Sélectionner une page

Ja`far as-Sadiq assalam

J'ai découvert - et l'exagération n'est pas dans ma nature -
que celui qui est ma subsistance viendra à moi.
Je cours vers lui, et ma quête pour lui est une agonie pour moi.
Si je restais assis, il viendrait à moi sans détresse

Urwa ibn Adhina

Le fils de l'Imam Muhammad al-Baqir, fils d'al-Imam Zain al-`Abidin, fils d'al-Husayn, fils de `Ali bin Abi Talib radiya, Ja`far est né le 8 de Ramadan en l'an 83 H. Sa mère était la fille d'al-Qassim dont l'arrière-grand-père était Abu Bakr as-Siddiq radiya.

Il a passé sa vie dans le culte et les actes de piété pour l'amour d'Allah. Il a rejeté toutes les positions de renommée en faveur de `Ouzla ou l'isolement du monde inférieur. Un de ses contemporains, `Umar ibn Abi-l-Muqdam, a dit: "Quand je regarde Ja`far bin Muhammad, je vois la lignée et le secret du Prophète Muhammad salla unis en lui.

Il a reçu du Prophète salla deux lignées d'héritage : le secret du Prophète salla par 'Ali radiya et le secret du Prophète salla par Abou Bakr radiya. En lui, les deux lignées se sont rencontrées et pour cette raison, il a été appelé "l'héritier de la station prophétique". (Maqam an-Nubuwwa) et l'héritier de la station véridique (Maqam as-siddiqiyya).” En lui se reflétait la lumière de la connaissance de la Vérité et de la Réalité. Cette lumière a brillé et cette connaissance s'est largement répandue à travers lui au cours de sa vie.

Ja`far a rapporté de son père, Muhammad al-Baqir, qu'un homme est venu voir son grand-père, Zain al-`Abidin, et a dit: "Parle-moi d'Abu Bakr!" Il a dit: "Tu veux dire as-Siddiq?" L'homme a dit: "Comment l'appelles-tu as-Siddiq quand il est contre toi, la Famille du Prophète salla?" Il répondit : « Malheur à vous. Le prophète salla je l'ai appelé comme-Siddiq, et Allah accepta son titre de as-Siddiq. Si tu veux venir à moi, garde l'amour d'Abu Bakr et de `Umar dans ton cœur.

Ja'far a dit: "La meilleure intercession que j'espère est l'intercession d'Abu Bakr as-Siddiq radiya.” De lui est également rapportée l'invocation suivante : « Ô Allah, tu es mon témoin que j'aime Abu Bakr et j'aime `Umar et si ce que je dis n'est pas vrai, qu'Allah me coupe de l'intercession de Muhammad. salla.”

Il a pris la connaissance des hadiths de deux sources : de son père à `Ali radiya et de son grand-père maternel al-Qassim. Puis il a augmenté sa connaissance des hadiths en s'asseyant avec 'Urwa, 'Aata, Nafi' et Zuhri. Les deux Sufyans, Sufyan ath-Thawri et Sufyan ibn `Uyayna, l'imam Malik, l'imam Abu Hanifa et al-Qattan ont tous raconté des hadiths par son intermédiaire, comme l'ont fait beaucoup d'autres érudits du hadith ultérieurs. Il était un mufassir al-Qur’an ou maître en exégèse, érudit en jurisprudence et l'un des plus grands mujtahids (qualifié pour rendre des décisions juridiques) à Médine.

Ja`far radiya acquis à la fois la connaissance religieuse externe et la confirmation interne de sa réalité dans le cœur. Ce dernier se reflétait dans ses nombreuses visions et ses pouvoirs miraculeux, trop nombreux pour être racontés.

Une fois, quelqu'un s'est plaint à al-Mansur, le gouverneur de Médine, à propos de Ja`far radiya. Ils l'amenèrent devant Mansur et demandèrent à l'homme qui s'était plaint : « Jurez-vous que Ja`far a fait ce que vous dites ? Il a dit: "Je jure qu'il a fait ça." Ja'far a dit: "Qu'il jure que j'ai fait ce dont il m'a accusé et qu'il jure qu'Allah le punisse s'il ment." L'homme a insisté sur sa plainte et Ja`far a insisté pour qu'il prête serment. Finalement, l'homme a accepté de prêter serment. A peine les mots du serment étaient-ils sortis de sa bouche qu'il tomba mort.

Une fois, il a entendu dire qu'al-Hakm bin al-'Abbas al-Kalbi avait crucifié son propre oncle Zaid sur un palmier dattier. Il en fut si mécontent qu'il leva les mains et dit : « Ô Allah, envoie-lui un de tes chiens pour lui donner une leçon. Seul un bref laps de temps s'est écoulé avant qu'al-Hakm ne soit mangé par un lion dans le désert.

L'imam at-Tabari raconte que Wahb a dit: "J'ai entendu Layth ibn Sa`d dire, je suis allé en pèlerinage en l'an 113 H., et après avoir prié la prière obligatoire de l'après-midi (salat al-`Asr) Je lisais quelques versets du Saint Coran et j'ai vu quelqu'un assis à côté de moi invoquer Allah en disant 'Ya Allah, Ya Allah…' à plusieurs reprises jusqu'à ce qu'il perde son souffle. Il a ensuite poursuivi en disant 'Ya Hayy, Ya Hayy…' jusqu'à ce que son souffle soit à nouveau perdu. Il leva alors les mains et dit : « Ô Allah, j'ai envie de manger du raisin, Ô Allah, donne-moi en. Et mon peignoir (juba) est en train de devenir si vieux et en lambeaux, s'il vous plaît, ô Allah, accordez-moi un nouveau. Laith bin Sa`d a déclaré : « Il avait à peine fini ses paroles qu'un panier de raisins apparut devant lui, et à ce moment-là il n'y avait pas de raisins de saison. A côté de la corbeille de raisins apparurent deux manteaux plus beaux que je n'en avais jamais vus. J'ai dit, 'Ô mon partenaire, laisse-moi partager avec toi.' Il a dit: 'Comment êtes-vous un partenaire?' J'ai répondu: 'Vous priiez et je disais Amine.' Alors l'Imam Ja`far a dit : « Alors viens manger avec moi », et il m'a donné l'un des deux manteaux. Puis il s'éloigna jusqu'à ce qu'il rencontre un homme qui dit : « Ô fils du Prophète salla, couvrez-moi parce que je n'ai que ces vêtements en lambeaux pour me couvrir. Il lui remit aussitôt le manteau qu'il venait de recevoir. J'ai demandé à cet homme : 'Qui est-ce ?' Il a répondu, 'C'est le grand Imam, Ja`far as-Sadiq.' J'ai couru après lui pour le retrouver mais il avait disparu.

Ceci n'est qu'un échantillon des nombreuses anecdotes et histoires des pouvoirs miraculeux (karamat) de Ja`far as-Sadiq radiya.

D'après ce qu'il savait, il avait l'habitude de dire à Sufyan ath-Thawri: "Si Allah t'accorde une faveur et que tu souhaites garder cette faveur, alors tu dois Le louer et le remercier excessivement, car Il a dit: « Si vous êtes reconnaissants, Allah augmentera pour vous »[14:7]. Il a également dit: «Si la porte de la provision est fermée pour vous, alors faites beaucoup de istighfar (implorant le pardon), parce qu'Allah a dit, "Demandez pardon à votre Seigneur, certes Votre Seigneur est souvent Pardonneur" [11:52]. Et il a dit à Sufyan: "Si tu es bouleversé par la tyrannie d'un sultan ou par une autre oppression dont tu es témoin, dis:" Il n'y a de changement et de pouvoir qu'avec Allah "(la hawla wa la quwwata illa-billah) car c'est la clé du Soulagement et l'un des Trésors du Paradis.

De ses paroles

"La Religieuse [lettre "n"] au début de la sourate 68 représente la lumière de la pré-éternité, à partir de laquelle Allah a créé toutes les créations, et qui est Muhammad salla. C'est pourquoi Il dit dans la même sourate [verset 4] : 'Vraiment tu es d'une nature sublime' – c'est-à-dire : vous avez été privilégié avec cette lumière de la pré-éternité.

« Allah Tout-Puissant et Exalté a dit au monde inférieur : « Servez celui qui Me sert et fatiguez celui qui vous sert. »

« La prière est le pilier de toute personne pieuse ; Le pèlerinage est le Jihad de tout faible ; la Zakat du corps est le jeûne ; et celui qui demande les dons d'Allah sans accomplir de bonnes actions est comme celui qui essaie de décocher une flèche sans arc.

« Ouvrez la porte de l'approvisionnement en faisant un don ; clôturez votre argent avec le paiement de la zakat; le meilleur est celui qui ne gaspille pas ; la planification est le fondement de votre vie, et agir prudemment est la base de l'intellect.

"Celui qui rend ses parents tristes a renié leurs droits sur lui."

« Les juristes sont les dépositaires du Prophète salla… Si vous trouvez des juristes attachés à la compagnie des sultans, dites-leur : « Ceci est interdit », car le juriste ne peut exprimer son opinion honnête sous la pression de la proximité du sultan.

« Aucune nourriture n'est meilleure que la crainte de Dieu et il n'y a rien de meilleur que le silence ; aucun ennemi n'est plus puissant que l'ignorance ; aucune maladie n'est plus grande que le mensonge.

« Si vous voyez quelque chose que vous n'aimez pas chez votre frère, essayez de lui trouver entre une et soixante-dix excuses. Si vous ne trouvez pas d'excuse, dites : 'Il y a peut-être une excuse, mais je ne la connais pas.'

"Si vous entendez un mot d'un musulman qui est offensant, essayez de lui trouver une bonne signification. Si vous ne trouvez pas une bonne signification pour cela, dites-vous : « Je ne comprends pas ce qu'il a dit », afin de maintenir l'harmonie entre les musulmans. »

Son décès

Jafar as-Sadiq ق est décédé en 148 AH/765 CE. Il a été enterré à Jannat al-Baqi, dans le même cimetière que celui de son père, Muhammad al-Baqir ق, son grand-père, Zain al-Abidin ق, et l'oncle de son grand-père, Hasan ibn Ali radiya. Il a transmis le secret de la chaîne d'or à son successeur, Grandcheikh Tayfur Abu Yazid al-Bistami, plus connu sous le nom de Bayazid al-Bistami.

fr_FRFR