Sélectionner une page

Cacher les erreurs des autres

Un jour, le Prophète (s) appela Bilal peu avant minuit et lui ordonna de faire l'appel à la prière, adhan, mais pas de prier, mais que tout le monde vienne à lui : « Vite, car je ne peux pas tarder à donner ce message à mon Compagnons. Bilal était très effrayé et se demandait pourquoi le Prophète (s) appelait tout le monde à une telle heure. Le Jour du Jugement arrivait-il ? Le Prophète (s) tremblait. Bilal est allé à la mosquée et a appelé adhan, et tous les Compagnons ont couru à la mosquée et ont attendu le Prophète (s).

Quand le Prophète (s) est venu, ils ne l'ont pas reçu de la même manière que nous recevons Mawlānā quand il arrive à la mosquée. Nous courons vers lui, malheureusement, comme des chevaux ! Nous devons respecter. Lorsque Mawlānā entre, plutôt que de l'entasser grossièrement, vous devriez être discipliné, faire la queue à distance afin de montrer du respect à votre Shaykh. Au lieu de cela, nous courons dans le chaos comme des moutons ou des poulets. Vous devez lui baiser la main, mais ne courez pas et ne faites pas une foule et bloquez le chemin. Même lorsque Mawlānā Shaykh Nāzim veut aller à la voiture, il est incapable d'entrer dans la voiture sans encombre. Pourquoi ne vous contentez-vous pas de vous lever et de respecter ?

Un jour, Sayyidinā 'Abdul-Qādir Gilānī se promenait avec ses partisans dans une ruelle de Bagdad et ils virent quelqu'un venir de l'autre bout de la ruelle. Ses disciples se déplaçaient avec lui selon les bonnes manières, adab : tous derrière – personne ne bougeait à côté de lui. Ici, tout le monde essaie de se déplacer à côté du Shaykh et de prier à côté du Shaykh ! Quel est votre rang pour prier à ses côtés ? Tenez-vous derrière pour garder le respect, pas à côté – sauf s'il n'y a pas de place dans la mosquée. Les disciples de Sayyidinā 'Abdul Qādir ne se pressaient pas en marchant côte à côte dans la même rangée, comme nous le faisons aujourd'hui, mais ils se déplaçaient les uns derrière les autres avec le Shaykh seul devant. Vous ne pouvez pas être à son niveau ! Enseignez-vous cette discipline, adab, et ce respect.

Un prêtre est venu de l'autre bout de l'allée, et immédiatement 'Abdul Qādir a cédé, et tous les disciples ont cédé. Personne n'a dit: "C'est un prêtre." Tous lui cèdent la place. Quand le prêtre vit ce respect chez le Shaykh, et qu'il vit que tous les mourides suivaient cette discipline et ce respect, adab, il s'inclina devant Sayyidinā 'Abdul Qādir Gilānī de la tête. Ce dernier s'inclina aussitôt par la taille. Quand il a vu cela, le prêtre a dit: "Ashhadu an la ilāha illa-Allāh wa ashhadu anna Muhammadur-Rasūlullah." Les prêtres connaissent la vérité et cet incident l'a fait sortir de ce prêtre. « Ô notre Cheikh, dirent les disciples, que s'est-il passé ? Comment as-tu donné autant de respect à ce prêtre ? Il a dit: "J'ai donné du respect parce que je regarde la lumière que Dieu a donnée à son cœur, et je donne du respect à ces deux anges qui se tiennent à sa droite et à sa gauche." C'est ce respect qui a fait jaillir cette lumière et a fait dire au prêtre shahādah. Donner du respect est le plus important.

Lorsque le Prophète (s) arriva enfin à la mosquée, tous les Compagnons (ra) étaient alignés et s'inclinaient. Le Prophète (s) passa sans encombre jusqu'à ce qu'il atteigne sa place. Lorsqu'il l'atteignit, il frissonnait en disant :

« Dieu m'a envoyé l'ange Gabriel¡ pour me dire : 'Ya Rasūlullāh ! Appelez vos compagnons et transmettez-leur ce message. C'est le message le plus difficile que l'ange Gabriel m'a donné dans ma vie. J'ai très peur de ce message, et c'est pourquoi je vous ai appelé rapidement pour vous dire ce qu'il faut faire, et vous dire d'écouter et d'obéir à ce message.

Les compagnons (ra) étaient anxieux dans leur cœur de savoir si une grande bataille contre les agresseurs les attendait, ou quelque chose venant comme une nouvelle révélation du ciel.

Le Prophète (s) a dit: "Dieu m'a informé ce soir qu'Il a ordonné à tous Ses anges dans les sept cieux, et juré un serment sur Lui-même, et m'a ordonné, ainsi qu'à tous les prophètes qui sont décédés, de maudire et d'envoyer des épreuves sur le celui qui ne va pas obéir à ce message. Tout le monde avait peur : « qu'est-ce qui pouvait mériter une telle malédiction de la part de Dieu, des anges et des prophètes ? Il a continué:

"Si quelqu'un fait une autre mention d'un mauvais événement ou d'un événement survenu deux heures plus tôt dans sa vie, il sera maudit."

Cela signifie que si quelque chose s'est mal passé et que la confusion en a résulté, ou si quelqu'un a parlé durement à quelqu'un d'autre, et que vous ramenez cet événement dans votre conversation plus de deux heures plus tard, vous allez subir cette malédiction de Dieu, le Prophète. (s), les anges et tous les prophètes.

Vous devez être des dissimulateurs des fautes de vos frères et sœurs car Dieu est le Dissimulateur des péchés des êtres humains. Vous ne devez pas montrer leurs erreurs car vous êtes vous-même au milieu des erreurs. Si vous ne montrez pas leurs erreurs, Dieu ne montrera jamais votre erreur. C'est la signification de Sattār, le Cache-cernes. Cachez leurs erreurs; ne dites pas du mal de vos frères et sœurs, et Dieu cachera vos erreurs. Car tout le monde a des erreurs qu'ils cachent dans leur cœur. Si vous prenez tant de soin à cacher vos propres erreurs, pourquoi faites-vous ressortir les erreurs des autres ? Cachez les erreurs des autres, et Dieu a juré sur Son Honneur et Sa Grandeur qu'Il va maudire quiconque ne va pas cacher les erreurs de ses frères et sœurs, ou cacher les mauvais événements qui se sont passés à leur sujet.

Et de Dieu vient tout succès.

Wa mina-llāhit-tawfīq bi hurmatì'l-Fātihah.

fr_FRFR