverneur : « S'il ne mange pas de votre nourriture, donnez-le moi, je l'emmènerai dans mon pays pour le soigner. Ils l'ont envoyé là-bas.

Il y avait un garçon de Kikunu étudiant à Boukhara qui était fiancé à une fille de Sartar. Il étudiait la sharaca. Il était parti depuis de nombreuses années et n'était pas revenu. Entre-temps, cette fille avait décidé d'épouser quelqu'un d'autre. La nouvelle en parvint à Boukhara, où le garçon l'apprit. Il était très contrarié. Cette nuit-là, avant de s'endormir, il entendit une voix dire : « Reviens à Sartar. Revenez à Sartar. Il a entendu cette voix la nuit suivante et le jour suivant. Il a décidé de rentrer. Il a fait un très long voyage, presque jusqu'à Moscou, pour arriver à Sartar. Il marcha et marcha jusqu'à ce qu'il atteigne enfin le village.

Il a trouvé les gens tous rassemblés en un seul endroit, portant de la nourriture. Ils lui dirent : « Un grand Shaykh est venu à Sartar de Kikunu, et il guérit les gens et nourrit les pauvres. Nous étions tellement attirés par ses pouvoirs spirituels que nous sommes tous devenus ses disciples. Venez avec nous pour le voir. Il est parti avec eux. Les habitants du village dirent au cheikh, qui était Sayyidina Abu Muhammad al-Madani : « Vous pourriez être emmené par les Russes. Veuillez laisser ici quelqu'un qui sera autorisé à nous guider dans le tariqat. Quand ce garçon arriva à la maison du Shaykh, le Shaykh lui dit, de la même voix qu'il avait entendue à Boukhara : « Ô mon fils, tu as entendu notre message, tu as entendu notre voix. Viens! Tu vas être mon adjoint et tu vas enseigner à ces gens ce dont ils ont besoin de spiritualité et des obligations de la religion. Et tu vas épouser ta fiancée. Le garçon était très content. Il a reçu l'initiation du Shaykh dans l'Ordre Naqshbandi et les cinq autres tariqats. Shaykh Abu Muhammad al-Madani l'a marié à sa fiancée.

C'était un cadeau miraculeux pour la ville de Sartar, d'Abu Muhammad al-Madani. C'était aussi un signe que ses jours à Sartar touchaient à leur fin. Le lendemain, les Russes sont venus l'emmener en Sibérie. Il a été enfermé dans une prison de haute sécurité. Bien qu'ils l'aient enfermé dans sa chambre, ils le trouvaient souvent dans la cour, priant, assis ou lisant. Les gardes ont été surpris et l'ont ramené. Puis, après quelques heures, ils le retrouvaient à nouveau dehors. Alors ils l'ont enchaîné au mur. Pourtant, ils l'ont trouvé à l'extérieur de la pièce, marchant avec quelqu'un. Plus tard, il dira aux gens : « Je marchais avec Sayyidina Khidr (s). Ils l'ont de nouveau enchaîné et de nouveau ils l'ont trouvé à l'extérieur de sa cellule. Ils étaient tellement bouleversés qu'ils ont écrit à Moscou pour demander des conseils sur la façon de le retenir. Moscou leur a dit : « Mettez-le sous terre dans une prison très profonde. Ils ont essayé de le faire, mais peu importe à quelle distance ils le mettaient, on le trouvait toujours à l'extérieur de sa cellule. Finalement, ils en avaient tellement marre de son évasion qu'ils lui ont permis d'aller librement à l'intérieur des frontières de la Russie. Son intention était de s'enfuir en Turquie.

Lorsqu'ils l'ont laissé libre en Sibérie, il a vu un officier et lui a dit : « Mon fils, je te verrai à Istanbul, en Turquie. Nous vous rencontrerons là-bas. Plus tard, ce jeune homme en a eu assez de servir dans l'armée russe et a déserté. Avec sa famille, il s'est enfui en Turquie et s'est retrouvé à Istanbul. Là, il rencontra Shaykh Abu Muhammad al-Madani, comme le Shaykh l'avait prédit.

Sayyidina Muhammad al-Madani a décidé de passer par son pays natal dans le Caucase pour rendre visite à ses parents et à sa famille en route vers la Turquie. Un jour avant son arrivée, il est apparu en rêve à sa sœur en lui disant qu'il venait. Elle a dit à sa mère le lendemain : « Ô ma mère, augmente un peu la nourriture, car mon frère vient aujourd'hui. Sa mère a dit : « Qu'est-ce que tu dis ? Personne ne sait même s'il est vivant en Sibérie et vous dites qu'il viendra ici ? À ce moment-là, on frappa à la porte et Sayyidina Muhammad al-Madani apparut.

Sa migration

Alors qu'il mangeait avec sa famille, il leur a dit : « Je dois me dépêcher, car il y a un bateau qui m'attend pour m'emmener à Trabzon par la mer Noire. Ils lui ont dit avec surprise : « Nous sommes dans le Caucase, et tu parles de Trabzon ?

Sayyidina Muhammad al-Madani s'est dirigé vers la côte du côté russe de la mer Noire. Lorsqu'il y arriva, le navire qu'il attendait l'attendait pour le conduire en Turquie. Il est allé voir le capitaine et lui a dit : « Emmenez-moi en Turquie sur votre bateau. Le capitaine a répondu: "J'essaie de partir depuis vingt jours, mais le navire ne fonctionne pas correctement." Il a dit : « Maintenant, ça va marcher. Prends cet argent comme passage et emmène-moi en Turquie. Le capitaine le prit et le plaça près de la salle des machines. Puis le capitaine s'est endormi pendant que l'équipage naviguait sur le navire. Le capitaine a vu dans un rêve que le moteur avait pris la forme du Shaykh, et que le navire avait poussé des ailes et volait, arrivant à Trabzon. Il s'est réveillé et a couru dehors. L'équipage lui a dit : « Nous sommes arrivés à Trabzon. Il a couru jusqu'à la chambre du Cheikh et le Cheikh lui a demandé : « Sommes-nous arrivés ? Il a dit : « Oui, mon Shaykh, je viens vous dire que je veux recevoir l'initiation de vous. Ce voyage prend normalement trois jours, et nous sommes arrivés en un. Il a pris l'initiation de lui dans l'Ordre Naqshbandi et les cinq autres ordres.

Le Cheikh a quitté le navire et est allé dans un café. Il a vu dans ce café un prisonnier qui avait été avec lui en Sibérie, du nom de Muhammad at-Tawil. Muhammad at-Tawil a dit: "Al Hamdulillah, mon Shaykh, tu es bien arrivé ici. Vous serez mon hôte dans ma maison.

Lorsque le sultan Abdul Hamid apprit que Shaykh Muhammad al-Madani (q) était arrivé sain et sauf à Trabzon, il envoya un navire pour le transporter de Trabzon à Istanbul. Pendant ce temps, le Shaykh est resté en tant qu'invité dans la maison de Muhammad at-Tawil. Tant que Shaykh Abu Muhammad al-Madani était un invité chez lui, Muhammad at-Tawil trouvait chaque jour deux pièces d'or sous son oreiller. Il fut tellement étonné qu'au bout de cinq jours, il se rendit chez le Cheikh, qui lui dit : « Tant que je suis ici et tant que tu gardes ce secret, tu trouveras ces pièces sous ton oreiller chaque jour. Si vous ne le dites à personne, ces pièces continueront d'arriver.

Un jour, quelque temps après le départ du Shaykh pour Istanbul, la femme de Muhammad at-Tawil nettoyait le lit et elle trouva deux pièces de monnaie. Elle a commencé à faire des histoires en demandant d'où il tenait les pièces. Finalement il lui dit que c'était la baraka du Cheikh. Immédiatement, elle est allée prévenir les voisins. Dès qu'elle leur a dit, le miracle s'est arrêté.

Cet incident s'est produit en 1308 H/1890 AD. Cependant, l'histoire n'a jamais été racontée jusqu'à ce que le fils de Sayyidina Muhammad al-Madani rende visite à l'ami de son père Muhammad at-Tawil quelque temps après le décès de son père. Muhammad at-Tawil lui a raconté l'histoire à ce moment-là et lui a montré les pièces qu'il avait reçues si miraculeusement.

Le sultan Abdul Hamid, l'empereur de l'Empire ottoman, était un adepte de l'ordre Naqshbandi et il a reçu l'initiation de Sayyidina Muhammad al-Madani. Le sultan lui a donné le choix de n'importe quel terrain à Istanbul sur lequel construire un zawiya pour l'Ordre et une maison pour lui-même. Il a répondu: "Ce choix ne dépend pas de nous, mais il appartient à la Présence Divine." Il attendit donc jusqu'au lendemain, et le sultan Abdul Hamid vint à lui avec empressement pour entendre la réponse. Shaykh Muhammad al-Madani lui a dit: «Ô mon fils, Allah m'a dirigé vers un endroit d'où l'Ordre Naqshbandi va s'épanouir. C'est là que seront les sincères partisans du Daghestan et c'est là que l'Ordre Naqshbandi grandira, et où mon neveu prendra l'autorité de la Tariqat. Le sultan a dit: "Quoi que vous ayez décidé, j'obéirai à vos décisions."

Le lendemain, Abu Muhammad al-Madani (q) dit au sultan : « Envoie-moi à Yalova. Entre Yalova et Bursa, c'est l'endroit où je vais. Le sultan lui a arrangé une calèche pour l'emmener partout où il voulait aller. Lorsqu'il atteignit la région de Yalova, il ordonna aux chevaux d'aller à leur guise. Ils se sont arrêtés dans un endroit près d'Orhanghazi.

Là, dans la forêt, il a construit la première maison en bois. Peu de temps après, 680 maisons avaient surgi dans la forêt. Et cet endroit a été nommé Rashadiya, d'après le sultan Rashad, et est maintenant connu sous le nom de Gunekoy.

Tous les émigrants venus de Sibérie et du Caucase se sont installés dans ce village, où Shaykh Muhammad al-Madani ق, ainsi que Shaykh Sharafuddin (q) et Shaykh `Abdullah ق étaient présents. Une fois, les gens sont venus voir Shaykh Muhammad al-Madani en se plaignant : « Comment allons-nous manger ? Il n'y a rien ici." Il a tapé du pied sur le sol, et là où il a tapé du pied, une mine d'argile et de fer a été trouvée. Au même moment, un arbre est tombé. À partir de ces signes, il leur a montré qu'ils gagneraient leur vie en extrayant de l'argile et du fer et en récoltant du bois. Il y avait bientôt 750 maisons et deux mosquées et une école contenant seize pièces, pour l'enseignement des enfants.

Des années plus tard, pendant les guerres des Balkans, les Grecs et les Serbes qui combattaient les Turcs sont venus dans ce village. De nombreuses maisons ont été détruites et de nombreux villageois ont fui. Il restait 220 maisons après cette attaque. Rien n'est arrivé à la mosquée, cependant, et toutes les prières ont continué à avoir lieu.

Dans ce village, aucun mal ou corruption n'a pu être trouvé. Pas d'alcool, pas de jeu, pas d'acte répréhensible. Dès la petite enfance, tout le monde a été élevé en pratiquant le dhikr. C'était un coin de paradis. Tout le monde vivait en harmonie, faisant Dhikr toutes les nuits. C'était le village idéal et la ville idéale. C'est pourquoi le Shaykh avait dit au sultan Abdul Hamid : "La lumière va jaillir de ce village."

Ce village était plein de bénédictions. Ils n'avaient pas besoin de vivres de l'extérieur. Le bois était là pour brûler par temps froid. Ils avaient leurs propres animaux et cultivaient leur propre nourriture. Les gens ont fait chaque mouvement et chaque acte avec Dhikr. Les mères ont soigné les enfants avec Dhikr. Les hommes travaillaient au son de la Dhikr. Le village entier était rempli de dhikr. C'est ainsi que Shaykh Abu Muhammad al-Madani, Shaykh Sharafuddin et plus tard Shaykh `Abdullah ad-Daghestani ont élevé les gens du village. Il est devenu connu dans toute la Turquie comme le "Village de Dhikr.”

La Turquie a été impliquée dans la guerre des Balkans. Une fois, le voisin de Shaykh Muhammad al-Madani, Hasan Muhammad al-Effendi, est venu vers lui et lui a dit: "Je veux aller me battre et mourir en martyr." Il lui a dit : « Tu n'as pas besoin de sortir du village pour devenir un martyr. Tu vas être un martyr ici.

Bientôt, les armées des Grecs et des Serbes se sont approchées du village. Les armées tiraient dans le village et, lors de l'une de ces attaques, Hasan Muhammad al-Effendi a été tué par balle. Il mourut en martyr comme il l'avait souhaité et de la manière que le Cheikh avait prédit.

Shaykh Abu Muhammad (q) était marié depuis des années et tous ses enfants étaient des filles. Il n'avait pas de garçons. Un jour, il dit aux gens : « Je vois que trois garçons viennent vers moi. Les gens étaient très surpris, car sa femme était âgée et n'avait plus l'âge de procréer. Peu de temps après, sa femme est tombée malade et est décédée. Plus tard, il s'est remarié et avec sa nouvelle épouse, il a eu trois garçons.

Une fois le 27 du Ramadan, Lailat ul-Qadr, il dirigeait le Dhikr avec tout le village. Il a dit : « Tout le monde est engagé dans Dhikr. Tous les animaux font Dhikr avec nous. Les vers font Dhikr avec nous. Les oiseaux font Dhikr. Chaque être dans ce village fait Dhikr chez nous sauf un animal déconnecté de son père et dépressif. Allah n'est pas heureux. Le prophète salla n'est pas heureux et les saints ne sont pas heureux. Et tout cela à cause d'une farce enfantine ! »

Il s'adressa au propriétaire de la maison dans laquelle ils faisaient le dhikr : « Va voir ton fils et demande-lui ce qu'il a dans la boîte. Il est allé voir son fils et lui a demandé : « Qu'as-tu dans une boîte ? Quel animal as-tu capturé ? Le garçon était confus : « Quelle boîte ? Je n'ai qu'une petite boîte d'allumettes, dans laquelle j'ai mis un petit ver. On lui a dit : « Prends ce ver et remets-le dans la terre. À partir de là, les gens du village ont compris et ont élevé leurs enfants en sachant que faire du mal à toute créature, aussi petite soit-elle, cause le malheur et gagne le mécontentement de Dieu, du Prophète. salla, et des saints. En raison de ces enseignements profonds, le village était pur et innocent de tout acte répréhensible.

Il est mort le 3 Rabi`u'l-Awwal, un dimanche 1331 H./1913 CE. Il a été enterré à Rashadiya (Gunekoy), et sa tombe est visitée jusqu'à ce jour par les gens de la communauté Daghestani et surtout par la famille de Cheikh Shamil.

Il passa le secret des cinq tariqats qu'il tenait et en donna l'autorisation à son neveu, Cheikh Sharafuddin Daghestani ق avec quoi Cheikh Abou Ahmad as-Sughuri lui était passé du secret de l'Ordre Naqshbandi.

fr_FRFR