Sélectionner une page

La familiarité engendre l'illumination

Shah Naqshband, le pilier le plus important de la Naqshbandi Tariqah, disait toujours : « L'essence de notre Tariqah se trouve dans le rassemblement en compagnie du Cheikh ou d'autres aspirants. De telles rencontres génèrent du pur bien ». Ce type de rassemblement est appelé «Sohbet", et peut impliquer soit le cheikh (ou un adjoint nommé du cheikh) s'adressant au groupe (après avoir lié son cœur à la chaîne de cheikhs par laquelle il est connecté au cœur du Saint Prophète), soit simplement un " rendez-vous", une heureuse occasion d'intimité. (Souvent un Sohbet se compose des deux aspects, un discours suivi d'échanges familiers).

Pourquoi Shah Naqshband accorde-t-il tant d'importance à de tels rassemblements ? Pourquoi insiste-t-il encore plus, semble-t-il, que sur la prière ou Dhikr (prière-méditation) ? Pourquoi? Parce que la familiarité qui résulte de ces réunions bénies ouvre nos cœurs les uns aux autres et à notre Seigneur. Rassembler les gens dans une atmosphère aussi intime était la méthode utilisée par les prophètes pour adoucir le cœur de leur peuple, et les cœurs tendres rendent notre adoration acceptable dans la présence divine.

Si les gens ne peuvent pas se résoudre à s'en remettre à un autre, comme lorsque les gens se réunissent avec un cheikh ou un adjoint d'un cheikh, ils deviendront de plus en plus affirmés, sauvages et égoïstes. Dans nos assemblées, une personne doit être le leader symbolique et s'adresser aux autres. S'il est adjoint du cheikh, il peut être, au niveau de la vie quotidienne, un membre d'un groupe de frères poursuivant un but commun, ou il peut avoir déjà atteint des niveaux spirituels qui lui permettent d'assumer un rôle plus complet. guider les membres de son groupe. Qu'il s'agisse du premier ou du second, lorsque l'un de nos députés met son cœur en rapport avec la transmission spirituelle dans le but de diriger Dhikr et délivrant un Sohbet discours, il devrait devenir le moyen pour que cette puissance spirituelle et ces bénédictions imprègnent cette assemblée.

Les bénédictions divines descendent sur les réunions où une personne préside humblement et les autres s'en remettent humblement. De telles bénédictions ne reposent jamais sur un groupe où chacun rivalise pour prouver la supériorité de ses opinions. Non, nos assemblées ne doivent pas être des clubs de débat. Si nous suivons ces directives, après qu'une personne s'est adressée au groupe et que les autres s'en remettent à la fois extérieurement et intérieurement, une atmosphère particulière d'intimité devrait s'installer lors de cette réunion, de sorte que chacun se sente bien incliné envers les autres membres du groupe, et tous puissent d'échanger des idées de manière constructive et non conflictuelle.

Nos egos se rebellent contre le fait d'être sur un pied d'égalité avec les autres, alors que devraient-ils ressentir à l'idée de faire preuve de déférence ! L'ego est une créature sauvage, cherchant constamment à affirmer son unicité et sa supériorité et à rabaisser les autres. Si nous parvenons à prendre le dessus dans la lutte avec nos egos, ils peuvent accepter à contrecœur de faire preuve de déférence, mais ils ne le feront jamais volontairement.

L'homme est soumis à des impulsions contradictoires. Il veut être unique, mais c'est aussi un animal social. L'unicité est un attribut de notre Seigneur, et nous avons tous reçu une part de cet attribut divin en ce que nous sommes tous différents physiquement et dans le domaine de la personnalité. En fait, il y a un Nom Divin unique reflété en chacun de nous, un Nom Divin dont le Seigneur nous a donné une part à l'exclusion des autres. À cause de cela, nous avons une tendance intrinsèque à nous considérer comme étant uniques - parce que nous le sommes - mais l'erreur est de nous considérer comme étant supérieurs aux autres, car c'est dans l'unité avec les autres que nous réalisons notre potentiel de plénitude, comme notre unique le nom se manifeste par l'acte de le joindre à l'ensemble des Attributs Divins.

Le chemin vers la réalisation de ce grand potentiel passe par la familiarité avec les gens. Quiconque trouve un chemin vers le cœur de l'humanité trouve la Présence Divine de son Seigneur. C'est pourquoi le Saint Prophète a réuni les gens dans de telles réunions informelles. Mais ne pensez pas que c'est une tâche facile ! Le pouvoir de rassembler les gens est un don du Ciel. Les prophètes et leurs héritiers ont reçu le don de s'adresser directement au cœur des gens, afin que tous ceux dont le cœur n'est pas de pierre, toutes les personnes au cœur ouvert et tous ceux dont le cœur est fermé mais non verrouillé soient touchés par leur message.

Habituellement, une classe humble de personnes a largement répondu au message des prophètes, car étant proches de la nature, elles étaient plus facilement capables de distinguer quelque chose de vivant d'une fabrication. En général, les femmes étaient également plus ouvertes au message des prophètes que les hommes, car le cœur des femmes s'ouvre plus facilement. Le cœur des hommes est souvent étroitement enfermé.

Il est impossible pour une personne au cœur ouvert de rejeter les conseils d'un prophète ou de l'un de ses héritiers. Mais quant aux personnes qui sont gonflées de leur savoir et qui approchent les hommes de Dieu afin de leur faire accepter leurs idées plutôt que d'accepter les enseignements Divins, ces personnes sont susceptibles de fermer leur cœur aux Tariqahs.

Le signe d'une véritable transmission spirituelle est que les cœurs sont touchés et adoucis, de sorte qu'une réelle familiarité et affection grandissent parmi les destinataires de cette transmission. C'est le premier pas vers la vraie foi. Vous n'êtes pas un vrai croyant tant que vous ne voulez pas pour les autres ce que vous voudriez pour vous-même, jusqu'à ce que vous puissiez vous mettre à la place même de ceux avec qui vous vous trouvez en conflit. Jusqu'à ce que vous puissiez ressentir de l'affection et de la familiarité envers un groupe d'autres chercheurs, il est impossible d'imaginer de la sympathie pour des personnes qui vous sont hostiles.

Comment est-il possible d'ouvrir son cœur à son prochain ? Vos cœurs doivent se rencontrer dans le cœur de l'un des Saints d'Allah, car dans leur cœur se trouve l'Attraction Divine, et c'est ce pouvoir qui leur permet d'être un moyen de lier les cœurs. S'il n'y a pas de lien avec la Source de tout amour - le Seigneur de tous les êtres - alors aucune familiarité vraiment durable ne peut se développer entre les gens, seulement la banale familiarité de surface qui est si facilement ignorée lorsque l'intérêt personnel intervient.

Si une personne n'a pas subi de formation aux mains d'un Héritier d'un Prophète, il lui est impossible de supporter les gens qui lui infligent des ennuis. Il deviendra comme un buisson d'épines : inaccessible, toujours prêt à piquer qui approche, ami ou ennemi. Habituellement, cependant, ces personnes sont incapables de percevoir qu'elles sont piquantes, mais attribuent l'épineux aux autres. Ce n'est pas surprenant, car c'est un mécanisme courant de la psyché humaine de rejeter sur les autres nos propres caractéristiques répréhensibles. Nous sommes tous des miroirs, mais nous ne réalisons pas que c'est notre propre laideur que nous abhorrons chez les autres.

Le Seigneur sympathise avec ses créatures, et quiconque a reçu un rayon de cet attribut peut trouver son cœur incliné vers les gens. Cette familiarité est une transmission de cœur à cœur. Ne vous embêtez pas avec mes paroles, recevez simplement ma transmission.

La familiarité avec nos semblables n'est que le premier niveau sur lequel la familiarité divine se manifeste, car l'âme vraiment aimante évoque l'affection même de la part des animaux sauvages.

Une fois, j'étais avec mon grand-cheikh à la campagne. Alors que nous approchions de la maison de la personne que nous étions allés visiter, un chien jaune se rua sur nous avec sa queue recourbée entre ses pattes comme un scorpion. Je pensais que nous serions réduits en lambeaux, mais alors, lorsque le chien est venu à notre vue, tout son aspect a changé (même si Grandsheikh n'avait jamais été là auparavant, et par conséquent, le chien ne l'a pas reconnu au sens ordinaire qu'il était un visiteur fréquent) et il a commencé à remuer la queue. Puis le chien s'est approché et Grandsheikh s'est frotté la tête. À ce moment-là, le chien de garde vicieux prit l'aspect d'un chiot gambadant, roulant sur le sol et caracolant. Alors Grandsheikh m'a expliqué : « Il m'a reconnu. Je ne suis étranger à personne ».

Même les lions féroces peuvent devenir des minous en présence des réceptacles de la familiarité divine. Une fois, au début de l'Islam, une caravane de pèlerins venait visiter la Maison de Dieu à La Mecque. Tout à coup, la caravane s'est arrêtée. `Abdullah Ibn `Umar (r) était avec la caravane et quand elle s'est arrêtée, il s'est avancé pour voir ce qui n'allait pas. Les gens étaient dans un état de grande inquiétude, car un lion était assis au milieu de la route, et ils avaient peur qu'il attaque les pèlerins. `Abdullah Ibn `Umar (r) a fait s'agenouiller son chameau et est descendu de son dos. Il s'approcha du lion, leva son oreille et le réprimanda doucement en disant : « Ne restez pas ici. Ce n'est pas un endroit pour vous : c'est une route pour les pèlerins qui se dirigent vers la Maison de Dieu. Vous devez être obéissant et respectueux, et ne pas nous attaquer, car nous sommes sous la protection du Tout-Puissant ».

fr_FRFR