Sélectionner une page

Cœurs

J'ai souvent entendu des gens prétendre posséder des cœurs purs. Surtout les gens qui rejettent d'emblée la religion et les pratiques mystiques aiment faire de telles affirmations. Nous ne posons pas de telles prétentions, mais nous croyons que notre Voie est la voie de la purification, et que nos efforts devraient nous mettre dans la bonne direction. Quiconque se considère comme une personne au cœur pur devrait prêter attention à ce récit et réexaminer sa demande à la lumière de celui-ci.

Ce récit est parvenu jusqu'à nous par Abdallah, le fils d'Umar, le second Khalipha de l'Islam. Quand Abdallah entendit le Prophète louer cette personne à trois reprises, il décida de le suivre jusque chez lui et de rechercher à la fois ses bénédictions et sa connaissance des moyens exacts qui l'avaient conduit à atteindre un niveau de perfection aussi élevé dans cette vie.

Quand Abdullah est arrivé au domicile de l'homme, il a frappé à sa porte et a été accueilli. L'homme lui a demandé : « Puis-je m'enquérir du but de votre visite ? Alors Ibn Umar raconta à l'homme ce que le Saint Prophète avait dit de lui chacun des trois jours précédents. L'homme a dit : « Je sais ». Abdullah Ibn Umar a poursuivi: «Oh mon frère, j'aimerais aussi être l'une de ces personnes chanceuses d'avoir obtenu une place au paradis tout en vivant encore dans ce monde. Qu'avez-vous fait exactement pour atteindre une telle distinction dans la Présence Divine ? Quel genre d'austérités ascétiques avez-vous subies ? Quels genres d'actes de dévotion surrogatoire avez-vous accomplis ? »

« Oh Abdullah, je n'adore pas plus que toi ou que n'importe qui d'autre. L'annonce de ces bonnes nouvelles ne résulte ni de mon austérité ni de mes dévotions. Il y a cependant trois qualités que j'ai cultivées et auxquelles je tiens beaucoup, comme on chérirait des perles rares en sa possession. Tout d'abord, chaque nuit, alors que je me couchais avant de dormir, je dis à mon Seigneur: "Oh mon Seigneur, si l'un de tes serviteurs m'a fait du mal aujourd'hui, soit avec sa main, soit avec sa langue, je lui ai pardonné avec un pardon complet , et ne portera plainte contre lui ni devant personne ni devant toi, ni maintenant ni au Jour du Jugement. Tu es mon témoin que je leur ai tous pardonné : maintenant et pour toujours, ici et dans l'au-delà.

Je dois demander à toutes les personnes qui prétendent avoir le cœur pur : Pouvez-vous pardonner d'une telle manière ? Ou courez-vous au tribunal pour six pence, réciproquement pour un seul mot d'injure avec une douche ? Quand on vous gifle, tendez-vous l'autre joue, ou lui répondez-vous par dix coups ? Avez-vous des rancunes sur une longue période de temps? Si vous réagissez de cette manière à la provocation, vous devez savoir que vous cultivez la saleté et la maladie, pas la pureté. Ne gardez pas rancune, car leur fruit est la haine et l'inimitié. Où est donc votre pureté ?

Puis Abdullah Ibn Umar a dit : « Hmmm… c'est un attribut très difficile à imiter. Dites-moi le deuxième attribut - qui, peut-être, peut être plus facile d'aspirer ». L'homme dit : « Regarde, si on me donnait le monde entier et ses trésors, et si les gens me rendaient hommage en disant. « Nous faisons de vous notre roi et mettons à votre disposition un immense trésor royal. S'il vous plaît, prenez votre place maintenant sur le trône impérial et ordonnez-nous de faire ce que vous voulez, votre souhait est notre ordre », je ne serais ni heureux ni satisfait du tout. Et quel est le signe que je me sens vraiment comme ça ? C'est le troisième attribut, et il confirme le second, c'est la preuve que je ne me soucie pas de la richesse et du pouvoir. Car, si ces mêmes personnes venaient le lendemain, maltraitez-moi et renvoyez-moi du trône en disant : « Va-t'en ! Nous n'acceptons pas un roi aussi insensé qui n'est même pas heureux d'être couronné roi ni heureux d'avoir la souveraineté sur le monde entier qui lui est conférée, ni de vastes richesses et trésors », je ne serais pas le moins du monde désolé, mais grandement soulagé".

De tels attributs sont-ils si faciles à atteindre que tout le monde devrait prétendre avoir un cœur pur ? Si quelqu'un devait nous donner une maison ordinaire - oubliez les palais - nous serions heureux, et certainement s'ils venaient le lendemain et la réclamaient, nous serions désolés. Alors qu'en est-il d'avoir le monde entier sous nos ordres ? Un tel renoncement est un signe que le point le plus élevé du fait a été atteint. Allah a dit : « Le monde matériel a moins de valeur pour moi que l'aile d'un moustique ». Cet homme en avait atteint la certitude, avait pris cette sagesse à cœur et avait cessé de convoiter ce monde. Le vrai croyant dira : « Ô mon Seigneur, autant que vaut le monde matériel à tes yeux, qu'il soit aux miens ».

fr_FRFR