Sélectionner une page

Qasim ibn Muhammad ibn Abu Bakr

Tant que vous n'avez pas contemplé le Créateur,
vous appartenez à des êtres créés ;
mais quand vous l'avez contemplé,
les êtres créés vous appartiennent.

Ibn 'Ata'Allah, Hikam

Shaykh Qasim ibn Muhammad ibn Abu Bakr as-Siddiq radiya descendant d'Abu Bakr as-Siddiq du côté de son père et d'Ali ibn Abi Talib radiya du côté de sa mère. Il est né un jeudi du mois sacré du Ramadan.

Il est rapporté qu'il a dit: "Mon grand-père, Abu Bakr as-Siddiq, était seul avec le Prophète dans la grotte de Thawr lors de la migration de La Mecque à Médine, et le Prophète lui a dit: 'Tu as été avec moi toute ta vie et vous avez porté toutes sortes de difficultés. Et maintenant, je veux faire une supplication pour invoquer la faveur de Dieu sur vous. Abu bakr radiya dit alors : « Ô Prophète de Dieu, tu es le secret de mon âme et le secret de mon cœur. Tu sais mieux ce dont j'ai besoin.

Le prophète salla leva les mains et dit : « Ô Dieu, tant que ma loi divine se poursuivra jusqu'au jour du jugement, que Dieu accorde que parmi tes descendants se trouvent ceux qui la portent et ceux qui héritent de ses secrets intérieurs, et accorde que parmi tes descendants se trouvent ceux qui sont sur le droit chemin et ceux qui y conduisent.

La première réponse à cette supplication et la première à recevoir cette bénédiction fut Sayyidina Qasim radiya. À son époque, il était connu à Médine sous le nom d'Abu Muhammad. Les gens venaient écouter ses conseils, ses conférences (suhba) et ses révélations sur les significations cachées du Coran. Qasim ibn Muhammad ibn Abu Bakr as-Siddiq radiya était l'un des sept juristes les plus célèbres de Médine, étant le plus savant d'entre eux. C'est par l'intermédiaire de ces sept grands Imams que les Traditions, la jurisprudence primitive et les commentaires coraniques ont été diffusés au peuple.

Il a rencontré certains des Successeurs des Compagnons, dont Salim ibn Abd Allah ibn Umar radiya.

C'était un imam pieux et il connaissait très bien la narration des Traditions. Abu Zannad a dit: "Je n'ai jamais vu quelqu'un mieux que lui pour suivre la Sunnah du Prophète salla. À notre époque, personne n'est considéré comme parfait tant qu'il n'est pas parfait en suivant la Sunnah du Prophète salla, et Qasim est l'un des hommes parfaits.

Abdur-Rahman ibn Abi Zannad a déclaré que son père avait dit: "Je n'ai vu personne qui connaissait mieux la Sunna qu'al-Qasim."

Abu Nuaym a dit de lui dans son livre Hilyat al-Awliya : "Il était capable d'extraire les décisions juridiques les plus profondes et il était suprême dans les mœurs et l'éthique."

L'Imam Malik a rapporté que Umar ibn Abd ul-Aziz radiya, considéré comme le cinquième calife bien guidé, a déclaré: "Si c'était entre mes mains, j'aurais fait d'al-Qasim le calife de mon temps."

Sufyan a déclaré: «Certaines personnes sont venues à al-Qasim avec une charité qu'il a distribuée. Après l'avoir distribué, il est allé prier. Pendant qu'il priait, les gens ont commencé à parler négativement de lui. Son fils leur dit : « Vous parlez derrière le dos d'un homme qui a distribué votre aumône et n'en a pas pris un dirham pour lui-même. Rapidement son père le gronda en disant : 'Ne parle pas, mais tais-toi.' » Il voulait apprendre à son fils à ne pas le défendre, car son seul désir était de plaire à Dieu. Il ne se souciait pas de l'opinion des gens.

Yahya ibn Sayyid a dit: "Nous n'avons jamais trouvé, de notre temps à Médine, quelqu'un de meilleur qu'al-Qasim." Ayyub as-Saqityani radiya dit : « Je n'ai vu personne mieux que l'Imam Qasim. Il a laissé 100 000 dinars aux pauvres quand il est décédé, et tout cela provenait de ses revenus légaux.

Un de ses miracles

Le grand cheikh Sharafuddin et son successeur, le grand cheikh Abd Allah ad-Daghestani (les trente-huitième et trente-neuvième cheikhs de la chaîne d'or de Naqshbandi, respectivement) ont raconté l'histoire suivante :

L'année où Abu Muhammad Qasim radiya devait quitter ce monde, le 3 du ramadan il partit en pèlerinage. Quand il est arrivé à al-Qudayd, où les pèlerins s'arrêtent habituellement, Dieu s'est ouvert à sa vision pour voir les anges descendre du ciel et monter en nombre incalculable. Ils descendaient, visitaient les lieux, puis remontaient. En voyant ces anges porter les bénédictions que Dieu envoyait avec eux, c'était comme si cette puissance légère et concentrée était directement déversée dans son cœur, le remplissant de sincérité et de conscience de Dieu.

Dès que cette vision se produisit, il s'endormit. Dans un rêve, il a vu Abu Bakr as-Siddiq radiya venir à lui. Il dit : « Ô mon grand-père, qui sont ces êtres célestes qui descendent et montent et qui ont rempli mon cœur de la conscience de Dieu ?

Abou Bakr as-Siddiq radiya répondit : « Ces anges que tu vois monter et descendre, Dieu les a assignés pour ta tombe. Ils le visitent constamment. Ils obtiennent des bénédictions de l'endroit où votre corps va être enterré dans la terre. Pour vous révérer, Dieu leur a ordonné de descendre et de demander des bénédictions pour vous. Ô mon petit-fils, ne sois pas indifférent à ta mort ; cela arrive bientôt et vous allez être élevé à la Présence Divine et quitter ce monde.

Qasim radiya a immédiatement ouvert les yeux et a vu son grand-père devant lui. Il a dit: "Je viens de te voir dans le rêve." Abou Bakr as-Siddiq radiya a répondu: "Oui, j'ai reçu l'ordre de vous rencontrer." "Cela signifie que je vais quitter ce monde", a répondu Qasim radiya. "Oui, vous allez quitter le monde et nous accompagner dans l'au-delà", a déclaré notre maître Abu Bakr as-Siddiq radiya.

"Quel genre d'action me conseillez-vous de faire dans les derniers instants où je suis sur terre?" demanda Qasim radiya de son grand-père. Abou Bakr as-Siddiq radiya répondit : « Ô mon fils, humecte ta langue de dhikrallah et gardez votre cœur prêt et présent avec dhikrallah. C'est ce que vous pouvez faire de mieux dans ce monde.

Puis Abou Bakr radiya disparu et Qasim radiya a commencé Dhikr sur sa langue et dans son cœur. Il a continué à Makkah et a été témoin de la position au mont Arafat (qui se produit chaque année le 9 Dhul-Hijjah). Cette année-là, de nombreux saints, hommes et femmes, étaient spirituellement présents à Arafat, et Qasim bin Muhammad bin Abu Bakr as-Siddiq les a rencontrés.

Alors qu'ils étaient debout, ils entendirent tous la plaine d'Arafat et sa montagne pleurer tristement. Ils ont demandé au mont Arafat : « Pourquoi pleures-tu ainsi ? et le mont Arafat répondit : "Moi et tous les anges pleurons, car aujourd'hui cette terre va perdre l'un de ses piliers."

Ils ont demandé : « Qui est ce pilier que la terre est sur le point de perdre ? Le mont Arafat a répondu: «Abu Muhammad Qasim va quitter ce monde, et le monde ne sera plus honoré de ses pas, et je ne le verrai plus dans ma plaine, où viennent tous les pèlerins, et il me manquera. C'est pourquoi je pleure ainsi. Pas seulement de moi, mais de son grand-père Muhammad, et de son grand-père Abu Bakr, et de son grand-père Ali, et le monde entier pleure. Ils disent que la mort d'un érudit est la mort du monde.

A ce moment le Prophète salla et Abu Bakr as-Siddiq radiya étaient spirituellement présents sur Arafat, où ils pleuraient. Prophète salla dit: "Avec la mort de Qasim, une grande corruption apparaîtra sur la terre, car il était l'un des piliers capables de l'empêcher."

Auparavant, ces pleurs lugubres du mont Arafat ne se produisaient que lorsque le Prophète salla est décédé de ce monde, puis quand Abu Bakr radiya passé, puis quand Salman radiya passé, et quand Qasim est passé. L'un des saints, Rabia al-Adawiyya, a rencontré Qasim radiya dans l'assemblée spirituelle des saints et il a dit: «Toute chose sèche et toute chose vivante, je les ai entendus crier. Pourquoi, Oh Rabia, est-ce arrivé ? Je n'ai jamais connu de tels pleurs de ma vie. Connaissez-vous sa cause ? Elle a répondu: "O Abu Muhammad, je n'ai pas non plus été en mesure de discerner la nature de ces pleurs, vous devez donc demander à votre grand-père, Abu Bakr."

Abu bakr radiya leur apparut spirituellement, en disant: "Ces cris de tous les points de cette terre, c'est parce que vous quittez cette vie mondaine, comme je vous l'ai dit lors de votre pèlerinage." Puis Qassim radiya leva les mains et pria Dieu: "Puisque je m'en vais maintenant, pardonne à celui qui s'est tenu avec moi sur le mont Arafat." Puis ils entendirent une voix dire : « A cause de vous, Dieu a pardonné à quiconque s'est tenu avec vous sur le mont Arafat pour ce Hajj. À ce moment, Dieu révéla au cœur de Qasim une connaissance gnostique illimitée.

Puis il quitta le Mont Arafat et dit : « Ô Mont Arafat, ne m'oublie pas le Jour du Jugement. Tous les saints et tous les prophètes se sont tenus ici et je vous demande donc de ne pas m'oublier le jour du jugement. Cette immense montagne répondit : « O Qasim », d'une voix forte que tout le monde pouvait entendre, « Ne m'oublie pas le jour du jugement. Ne m'oublie pas. Laissez-moi faire partie de l'intercession du Prophète.

A ce moment Qasim radiya a quitté le mont Arafat et est arrivé à Makkah al-Mukarrama, à la Ka'aba. Là, il entendit des cris venant de la Maison de Dieu qui augmentaient à mesure qu'il s'approchait, et tout le monde l'entendit. C'était la voix de la Ka'aba, pleurant le décès de Qasim radiya de ce monde. Et cela arrivait comme un déluge, un déluge de larmes jaillissant de la Kaaba, inondant toute la région d'eau.

La Maison de Dieu a dit : « Ô Qasim ! Tu vas me manquer et je ne te reverrai plus dans ce monde. Puis la Ka'aba a fait 500 circumambulations autour de Qasim radiya par respect pour lui. Chaque fois qu'un saint visite la Ka'aba, il répond aux salutations de ce saint en disant: "Wa `alayka as-salam ya wali-Allah», « et sur toi la paix, ô ami de Dieu ».

Puis Qassim radiya dit adieu au Hajar al-Aswad (Pierre noire), puis à Jannat al-Mualla, le cimetière dans lequel Khadijat al-Kubra radiya, première épouse du Prophète salla, est enterré, puis à toute la Mecque. Il est ensuite parti et est allé à al-Qudayd, un endroit entre La Mecque et Médine, le 9 Muharram, où il est passé à la vie suivante. L'année était 108 (ou 109) AH/726 CE, et il avait soixante-dix ans. Il a transmis le secret de la chaîne d'or Naqshbandi à son successeur, son petit-fils, l'imam Jafar as-Sadiq radiya.

fr_FRFR