Sélectionner une page

L'oppression est pire que le massacre

L'histoire vraie d'une famille musulmane russe qui a fui le régime athée

Rapporté par Hajjah Naziha Adil

Écrit par Talibah Jilani

Cette histoire a commencé il y a plus de soixante-dix ans dans un hameau autrefois magnifique niché au cœur de la Russie. Pendant treize siècles, jusqu'à l'avènement du communisme, l'État moscovite de Kazan était ancré dans la tradition islamique remontant à l'époque du Prophète Muhammad (s).
Comme on me l'a dit, mon grand-père Ali est devenu orphelin alors qu'il était un jeune garçon. Un bel homme au début de la vingtaine, lorsqu'il a rencontré ma grand-mère Aisha, alors âgée de dix-sept ans, il a proposé le mariage et ils se sont rapidement installés dans la vie de famille.

Au fur et à mesure que leur famille s'agrandissait, mon grand-père, un menuisier hautement spécialisé, est venu travailler exclusivement pour les hauts fonctionnaires du gouvernement. Pour exercer son métier, il a reçu un laissez-passer spécial qui lui permettait de se rendre dans n'importe quelle partie de l'État à la recherche de bois de qualité supérieure. Il ne savait pas à quel point ce privilège deviendrait utile des années plus tard.

Avec la mise en œuvre stricte du communisme, la vie telle qu'elle était connue depuis des siècles a pris fin brutalement. Il n'était pas rare de voir son domicile ou son entreprise confisqué par le nouveau régime, généralement sans préavis. Enfant, on m'a raconté de nombreuses histoires sur les difficultés que la famille de ma mère a connues dans ces conditions horribles et sur les risques qu'elle a pris pour s'accrocher à son islam.

Des soldats communistes sont entrés à plusieurs reprises chez mes grands-parents, le plus souvent pour faire l'inventaire. Une fois, ils sont venus alors que la famille s'asseyait pour le dîner. Ils sont entrés sans invitation, sans même frapper à la porte, et alors que la famille regardait avec étonnement, prudent de ne pas contester l'acte, un homme a écrit un inventaire de la vaisselle, du linge de table, des ustensiles et des ustensiles de cuisine pendant que l'autre montait la garde et réprimandé ces humbles citoyens. « Tout cela appartient à l'État. Si vous cassez un objet, vous paierez une amende. Ils sont repartis comme ils étaient entrés, à l'improviste.

Construire un ordre social dans lequel le pouvoir n'est pas partagé et où seuls les dirigeants sont des figures d'autorité, sous la nouvelle règle athée, l'oppression religieuse n'a fait que s'accélérer. Les droits civils tels que nous les connaissons aujourd'hui ont été révoqués au nom du communisme. Des millions de musulmans, de chrétiens et de juifs épris de paix ont été exilés en Sibérie dans les conditions les plus déplorables. S'ils ne mouraient pas de faim, ils mouraient de froid. Leurs cadavres ont été enterrés au hasard dans des fosses communes.

Des millions de musulmans épris de paix
ont été exilés en Sibérie
où ils sont morts de faim
ou mourir de froid.

Kazan Kremlin Qolsharif Mosque

Mosquée Qolsharif du Kremlin de Kazan

Dans leurs tentatives de démanteler la religion et de mettre fin au culte de Dieu, les communistes ont commencé à séparer les enfants de leurs familles et les ont placés dans des internats laïcs où ils ont été dépouillés de leurs noms de famille et de toute identité religieuse. Le jour est venu où un frère n'a pas reconnu sa propre sœur et les enfants sont devenus des outils de propagande de l'État. Isolés dans les colonies, les parents sans enfants travaillaient dans les usines et sur d'interminables étendues de fermes communales. Apparemment, toutes les raisons de vivre étaient dictées par le Kremlin.

En 1937, les conditions dans tout ce pays autrefois grandiose étaient devenues si lamentables que mes grands-parents ont réalisé que rester à Kazan ou dans n'importe quelle partie de la Russie constituait une menace pour leur existence même. À ce moment-là, la famille était passée à cinq enfants, avec mon oncle le plus âgé à douze ans et ma plus jeune tante un nouveau-né de seulement deux mois. Ma mère, Amina, était alors une petite curieuse de deux ans. Mes grands-parents étaient si désespérés de quitter la Russie communiste que, comme il y avait des espions partout, ils n'ont rien dit de leurs plans. « Nous allons courir à Sham (Syrie) », a confié mon grand-père à ma grand-mère.

Pour dissimuler ses motivations et gagner du temps avant qu'une perquisition puisse être lancée, la jeune famille devra tout abandonner et voyager discrètement, sans bagages et avec un seul vêtement de rechange. Ma mère et sa petite sœur étaient portées sur le dos de leurs parents. L'argent était soigneusement caché dans la canne de marche habilement façonnée de mon grand-père. Ils ont offert des prières pour un coffre-fort Hijra (migration) et partirent dans l'obscurité de la nuit depuis leur patrie ancestrale. Tout devant eux était inconnu, et ils ont placé leur confiance en Allah Tout-Puissant.

Les réfugiés étaient courants à cette époque et avaient conçu diverses voies d'évacuation que mon grand-père avait étudiées lors de ses voyages à travers le pays. Un murmure par-ci, une remarque par-là donnaient parfois des détails essentiels qui étaient utiles pour préparer leur évasion. Pendant six mois, la famille a voyagé de nuit à pied, apercevant des étoiles et des constellations pour naviguer sur la route souvent dangereuse. Pendant la journée, ils se cachaient et dormaient. Si les conditions le permettaient, les enfants ramassaient du bois et des brindilles et ma grand-mère faisait du thé et cuisinait les repas les plus humbles sur un petit feu facilement éteint.

Ma grand-mère a raconté de façon vivante un endroit où ils sont restés, sous des arbres ressemblant à des tentes avec de grands troncs larges de dix bras et dont le feuillage tombait jusqu'au sol, cachant tout à l'intérieur. La famille s'est réfugiée dans ces arbres, ma mère, le bébé et mes grands-parents occupant l'un et mes oncles occupant l'autre, à une cinquantaine de mètres. Ma mère s'est réveillée et mes grands-parents l'ont envoyée jouer tranquillement avec ses frères. Elle redevint agitée et mes oncles, voulant dormir, la renvoyèrent chez mes grands-parents. Quelques heures plus tard, ma grand-mère s'est réveillée en sursaut. "Où est Amina ?" cria-t-elle en réveillant mon grand-père. "Avec ses frères", répond-il. Bien que la campagne fût complètement silencieuse, ma grand-mère était certaine d'avoir entendu la petite Amina pleurer.

Une fouille de la zone a révélé que l'enfant avait disparu. Peu de temps après, ils ont tous entendu les cris d'Amina alors qu'elle s'approchait de leur cachette, portée par un berger local. "Salamu alaykum», a-t-il salué la famille surprise. "Je l'ai trouvée loin d'ici, pleurant sa mère", a-t-il déclaré. Sans détour, il a demandé s'ils fuyaient les communistes. Mon grand-père n'a pas répondu. « J'ai demandé à votre fille : 'As-tu faim ? Qu'as-tu mangé aujourd'hui?' et elle répondit : 'Des feuilles d'arbres et de l'herbe verte.' Je lui ai alors demandé : 'Où est ta famille ?' et elle a dit, 'Nous restons dans des arbres.' Seuls les réfugiés vivent de cette façon », a fait remarquer le berger.

Il a proposé d'acheter ma mère, une pratique qui était devenue plus courante à l'époque où la hijra ne réussissait pas, laissant des familles brisées et démunies à leur sort avec des oppresseurs athées. Parfois, les enfants étaient vendus ou donnés à des familles qui semblaient prometteuses de s'occuper d'eux. Mes grands-parents ont remercié le berger d'avoir récupéré leur fille mais ont refusé son offre. « Comment pouvez-vous survivre ? Vous avez encore beaucoup de chemin à parcourir », a-t-il hésité. Mon grand-père a répondu : « J'ai laissé derrière moi tout ce que je sais et tout ce que j'ai accompli dans cette vie dans un seul but : sauver ma famille. Je ne supporterai pas de les voir séparés.

Suspects, ils sont partis de cette zone et sont arrivés en Géorgie, près de l'Ouzbékistan. Un homme qui s'est présenté en tant qu'imam a dénoncé la famille de réfugiés à la police secrète et mon grand-père a été arrêté et emprisonné. Ne connaissant pas le sort de son mari et laissée seule pour subvenir aux besoins de leurs enfants, ma grand-mère a prié pour trouver refuge. Voyant sa détresse, un habitant de la région les a accueillis et leur a permis de vivre dans son écurie. Au bout de trois mois, mon grand-père a été soudainement libéré de prison et a retrouvé ma grand-mère, qui avait gardé un contact secret avec lui.

Ils étaient encore plus obligés de continuer leur Hijra et a commencé à pousser plus fort pour couvrir plus de terrain chaque nuit. Menant la famille à vive allure et avec la petite Amina attachée sur le dos, mon grand-père, bravant la campagne sans aucune lueur, s'est soudain retrouvé à tomber éperdument dans un précipice escarpé. « Aïcha, Aïcha, reste en arrière ! ses cris transpercèrent la nuit, suivis d'un silence sinistre. Mes oncles et ma grand-mère, qui portaient son bébé, ont descendu la colline escarpée jusqu'à mon grand-père, qui a pleuré sur Amina, qui avait subi un grave traumatisme crânien. Elle était vivante, mais est tombée dans un coma profond.

Maintenant, s'échapper de la Russie est devenu un objectif singulier. "Je n'enterrerai aucun enfant ici", a déclaré Ali, alors qu'ils poussaient de plus en plus vite pour atteindre la frontière. Jour et nuit, ils s'occupaient de ma mère du mieux qu'ils pouvaient, priant pour la Miséricorde d'Allah, ne sachant pas si elle survivrait. Elle ne mangeait rien et alors que les autres membres de la famille avaient faim, ils ne s'arrêtaient pas assez longtemps pour acheter de la nourriture et restaient toujours en mouvement. Ma mère s'est remise du coma après deux semaines, juste au moment où la fin de leur hijra approchait.

En chemin, mon père a rencontré un homme qui leur a dit que les Russes étaient sur leurs traces. "Vous devez être rapide, de peur qu'ils ne vous attrapent!" être dit, les conseillant de l'itinéraire le plus rapide à une grande rivière dont la banque a encadré la Turquie. La famille fit son chemin comme si elle portait des ailes et atteignit bientôt le vaste fleuve. Mais en le voyant, la peur s'est installée. "Comment allons-nous le traverser?" a demandé ma grand-mère. Aucun d'eux ne savait nager. Imperturbable, mon grand-père répondit : «Bi idhn Allah – par la Volonté de Dieu.

Il a hissé le bébé au-dessus de sa tête et a fait signe à mon oncle aîné de faire de même avec la petite Amina, ma mère. Ma grand-mère et les garçons l'ont suivi dans la rivière. Miraculeusement, le courant indompté est devenu remarquablement calme et alors que tous variaient en hauteur, la rivière atteignait la poitrine de chacun et pas un pouce au-dessus. Ils traversèrent chacun sans encombre. Alors qu'ils atteignaient la rive opposée de la rivière, sa force fit à nouveau rage, et pas un instant trop tôt : les Russes qui les poursuivaient restaient bouche bée de l'autre côté, agitant avec colère leurs fusils en l'air. La seule perte était la canne creuse de mon grand-père qui contenait toutes ses économies en or.

Avec leur seule monnaie russe restante, mon grand-père a pu acheter cinq tasses, cinq cuillères et deux assiettes pour la famille, un achat dont on se souviendra longtemps. Le gouverneur turc a alors donné un terrain de bonne taille, suffisant pour qu'ils construisent une petite maison et cultivent des pommes de terre. Chaque plantation a donné une énorme récolte et la famille est redevenue modérément prospère, entre l'agriculture et la menuiserie habile de mon grand-père. C'est là que mon oncle moyen est mort de maladie à l'âge de seize ans. La famille de ma mère a vécu en Turquie pendant un total de douze ans, au cours desquels· le régime de Kemal Atatürk est devenu si oppressif que mes grands-parents ont de nouveau discuté Hijra.

Mon grand-père a vu le Prophète (s)
dans un rêve, dans lequel il a instruit
mon grand-père à "courir vers Dieu".

C'est alors que mon grand-père a vu le Prophète (s) dans un rêve, dans lequel il a ordonné à mon grand-père de "courir vers Dieu". Dans le rêve, RasulAllah (s) berçait le berceau d'un bébé, signifiant chercher une nouvelle vie à travers Hijra. Mon grand-père savait que c'était un signe pour eux de partir pour Damas. Lorsque ma mère avait dix-sept ans, une fois de plus sa famille composée d'une mère, d'un père et de sept enfants s'est préparée à une immigration moins stricte. En deux mois, ils ont atteint le berceau de la civilisation, "Damasq", où deux de ses frères et sœurs sont morts au cours de la première année.

En 1950, mon grand-père a voyagé à dos de chameau jusqu'au Hajj, un voyage qui a duré trois mois.

À son retour, ma grand-mère lui a dit : « Lis Fatiha. Zaki est décédé des suites d'une maladie pendant votre absence. C'était ainsi, mes grands-parents ont perdu un autre enfant, mon oncle de dix-neuf ans était décédé. La famille est restée à Damas pendant de nombreuses années. Quand ma mère était encore assez jeune, Grandcheikh Abdallah ad-Daghestani l'a appelée ainsi que mon père, Cheikh Nazim Adil, qui était alors un jeune disciple de Grandcheikh. Il leur dit: "J'ai vu écrit dans le Loh-1-Mahfuz les noms 'Nazim et Amina', indiquant le mariage béni du Ciel." Mes parents se sont fiancés et se sont mariés un mois plus tard.

Avant sa mort en 1975, mon grand-père a aidé à construire la mosquée de Shaykh Abdullah ad-Daghestani sur le mont Qasiyun. Pour un émigré dans la Voie de Dieu (muhajirah) la mort, le bain rituel (ghusl) et la tombe sont toujours rendus faciles, et dans leur dossier il est écrit qu'ils l'ont fait Hijra pour Allah. Ceux qui ont donné le bain à mon grand-père ont remarqué à quel point son corps était doux et chaud, comme s'il dormait.

Mon père, Shaykh Nazim, nous quittait souvent pour de longues périodes pour terminer ses études à Istanbul, au Caire et à Homs. Grandcheikh a alors demandé à mon père de retourner vers ses compatriotes pour les inviter à l'Islam. En 1980, notre famille a déménagé à Chypre. Mon père a pris la cause d'appeler Azan en arabe cinq fois par jour, pour lesquelles il a été emprisonné pendant quarante jours. Après avoir patiemment rempli ce devoir, il a été confronté à de nombreuses opportunités de répandre l'invitation de l'islam dans des régions proches et lointaines du monde.

Des huit enfants nés de mes grands-parents, cinq ont vécu jusqu'à l'âge adulte et ont produit vingt-cinq petits-enfants. Au moment du décès de mon grand-père, il connaissait six arrière-petits-enfants. Ma grand-mère a vécu ses jours à Damas comme une femme très pieuse et religieuse. Deux fois muhajirah et préparée à rencontrer son Seigneur, elle mourut en 1989 à l'âge mûr de quatre-vingts ans.

© Le magazine musulman, 1999
fr_FRFR