Sélectionner une page

Muhammad Effendi al-Yaraghi ق

Je n'ai jamais cessé de me tenir debout,
à cause de ton amour,
sur une station où les esprits s'égarent.

-Abul-Hasan an-Nuri

C'était un Imam pieux respecté de tous. Il a fait ressortir les trésors de la Connaissance et son délicat Code de Comportement et ses Règles. Ses nombreuses paroles étaient un guide des voies des chercheurs. De son front la Lumière de la Connaissance Céleste a brillé. Il était très courageux dans la lutte contre les impérialistes russes à son époque. Il avait la Vraie Piété et une Foi très pure. Il était humble envers tout le monde. Il portait les signes de la Perfection, ayant mis son ego sous son contrôle. Il a encouragé les gens à suivre la voie soufie Naqshbandi et à la soutenir sur leur langue, par leurs actions et dans leur cœur. Il était un jardin plein de roses dont les abeilles recueillaient le nectar et produisaient le meilleur miel. Les gens couraient à son seuil pour atteindre le bonheur de ce monde et de l'au-delà.

Il était en lui-même un Signe de Pouvoir Miraculeux en connaissant les secrets du cœur de ses disciples et en leur montrant le chemin pour atteindre l'État Parfait de l'Amour Divin. C'était un grand soufi, un connaisseur connu dans toutes les nations entourant le Daghestan. Sa renommée s'est propagée de la Turquie à la Perse et dans tous les pays du monde arabe. Son cœur était rempli de sincérité et de l'esprit le plus facile et le plus pur. Il a étudié la connaissance externe en plus de la connaissance interne. Il était un érudit du Coran et du Hadith, et il maîtrisait la science de la jurisprudence. Il a appris la chimie, l'astronomie et la logique. Il était une référence dans toutes les sciences.

Il a formé ses murids, qui se comptaient par milliers. Pendant la journée, il leur a enseigné la stratégie militaire pour combattre les Russes et pendant la nuit, il leur a enseigné la spiritualité. Il dormait rarement, pas plus de deux heures par jour. Sa nourriture n'était souvent que de l'eau et ses vêtements consistaient en une seule robe de laine. Il était connu de tous dans tout le Daghestan. Il a vécu à l'époque du tristement célèbre tyran Shah Shamus, gouverneur du Daghestan.

Il est né à Kural, à Shirwan, Daghestan, le mardi 2 Dhul-Qi'da, en l'an 1191 H./1777 AD.

Il était grand, au teint clair, sa barbe était blanche et ses yeux étaient verts. Sa voix était douce.

De ses paroles

Il avait l'habitude de dire : « Si les Amants de l'Unique parlaient de leur Amour pour Lui, de cette description chaque amant mourrait.

« Le chercheur (mouride) ne veut rien pour lui-même sauf ce qu'Allah désire pour lui, et il n'a besoin de rien de l'univers sauf de son Seigneur.

"Si un aspirant dit après cinq jours de jeûne, 'J'ai faim', il n'est pas fait pour notre Voie."

« La dépression cardiaque provient de trois maladies : perte d'harmonie avec la nature ; garder les coutumes avec lesquelles on a été élevé qui sont contraires aux voies de la Sunnah; et garder la compagnie de personnes corrompues.

"Lorsque les cœurs désespéraient de visualiser l'Essence d'Allah, Il leur envoya Ses Attributs. Ils étaient calmés et apaisés et ils étaient heureux.

« Examiner, c'est pour les yeux. Témoignage (mushahada) vient du cœur. Dévoilement (kashf) est pour les Secrets (asrar) de vision.

« Quand Allah n'est-il pas satisfait de son serviteur ? C'est quand Son serviteur s'agace de la longueur du rassemblement de Dhikr. Si son amour pour Allah était vrai, ce serait comme un clin d'œil.

« La mort refuse le bonheur à celui qui aime la vie mondaine (dounya).”

"Allah n'a jamais élevé quelqu'un qui aime l'argent."

"L'amour du Croyant est une lumière dans son cœur."

"L'islam c'est d'abandonner son cœur à son Seigneur et de ne faire de mal à personne."

En signe de son humilité, il avait l'habitude de dire : « Si quelqu'un criait dans la mosquée : 'Laissez partir la personne la plus corrompue', je serais le premier à partir.' »

« Quiconque vient à Allah avec son cœur, Allah lui enverra le cœur de tous Ses serviteurs. »

« Je vois dans les hommes l'œuvre d'Allah, mais leur fausse idée d'eux-mêmes les rend aveugles à cette vision ; et j'entends d'eux un dhikr sans fin de louange au Créateur, mais leurs oreilles en sont sourdes.

« Tout le monde n'est pas capable de porter des vêtements en laine ; porter les vêtements de laine exige la pureté du cœur.

« Quiconque porte des vêtements de laine avec humilité, Allah le relèvera et fera briller la lumière sur son cœur. Quiconque le porte avec arrogance et orgueil, Allah le renversera.

Sa coutume était de mettre ses murids en isolement par étapes. Les murides seniors, qui avaient déjà subi de nombreuses séclusions, il les mettrait dans une séclusion très intense dans des salles souterraines spéciales. Il a accepté que des hommes et des femmes viennent lui demander conseil, et il avait des murides mâles et femelles qu'il mettrait en isolement, chacun dans son isolement séparé.

Un érudit qui était jaloux de la renommée de Shaykh Yaraghi et souhaitait détruire sa réputation est allé voir le gouverneur du Daghestan, Shah Shawus, et a affirmé que Shaykh Yaraghi mélangeait en fait les sexes. Le savant a dit au gouverneur : « Cet homme détruit la charia », même si Cheikh Yaraghi était bien connu à son époque pour sa rigueur dans le maintien de la charia et de la Sunna. Cet érudit a tenté de faire pression sur le gouverneur pour qu'il le mette en prison. Le gouverneur a envoyé un messager à Shaykh Muhammad Effendi al-Yaraghi (q) avec une lettre. Le Shaykh a lu la lettre puis il a dit au messager : « Attendez ! J'envoie un cadeau au gouverneur à condition qu'il ne l'ouvre que le jour de ma comparution devant lui. Il entra dans sa chambre et en ressortit avec une boîte qu'il remit au coursier.

Le gouverneur a reçu la boîte et il a eu peur à l'idée de l'ouvrir. Le jour de l'audience, Sayyidina Muhammad Effendi al-Yaraghi (q) arriva avec tous ses partisans. Quand il est entré, le gouverneur s'est levé. Les gens le virent debout et savaient qu'il s'était passé quelque chose, car il n'avait pas l'habitude de représenter qui que ce soit.

Le Cheikh a dit : "Ouvrez la boîte !" Il ouvrit la boîte et y trouva une lettre. Sous la lettre se trouvait du charbon de bois brûlant intensément. Sous le charbon de bois se trouvait un morceau de tissu, totalement insensible aux charbons. Sous le tissu, il y avait de la poudre à canon. Il a dit : « Lis la lettre ! Il ouvrit la lettre et commença à la lire à haute voix : « Au gouverneur. Bien que l'accusation portée contre nous soit fausse, nous demandons néanmoins : est-ce que celui qui garde une boîte pleine de charbon de bois brûlant qui est resté couché sur de la poudre à canon pendant une semaine… », à ce moment-là, le gouverneur a commencé à trembler. Le Cheikh lui dit : « Ne tremble pas. Continuer à lire." Le gouverneur a poursuivi : "... qui est couché sur la poudre à canon depuis une semaine sans aucun dommage ni explosion, n'est-il pas capable d'empêcher ses murids, hommes et femmes, d'exploser avec le feu de la passion ?"

Une fois, une femme lui amena son fils. Il avait quatre mois. Il appela l'enfant et, à l'étonnement de tous, l'enfant s'avança vers lui. Il a dit à l'enfant, "Lisez après moi," et il a répété Ikhlas (Sourate 112) après le Shaykh. Il lui a dit : « Lisez-le tout seul », et l'enfant l'a lu tout seul. Celui qui a rapporté l'incident a déclaré: "J'ai vu cet enfant 30 ans plus tard, et il a montré la même grande intelligence à ce moment-là qu'il avait devant le Cheikh."

Son Jihad

Leslie Blanch affirme dans son livre, « Sabres du paradis », que Shaykh Muhammad Effendi al-Yaraghi était le Shaykh de l'Imam Shamil an-Naqshbandi. Au cours de leur guerre contre les Russes, il l'a dirigé dans la stratégie et la tactique, tout comme Sayiddina Jamaluddin al-Ghumuqi al-Husayni après lui.

Au chapitre 34, Gammer dit du shaykh, dans son livre "Résistance musulmane au tsar..." :

« … Tandis que le cercle scintillant des baïonnettes russes se refermait de tous côtés, l'influence de Mula Muhammad [al-Yaraghi] n'avait cessé de croître d'année en année. Intangible, immatériel, il passait sûrement et silencieusement à travers la haie d'acier hérissé comme un navire miraculé à travers les falaises opposées, ou comme un feu de tourbière de mousse rampant contre le vent. Les deux forces, matérielle et morale, se déplaçant dans des cercles concentriques de sens opposé, ont suivi un rythme égal, et juste au moment où à l'extérieur semblant la dernière étincelle de liberté a été piétinée au Daghestan central par les soldats du tsar, la flamme sacrée était prête. pour éclater et illuminer le pays de tous côtés, même jusqu'à ses confins les plus éloignés. « Les sources russes affirment à l'unanimité que Muhammad al-Yaraghi et ses disciples ont prêché le jihad contre les Russes dès le début. Cela ne serait pas surprenant…..En outre, le rôle des ta'ifas soufis, et en particulier des Naqshbandiyya, dans les mouvements de djihad partout dans le monde musulman a été souligné. … [en raison] de l'influence de la prédication de Muhammad al-Yaraghi. « …La première préoccupation de Muhammad al-Yaraghi et de ses disciples était d'établir et de faire respecter la charia et d'éradiquer les 'adat. [coutumes en vigueur]"

Le Cheikh s'adressant aux montagnards du Daghestan dit :

« vous n'êtes ni musulmans, ni chrétiens, ni païens… le Prophète salla a dit: 'c'est un vrai musulman: ... qui obéit au Coran et répand ma shari'a. Celui qui agit selon mes commandements se tiendra dans les cieux plus haut que tous les saints qui m'ont précédé »… « Faites vœu, ô peuple, d'arrêter tous vos vices et désormais de vous éloigner du péché. Passez [vos] jours et nuits à la mosquée. Priez Dieu avec zèle. Pleurez et demandez-lui pardon. [p. 44]

Shaykh Yaraghi (q) a souvent prédit l'avenir de ses disciples et cela s'est toujours réalisé. Quand les aveugles et les handicapés venaient à lui et qu'il priait pour eux, ils seraient guéris. Si les pauvres venaient et qu'il priait pour eux, ils deviendraient riches.

Il mourut le 17 Muharram, un mercredi, en 1265 H./1848 CE Il autorisa son successeur, Sayyid Jamaluddin al-Ghumuqi al-Husayni (q) à continuer en tant que Maître de la Tariqat, avec le Secret qu'il avait été donné par leur Shaykh commun, Sayyidina Isma`il ash-Shirwani, et comme il l'avait ordonné.

fr_FRFR