Sélectionner une page

Cheikh Muhammad Nazim Adil al-Haqqani

Qu'Allah sanctifie Son Noble Secret

Ô toi qui es parti en pèlerinage
- Où es-tu? Où, ô où ?
Ici, voici le Bien-Aimé
– Ô viens maintenant, viens, ô viens !
Ton ami, c'est ton voisin,
Il est à côté de chez toi -
Toi, errant dans le désert
– Quel air d'amour est-ce?

Roumi, Divan.

Il est l'imam du peuple de sincérité, le secret de la sainteté, qui a relancé l'ordre Naqshbandi à la fin du 20e siècle, avec des conseils célestes et une éthique prophétique. Il a infusé dans la Nation et la Planète, l'amour de Dieu et l'amour des amoureux de Dieu, après qu'ils aient été obscurcis par le feu et la fumée de la tribulation et de la terreur, de la colère et du chagrin.

Il est le Dévoileur des Secrets, le Gardien de la Lumière, le Cheikh des Cheikhs, le Sultan des Ascètes, le Sultan des Pieux, le Sultan des Gens de la Vérité. Il est le Maître en Chef sans égal du Savoir Divin à la fin du 20e siècle. Il est la Pluie de l'Océan de la Connaissance de cet Ordre, qui ravive les esprits dans toutes les parties de ce monde. Il est le Saint des Sept Continents, sa lumière ayant attiré des disciples et des étudiants de tous les coins du globe. Il porte le Manteau de la Lumière de la Présence Divine. Il est unique en son temps. Il est l'orchidée plantée dans la terre de l'Amour Divin. Il est le Soleil de tous les univers. Il est connu comme le Saint des Deux Ailes : la connaissance externe et la connaissance interne.

Il est un Miracle des Miracles d'Allah, marchant sur la terre et planant dans les Cieux. Il est un Secret des Secrets d'Allah, apparaissant dans Sa Divinité et Existant dans Son Existence. Il est le propriétaire du trône de l'orientation, le réanimateur de la loi divine, le maître de la voie soufie, le constructeur de la vérité, le guide du cercle, le poème lyrique de tous les secrets. Il est le Maître des Saints et le Saint des Maîtres. Les chercheurs encerclent la Kabah de Sa Lumière. Il est une fontaine qui coule toujours, une chute d'eau qui tombe en cascade, une rivière qui déborde toujours, un océan sans cesse crevant et se brisant sur des rivages infinis.

Il est né à Larnaca, Chypre, le 23 avril 1922, un dimanche 26 Shacban, 1340 H. Sa lignée paternelle trouve ses racines dans Sayiddina 'Abdul Qadir Jilani, fondateur de l'Ordre Qadiri. Sa lignée de sa mère remonte à Sayiddina Jalaluddin Rumi, fondateur de l'Ordre Mevlevi. Il est Hassani-Hussaini, apparenté au Prophète salla à travers les lignées de ses grands-pères jusqu'à la Famille du Prophète salla. Du côté de son père, il a reçu le Qadiri Tariqat. De sa mère, le Mevlevi Tariqat.

Pendant son enfance à Chypre, il s'est assis avec son grand-père, qui était un Cheikh du Qadiri Tariqat, pour apprendre sa discipline et sa spiritualité. Des signes extraordinaires sont apparus tôt en lui. Sa conduite était parfaite : il ne se battait ni ne se disputait avec personne. Il était toujours souriant et patient. Son grand-père du côté de son père et son grand-père du côté de sa mère l'ont formé pour le chemin spirituel.

Dans sa jeunesse, Shaykh Nazim a reçu une grande considération en raison de sa position spirituelle exceptionnellement élevée. Tout le monde à Larnaca le connaissait, car dès son plus jeune âge, il était capable de conseiller les gens, de prédire l'avenir et de le révéler spontanément. Dès l'âge de cinq ans, il y avait des moments où sa mère ne pouvait pas le trouver. Après avoir cherché, elle le trouvait soit dans la mosquée, soit sur la tombe d'Umm ul-Hiram (r), un Compagnon du Prophète (s) dont la tombe a une mosquée construite à côté. Les touristes viennent en grand nombre sur sa tombe, attirés par le spectacle d'un rocher suspendu dans l'espace au-dessus de sa tombe. Lorsque sa mère essayait de le ramener à la maison, il disait : « Laisse-moi ici avec Umm ul-Hiram, elle est l'une de nos ancêtres. On l'a souvent vu parler à Umm ul-Hiram, qui a été enterrée il y a quatorze siècles, écoutant puis parlant, écoutant et répondant, comme s'il avait une conversation avec elle. Chaque fois que quelqu'un le dérangeait, il disait: "Laisse-moi, je parle avec ma grand-mère qui est dans cette tombe."
Son père l'envoya à l'école pour étudier les connaissances profanes pendant la journée et le soir, il étudia les sciences religieuses. C'était un génie parmi ses condisciples. Après avoir terminé ses études secondaires tous les soirs, il consacrait son temps à l'étude des Tariqats Mevlevi et Qadiri. Il dirigeait les cercles Qadiri et Mevlevi jeudi et vendredi.

Les enfants Adil. Jeune
Cheikh Nazim est sur le
extrême gauche, 16 ans.

Tout le monde à Chypre le connaissait à cette époque comme une personne intensément spirituelle. Il apprit la Shari'ah, la Jurisprudence, la Science des Narrations Prophétiques, la Science de la Logique, l'Interprétation du Coran et il fut capable de rendre des décisions juridiques sur toute la gamme des sujets Islamiques. Il était capable de parler à tous les niveaux spirituels. Il avait le don d'expliquer les réalités difficiles par des aphorismes clairs et faciles.

Après avoir terminé ses études secondaires à Chypre, il a déménagé à Istanbul, où ses deux frères et une sœur vivaient et étudiaient, en 1359 H/1940 CE. Il a étudié le génie chimique à l'Université d'Istanbul, dans le district de Bayazit. En même temps, il avançait dans sa connaissance de la charia et dans l'étude de la langue arabe avec son Shaykh, Shaykh Jamaluddin al-Alasuni, décédé en 1375 H./1955 CE. Il a obtenu son diplôme en génie chimique et il excellait parmi ses collègues. Les professeurs de l'Université l'ont encouragé à se lancer dans la recherche. Il a dit : « Je ne ressens aucune attirance pour la science moderne. Mon cœur est toujours attiré par les sciences spirituelles.

"Un jour, alors que ce désir dans mon cœur était particulièrement intense, j'ai eu une vision dans laquelle mon Shaykh, Sulayman Arzarumi, est venu, m'a secoué par l'épaule et m'a dit : 'Maintenant, la permission est venue. Vos secrets et votre confiance et vos conseils spirituels ne sont pas avec moi. Je ne t'ai tenu en confiance que jusqu'à ce que tu sois prêt pour ton vrai Shaykh, qui est aussi mon Shaykh, Shaykh `Abdullah ad-Daghestani. Il tient vos clés. Allez donc le voir à Sham. Cette permission vient de moi et du Prophète salla.” [Shaykh Sulayman Arzurumi était l'un des 313 saints de l'Ordre Naqshbandi, qui marchent sur les traces et représentent les 313 messagers.]

"Cette vision a pris fin, et avec elle j'ai reçu la permission de déménager à Sham. J'ai cherché mon Shaykh pour lui parler de cette vision. Je l'ai trouvé en train d'arriver à la mosquée après environ deux heures. J'ai couru vers lui. Il a ouvert ses bras et m'a dit : 'Mon fils, es-tu content de ta vision ?' Alors j'ai su qu'il savait tout ce qui s'était passé. Il a dit : 'N'attendez pas. Dirigez-vous vers Sham. Il ne m'a pas donné d'adresse ni aucune autre information, sauf le nom, Shaykh `Abdullah ad-Daghestani, en Sham. J'ai voyagé d'Istanbul à Alep en train, où je suis resté quelque temps. Là-bas, j'allais d'une mosquée à l'autre, priant, m'asseyant avec des érudits et passant du temps dans l'adoration et la méditation.

« Ensuite, je me suis rendu à Hama, qui, comme Alep, est une ville très ancienne. J'ai essayé de passer à Sham, mais c'était impossible. Les Français, qui occupaient Sham, se préparaient à une attaque des Anglais. J'ai donc voyagé à Homs sur la tombe de Sayiddina Khalid ibn Walid (r), un Compagnon du Prophète salla. J'ai rendu visite à Khalid ibn Walid (r) puis je suis entré dans la mosquée et j'ai prié. Un serviteur est venu vers moi et m'a dit: "J'ai vu un rêve la nuit dernière dans lequel le Prophète salla est venu vers moi. Il a dit : « Un de mes petits-fils vient ici demain. Occupe-toi de lui pour moi. Puis il m'a montré à quoi tu ressemblerais. Maintenant, je vois que vous êtes cette personne.

« J'ai été tellement captivé par ce qu'il a dit que j'ai accepté son invitation. Il m'a donné une chambre près de cette mosquée, où je suis resté un an. Je ne sortais que pour prier et m'asseoir dans le majlis de deux éminents savants de Homs, qui enseignaient la Récitation (tajwid), Exégèse (tafsir), Narration des Traditions ('ilm al hadith) et jurisprudence (fiqh). Ils étaient Shaykh Muhammad `Ali `Uyun as-Sud et Shaykh Abdul `Aziz `Uyun as-Sud, le Mufti de Homs. J'ai également assisté aux enseignements spirituels de deux Shaykhs Naqshbandi, Shaykh `Abul Jalil Murad et Shaykh Sa'id as-Suba'i. Mon cœur aspirait à aller à Sham. Parce que la guerre était si intense, j'ai décidé d'aller à Tripoli au Liban, de là à Beyrouth et de Beyrouth à Sham par un chemin plus sûr.

En l'an 1364 H/1944 CE, Cheikh Nazim se rendit à Tripoli en bus. Le bus l'a emmené au port et l'y a déposé. Il était un étranger là-bas, ne connaissant personne. Alors qu'il se promenait dans la zone portuaire, il a vu quelqu'un venir de l'autre côté de la rue. Cette personne était Shaykh Munir al-Malek, le Mufti de Tripoli. Il était, en même temps, le Shaykh de tous les ordres soufis de la ville. Il s'est approché et a dit : « Êtes-vous Cheikh Nazim ? J'ai vu un rêve avec le Prophète salla me disant : « Un de mes petits-fils vient à Tripoli. Il m'a montré votre apparence et m'a dit de vous chercher dans cette zone. Il m'a dit de prendre soin de toi.

Cheikh Nazim raconte :

« Je suis resté avec Shaykh Munir al-Malek pendant un mois. Puis il s'est arrangé pour que j'aille à Homs et de Homs à Damas. Je suis arrivé à Damas un vendredi, en 1945 CE/1365 H. au début de l'année Hijri. je le savais Cheikh 'Abdallah vivait dans le quartier de Hayy al-Maidan, près de la tombe de Sayyidina Bilal al-Habashi (r) et de nombreux descendants de la Famille du Prophète salla, une ancienne zone pleine de monuments d'autrefois.

« Je ne savais pas quelle maison était celle du Shaykh. Une vision m'est apparue à ce moment, alors que je me tenais dans la rue, que le Cheikh sortait de sa maison et m'appelait à l'intérieur. Cette vision a pris fin mais je ne pouvais voir personne dans les rues. Il était vide à cause du bombardement par les Français et les Anglais. Tout le monde avait peur, se cachant dans leurs maisons. J'étais seul dans la rue. Je contemplais dans mon cœur pour savoir quelle maison était celle du Shaykh. Puis, dans une vision, j'ai vu une maison spécifique avec une porte spécifique. J'ai regardé jusqu'à ce que je trouve cette porte. Alors que je m'approchais pour frapper à la porte, le Cheikh ouvrit la porte. Il a dit : 'Bienvenue, mon fils, Nazim Effendi.'

« Son apparence inhabituelle m'a tout de suite attiré. Je n'avais jamais vu un tel Shaykh auparavant. La lumière coulait de son visage et de son front. La chaleur venait de son cœur et du sourire brillant sur son visage. Il m'a emmené à l'étage, grimpant jusqu'à sa chambre en me disant : 'Nous vous attendions.' »

"Dans mon cœur, j'étais complètement heureux d'être avec lui, mais j'avais aussi envie de visiter la ville du Saint Prophète salla. Je lui ai demandé : 'Que dois-je faire ?' Il a dit : « Demain, je vous donnerai votre réponse. Pour l'instant, repose-toi. Il m'a offert le dîner et j'ai prié la prière nocturne avec lui et j'ai dormi. Au petit matin, il m'a réveillé pour tahajjud (après minuit) prière. Jamais de ma vie je n'avais ressenti une telle puissance dans sa prière. Je me sentais dans la Présence Divine et mon cœur était de plus en plus attiré par lui.

« Une vision m'est venue et je me suis vu monter une échelle de notre lieu de prière au Bayt al-Ma'mur, la Ka`ba des Cieux, étape par étape. Chaque pas était un état dans lequel il me mettait, et dans chaque état je recevais, dans mon cœur, des connaissances que je n'avais jamais apprises ou entendues auparavant. Les mots, les phrases et les phrases ont été assemblés d'une manière si magnifique, transmis à l'intérieur de mon cœur dans chaque état où j'avais été élevé, jusqu'à ce que nous atteignions le Bayt al-Ma'mur. Là, j'ai vu 124 000 prophètes alignés pour la prière, avec Sayyidina Muhammad salla comme imam. J'ai vu 124 000 Compagnons du Prophète Muhammad salla debout en rangées derrière eux. Puis j'ai vu les 7 007 saints de l'Ordre Naqshbandi debout derrière eux pour la prière. Puis j'ai vu 124 000 saints des autres ordres, debout en rangs pour les prières.

Il y avait un espace laissé pour deux personnes directement sur le côté droit d'Abu Bakr as-Siddiq (r). Grandcheikh est allé dans cet espace ouvert et il m'a emmené avec lui et nous avons prié la prière de l'aube. Jamais de ma vie je n'avais ressenti la douceur de cette prière, et lorsque le Prophète Muhammad salladiriger la prière, la beauté de sa récitation était indescriptible. C'était une expérience qu'aucun mot ne peut décrire, parce que c'était une affaire divine. À la fin de la prière, la vision s'est terminée et j'ai entendu le Cheikh me dire d'appeler l'adhan pour le Fajr.

«Il a prié la prière de l'aube et j'ai prié derrière lui. Dehors, j'entendais le bombardement des deux armées. Il m'a donné l'initiation à l'Ordre Naqshbandi et il m'a dit : « Ô mon fils, nous avons le pouvoir de faire en sorte que notre murid atteigne sa station en une seconde. Dès qu'il a dit cela, il a regardé mon cœur avec ses yeux, et ce faisant, ils sont passés du jaune au rouge, puis au blanc, puis au vert et au noir. La couleur de ses yeux a changé alors qu'il déversait dans mon cœur la connaissance associée à chaque couleur.

La lumière jaune était la première et correspondait à l'état du Cœur (Qalb). Il a versé dans mon cœur toutes sortes de connaissances extérieures nécessaires à la vie quotidienne des gens. Puis il a versé de la scène du Secret (Monsieur), la connaissance des quarante Ordres qui sont venus de Sayiddina `Ali (r), et je me suis trouvé un maître dans tous ces Ordres. Lors de la transmission des connaissances de cette étape, ses yeux étaient rouges. La troisième étape, qui est le Secret du Secret (Monsieur comme-Monsieur), n'est autorisée que pour les Cheikhs de l'Ordre Naqshbandi, dont l'imam est Sayyidina Abu Bakr (r). Alors qu'il se déversait dans mon cœur à partir de cette étape, ses yeux étaient de couleur blanche. Puis il m'a emmené dans la Scène du Caché (Khafa), la station de la connaissance spirituelle cachée, où ses yeux viraient au vert. Puis il m'a emmené à la station de l'annihilation complète, la station la plus cachée (Akhfa) où rien n'apparaissait, et la couleur de ses yeux était noire. Ici, il m'a amené dans la présence d'Allah. Puis il m'a ramené à l'existence.

"Mon amour pour lui à ce moment était si intense que je ne pouvais pas imaginer être loin de lui, et je ne désirais rien de plus que de rester avec lui pour toujours et de le servir. Puis l'orage est arrivé, la tornade est descendue, et les turbulences ont menacé le calme. L'épreuve était gigantesque. Mon cœur était au désespoir quand il m'a dit : « Mon fils, ton peuple a besoin de toi. Je t'en ai assez donné pour l'instant. Allez à Chypre aujourd'hui. J'avais mis un an et demi à le rejoindre. J'ai passé une nuit avec lui. Maintenant, il m'ordonnait de retourner à Chypre, un endroit que je n'avais pas vu depuis cinq ans. C'était un ordre terrible pour moi, mais dans la tariqat le murid doit se rendre et se soumettre à la volonté de son Shaykh.

"Après lui avoir embrassé les mains et les pieds et obtenu sa permission, j'ai essayé de trouver un moyen de me rendre à Chypre. La Seconde Guerre mondiale touchait à sa fin. Il n'y avait pas de transport. Alors que j'étais dans la rue en train de penser à ces pensées, une personne est venue vers moi et m'a dit : 'O Shaykh, as-tu besoin d'un tour ?' J'ai dit oui! Où vas-tu ?' Il a dit, 'À Tripoli.' Il m'a emmené dans son camion et après deux jours nous sommes arrivés à Tripoli. Quand nous sommes arrivés là-bas, j'ai dit : « Emmenez-moi au port. Il a dit : 'Pourquoi ?' J'ai dit : 'Pour trouver un bateau pour Chypre.' Il a dit : 'Comment ? Personne ne voyage en mer avec cette grande guerre en cours. J'ai dit: 'Peu importe, emmène-moi là-bas.' Il m'a emmené au port et m'y a déposé. J'ai de nouveau été surpris quand j'ai vu Shaykh Munir al-Malek venir vers moi. Il a dit : « Quel est cet amour que votre grand-père a pour vous ? Le prophète salla revint vers moi dans mon rêve et me dit : « Mon fils Nazim arrive. Prend soin de lui.'"

« Je suis resté trois jours avec lui. Je lui ai demandé de m'aider à organiser le passage à Chypre. Il a essayé, mais c'était impossible à l'époque à cause de la guerre et de la pénurie de carburant. Il ne trouva rien d'autre qu'un voilier. Il m'a dit : 'Tu peux y aller mais c'est dangereux.' J'ai dit, 'Je dois y aller, parce que c'est l'ordre de mon Shaykh.' Shaykh Munir a payé un lourd tribut au propriétaire pour qu'il m'emmène. Nous avons mis les voiles. Il nous a fallu sept jours pour atteindre Chypre, un voyage qui prend normalement quatre heures en bateau à moteur.

«Dès que j'ai atterri et mis le pied sur le sol de Chypre, une vision spirituelle s'est immédiatement ouverte à mon cœur. J'ai vu Grand-Cheikh 'Abdullah Daghestani me dire : 'Ô mon fils. Rien n'a pu vous empêcher d'exécuter ma commande. Vous avez accompli beaucoup en écoutant et en acceptant. A partir de ce moment, je serai toujours visible pour vous. Chaque fois que vous dirigerez votre cœur vers moi, je serai là. Toute question que vous avez, vous recevrez une réponse directement de la Présence Divine. Tout état spirituel que vous souhaitez atteindre vous sera accordé en raison de votre complète soumission. Les Saints sont tous contents de toi, le Prophète salla est content de toi. Dès qu'il a dit ça, je l'ai senti à côté de moi, et depuis, il ne m'a plus quitté. Il est toujours à côté de moi.

Shaykh Nazim a commencé à diffuser des conseils spirituels et des enseignements islamiques à Chypre. De nombreux disciples sont venus vers lui et ont accepté l'Ordre Naqshbandi. Malheureusement, c'était à une époque où toute religion était interdite en Turquie, et comme il faisait partie de la communauté turque de Chypre, la religion y était également entièrement interdite. Même l'appel du adhan était interdit.

Sa première action après avoir atteint sa ville natale a été d'aller à la mosquée et d'appeler le adhan en arabe. Il a été immédiatement emprisonné et est resté en prison pendant une semaine. Dès sa libération, il se rendit à la grande mosquée de Nicosie et appela le adhan de son minaret. Cela a rendu les fonctionnaires très en colère et ils ont déposé une plainte contre lui. En attendant le procès, il parcourut Nicosie et les villages voisins en appelant le adhan depuis les minarets. En conséquence, de nombreuses autres poursuites ont été intentées et, finalement, 114 affaires étaient en cours contre lui. Les avocats lui ont conseillé de cesser d'appeler le adhan, mais il a dit : « Non, je ne peux pas. Les gens doivent entendre l'appel à la prière.

Cheikh Nazim en tant que jeune mouride de
Grand Cheikh Abdallah Al-Daghestani.

Le jour de l'audience est arrivé pour les 114 dossiers. S'il est poursuivi et reconnu coupable, il pourrait recevoir plus de 100 ans de prison. Le même jour, les résultats des élections sont arrivés de Turquie : un homme du nom d'Adnan Menderes avait été élu au pouvoir. Sa première action en tant que président a été d'ouvrir toutes les mosquées et de permettre que l'Adhan soit fait en arabe. C'était un miracle de notre Grand Cheikh.

Au cours de ses années là-bas, Shaykh Nazim a voyagé partout à Chypre, et a également visité le Liban, l'Égypte, l'Arabie saoudite et de nombreux autres endroits pour enseigner la tariqat. Il est retourné à Damas en 1952, lorsqu'il s'est marié avec l'un des murids de Grandshaykh, Hajjah Amina Adil. À partir de ce moment-là, il vécut à Damas et chaque année, il se rendit à Chypre pendant les trois mois de Rajab, Sha`ban et Ramadan. Sa famille vivait à Damas avec lui et voyageait avec lui à Chypre lorsqu'il s'y rendait. Il avait deux filles et deux fils.

Ses voyages

Shaykh Nazim avait l'habitude d'aller chaque année en pèlerinage en tant que chef du Hajj pour le convoi de pèlerins chypriotes. Il fit 27 pèlerinages en tout

Il s'est occupé des murids et des partisans de Grandshaykh. Une fois, Grandcheikh lui a ordonné d'aller de Damas à Alep à pied et de s'arrêter dans chaque village sur le chemin pour répandre les enseignements Naqshbandi, la connaissance du soufisme et la connaissance de la religion. La distance entre Damas et Alep est d'environ 400 kilomètres. Il lui a fallu plus d'un an pour aller et revenir. Il marchait un ou deux jours, atteignait un village, passait une semaine dans le village à répandre l'Ordre Naqshbandi, dirigeait le dhikr, entraînait les gens, puis continuait sur la route jusqu'au village suivant. Bientôt son nom fut sur toutes les langues, de la frontière de la Jordanie à la frontière de la Turquie près d'Alep.

De même, GrandCheikh ordonna une fois à Cheikh Nazim de traverser Chypre. Il marchait d'un village à l'autre, appelant les gens à l'islam, à quitter l'athéisme, la laïcité et le matérialisme et à revenir à Allah. Il est devenu si connu dans tout Chypre, et si aimé, que la couleur de son turban et de son manteau, tous deux vert foncé, est devenue connue dans toute l'île sous le nom de "tête verte du Cheikh Nazim" (Sheih Nazim Yesilbas).

Cheikh Nazim avec Hajjah Anne et sa famille dans son
maison à Chypre.

Ces dernières années, il a effectué une promenade similaire dans le pays de la Turquie. Chaque année depuis 1978, il a passé trois à quatre mois à voyager dans une région de la Turquie. En un an, il a parcouru la région d'Istanbul, Yalova, Bursa, Eskisehir et Ankara. Dans un autre, il s'est rendu à Konya, Isparta, Kirsehir. Une autre année, il parcourut la côte sud, d'Adana à Mersin, Alanya, Izmir, Antalya. Puis une autre année, il est allé du côté oriental, Diyarbakir, Erzurum, jusqu'à la frontière de l'Irak. Un autre séjour qu'il passa sur la mer Noire, se déplaçant d'un quartier à l'autre, d'une ville à l'autre, d'une mosquée à l'autre, répandant la parole d'Allah, la spiritualité et la lumière partout où il allait.

Partout où il voyage, il est accueilli par des foules de gens ordinaires, ainsi que par les fonctionnaires et les membres du gouvernement. Il est connu sous le surnom bien-aimé d'al-Kibrisi dans toute la Turquie. Il était le Shaykh du défunt président de la Turquie, Turgut Ozal, et il était extrêmement respecté par lui. Actuellement, il est bien connu dans toute la Turquie en raison de la large couverture qui lui est accordée par les médias et la presse. Il est interviewé presque chaque semaine par une chaîne de télévision ou une autre, un journaliste ou un autre, pour avoir son avis sur les événements en Turquie et son avenir. Il marche sur le chemin du milieu recommandé par le Prophète salla, lui permettant de tracer une ligne fine entre le gouvernement laïc et le groupe islamiste. Cela apporte le bonheur et la paix dans les cœurs et les esprits des gens ordinaires et de l'intelligentsia.

À partir de 1974, il a commencé à visiter l'Europe, voyageant chaque année de Chypre à Londres en avion et revenant par voie terrestre, en voiture. Il continue de rencontrer toutes sortes de personnes de toutes les terres et de toutes les langues, de toutes les religions et de toutes les cultures différentes. Les gens continuent de lui prendre la shahada, la Tariqat et les secrets spirituels.

Comme Shah Naqshband était le Mujaddid à Boukhara et en Asie centrale, comme Sayyidina Ahmad as-Sirhindi al-Mujaddedi était le Réveil du 2e millénaire, comme Sayyidina Khalid al-Baghdadi était le Réveil de l'Islam et de la Shari'ah et de la Tariqat au Moyen-Orient , maintenant Shaykh Muhammad Nazim Adil al-Haqqani est le Reviver, le Renewer et l'Appel à Dieu en cette ère, l'ère de la technologie et du progrès matériel. Son visage souriant et rayonnant est aimé dans toute l'Europe, pour avoir apporté le premier vrai goût de la spiritualité au cours de la vie du peuple.

Récemment, en 1991, il a commencé son voyage en Amérique. Lors de son premier voyage, il a visité plus de 15 États. Il a rencontré de nombreuses personnes de différentes croyances et religions : musulmans, chrétiens, juifs, sikhs, bouddhistes, hindous et partisans du New Age. Cela a abouti à la création de plus de 15 centres de l'Ordre Naqshbandi en Amérique du Nord. Il a effectué une deuxième visite en 1993 et s'est rendu dans de nombreuses villes et villages, visitant des mosquées, des églises, des synagogues et des temples. Grâce à lui, plus de 10 000 personnes en Amérique du Nord sont entrées dans l'Islam et ont pris l'initiation à l'Ordre Naqshbandi.

En 1986, il est appelé à voyager en Extrême-Orient : Brunei, Malaisie, Singapour, Inde, Pakistan, Sri Lanka. Il a visité toutes les grandes villes de ces pays. Il a été accueilli par des sultans, des présidents, des parlementaires, des représentants du gouvernement et, bien sûr, les gens ordinaires partout. Il est considéré comme le saint de l'âge à Brunei. Il fut accueilli par la générosité de son peuple et notamment par le Sultan, Hajji Hasanal Bolkiah. Il est considéré comme l'un des grands Cheikhs de l'Ordre Naqshbandi en Malaisie. Au Pakistan, il est reconnu comme le Reviver du Tariqat, et il a des milliers de murids. Au Sri Lanka, parmi les fonctionnaires et les gens ordinaires, il a plus de 20 000 murids. Il est très respecté parmi les musulmans de Singapour et y compte de nombreux murids.

Il a visité le Liban à plusieurs reprises, où nous avons fait sa connaissance. Une fois, j'étais dans le bureau de mon oncle, qui était le secrétaire général des affaires religieuses au Liban, un poste gouvernemental de haut rang. C'était l'heure du 'Asr et mon oncle, Shaykh Mukhtar Alayli, avait l'habitude de prier dans le Masjid al-`Umari al-Kabir à Beyrouth. C'était une église à l'époque de `Umar ibn al-Khattab (r), et elle avait été transformée en mosquée à son époque. Jusqu'à aujourd'hui sous la mosquée se trouvent les fondations de l'église. Mon oncle dirigeait la prière, et deux de mes frères et moi priions derrière lui. Un Shaykh est venu prier à côté de nous. Il a regardé mon frère et lui a dit : « Es-tu un tel ? et a mentionné son nom. Il regarda mon autre frère et mentionna son nom. Il m'a regardé et m'a aussi appelé par mon nom. Nous en avons été très surpris, car nous ne l'avions jamais vu auparavant. Mon oncle était également attiré par lui.

Mon frère aîné a insisté pour accueillir Cheikh Nazim dans notre maison et mon oncle est venu avec nous. Notre invité a dit: «J'ai été envoyé par Shaykh `Abdullah et il m'a dit: 'Celui à votre droite après la prière du 'Asr est nommé tel et l'autre est nommé tel et l'autre est nommé tel. Initiez-les à l'Ordre Naqshbandi. Ils feront partie de nos partisans. Sa connaissance de tous nos noms nous étonnait et nous attirait à lui. J'étais particulièrement attiré par lui, étant assez jeune.

Dès lors, il prit l'habitude de se rendre régulièrement à Beyrouth. Nous avions aussi l'habitude de visiter Damas chaque semaine pour voir Grand Cheikh 'Abdullah et Cheikh Nazim. Nous avons reçu beaucoup de connaissances spirituelles et avons été témoins des pouvoirs miraculeux qu'ils répandaient dans le cœur des aspirants. Nous étions tellement attirés par eux que nous suppliions toujours notre père de nous laisser aller les voir tous les dimanches.

La maison de Cheikh Nazim n'était jamais vide de visiteurs. Au moins cent visiteurs passaient par sa maison chaque jour. Il servait chacun d'entre eux. Sa maison était près de la maison de Grandcheikh sur Jabal Qasiyun, une montagne surplombant la ville, du côté sud-est de Damas. Il vivait dans une modeste maison en stuc où tout était simple, fait à la main en bois ou en un autre matériau naturel.

Ses solitudes

Son premier isolement par l'ordre de Shaykh `Abdullah Daghestani a eu lieu en 1955, à Sueileh, en Jordanie. Il y passa six mois en isolement. La puissance et la pureté de sa présence ont attiré des milliers de murids, de sorte que Sueileh et ses villages environnants, Ramta et `Amman se sont remplis des murids des Shaykhs. Les universitaires, les fonctionnaires et tant de personnes ont été attirés par sa lumière et sa personnalité.

Alors qu'il n'avait que deux enfants, une fille et un fils, il fut appelé par notre Grand Cheikh, Cheikh 'Abdullah ad-Daghestani. Il lui dit : « J'ai reçu un ordre du Prophète salla pour que vous vous réfugiiez dans la mosquée de `Abdul Qadir Jilani à Bagdad. Allez-y et isolez-vous pendant six mois.

Décrivant cet événement, Cheikh Nazim dit : « Je n'ai posé aucune question au Cheikh. Je ne suis même pas rentré chez moi. J'ai immédiatement dirigé mes pas vers Marja dans le centre-ville. Je n'ai pas pensé, 'J'ai besoin de vêtements, j'ai besoin d'argent, j'ai besoin de provisions.' Quand il a dit : 'Allez-y !' Je suis allé. J'ai été attiré par l'isolement avec Sayyidina `Abdul Qadir. Je suis allé directement à Marja. Quand j'ai atteint le centre-ville en marchant, j'ai vu un homme me regarder. Il m'a regardé et il m'a reconnu. Il a dit, 'Shaykh Nazim, où vas-tu?' J'ai dit : 'À Bagdad.' C'était un mouride de Grandcheikh. Il a dit : « Je vais moi-même à Bagdad ! Il avait un camion plein de marchandises à livrer à Bagdad. Alors il m'a emmené avec lui.

"Quand je suis entré dans la mosquée de Sayyidina `Abdul Qadir Jilani, il y avait un homme géant qui fermait la porte de la mosquée et la maintenait fermée. Il a dit, 'Shaykh Nazim!' "Oui," répondis-je. Il a dit : « C'est moi qui ai été désigné pour être votre serviteur pendant votre séjour ici. Viens avec moi.' J'en ai été surpris, mais dans mon cœur il n'y avait pas de surprise car nous savons dans la tariqat que tout est toujours arrangé par la Présence Divine. Je l'ai suivi alors qu'il s'approchait de la tombe de l'Archi-Intercesseur (Ghawth al-`Azam) et j'ai salué mon arrière-arrière-grand-père, Sayyidina 'Abdul Qadir Jilani. Puis il m'a emmené dans une pièce et m'a dit : 'Chaque jour, je te servirai un bol de soupe aux lentilles avec un morceau de pain.'

« Je ne suis sorti de ma chambre que pour les cinq prières. A part ça, j'ai passé tout mon temps dans cette pièce. J'ai pu atteindre un tel état que je pouvais réciter tout le Coran en neuf heures. De plus j'ai récité 124 000 Dhikr du Kalima (la ilaha illallah) et 124 000 salawat (prières sur le Prophète salla) en plus de lire l'intégralité Dala'il al-Khayrat. De plus, je récitais régulièrement 313 000 'Allah Allah' chaque jour, ainsi que toutes les prières qui m'étaient assignées. Vision après vision m'apparaissait chaque jour. Ces visions m'ont fait passer d'un état à un autre jusqu'à ce que je sois anéanti dans la présence divine.

"Un jour, j'ai eu une vision que Sayyidina `Abdul Qadir Jilani m'appelait sur sa tombe et il disait:" Ô mon fils, je t'attends sur ma tombe. Viens!' Immédiatement, j'ai pris une douche, j'ai prié deux cycles de prière et j'ai marché jusqu'à sa tombe qui n'était qu'à quelques mètres de ma chambre. Quand je suis arrivé là-bas, j'ai commencé à contempler et j'ai dit, as-Salam `alayka ya jiddee ("La paix soit sur toi, ô mon grand-père"). Immédiatement, je l'ai vu sortir de la tombe et se tenir à côté de moi. Derrière lui se trouvait un Grand Trône orné de pierres rares. Il m'a dit : 'Viens avec moi et assieds-toi avec moi sur ce trône.'

« Nous nous sommes assis comme un grand-père avec son petit-fils. Il souriait et disait : 'Je suis content de toi. La station de votre Shaykh, `Abdullah al-Fa'iz ad-Daghestani est très élevée dans l'Ordre Naqshbandi. Je suis votre grand-père et je vous transmets maintenant, directement de moi, le pouvoir que je porte en tant qu'Archi-Intercesseur et je vous initie maintenant directement à l'Ordre Qadiri.

Lorsque Shaykh Nazim eut terminé son isolement et était sur le point de partir, il se rendit sur la tombe de Sayyidina 'Abdul Qadir Jilani pour lui dire au revoir. Sayyidina 'Abdul Qadir Jilani lui apparut en chair et en os et lui dit : « Ô mon fils. Je suis très heureux des états que vous avez atteints dans l'Ordre Naqshbandi. Je renouvelle votre initiation à moi par l'Ordre Qadiri. Sayyidina `Abdul Qadir Jilani a alors dit: "Ô mon petit-fils, je vais te donner un gage de ta visite." Il l'étreignit et lui donna dix pièces. Ces pièces dataient de l'époque où il vivait, pas de notre époque. Jusqu'à aujourd'hui, Shaykh Nazim a gardé ces pièces avec lui.

Avant de partir, Cheikh Nazim donna au Cheikh qui l'avait servi pendant l'isolement, sa jubba (manteau) en souvenir. Il lui a dit: «J'ai utilisé ce manteau pendant toute ma réclusion, soit comme natte pour dormir, soit comme robe pour prier et faire le dhikr. Gardez-le et Allah vous bénira ainsi que Sayyidina Muhammad salla vous bénira et tous les Maîtres de cet Ordre vous béniront. Le Shaykh prit le manteau, l'embrassa et le porta. Cheikh Nazim a quitté Bagdad et est retourné à Damas, en Syrie.

En 1992, lorsque Shaykh Nazim était en visite à Lahore, au Pakistan, il visita la tombe de Shaykh `Ali Hujwiri. Le Cheikh de l'Ordre Qadiri l'invita chez lui, et Cheikh Nazim y passa la nuit. Au moment du Fajr, le Shaykh a dit : « Ô mon Shaykh, je t'ai retenu ici ce soir pour te montrer un manteau très précieux, dont nous avons hérité il y a 27 ans. Il a été transmis d'un grand Shaykh de l'Ordre Qadiri à un autre depuis Bagdad, et finalement il nous est parvenu. Tous nos Shaykhs l'ont gardé et préservé, car c'était le manteau personnel (juba) du Ghawth de son temps.

« Un Shaykh turc de l'Ordre Naqshbandi a gardé l'isolement dans la mosquée et la tombe de Sayyidina 'Abdul Qadir Jilani. Quand ce Shaykh a terminé son isolement, il a donné le manteau en cadeau à un Qadiri Shaykh qui l'avait servi pendant son isolement. Ce Qadiri Shaykh, avant son décès, a ordonné à ses successeurs de prendre grand soin de ce manteau, car si quelqu'un le porte, il sera guéri de toute maladie. Tout chercheur portant ce manteau, sur son chemin vers la Présence Divine, sera facilement élevé à des états élevés de Vision.

Il ouvrit le placard et révéla le manteau conservé dans une vitrine. Il ouvrit la mallette et prit le juba dehors. Cheikh Nazim souriait. Le Shaykh lui demanda : « Qu'y a-t-il mon Shaykh ? Cheikh Nazim a dit : « Cela m'apporte un grand bonheur. C'est le manteau que j'ai donné au Qadiri Shaykh à la fin de mon khalwat.” Lorsque le Shaykh entendit cela, il baisa la main de Shaykh Nazim, lui demanda de renouveler son initiation dans l'Ordre Qadiri et de prendre l'initiation dans l'Ordre Naqshbandi. Allah prend bien soin de ses saints, où qu'ils aillent, par le biais de ses serviteurs sincères et bien-aimés.

Isolement à Médine

Plusieurs fois, Shaykh Nazim reçut l'ordre d'entrer dans des isolements dont la durée variait de 40 jours à un an. Les isolements variaient également dans le degré d'isolement des contacts extérieurs : parfois il n'y avait aucun contact ; parfois il y avait le petit montant nécessaire pour accomplir les prières quotidiennes en congrégation; et parfois plus de contacts étaient autorisés pour la participation à des cercles de rassemblement pour l'association, des conférences ou le dhikr. Il a fait de nombreuses réclusions dans la ville du Prophète salla. Il a dit,

"Personne n'a jamais eu le privilège de s'isoler avec son Cheikh. J'ai eu le privilège de faire une retraite dans la même pièce avec mon Shaykh à Médine al-Munawwara. C'était dans une ancienne pièce près de la Sainte Mosquée du Prophète. Il avait une porte et une fenêtre. Dès que je suis entré dans la pièce avec mon Shaykh, il a bloqué la fenêtre en la barricadant. Il m'a donné l'autorisation de sortir de la salle uniquement pour les cinq prières quotidiennes dans la Sainte Mosquée du Prophète salla.” 

"J'ai été ordonné par mon Shaykh de garder la pratique, Nazar bar Qadam, 'Regarder la marche', quand je me dirigeais vers les prières. En disciplinant et en contrôlant la vue, cette pratique est un moyen de se déconnecter de tout sauf d'Allah, Tout-Puissant et Exalté, et de Son Prophète. salla.”

"Mon Shaykh n'a jamais dormi pendant cet isolement. Pendant un an, je ne l'ai jamais vu dormir. Il n'a jamais touché à la nourriture. On nous a donné un bol de soupe aux lentilles et un morceau de pain chaque jour. Il me donnerait toujours sa part. Il ne buvait que de l'eau. Il n'a jamais quitté cette pièce. 

"Jour après jour et nuit après nuit, mon Shaykh lisait le Coran à la lumière d'une lampe, faisant le Dhikr et levant les mains en du'a. Pendant des heures, il faisait du`a (supplique) et un du`a n'a jamais ressemblé à un autre. Chacun était différent de l'autre et tout au long de l'année, il n'a jamais répété le même du`a. Parfois, je n'étais pas capable de comprendre le langage qu'il utilisait dans le du`a parce que c'était une langue céleste. Je ne pouvais que comprendre ces du`as au moyen des visions et des inspirations qui sont venues à mon cœur.

« Je ne savais pas quand la nuit partait et le jour arrivait, sauf par les prières. Grandcheikh `Abdullah n'a jamais vu la lumière du jour pendant une année entière, seulement la lumière de la bougie. Je ne voyais la lumière du jour que lorsque je sortais pour la prière.

« Grâce à cet isolement, j'ai été élevé à différents niveaux de spiritualité. Un jour, je l'ai entendu dire: "Ô Allah donne-moi le pouvoir d'intercession, du pouvoir d'intercession que tu as accordé à ton prophète salla, d'intercéder pour tous les êtres humains le Jour du Jugement afin de les élever pour qu'ils soient dans Votre Présence Divine. Comme il disait que j'étais dans une vision expérimentant le Jour du Jugement, et Allah, Tout-Puissant et Exalté, descendait sur Son `Arch (trône) et juger les gens. Le prophète salla était du côté droit de la présence divine. Grandcheikh était du côté droit du Prophète salla et j'étais à la droite de GrandCheikh. 

"Après qu'Allah ait jugé les gens, il a autorisé le Prophète salla intercéder. Quand le Prophète salla avait intercédé et terminé, il ordonna à Grandcheikh de donner ses bénédictions et d'élever le peuple avec le pouvoir spirituel qui lui avait été donné. Cette vision s'est terminée lorsque j'ai entendu mon Shaykh dire: 'Alhamdoulillah, Alhamdoulillah, Nazim Effendi, j'ai eu la réponse.'”

« Ces visions ont continué. Un jour, après mon retour de la prière du Fajr, il m'a dit : « Nazim Effendi, regarde ! Où dois-je regarder, en haut, en bas, à droite ou à gauche ? Il m'est venu de regarder son cœur. Dès que j'ai regardé son cœur, un grand dévoilement m'est venu et j'ai vu Sayyidina `Abdul Khaliq al-Ghujdawani (q) apparaître dans son corps physique et me dire : « Ô mon fils, ton Shaykh est unique. Personne comme lui n'est jamais venu auparavant. Puis il nous invita, Grand Cheikh et moi, à venir avec lui.

« Immédiatement, nous nous sommes vus avec Sayyidina `Abdul Khaliq dans un autre endroit sur cette terre. Il a dit, Allah, Tout-Puissant et Exalté, m'a ordonné d'aller à ce rocher », et nous le suivions jusqu'à un rocher. Il a dit, 'Allah m'a ordonné de frapper ce rocher.' Quand il a heurté le rocher, un jet d'eau incroyablement puissant est sorti de ce rocher, comme je n'en avais jamais vu auparavant. Sayyidina `Abdul Khaliq a dit: 'Cette eau sort aujourd'hui et continuera à couler comme ça jusqu'au Jour du Jugement.'

"Puis il dit : 'Allah Tout-Puissant m'a dit qu'Il crée à partir de chaque goutte de cette eau un ange de lumière, qui Le louera jusqu'au Jour du Jugement. Et Il m'a ordonné en disant : « Ô Mon serviteur `Abdul Khaliq al-Ghujdawani, ton travail est de donner à chaque ange son nom. Vous ne pouvez pas utiliser n'importe quel nom deux fois. Vous devez nommer chacun avec un nom différent et compter leurs louanges. Vous partagerez les récompenses de leurs louanges entre les adeptes de l'Ordre Naqshbandi. Cette responsabilité vous incombe. Puis cette vision a pris fin. J'étais tellement attiré par Sayyidina `Abdul Khaliq al-Ghujdawani et étonné par son incroyable tâche.

"Des visions ont continué à se déverser sur moi de la même manière. Le dernier jour de notre isolement, après la prière du Fajr, j'ai entendu une voix pleurer à l'extérieur de la pièce. J'ai entendu une grande voix et de nombreuses voix plus petites comme les voix de nombreux enfants qui pleuraient. Ces pleurs n'ont pas cessé, mais je n'ai pas pu aller voir qui pleurait parce que je n'avais pas la permission. Le bruit des pleurs n'a cessé d'augmenter et a continué pendant des heures.

« Puis Grandcheikh m'a regardé et a dit : 'Nazim Effendi, savez-vous qui pleure ?' Bien que je sache que ce n'étaient pas les cris des êtres humains, j'ai dit, 'Ô mon Shaykh, tu sais mieux.' Immédiatement, il m'a dit : « Voici Iblas (Satan) et ses soldats. Savez-vous pourquoi ils pleurent ? J'ai dit, 'Ô mon Shaykh, tu sais mieux.' Il a dit, 'Satan a annoncé à ses démons que deux personnes sur cette terre ont échappé à leur contrôle.'

"Alors j'ai eu une vision que Satan et ses soldats étaient encerclés par une chaîne céleste qui les empêchait d'atteindre mon Shaykh et moi. Cette vision a pris fin. Alors Grandcheikh a dit, 'Alhamdulillah, le Prophète salla est content de toi et je suis content de toi.' Puis il a mis sa main sur mon cœur et j'ai immédiatement vu le Prophète salla et 124 000 prophètes, 124 000 compagnons, 7007 saints Naqshbandi, 313 saints exaltés, les cinq Qutbs et le Ghawth. Tous me félicitaient et ils déversaient chacun dans mon cœur leur connaissance divine. J'ai hérité d'eux les secrets de l'Ordre Naqshbandi et les secrets des 40 autres Ordres.

De ses miracles

En 1971, Shaykh Nazim était à Chypre pour les trois mois de Rajab, Sha`ban et Ramadan, comme c'était sa coutume. Un jour, à Sha`ban, nous avons reçu un appel de l'aéroport de Beyrouth et c'était le Shaykh qui nous disait de venir le chercher. Nous avons été surpris qu'il soit venu, car nous ne l'attendions pas, mais nous sommes rapidement allés le chercher. Il nous a dit : « J'ai reçu l'ordre du Prophète salla venir à toi aujourd'hui, parce que ton père va mourir. Je dois le laver, l'envelopper et l'enterrer, puis retourner à Chypre. Nous avons dit : « Ô notre Shaykh, notre père est en bonne santé, tout va bien avec lui. Il a dit: "C'est ce qu'on m'a ordonné." Il était absolument certain, et puisqu'on nous avait appris à accepter ce que dit le Shaykh, nous nous sommes soumis à lui.

Il nous a dit de rassembler la famille et de les amener voir mon père une dernière fois. Nous l'avons cru et nous avons appelé toute la famille à venir. Tout le monde a été surpris et certains n'ont pas cru quand nous les avons appelés ; certains sont venus et d'autres ne sont pas venus. Mon père ne savait rien à ce sujet, mais ne voyait les parents venir le voir que comme quelque chose d'ordinaire. Il était sept heures moins le quart. Le Shaykh a dit: "Maintenant, je dois monter à l'appartement de ton père pour réciter sur lui le chapitre du CoranYa Sin ash-Sharif alors qu'il décède. Il est monté à l'appartement de mon père depuis notre appartement en dessous. Il a été accueilli par mon père à la porte. Mon père a dit : « Ô Shaykh Nazim, cela fait longtemps que nous ne t'avons pas entendu réciter le Coran, ne veux-tu pas nous lire ? Puis Cheikh Nazim commença à réciter le chapitre du Coran Ya Sin ash-Sharif. Juste au moment où il terminait le chapitre, sept heures sonnèrent. À ce moment-là, mon père s'est écrié : « Mon cœur, mon cœur ! Nous l'avons couché et mon frère et ma sœur, tous deux médecins, sont venus l'examiner. Ils ont trouvé son cœur hors de contrôle et en quelques minutes, il a rendu son dernier souffle.

Tout le monde regarda Shaykh Nazim avec crainte et étonnement. "Comment a-t-il su ?" nous nous demandions. « Comment est-il venu de Chypre juste pour ça ? Quel genre de saint est-il ? Comment a-t-il connu cette heure si précisément ? Quel genre de secret portait-il dans son cœur ? Quel genre de saint parfait est celui qui sait des choses que les gens ne peuvent pas savoir ?

Le secret qu'il porte est le résultat de l'amour et de la miséricorde d'Allah envers lui. Allah l'a autorisé avec ce pouvoir et cette prescience parce qu'il a maintenu sa sincérité, sa piété et sa loyauté envers la religion d'Allah, et a gardé ses obligations et ses prières, et a honoré Son Saint Coran. Il est comme tous les saints de l'Ordre Naqshbandi avant lui, comme tous les saints des autres ordres avant lui, comme ses grands-pères Sayyidina `Abdul Qadir Jilani et Sayyidina Jalaluddin Rumi, et comme Muhyideen Ibn 'Arabi qui a suivi et préservé la tradition de l'islam pendant 1400 années.

Nous étions pris entre deux émotions. D'un côté nous pleurions la mort de notre père et de l'autre nous étions heureux de notre maître et de ce qu'il avait fait pour notre père. Sa venue pour prendre soin de notre père à son dernier souffle était un geste que nous n'oublierons jamais, et était un miracle béni écrit avec des mots de lumière. Il lava son corps de ses mains saintes, le couvrit d'un linceul et l'enterra de ses mains saintes. Ayant accompli sa tâche, il a pris un vol pour Chypre le jour même.

Quel genre d'émotions et de sentiments entrent dans le cœur d'une personne lorsqu'elle voit de tels événements devant ses yeux, des événements que l'esprit matériel ne peut pas englober ou même imaginer ? Le stylo ne peut pas exprimer ces sentiments. Nous ne pouvons dire qu'une chose : c'est la vérité, c'est ce qui s'est passé. C'est une réalité qui se produit avec un pouvoir mystique, un pouvoir incroyable qui peut être donné à une personne lorsqu'elle a reçu l'amour du Divin. Avec cet amour, il recevra la connaissance du Divin, la sagesse du Divin, la spiritualité du Divin. Tout lui sera accordé. Il sera un Connaisseur du passé, un Connaisseur du présent et un Connaisseur du futur.

Une fois, Cheikh Nazim était en visite au Liban pour une période de deux mois pendant la saison du hajj (pèlerinage). Le gouverneur de la ville de Tripoli, au Liban, Ashar ad-Daya, était à la tête du convoi officiel pour le hajj. Il invita Shaykh Nazim à l'accompagner dans le pèlerinage. Le Shaykh a dit : « Je ne peux pas vous accompagner, mais, Incha-Allah, je vous rencontrerai là-bas. Le gouverneur a insisté : « Si vous partez, s'il vous plaît, venez avec moi. Ne partez avec personne d'autre. Cheikh Nazim a répondu: "Je ne sais pas encore si j'irai ou non." Une fois la saison du hajj terminée et le gouverneur revenu, il se précipita vers la maison où résidait Cheikh Nazim. Devant 100 personnes, alors que nous regardions, il a dit : « O Shaykh Nazim, pourquoi es-tu allé avec quelqu'un d'autre, pourquoi n'es-tu pas venu avec moi ? Nous avons dit : « Le Shaykh n'a pas fait le hajj. Depuis deux mois, il est ici avec nous, voyageant à travers le Liban. Il a dit non! Il était en hajj. J'ai des témoins. Un jour, je faisais la circumambulation rituelle de la Ka'aba (tawaf), et Cheikh Nazim est venu vers moi et a dit, 'O Ashar, es-tu ici?' J'ai dit, 'Oui, mon Shaykh.' Puis il a fait la circumambulation avec moi. Nous avons passé la nuit ensemble dans notre hôtel à La Mecque. Il a passé la journée avec nous à Arafat, dans notre tente. Il a passé la nuit avec moi à Mina, et il est resté avec nous à Mina pendant trois jours. Puis il m'a dit : 'Je dois aller à Médine pour rendre visite au Prophète.'

Pendant qu'il racontait cette histoire, nous observions attentivement Cheikh Nazim, car nous savions qu'il n'avait jamais quitté notre présence au Liban. Nous avons vu ce sourire unique et caché, comme s'il voulait dire : « C'est le pouvoir qu'Allah accorde à ses saints. Lorsqu'ils sont sur Son Chemin, lorsqu'ils atteignent Son Amour Divin et Sa Présence Divine, Allah leur accordera tout."

Quand il vit cela, le gouverneur dit : « Ô mon Shaykh, quelle est cette capacité miraculeuse que tu nous as montrée ? C'est incroyable. C'est quelque chose que je n'ai jamais vu de toute ma vie. Je suis un politicien et je me fie à mon esprit et à ma logique. Pourtant, je dois dire que vous n'êtes pas une personne ordinaire, vous avez des pouvoirs surhumains. Ce doit être quelque chose dont Allah lui-même vous a habillé ! Il baisa la main du Shaykh et lui demanda l'initiation à l'Ordre Naqshbandi. Chaque fois que Shaykh Nazim visitait le Liban, ce gouverneur et le premier ministre du Liban siégeaient dans l'association du Shaykh. Jusqu'à aujourd'hui, leurs familles et de nombreux Libanais sont ses partisans.

De ses paroles

À propos de l'état d'unicité unique (wahdaniyya) il a dit:

"Cela signifie l'impossibilité de l'existence de la multiplicité, et il est de trois catégories : 

-L'Unicité unique de l'Essence : Cela signifie que Son Essence n'est pas composée ou combinée à partir de deux ou plusieurs parties, et qu'il n'y a rien qui ressemble à Son Essence Divine. 

-L'Unicité de Ses Attributs : Cela signifie qu'Allah, Tout-Puissant et Exalté, ne possède pas deux types d'Attributs qui représentent la même chose. Par exemple, Il n'a pas deux Volontés ni deux Intentions. Il est Un dans chaque attribut.

-L'Unité Unique de Ses Actions : Cela signifie qu'Il est le Créateur, par Son Propre Vœu et Sa Propre Volonté, de tout ce qui apparaît dans cet univers. Toutes les créations sont soit une substance, soit une description, soit une action. Ainsi toutes ses actions sont créées par lui pour ses serviteurs.

"Si l'amour est vrai, alors l'amant doit garder le respect pour le Bien-Aimé et les bonnes manières avec Lui."

"La plus haute certitude de la vérité est lorsque le cheikh glorifie la présence divine dans vos yeux et diminue tout autre que Dieu."

« Il y a trois grands serpents qui font du mal aux êtres humains : être intolérant et impatient avec les gens qui vous entourent ; être habitué à quelque chose que vous ne pouvez pas quitter; et d'être contrôlé par votre ego.

"Atteindre dounya (le monde) est une humiliation, et atteindre la prochaine vie est un honneur. Je suis étonné de ceux qui préfèrent l'humiliation à l'honneur.

"Si Allah, Tout-Puissant et Exalté, ouvrait l'Essence de Son Amour Divin, tout le monde sur terre mourrait de cet amour."

« Nous devons toujours être engagés dans ce qui suit : méditer les versets d'Allah dans le Saint Coran et ses signes qui font évoluer l'amour en nous ; penser à Sa Promesse de nous récompenser, qui générera et fera naître en nous le désir; et en pensant à Son avertissement de punition, qui générera en nous la timidité d'Allah. 

"Allah a dit: 'Celui qui sera patient avec nous nous atteindra.'"

 « Si la crainte de Dieu est ancrée dans le cœur, la langue ne dira jamais ce qui ne sert à rien. »

 "tasawwuf est la pureté de la progression vers la Présence Divine d'Allah, et son essence est de quitter cette vie matérialiste.

« Une fois Junayd (q) a vu Iblis (Satan) dans une vision, et il était nu. Il lui dit : « Ô Maudit, n'hésites-tu pas à ce que les gens apparaissent nus ? Il a dit: 'O Junayd, pourquoi devrais-je être timide avec les gens alors qu'ils ne sont pas timides avec eux-mêmes?'

 "Lorsque vous rencontrez un chercheur dans le chemin d'Allah, approchez-vous de lui avec sincérité, loyauté et indulgence. Ne l'abordez pas avec connaissance. La connaissance pourrait le rendre sauvage au début, mais la clémence l'amènera rapidement à vous.

 "Un chercheur devrait être quelqu'un qui s'est quitté lui-même et a connecté son cœur à la Présence Divine. Il se tient dans Sa Présence accomplissant ses obligations tout en visualisant le Divin avec son cœur. La Lumière d'Allah a brûlé son cœur, lui donnant soif du nectar des roses, et ôtant les rideaux de ses yeux, lui permettant de voir Son Seigneur. S'il ouvre la bouche c'est par ordre de la Présence Divine. S'il bouge c'est par l'ordre d'Allah, et s'il devient tranquille c'est par l'action des Attributs Divins. Il est dans la Présence Divine et auprès d'Allah. 

"Le soufi est celui qui respecte les obligations qu'Allah a véhiculées par le Saint Prophète salla, et s'efforce de s'élever à l'état de Caractère Parfait, qui est la Connaissance d'Allah, Tout-Puissant et Exalté.

"tasawwuf est une connaissance à partir de laquelle on apprend l'état de l'âme humaine, louable ou blâmable. S'il est blâmable, il apprend à le purifier et lui permet, en devenant louable, de voyager vers la Présence Divine d'Allah. Ses fruits sont le développement du cœur : La connaissance d'Allah, Glorieux et Sublime, par l'expérience directe ; le salut dans l'au-delà ; triompher en gagnant l'agrément d'Allah; la réalisation du bonheur éternel; et l'illumination et la purification afin que les matières nobles se révèlent, que des états extraordinaires se révèlent et que l'on perçoive ce à quoi l'intérieur des autres est aveugle.

"tasawwuf n'est pas un type particulier d'adoration, mais plutôt l'attachement du cœur à Allah. Un tel attachement exige que chaque fois que quelque chose est préféré (mandub), selon les normes de la Loi Sacrée, pour quelqu'un dans sa situation, alors on le fait. C'est pourquoi nous constatons que les soufis ont servi l'Islam dans une grande variété de capacités. Les érudits islamiques doivent acquérir l'enseignement supérieur du soufisme.

Les prédictions de Grand Cheikh concernant Cheikh Nazim

Grand-Cheikh, avant son décès, a déclaré dans son testament : "Par l'Ordre du Prophète (s), j'ai formé et élevé mon successeur, Nazim Effendi, et l'ai soumis à de nombreuses réclusions et l'ai formé à une formation sévère et je lui assigne qu'il soit mon successeur. Je vois qu'à l'avenir, il répandra cet Ordre à travers l'Est et l'Ouest. Allah fera venir à lui toutes sortes de gens, riches et pauvres, érudits et politiciens, apprendre de lui et prendre l'Ordre Naqshbandi, à la fin du 20e siècle et au début du 21e siècle. Il se répandra dans le monde entier, de sorte qu'aucun continent ne sera dépourvu de son doux parfum.

« Je le vois établir et fonder un immense siège social à Londres à travers lequel il répandra ce tariqat en Europe, en Extrême-Orient et en Amérique. Il répandra la sincérité, l'amour, la piété, l'harmonie et le bonheur parmi les gens, et tous laisseront derrière eux la laideur, le terrorisme et la politique. Il répandra la connaissance de la paix dans le cœur, la connaissance de la paix au sein des communautés, la connaissance de la paix entre les nations, afin que les guerres et les luttes soient retirées de ce monde et que la paix devienne le facteur dominant. Je vois des jeunes courir vers lui de partout, lui demandant sa barakah et ses bénédictions. Il leur montrera la voie pour garder leurs obligations dans la tradition islamique, pour être modérés, pour vivre en paix avec chacun de toutes les religions, pour sortir de la haine et de l'inimitié. La religion appartient à Allah et Allah est le juge de Ses serviteurs. »

Cette prédiction s'est réalisée, tout comme Grandcheikh 'Abdoullah l'avait décrite. Dans l'année qui a suivi le décès de Grandshaykh (q) en 1973, Mawlana Shaykh Nazim a effectué son premier voyage de retour en Turquie, visitant Bursa. Puis il est allé à Londres. De nombreux jeunes, en particulier les disciples de John Bennett, sont venus le rencontrer. Alors que de nombreuses personnes commençaient à venir l'entendre, il y établit son premier centre en 1974.

Il a suivi sa première visite avec des visites annuelles en Angleterre et sur le continent pendant et après le Ramadan. L'Ordre se répandit rapidement, pénétrant toute l'Europe, ainsi que les États-Unis, le Canada et l'Amérique du Sud. Il a ouvert trois centres à Londres pour former les gens aux voies de la spiritualité, éliminer leur dépression et les amener à un état de paix dans leur cœur. Ses enseignements ont continué à se répandre dans toutes les parties de l'Europe, de l'Afrique du Nord, de l'Afrique australe, des pays du Golfe, de l'Amérique, du Nord et du Sud, du sous-continent indien, de l'Asie du Sud-Est, de la Russie et de certaines parties de la Chine, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Vous ne pouvez pas trouver dans les pays que nous avons nommés et les pays que nous n'avons pas nommés, un endroit où la touche de Cheikh Nazim ne se fait pas sentir. C'est ce qui le différencie de tous les saints qui vivent maintenant et de tous les saints qui sont venus avant. Vous trouvez que toutes les langues sont parlées en sa présence. Chaque année, au mois de Ramadan, une grande conférence se tient à Londres, à laquelle assistent plus de 5 000 personnes du monde entier. Comme Allah l'a dit, "Nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous connaissiez" [Coran 49:13].

Ses followers viennent de tous horizons. Vous trouvez les pauvres, la classe moyenne, les riches, l'homme d'affaires, le médecin, l'avocat, le psychiatre, l'astronome, le plombier, le charpentier, les ministres du gouvernement, les politiciens, les sénateurs, les parlementaires, les premiers ministres, les présidents, les rois , sultans et têtes couronnées de toutes sortes, tous attirés par sa simplicité, son sourire, sa lumière et sa spiritualité. Ainsi, il est connu sous le nom de Shaykh Universel multicolore.

Ses paroles et associations (Sohbet) ont été rassemblés et publiés dans de nombreux livres disponibles. Ceux-ci incluent le Océans de miséricorde série, qui compte plus de 35 livres, des milliers de pieds de bandes vidéo et des milliers et des milliers d'heures de bandes audio.

Sa vie est toujours intensément active. C'est un voyageur dans la Voie d'Allah, ne restant jamais à la maison, se déplaçant toujours d'un endroit à un autre. Un jour il est à l'Est et le lendemain il est à l'Ouest. Un jour il est dans le Nord et le lendemain il est dans le Sud. Vous ne savez pas où il sera d'un jour à l'autre. Il rencontre toujours des responsables pour encourager la réconciliation, la paix et la préservation du monde naturel. Il sème toujours les graines de l'amour, de la paix et de l'harmonie dans le cœur de l'humanité. Nous espérons que dans l'esprit de ses enseignements, toutes les religions trouveront des chemins de réconciliation et laisseront derrière elles les différences pour vivre dans la paix et l'harmonie.

Ses prédictions pour l'avenir du monde sont une continuation des prédictions de Grand Cheikh 'Abdullah, annonçant les événements avant qu'ils ne se produisent, avertissant les gens et attirant leur attention sur ce qui va se passer. À plusieurs reprises, il a dit : « Le communisme va s'effondrer et l'Union soviétique va se diviser en morceaux. Il a prédit que le mur de Berlin tomberait.

Le secret de la chaîne d'or de l'ordre soufi Naqshbandi est entre ses mains. Il le porte avec la plus haute puissance. Il brille partout. Qu'Allah le bénisse et le fortifie dans Son Oeuvre Sainte. Qu'Allah envoie beaucoup de paix, de bénédictions, de salutations et de lumière sur le bien-aimé Prophète Muhammad salla, sa famille, ses compagnons et tous les prophètes et saints, en particulier ses serviteurs dévoués dans le chemin Naqshbandi et tous les ordres soufis, et en particulier sur son ami de notre temps, Shaykh Nazim al-Haqqani.

fr_FRFR