Sélectionner une page

L'amour du Prophète

Audhu billahi min ash-shaytan ir-rajeem Bismillah ir-rahman ir-raheem

Nawaytul-arba`een, nawaytul 'itikaaf, nawaytul khalwa, nawaytul `uzla, nawaytus salook, nawaytul riyaada lillahi ta`ala al-`adheem frais hadhal masjid.

C'est un honneur pour moi de venir écouter les conseils, ce n'est pas un cours magistral, un conseil du Professeur sur l'amour de Sayyidina Muhammad (s). Je suis vraiment venu écouter seulement. Je ne sens pas que je dois ajouter quoi que ce soit, parce que lorsque l'amour du Prophète (s) vient, nous devons tous nous sentir brûlés dans cet amour.

« Ya Sayyidi ya Rasulullah !" Tout à l'heure, j'entendais cela dans les conseils présentés par le professeur. Sur la nécessité, Dr. Professeur Muhammad Qadri, d'aimer le Prophète (s). Inutile de dire professeur ou médecin, Muhammad Ahmad est un honneur suffisant. Al Hamdulillah.

C'est un fakhr porter le nom de Sayiddina Muhammad (s). Nous ne sommes pas wahhabites, contents du diplôme que nous prenons à l'université. Qui s'en soucie ?

J'ai entendu dire qu'au début, quand ce rassemblement a commencé, il y avait deux personnes qui venaient et écoutaient. Depuis lors, il n'a cessé de s'améliorer et nous voyons maintenant des centaines de personnes ici.

Cela montre que vous êtes sur la bonne voie. J'étais à Houston hier et je donnais un conseil à la mosquée Ghawth `Adham. Et macha-Allah, beaucoup de gens de Tariqat al-Qadiriyya m'a invité à ce grand événement et vous pouviez y ressentir ce même sentiment d'amour pour le Prophète (s).

Maintenant, aimer le Prophète (s) est quelque chose que nous devons ressentir dans nos cœurs. Si nous ne le ressentons pas, ne le savons pas, ne l'apprennent pas et ne le pratiquent pas, alors ce n'est que par la langue. C'est pourquoi Shaykh Muhammad Ahmad Qadiri, a mentionné un hadith du Prophète (s), "la yuminu ahadakum hatta akunu ahaba ilaykum min walidihi wa waalihi wa an-naasi ijma`een.” Cela signifie : « Vous n'obtiendrez pas la vraie croyance tant que vous ne m'aimerez pas ; vous devez m'aimer plus que vous n'aimez vos parents, vous-même et vos enfants et l'ensemble de l'humanité.

Si nous nous regardons aujourd'hui, si notre enfant est malade et que vous devez l'emmener à l'hôpital, votre vie est perturbée. Vous ne pouvez pas dormir une heure sans ressentir "Mon fils" ou "Ma fille". Vous n'arrêtez pas de vous dire : « Mon fils » ou « Ma fille ». Vous avez le sentiment de prendre soin de ce fils ou de cette fille. C'est le simple équilibre ou l'échelle que nous pouvons utiliser pour nous regarder. Cet amour pour le Prophète est-il comme l'amour de nos enfants dans notre cœur ou non ? Si cela n'existe pas, et je suis sûr que ce n'est pas le cas, alors nous devons l'améliorer.

C'est ce que Shaykh Muhammad Ahmad a également mentionné dans ce verset :

"Qul in kuntum tuhiboon Allaha fat-tabi`oonee yuhbibkumullah wa yaghfir lakum dhunubakum."
"Dis : "Si vous aimez Allah, suivez-moi : Allah vous aimera et vous pardonnera vos péchés. Car Allah est Pardonneur et Miséricordieux". 
[3:31]

Ce n'est pas le Prophète (s) qui l'a dit – c'est Allah qui a dit : « Ya Muhammad, dis-leur : 'Si vous aimez Allah, alors suivez-moi, Allah vous aime.' » A qui s'adresse ce verset ? Pour tout le monde; pour les Sahaba. J'aime le Prophète j'espère, et tout le monde aime le Prophète (s). Et les Sahaba aimaient le Prophète (s). Alors comment vais-je aimer le Prophète alors que j'ai besoin de le voir et de le suivre ? Comment puis-je le suivre si je ne vois pas ses pas ?

Ainsi, les Sahaba ont vu les traces du Prophète (s) et il leur a montré la réalité de la marche à suivre. Il les a pris par la main et ils se sont déplacés, il les guidait.

Mais ce verset du Saint Coran est pour toute la Ummah, de son début à sa fin. Cela donne ici un sens caché. Le Prophète (s) était avec les Sahaba pour les guider. Cela signifie que la présence du Prophète doit exister à tout moment pour tout le monde, pour que l'humanité suive.

"Wa'alamu anna fiekum Rasulullah."
"Sachez que le Prophète est en vous." 
[49:7]

Il n'a pas dit qu'il était "baynakum“, “parmi vous”, mais Il swt a dit, “fiékum" - "en toi." Le Saint Coran est délicat dans chaque lettre et chaque phrase. Si le Prophète (s) est en nous, alors Allah nous dit ici, "où est-il donc maintenant?"

J'entendais un exemple de cela [taps mike]. Entendez-vous cela? [oui] Pourquoi l'entendez-vous ?

C'est une voix. Ce tapotement crée une voix qui a une longueur d'onde et la longueur d'onde se déplace tout autour de l'espace, à travers l'univers, et ne meurt jamais. Ceux qui connaissent la physique, ing., le savent. Cette longueur d'onde se déplace dans l'espace, de sorte que lorsque je tape, cette onde se déplace dans l'espace - si vous avez un récepteur, vous l'entendez et si vous ne l'entendez pas, vous ne l'entendez pas.

Nous entendons depuis des milliards d'années, des voix venant de l'univers, parce que nous avons de gros récepteurs, nous entendons quelque chose et pourtant nous ne sommes pas capables d'entendre autre chose, c'est impossible. Chaque voix doit être entendue si vous avez le bon équipement, car les ondes se déplacent dans le monde entier.

Quand Sayiddina Muhammad (s) lit le Saint Coran, cette vague est toujours vivante et elle ne s'arrête pas. Si vous voulez le prendre d'un point de vue physique. Alors si cette voix est là, pourquoi ne pouvons-nous pas l'entendre ? Parce qu'il y a quelque chose qui ne va pas avec notre équipement.

Il y a quelque chose qui ne va pas. Qu'en est-il du hadith "ma zaala `abdi yataqaraba ilayya bin-nawaafil hatta uhibah. Fa idha ahbabtahu kuntu sama`ulladhee yasma`u bihi wa basarahulladhee yubsiru bihi, wa yadahulladhee yubtishu bihi wa lisanahulladhee yatakallama bih." " Mon serviteur ne cesse de m'approcher par le culte volontaire jusqu'à ce que je l'aime. Quand je l'aimerai, je deviendrai les oreilles avec lesquelles il entend, les yeux avec lesquels il voit, la main avec laquelle il agit et la langue avec laquelle il parle.

Un serviteur s'approche par le culte volontaire jusqu'à ce que je l'aime, comme Shaykh Muhammad Ahmad Mahmoud Qadiri, [ajoutez cela] a dit que l'amour de Sayiddina Muhammad est important. Les Sahaba, par amour du Prophète, ont écouté le Prophète et ont dit: "Oui, Ya Rasulullah, nous acceptons tout ce que vous avez dit." La munafiqeen (hypocrites) ont essayé de créer des doutes. Mais le Sahaba a dit : "na`m sadaqta ya Rasulullah!" dans la nuit de l'Ascension. Mais cet amour est important. Cela ne vient pas par des obligations, mais Il a dit : «ma zaala `abdi yataqaraba ilayya bi-nawaafil hatta uhibah» – par le culte volontaire.

Cette obligation est-elle dans le Coran, est-elle venue dans les cieux ou le Prophète l'a-t-il fait lui-même par amour. Par amour, le Prophète (s) l'a fait. Les obligations, tu dois les faire, tu es obligé, sinon tu vas à Jahannam. C'est une obligation, vous ne pouvez pas atteindre l'amour d'Allah à travers elle. L'adoration volontaire, il y a un moyen d'en sortir, parce que si vous ne le faites pas, vous irez quand même au paradis. Mais vous ne serez pas dans cette situation mentionnée dans ce hadith. Cela signifie que si le serviteur M'aime par Muhammad, au moyen de nawafil, culte volontaire, alors je l'aimerai, c'est une relation réciproque. Cela doit venir de vous d'abord, car Allah aime déjà Son serviteur. Mais vous devez mettre votre prise, votre fil et faire le branchement de votre côté.

Alors que se passe-t-il. Le hadîth "kuntu sama`ulladhee yasma`u bih” Cela signifie, “Je lui donnerai un récepteur spécial pour entendre, qu'il n'entendra que ce que wali peut entendre." Je vais lui donner ce que les gens ne peuvent pas entendre ? Qu'est-ce que les gens ne peuvent pas entendre? Vous ne pouvez pas entendre, il ne peut pas entendre, . vous entendrez la voix que les gens ne peuvent pas entendre parce qu'ils n'ont pas cette ouverture dans leurs oreilles. Il vous donnera de cet attribut as-Sam`ee, alors que Sariya entendait la voix de Sayyidina `Umar de Sham. « Ô Sariya ! Restez sur la montagne », de Médine à Sham.1

Sariya était capable d'entendre. Sayyidina `Umar (r) était capable d'entendre et de voir. Ainsi, Sariya n'a qu'une voix audio. Sayyidina Umar a la vidéo et l'audio. C'est une technologie d'il y a 1400 ans, depuis l'époque du Prophète (s). Puis le hadith continue : « Je lui donnerai la vue avec laquelle il pourra voir, je serai les yeux avec lesquels il pourra voir ». A cette époque, vous avez l'audio, la vidéo et la télévision. Ensuite, vous pouvez voir le Prophète (s) - comment il se déplace, comment il parle, comment il agit, et ensuite vous pouvez suivre. Si vous ne pouvez pas voir cela, alors suivez ceux qui le peuvent. Tout le monde ne peut pas faire cela, seuls quelques-uns peuvent le faire, seuls les awliya peuvent le faire, comme Sayyidina Abdul Qadir Jilani.

Même si vous avez mentionné Ibn Taymiyya, je n'aime pas le mentionner sauf pour montrer aux Wahabis que votre "maître" était un esclave à la porte de Sayyidina Abdul Qadir al-Jilani, et il l'a loué dans le livre Fatawa ibn Taymiyya.

Ensuite, vous avez l'audio, la vidéo, et cela nous donne le sens que le prophète est toujours présent, vous regardant et voyant ce que vous faites. Et si vous êtes intelligent, vous pourrez le voir. Et si vous ne l'êtes pas, suivez celui qui l'est. C'est un ordre dans le hadith, "dans kuntum thalathah, fa-ameeru ahadakum» – « Si vous êtes trois, faites-en un votre chef.

Ce amer ne doit pas être aveugle, il ne doit pas être une personne sans intelligence. Il doit être une personne qui peut voir les pas du Prophète (s).

J'ai entendu cette histoire de mon Shaykh et son père et son grand-père sont du Qadiri tariqat. Il a fait un isolement complet dans le maqâm de Sayyidina Abdul Qadir Jilani pendant une année entière.

Une dame a amené son fils à Sayyidina Abdul Qadir Jilani et a dit : « Ya Sayiddi, je sais que tu es le Ghawth, et je sais à cause du Prophète que tu donnes. C'était une pauvre dame et elle assistait toujours au suhbat, et elle voyait tous les murids, disciples, assistant au sous-chapeau (conseil) et dhikr. Et devant chacun il y avait un gros poulet et ils mangeaient.

Elle s'est dit: "Alhamdulillah, je suis pauvre et Sayyidina Abdul Qadir est riche dans les deux dounya et akhira. Je vais donner à mon fils de s'asseoir là. Au moins, il mangera matin et soir.

Elle a dit : « Je veux que mon fils soit votre mourîd.

Il a accepté. C'était un enfant de très bonne taille. Il a dit à un murid, Muhammad Ahmad, "Envoyez-le au sous-sol et donnez-lui le awrad pour l'isolement. Et donne-lui un morceau de pain et des olives à manger chaque jour.

Cette dame est venue au bout d'un mois et pensait que son fils mangerait du poulet. Puis elle vit les murids assis et mangeant avec des manières parfaites (adab); manger du poulet.

Elle a interrogé le Shaykh sur son fils. Il a dit: "Il est au sous-sol en train de manger de la nourriture spéciale." Elle était heureuse, comme elle le pensait puisque les murids mangeaient du poulet, alors probablement qu'il mangeait du bœuf.

Elle est descendue et a vu son fils – il était devenu très mince. Mais il était assis en train de réciter et de la lumière sortait de son visage.

Elle est venue vers lui et a dit: "Qu'est-ce que c'est?" Il a dit: "C'est ce que je mange - un morceau de pain." Elle est allée à Sayyidina Abdul Qadir Jilani (q), "J'ai amené mon fils pour être avec vous." Pendant qu'elle parlait, le Shaykh ordonna à ses murids : "Mangez". Chacun a mangé le poulet devant lui, non pas les morceaux, mais le poulet entier, avec les os. Puis il lui dit : « Si tu veux que ton fils atteigne le niveau pour manger le poulet avec les os, alors il doit traverser tarbiyya- entraînement." Ce tarbiyya est pour élever et former l'ego, ce qui est la chose la plus difficile. C'est ce qu'il faut.

al-Fatiha.

 

 

Allahumma salli 'ala Sayyidina Muhammadin nabi al-ummi wa 'ala Alihi wa Sahbihi wa sallim. Jumu'ah Moubarak.

REMARQUES:

[1] Il est rapporté de Hazrat Ibn `Umar (r) qu'il a dit que Hazrat `Umar (r) a envoyé une armée, faisant d'un homme appelé Sariyya (r) le chef (émir) au-dessus. On dit qu'un jour Hazrat `Umaar (r) prononçait le sermon du vendredi. Il y disait à haute voix «Ya Sariyya al-jabal!" « Ô Sariya ! [vers] la montagne. Alors un courrier est venu de l'armée et a dit : « Ô Commandeur des Croyants ! Nous étions sur le point d'être vaincus quand nous avons entendu trois fois une voix : «Ya Sariyya al-jabal!" Nous avons donc reculé notre armée près de la montagne et Allah le Très Saint les a vaincus. Ibn `Umar (r) dit qu'on a dit à Hazrat `Umar (r) que c'était lui qui criait de cette voix.

Hazrat Ibn `Umar (r) mentionne que son père Hazrat `Umar (r) prononçait un sermon vendredi au milieu de sa khutba, il a crié: "Ya Sariyya al-jabal!" « Ô Sariya ! [vers] la montagne », puis il reprit sa khutba et dit : « Celui qui a volé un loup, il l'a opprimé ». (c'est-à-dire celui qui a nourri et abreuvé l'ennemi, il a commis un acte d'oppression). Alors certaines personnes regardent les autres (c'est-à-dire qu'est-ce que c'est que ça ?). Hazrat `Ali (r) leur a dit "Il dirait lui-même (quelque chose) à propos de cette déclaration." Quand les gens eurent fini la prière, ils demandèrent à Hazrat `Umar (r). Il a dit : « L'idée m'a traversé l'esprit que les idolâtres battraient nos frères et que les idolâtres courraient vers la montagne. Donc si les musulmans se dirigeaient vers la montagne, ils n'auraient à combattre que d'un côté, s'ils avançaient, ils seraient détruits. Alors ces mots se sont échappés de ma bouche à propos desquels vous dites avoir entendu ces mots.
Au bout d'un mois vint l'annonce d'une bonne nouvelle. Il a dit: «Les gens de l'armée ont entendu la voix de Hazrat `Umar (r) ce jour-là. Nous sommes tous allés vers la montagne et Allah nous a rendus victorieux.

Il est dit dans une tradition que les gens ont dit à Hazrat `Ali (r), "N'as-tu pas entendu Hazrat `Umar qu'en prononçant le sermon du haut de la chaire, il a dit:"Ya Sariyya al-jabal!" ? Hazrat `Ali (r) a dit : « Mille pitié pour toi ! Laissez Hazrat `Umar (r) tranquille ! Chaque fois qu'il est entré dans quelque chose, il s'est sûrement bien acquitté.

Tous les deux riwayat mentionné dans La vie des Compagnons, par Cheikh Kandhalvi.

Centre éducatif islamique, Fremont, 27 janvier 2003
fr_FRFR