Sélectionner une page

Ismail Muhammad ash-Shirwani ق

J'ai parlé de Moi.
Ceux qui m'ont entendu dirent : « Voyez comme il se vante !
Comment pourrais-je comparer le Réel à l'autre-que-Réel,
Quand une goutte, un atome de Lui remplit les deux mondes ?
La partie est le Tout, et le Tout est ici.
En Lui, les deux mondes sont perdus - l'âme
et celui qu'elle vivifie.
Il y a le Soleil, ici, le rayon.
Qui a vu un rayon séparé du Soleil ?
Le soufi est tout entier là, seule sa trace est là.
Et la trace n'est jamais séparée du Tout

-Al-Ansari al-Harawi, Munajat

C'était un Imam du Pouvoir Spirituel. Il était l'un des maîtres du soufisme. Il était le propriétaire du trône de l'orientation et le foyer de l'effusion divine. Il était une Tour des Secrets Invisibles de l'Essence Divine. Grâce à lui, l'humanité a été guidée sur le chemin de la connaissance céleste et grâce à lui, elle s'est distinguée. Il était un phare pour son temps. Il était l'Imam dont les connaissances élevées témoignaient au peuple. Dans son siècle, il était le soufi vers qui tous les regards se tournaient.

Shaykh Isma`il ash-Shirwani (q) fut celui qui amena l'Ordre Naqshbandi au Daghestan. C'est lui qui a établi le jihad contre la cruelle occupation russe et qui a fait revivre la religion de l'islam dans son pays après qu'elle ait été presque éradiquée.

Il est né un mardi, le 7 Dhul-Qi`da de l'année 1201 H./1787 CE. à Kurdemir, dans le Khanat de Shirwan, dans le Caucase. Il avait un corps très fort et bien construit et il était grand. Il avait un teint très clair. Ses yeux et sa barbe étaient noirs. Il avait une voix aiguë.

Il a reçu son éducation à Shirwan par l'intermédiaire de son père, qui était l'un des plus grands érudits de son temps, ash-Shaykh Anwar ash-Shirwani. Il a éduqué le jeune Isma'il dans la mémorisation du Coran, qu'Isma'il a entièrement mémorisé à l'âge de sept ans. Il a ensuite passé du temps à mémoriser les sept lectures différentes. À l'âge de neuf ans, il a commencé à apprendre la jurisprudence et la science des récits prophétiques auprès de Shaykh Abdur Rahman ad-Daghestani. À ce jeune âge, il était capable de donner les preuves du Coran et du Hadith pour presque toutes les questions de fiqh (jurisprudence).

Un jour, il a été frappé par une puissante influence céleste qui lui a fait perdre complètement conscience de lui-même et l'a amené dans un état d'effacement de soi. Cet état, dans lequel il était perdu pour lui-même, le poussait à errer à la recherche de la Réalité qu'il pouvait voir dans son cœur. Puis un jour il eut une vision, dans laquelle une voix lui dit : « Tu dois te diriger vers Delhi, où tu apprendras d'elle des savants et ses Cheikhs. Allah peut vous accorder la chance de rencontrer les successeurs de Shaykh `Abdullah ad-Dahlawi.

Cette vision continua de lui apparaître jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de dix-sept ans. Il a dit à son père: "Je veux aller devenir l'un des disciples d'Abdullah ad-Dahlawi." Son père avait très peur de le laisser partir dans un pays aussi lointain, mais il a finalement cédé et a donné la permission à son fils de voyager. Ismaïl partit à pied pour Delhi, marchant jour et nuit sans moyen de transport. Il a mis un an pour atteindre Sayyidina `Abdullah ad-Dahlawi (q) à Delhi.

Il est resté chez le Cheikh Khaniqah, apprenant de lui. Il a été à son service pendant plusieurs années. En 1224 H./1809 après JC, il rencontra Mawlana Khalid (q) lorsque ce dernier vint en Inde pour rencontrer Shaykh `Abdullah ad-Dahlawi (q) et lui prendre la tariqat des mains. Shaykh Isma'il avait l'habitude d'observer attentivement le comportement de Mawlana Khalid avec Shaykh 'Abdullah. Il a été très impressionné par la manière et la sincérité avec lesquelles Mawlana Khalid a servi le Shaykh. Shaykh `Abdullah a un jour regardé Sayyidina Isma`il et a dit: «Vos secrets sont avec Shaykh Khalid. Quand il reviendra dans son pays, vous le suivrez.

Lorsque Mawlana Khalid retourna dans son pays de Sham en 1225 H., Shaykh Isma`il ash-Shirwani retourna au Daghestan pour dire adieu à ses parents. Lors de son voyage de retour au Daghestan, il s'est arrêté dans une ville où il a trouvé des gens debout dans le désert, les mains levées en du`a, demandant à Allah de leur envoyer la pluie. Ils n'avaient pas vu de pluie depuis une année entière. Quand ils l'ont vu et ont entrevu la piété sur son visage, ils lui ont demandé: "Pouvez-vous demander à Allah de faire pleuvoir la pluie sur nous." Il leva les mains en du`a. Les nuages se sont rassemblés et le vent a commencé à souffler. Il a commencé à pleuvoir et a continué à pleuvoir pendant sept jours sans s'arrêter.

Arrivé au Daghestan, il demande à ses parents la permission de s'installer dans la Grande Syrie (Sham ash-Sharif). Cependant, il est resté au Daghestan pendant une longue période. Pendant qu'il était là, les gens venaient constamment à lui pour apprendre de ses enseignements.

De ses paroles

Il a dit,

"Si une personne se consacre à Allah, Tout-Puissant et Exalté, le premier avantage qu'elle recevra sera qu'elle n'aura plus besoin des gens."

« La douce odeur des amants de Dieu s'élèvera d'eux et se répandra. Même s'ils essaient de le dissimuler, ils ne le pourront pas, d'où qu'ils viennent et où qu'ils aillent.

"Celui qui entend la sagesse et ne l'applique pas est un hypocrite."

"La compagnie des hérétiques est une maladie et le remède est de les quitter."

"Allah, Tout-Puissant et Exalté, a dit que quiconque est patient avec nous nous atteindra."

« Allah accorde à ses serviteurs la douceur de Son Dhikr. Si quelqu'un remercie Allah et en est satisfait, Il lui fournira une Familiarité avec Lui. S'il n'est pas reconnaissant et satisfait de cela, il prendra la douceur du dhikr et ne la laissera que sur sa langue.

"Allah exprime la familiarité avec Ses serviteurs en leur montrant Ses saints."

« Le soufisme est Pureté, ce n'est pas une description. C'est une Vérité sans fin, comme un fleuve de roses rouges.

"tasawwuf est de marcher avec les secrets d'Allah.

« Quiconque préfère la compagnie des riches à celle des pauvres, Allah fera mourir son cœur. »

"Pour le Connaisseur, il y a un moment où la Lumière de la Connaissance brillera sur lui. Cela lui fait voir les merveilles de l'invisible.

"Celui qui proclame qu'il entend, et pourtant il n'entend pas le Dhikr des oiseaux et les sons du bois et les applaudissements du vent, est un menteur."

On lui a posé des questions sur les êtres humains. Il a dit : « Il y a quatre sortes de personnes et de fantômes. Sur eux la Volonté d'Allah se déverse.

Il a passé de nombreuses années au Daghestan. Puis il eut une vision dans laquelle Shaykh `Abdullah ad-Dahlawi (q) lui ordonna de se déplacer à Sham et d'y rester et de servir Shaykh Khalid al-Baghdadi (q). Il a voyagé à Sham en marchant du Daghestan à Kuman, de Kuman à l'Azerbaïdjan et à Tiflis. De là, il se rendit à Tabriz, puis à Amad, Alep, Hama et Homs. Il est finalement arrivé à Damas, le centre de la Syrie, après un an de voyage.

En Syrie, il se rendit immédiatement à la rencontre de son Shaykh. De Marja au centre-ville où il était arrivé, il n'y avait pas de chemin facile pour gravir la montagne qui surplombe tout Damas, où son Shaykh Khaniqa était situé. Il a marché de Marja à cette montagne en deux heures, jusqu'à ce qu'il soit arrivé à la porte de son Shaykh. Lorsqu'il entra, son Shaykh l'attendait. Il a dit : « Nous avons reçu la nouvelle de votre arrivée. Accueillir."

Cheikh Khalid l'a immédiatement placé en isolement pendant une longue période. Dans cet isolement, il lui a enseigné ce dont il avait besoin pour atteindre la perfection, puis il lui a donné le pouvoir de cette Tariqat. Il ordonna à tous ses partisans de l'écouter. Il a dit,

"C'est mon Khalif. Il est comme le dôme d'une mosquée, le dôme de la mosquée du Prophète salla. De lui le secret de cette tariqat va se propager jusqu'au Daghestan. De là, je peux voir sa lumière briller à travers sept générations de Shaykhs. Chacun de ces sept Cheikhs représentera les pouvoirs les plus élevés de la Présence Divine. Grâce à eux, il y aura un grand soutien contre l'armée de l'Ignorance qui va submerger la région du Daghestan.

"Parmi le peuple du Daghestan, il y aura un guerrier qui vivra à l'époque de trois grands cheikhs de ce tariqat et il sera soutenu par eux. Il mènera le combat contre cette armée de l'Ignorance. Puis il dit à ses disciples : « Cheikh Isma'il ash-Shirwani est le meilleur de tous les érudits de cette époque, et je l'ai élevé pour qu'il soit l'un des saints parfaits. Il te guidera et guidera tout le monde après moi. Il va être le Connaisseur qui répandra le secret de cette Tariqat une autre fois dans les territoires du Caucase. Cet Imam sera le premier à s'asseoir sur mon trône et il sera le dépositaire de tout ce que j'ai, à dépenser dans le chemin d'Allah. Et son devoir est de s'occuper de mes enfants.

Shaykh Isma'il a servi son Shaykh et lui a tenu compagnie. Il a voyagé avec lui et a vécu avec lui dans sa maison pendant quinze ans. Il a reçu le Khilafa absolu et il a reçu la permission de guider les aspirants, al-irshad. Il a dirigé les gens au mieux de ses connaissances, jusqu'à ce que sa renommée se répande à travers Sham, l'Irak, la Perse, l'Arménie, la Turquie, atteignant le pays du Daghestan.

Shaykh Khalid l'a chargé d'enseigner et de former des personnes dans la mosquée d'Al-Addas à Damas. Il avait l'habitude de compter et d'évaluer l'action de chaque chercheur, un par un, et de le présenter à son Shaykh, Mawlana Khalid. Quelle que soit la question que lui posaient les mourides, il la présentait au Shaykh. Ensuite, le Shaykh donnerait une réponse ou demanderait à Shaykh Isma`il de donner une décision religieuse (fatwa).

Shaykh Majid al-Khani a rapporté : « Cheikh Ismail avait l'habitude de nous dire : 'Je suis un miroir poli. Quoi que Hazrat Mawlana Khalid ait gravé sur moi, je vous l'ai reflété. Et il ne s'est jamais vu plus haut que nous.

Shaykh Majid al-Khani a dit: "Quand Shaykh Khalid est décédé, Shaykh Isma'il a pleuré. Il tremblait, mais malgré cela, il était ferme, comme une montagne, inébranlable. Il a fait tous les partisans du Shaykh se réunir et témoigner à l'unisson qu'ils s'accrocheraient à la Corde d'Allah. Il a renouvelé leurs énergies et a enlevé la tristesse de leurs cœurs. Il les respecta, les loua et les bénit. Il leur a enseigné la meilleure façon d'adorer et les a préparés à recevoir une connaissance spirituelle élevée. Il a pris le contrôle de guider les chercheurs à la place de son Shaykh et il l'a gardé tel quel. Il a dit : « Ne savez-vous pas que Hazrat Mawlana Khalid était du peuple d'Allah et que ces gens ne meurent jamais ? Ils sont avec nous à chaque instant et à chaque seconde.

Il est parti pour le Daghestan après un certain temps et y est arrivé très rapidement. Dans son zawiya au Daghestan, il rencontra Shaykh Khas Muhammad. Voyant en lui la lumière de cet Ordre, il lui dit : « Tu vas être l'un de mes successeurs. Finalement, il lui a transmis le Secret de l'Ordre, ainsi qu'à deux autres grands saints du Daghestan, Shaykh Muhammad Effendi al-Yaraghi et Sayyid Jamaluddin al-Ghumuqi al-Husayni.

Pendant son séjour dans son pays natal, Cheikh Ismaïl répandit la tariqat dans tout le Daghestan et encouragea son peuple à combattre les Russes, opposés à la religion et à la vie spirituelle. Ses partisans furent bientôt partout et nombre d'entre eux devinrent actifs dans la guerre contre les Russes. Ils ont été infatigables pour répandre l'Ordre Naqshbandi dans tout le Daghestan jusqu'à ce que chaque ville et chaque maison soient connues pour être Naqshbandi.

L'imam Shamil ad-Daghestani ash-Shashani et le mollah Fawzi Muhammad, les dirigeants du mouvement contre les Russes, faisaient partie de ses partisans. Pendant 36 ans, sous sa direction et celle de ses successeurs immédiats dans la lignée, ils ont défendu leur pays contre l'assaut oppressif russe.

De ses pouvoirs miraculeux

On raconte qu'un jour Cheikh Isma'il (q) était dans une mosquée et il a observé un pauvre qui ne mangeait pas, ne buvait pas et ne dormait pas. Il s'approcha de lui et lui demanda : « Que désires-tu ? Il a dit: "Je désire du pain chaud et de la nourriture." Cheikh Ismaïl leva les mains en supplication et dit : « Ô Allah, voici ton serviteur qui n'a pas mangé depuis trois jours. S'il vous plaît, envoyez-lui la nourriture que vous souhaitez pour lui. Il n'avait pas terminé la du'a lorsqu'un homme est entré dans la mosquée en disant : « Ma femme est tombée malade et j'ai fait le serment que je nourrirais les pauvres afin qu'elle soit bénie. J'ai apporté du pain chaud et de la nourriture pour nourrir les affamés.

Un de ses partisans au Daghestan raconte : « Cheikh Ismaïl se dit un jour : « Ô mon ego, je suis en colère contre toi. Je vais vous jeter dans des difficultés. Il alla dans les montagnes du Daghestan et se coucha à l'entrée d'une grotte dans laquelle se trouvaient deux lions. Ils n'ont pas bougé et nous, qui l'avions suivi, avons été très surpris. Alors le lion mâle s'approcha de lui avec un gros morceau de viande dans la gueule et s'assit, au loin, sans s'approcher mais seulement le regarder. Puis la lionne s'est approchée avec de la viande dans la bouche. Elle s'est mise à pleurer et à rugir. Le mâle s'approcha de la femelle et lui fit arrêter ses pleurs. Ils restèrent assis pendant un moment à regarder le Shaykh. Alors le lion mâle prit ses deux jeunes lionceaux et les donna à la mère, tandis qu'il s'approchait de Shaykh Isma'il. Il s'assit à côté de lui et resta jusqu'au départ du Cheikh.

Un jour, Cheikh Ismaïl passa près d'un village. Lorsque certaines personnes du village l'ont vu et l'ont reconnu, tous les gens sont venus en courant à sa rencontre. Le Shaykh du village vint et dit : « Ô Shaykh Isma'il, s'il te plaît, viens nous enseigner. Il a dit, « O Abu Said, Allah a deux voies d'enseignements : la Voie Commune et la Voie Spéciale. La voie commune est la voie que vous et vos compagnons suivez. Quant à la Voie Spéciale, venez avec moi et je vous montrerai. Ils le suivirent jusqu'à ce qu'il arrive à une rivière. Il a dit: "Ceci est le chemin d'Allah", et il a traversé l'eau jusqu'à l'autre côté. En s'éloignant, il a disparu.

Shaykh Abdur Rahman ad-Daghestani raconte :

« Un jour, j'étais assis parmi un grand groupe de personnes. Nous avons vu Shaykh Isma'il s'approcher vêtu d'un manteau de laine et sur ses pieds étaient de nouvelles chaussures. Je me suis dit : 'Ce Shaykh Isma'il est un vrai Soufi Shaykh. Je vais aller le voir et lui poser une question difficile pour voir s'il peut y répondre ou non. Je me suis approché de lui et il m'a vu. Alors que je m'approchais, il dit : « Ô Abdur Rahman, Allah a dit dans le Saint Coran d'éviter les mauvaises pensées. N'essayez pas de me questionner. Ce n'est pas un bon comportement. J'ai dit dans mon cœur : 'Quel miracle ! C'est un grand miracle ! Comment a-t-il su ma question et comment a-t-il su mon nom ? Je dois le suivre et lui en demander plus. J'ai couru après lui mais je ne l'ai pas trouvé.

« Un jour, je l'ai vu dans un village. Il était debout et priait et ses yeux étaient pleins de larmes. Quand il eut fini, je courus vers lui et cela me vint au cœur de lui demander pardon pour ce que j'avais fait la dernière fois. Il m'a regardé et m'a dit : 'Lisez-moi le verset coranique, wa innee la-Ghaffaran liman taaba wa amana wa `amila salihan thumma-htada [20:82] ('Sans aucun doute, je suis Celui qui pardonne encore et encore, à ceux qui se repentent, croient et font le bien, qui, en fin de compte, sont prêts à recevoir la vraie direction.') Puis il est parti. Je me suis dit : "C'est sûrement l'un des abdal ("Saints substituts"); c'est la deuxième fois qu'il s'adresse aux pensées de mon cœur.

"Plus tard ce même jour, en rentrant chez moi, je suis repassé par ce village et je l'ai vu debout près d'un puits, une tasse à la main. Il voulait boire au puits. Pendant que je le regardais, la coupe tomba dans le puits. Puis je l'ai vu lever les mains et réciter cette du'a, 'Ô Allah, j'ai soif d'eau et l'eau est ma seule nourriture. Ô Allah, tu connais mon cœur et tu sais que j'ai soif. Par Dieu, pas une seconde ne s'était écoulée avant que l'eau du puits ne monte jusqu'à ce qu'elle atteigne le sommet et déborde du puits et avec elle la coupe. Il prit la coupe et but, puis il fit ses ablutions et pria quatre rak'ats. Puis il a mis du sable dans la tasse, a mis de l'eau avec le sable et l'a remué avec son doigt. Il s'est ensuite assis et a mangé du mélange. Je suis venu et j'ai dit : « Ô Shaykh Ismaïl, laisse-moi manger avec toi. Qu'est-ce que tu manges, saleté ? Il a répondu, 'O Abdur Rahman, garde de bonnes pensées d'Allah.' Il m'a donné la tasse. Je l'ai mis dans ma bouche et c'était de l'eau et du miel. Je jure par Dieu que je n'ai jamais bu de ma vie quelque chose d'aussi délicieux. Plusieurs jours se sont écoulés après cela et je n'ai pas eu besoin de manger ni de boire, je me sentais tellement satisfait de la douceur de cette seule tasse.

Shaykh Muhammad ad-Daghestani a dit: «Une fois, je suis sorti pour voir Shaykh Isma`il ash-Shirwani. J'ai baisé sa main et j'ai demandé à l'accompagner dans ses voyages. J'ai voyagé avec lui pendant deux jours. A cette époque, je ne l'ai jamais vu boire ni manger. Je suis devenu extrêmement affamé et assoiffé et je suis devenu très faible à cause de la marche continue sans nourriture ni boisson. J'ai dit, 'Ô mon Shaykh, je suis si faible.' Il a dit : 'Avez-vous soif ou faim ?' J'ai dit : 'Oui, les deux.' Il dit : « Alors tu n'es pas digne de ma compagnie. Ferme tes yeux.' J'ai fermé les yeux et quand je les ai rouverts, je me suis retrouvé chez moi.

Il mourut le 10 Dhul-Hijjah, un mercredi de 1255 H. / 1839 EC Il fut enterré à Amasya.

Il a transmis son secret à ses trois khalifs qui étaient tous parmi ses élèves. Cette succession multiple était similaire à celle du temps de Sayyidina Shah Naqshband, lorsqu'il transmettait le secret de l'Ordre à de nombreux khalifs; mais est différent de cette époque, en ce que Shah Naqshband a transmis le secret principal à un seul, Sayyidina `Ala'uddin al-Attar, alors que Shaykh Isma`il l'a transmis à tous les trois : Shaykh Khas Muhammad ash-Shirwani, Shaykh Muhammad Effendi al -Yaraghi al-Kurali et Sayyid Jamaluddin al-Ghumuqi al-Husayni.

Sayyidina Isma`il Shirwani a informé ses trois khalifs d'une prédiction pour leur avenir : "Je transmets à chacun de vous le secret de la Tariqat, en même temps, par Ordre du Prophète salla, et par les ordres de Sayyidina `Abdul Khaliq al-Ghujdawani, et l'Imam du Tariqat, Shah Naqshband, et mon Shaykh, Khalid al-Baghdadi, et par la présence spirituelle de Sayyidina Uwais al-Qarani. Chacun de vous portera le secret de cette Chaîne d'Or avec le même pouvoir, mais votre ascension au Trône de Direction se fera en séquence, et chacun de vous gardera les relations avec l'autre comme je le dis maintenant : directement après moi le l'autorité de ce secret sera entre les mains de Shaykh Khas Muhammad ash-Shirwani; alors ce sera entre les mains de Muhammad Effendi al-Yaraghi al-Kurali; alors il sera remis entre les mains de Sayyid Jamaluddin al-Ghumuqi al-Husayni.

fr_FRFR