Sélectionner une page

Cheikh Abdallah al-Fa'iz ad-Daghestani ق

Qu'Allah sanctifie Son Noble Secret

Vous êtes quelque chose d'inséparable dans le cœur.
Mes paupières ne se ferment jamais
mais que Tu es entre eux et mes yeux.
Ton amour fait partie de moi comme le discours intérieur de l'âme.
Je ne peux pas respirer sauf que tu es dans mon souffle
et je te trouve parcourant chacun de mes sens.

Abul Hasan Simnan

Le Soufre Rouge parmi les saints, la Lampe de Cristal de cet Univers et de sa Fondation, il était soutenu par la Foi Inébranlable. Connaissant les Significations Cachées du Saint Coran, il était la Clé de Son Secret, illuminé par l'Essence Pure de la Vérité. Il avait une énorme expérience dans la Voie de ses prédécesseurs. Le soufisme était son sang, le prophète Mahomet salla était son cœur, et la Présence Divine était son âme. Il était le luminaire de la connaissance pour les êtres humains de son temps, propriétaire des caractéristiques parfaites et contrôleur de son moi actif. Il était l'Océan de Sagesse sur lequel tous les êtres humains pouvaient naviguer et atteindre indemne leur rivage désigné.

La terre brillait d'une nouvelle lumière brillante quand il est né. Les gens couraient à sa porte pour trouver à travers lui le bonheur de cette vie et de l'au-delà. Il était un Océan d'Instruction dont les vagues s'écrasaient en rugissant sur Son Rivage Divin. Il laissait les érudits perplexes face à ses connaissances supérieures et il était le plus grand de tous les ascètes qu'on ait vu ou lu. Il a donné de manière désintéressée de son Esprit pour étancher la soif des mondes spirituel et physique. Il était une galaxie à lui tout seul, enguirlandée de soleils et d'étoiles de tailles et de couleurs variées, apportant une lumière différente à chaque individu. Il portait la Couronne de l'Amour Divin de Dieu, et de lui les gens sirotaient le miel tant désiré des Secrets Divins. Il n'a jamais laissé une personne sans l'atteindre et l'élever avec son souffle spirituel. Les ténèbres de l'ignorance ont disparu dans l'illumination de sa connaissance.

Il a été nourri du sein de la station du Ghawth, dont il est monté sur le trône plus tard dans la vie. Il était un Reviver of Religion à son époque. Sa réputation de sage conseil et de direction s'est répandue sur la terre. Des rois se tenaient à sa porte. Les érudits ont cherché ses révélations. A son époque, il ne restait plus personne qui ne se nourrisse de sa spiritualité. Au moyen de sa Lumière, les ténèbres ont disparu et les Secrets des Bénédictions ont brillé du peuple. Il était le Saint Parfait et le Pilier des Connaisseurs.

Il est né au Daghestan en l'an 1309 H./1891 AD. à une famille de médecins. Son père était médecin généraliste et son frère était chirurgien général dans l'armée russe. Il a été élevé et formé par son oncle, Shaykh Sharafuddin ad-Daghestani (q), le maître de l'Ordre Naqshbandi à cette époque, qui a pris soin de lui dès son enfance.

Pendant la grossesse de la sœur de Shaykh Sharafuddin, il lui a dit :

Le fils que tu portes n'a pas de voile sur son cœur. Il pourra voir les événements passés ou à venir. Il est l'un de ceux qui peuvent lire la Connaissance Invisible des Tablettes Préservées (lawh al-mahfuth) directement. Il sera le Sultan al-Awliya' en son temps. Il va être appelé, parmi les saints, 'Naqeeb al-Ummah', le Chef de la Nation de Muhammad. Il va perfectionner la capacité d'être avec Dieu et d'être en même temps avec les gens. Il héritera du secret du Prophète salla  auquel il faisait référence lorsqu'il disait : « J'ai un visage qui regarde le Créateur et j'ai un visage qui regarde la Création » et « J'ai une heure avec le Créateur et j'ai une heure avec la création. Lorsque vous lui donnerez naissance, appelez-le `Abdullah, car il portera le secret de la servitude. Il répandra le Tariqat dans les pays arabes, et à travers lui, son successeur répandra la Tariqat dans les pays occidentaux et en Extrême-Orient. Vous devez être prudent avec lui. Je demande que lorsqu'il aura atteint l'âge de sept ans, vous me le donniez pour l'élever et le mettre sous ma tutelle.

Le 12 Rabi`ul Awwal, un jeudi, sa mère Amina a donné naissance à son fils, qu'elle a nommé `Abdullah. Quand elle lui a donné naissance vers minuit, personne n'était avec elle. Son père était occupé et son frère était absent. Elle a dit que lorsqu'elle l'a accouché, elle a eu une vision dans laquelle deux dames sont venues à elle. L'un était Rabi`a al-`Adawiyya et l'autre était Asiya (la femme de Pharaon, qui croyait en Moïse). Ils l'ont aidée à accoucher. Au bout d'un moment, la vision a disparu et elle a vu un bébé sortir. À ce moment, son mari est arrivé et l'a aidée à accoucher de son fils.

Ses parents ne l'ont jamais entendu pleurer. Dans son enfance, à l'âge d'un an, on le voyait souvent la tête sur le sol en signe de prostration. Sa mère, sa famille et ses voisins en ont été étonnés. Il a parlé à l'âge de sept mois et a su se faire comprendre clairement. Il était également différent des autres enfants à d'autres égards. On le voyait souvent bouger la tête de droite à gauche tout en prononçant le Nom Divin. À l'âge de trois ans, il parlait aux visiteurs de leur avenir. Il connaîtrait leur nom sans les connaître ni se le dire. Il a surpris les gens de son pays. Les gens venaient visiter la maison de ses parents pour voir cet enfant remarquable et l'entendre parler.

À l'âge de sept ans, il récitait le Coran. Il avait l'habitude de s'asseoir avec son oncle, Shaykh Sharafuddin, et de répondre aux questions que les gens lui posaient. Ses réponses étaient toujours très claires sur les questions de Charia, bien qu'il n'ait jamais étudié la jurisprudence. Il récitait les preuves à l'appui du Coran et des récits prophétiques sans jamais avoir étudié la science des récits prophétiques. Cela a rendu les gens de plus en plus attirés par lui.

La maison de son père était toujours pleine de visiteurs venant lui poser des questions sur leurs problèmes et difficultés et les affaires quotidiennes. Il leur répondait et prédisait leurs résultats. Il est devenu si célèbre à l'âge de sept ans que si quelqu'un dans son village voulait se marier, il allait d'abord le voir et lui demandait si le mariage était destiné à réussir. Plus que cela, ils demandaient si le mariage était conforme à la Volonté d'Allah comme mentionné dans les Tablettes Préservées.

Les savants de son temps ont vérifié ses décisions et ont accepté sa juridiction. Les connaisseurs de son époque étaient tellement fascinés par sa connaissance, bien qu'il n'ait que sept ans, qu'ils venaient de loin pour entendre la connaissance spirituelle qui coulait de lui comme une fontaine. Son oncle lui a demandé comment il était capable de parler si facilement et sans fin. Il répondit : « Ô mon oncle, cela me vient comme des mots écrits juste devant moi de la Présence Divine. Je n'ai qu'à regarder et lire ce qui est écrit.

Il avait l'habitude de discuter de sujets de profonde connaissance dont on n'avait jamais parlé auparavant. À l'âge de sept ans, il a dit aux maîtres spirituels de la sagesse de son temps : "Si je dis ce qui a été mis dans mon cœur de la connaissance divine, même les saints me trancheront la gorge."

Il était extrêmement méticuleux dans le respect des prescriptions de la charia. Il était le premier à apparaître pour Salat (prière) dans la mosquée cinq fois par jour. Il a été le premier à être présent pour Dhikr. Il fut le premier à être présent dans les réunions de savants. Il fut le premier à être présent dans les rassemblements spirituels.

Il a acquis la renommée de guérir les malades en récitant la sourate al-Fatiha. De nombreuses personnes lui étaient amenées avec différents types de maladies et il lisait la sourate al-Fatiha et soufflait dessus et elles étaient guéries. Il avait un pouvoir énorme pour guérir même les personnes éloignées. Les gens venaient le voir et lui demandaient de l'aide pour leurs parents, ou une femme, ou quelqu'un d'autre qui était malade et incapable de venir le voir. Il lisait une Fatiha et la leur envoyait, et ils seraient instantanément guéris, de n'importe quelle distance. Guérir était une spécialité parmi ses innombrables spécialités.

Il a dit de lui-même :

Je suis un descendant de Sayyidina Miqdad ibn al-Aswad (r), que le Prophète salla  avait l'habitude de désigner comme son adjoint chaque fois qu'il quittait Médine pour une expédition. J'ai hérité, comme mon oncle, des cinq marques de la Main Bénie du Prophète salla qu'il avait placé sur le dos de mon grand-père béni, Miqdad ibn al-Aswad (r). De cette tache de naissance brille une lumière particulière.

A cette époque, le Daghestan était sous la sévère oppression et la tyrannie des armées d'occupation russes. Son oncle, qui était le chef spirituel du village, et son père, qui était un médecin réputé, décidèrent d'émigrer du Daghestan vers la Turquie. Après avoir pris cette décision, ils ont demandé à Shaykh `Abdullah de faire une consultation spirituelle sur l'opportunité de migrer à ce moment-là. Grandcheikh `Abdoullah a décrit l'événement :

Cette nuit-là, j'ai prié 'Isha', puis j'ai renouvelé mes ablutions et j'ai prié deux rak`ats. Puis je me suis assis en méditation, me connectant par mon Cheikh, mon oncle, au Prophète salla. J'ai vu le Prophète salla venant à moi avec 124 000 Sahaba (compagnons) me disant : « Ô mon fils, je libère tous mes pouvoirs et ceux de mes 124 000 compagnons de mon cœur. Dites à votre oncle et aux gardiens du village de migrer immédiatement vers la Turquie.

Puis j'ai vu le Prophète salla me serrant dans ses bras et je me vis disparaître en lui. Dès que je disparus en lui, je me vis monter du Dôme du Rocher, le Bait ul-Maqdis, d'où le Prophète salla monté dans le voyage nocturne. Je me suis vu à califourchon sur le même Buraq qui portait le Prophète salla et je me vis emporté dans une véritable vision, jusqu'à la Station de Deux Longueurs d'Arc, où je pus voir le Prophète salla mais pas moi-même.

Je me sentais faire partie de l'intégralité du Prophète salla . Grâce à cette Ascension, j'ai reçu les Réalités que le Prophète salla versé dans mon cœur de ce qu'il avait reçu la Nuit de l'Ascension. Toutes ces différentes sortes de connaissances sont venues à mon cœur dans des mots de lumière, qui ont commencé en vert et se sont changés en violet, et les compréhensions ont été déversées dans mon cœur en une quantité incommensurable.

J'ai entendu une voix venant de la Présence Divine disant : « Approche-toi, ô mon serviteur, de Ma Présence. Alors que je m'approchais à travers le Prophète salla , tout a disparu, même la réalité spirituelle du Prophète salla disparu. Rien n'existait en dehors d'Allah, Tout-Puissant et Exalté.

Alors j'ai entendu une voix de toutes Ses Lumières et Attributs qui brillaient dans Sa Présence, 'Ô mon serviteur, viens maintenant à l'Etat d'Existence dans cette Lumière.' Je me suis senti venir à l'existence par le Prophète salla, après avoir été anéanti, apparaissant et existant dans la Présence Divine, décoré des Quatre-vingt-dix-neuf Attributs. Puis je me suis vu à l'intérieur du Prophète salla, apparaissant à l'intérieur de chaque création qui existait par la puissance d'Allah. Cela nous a amenés à un état dans lequel nous avons pu réaliser qu'il existe d'autres univers que cet univers, qu'il existe des créations infinies d'Allah, élevées et sublimes. Puis j'ai senti mon oncle me secouer l'épaule en disant : « Ô mon fils, c'est l'heure de la prière du Fajr.

J'ai prié Fajr derrière lui et plus de 300 personnes du village ont prié en congrégation avec nous. Après le Fajr, mon oncle s'est levé et a dit : "Nous avons demandé à mon neveu de faire istikhara (consultation spirituelle).' Tout le monde attendait avec impatience d'entendre ce que j'avais vu. Mon oncle a immédiatement dit: «Il a été amené à la présence du Prophète salla par ma puissance. Le prophète salla a donné à tout le monde la permission de déménager en Turquie. Puis il l'a emmené à travers des états jusqu'à l'état de «la distance de deux longueurs d'arc». Puis il l'a emmené à une station telle qu'il lui a ouvert une vision de la connaissance qui n'a jamais été ouverte à aucun saint auparavant, y compris moi-même. Son Ascension était un moyen d'instruction pour les saints passés et présents, et une Clé pour ouvrir un Gigantesque Océan de Connaissance et de Sagesse.

Je me suis dit : 'Mon oncle était avec moi dans cette vision, et c'est avec sa puissance que j'ai reçu cette vision.'

Tout le monde dans le village a commencé à se préparer à l'émigration. Nous sommes passés du Daghestan à la Turquie lors d'un voyage plein de difficultés causées à la fois par les soldats russes et par des bandits de grand chemin qui ont tué sans la moindre provocation.

Près de la frontière avec la Turquie, nous traversions une forêt connue pour être remplie de soldats russes. C'était l'heure du Fajr. Mon oncle a dit : 'Nous prierons Fajr et ensuite nous traverserons la forêt.' Nous avons prié Fajr et avons commencé à bouger. Alors Shaykh Sharafuddin a dit à tout le monde, 'Stop !' Il a demandé une tasse d'eau. Quelqu'un lui a tendu une tasse d'eau et il a lu dessus du chapitre Ya Sin (ayat 9): 'Et Nous avons mis une barrière devant eux et une barrière derrière eux, et Nous les avons enveloppés de voiles afin qu'ils ne voient pas.' Puis il a lu Fallahu khairul hafidhan wa Huwa arhamur-Rahimeen –  Allah est le meilleur protecteur et Il est le Plus Miséricordieux de ceux qui font miséricorde.

Pendant qu'il lisait ces versets, chacun sentit quelque chose lui venir au cœur, et je vis trembler tous les émigrants. Allah m'a donné une vision à ce moment-là pour que je puisse voir que nous étions entourés par l'armée russe de tous côtés. J'ai vu qu'ils tiraient sur tout ce qui bougeait, même un oiseau. Puis j'ai vu que nous passions et que nous étions en sécurité. Nous traversions la forêt et ils n'ont entendu aucun bruit de nos pas ou de nos animaux, jusqu'à ce que nous arrivions sains et saufs de l'autre côté de la frontière.

La vision s'est terminée lorsque Shaykh Sharafuddin a fini de lire. Il a jeté l'eau devant nous et il a dit : 'Déplacez-vous maintenant ! Mais ne regarde pas derrière. Au fur et à mesure que nous avancions, nous pouvions voir les soldats russes de tous les côtés, mais c'était comme si nous étions invisibles. Nous avons parcouru 20 milles à travers cette forêt. Cela nous a pris du matin jusqu'à la fin des prières d'Isha. Nous ne nous arrêtions que pour prier et nous étions invisibles pour tout le monde. Nous avons entendu l'armée russe tirer sur des gens, des oiseaux, des animaux et tout ce qui bougeait. Mais nous sommes passés inaperçus et indemnes. Nous étions les seuls à être en sécurité. Nous sommes sortis de la forêt et avons traversé la Turquie.

Nous avons d'abord voyagé à Bursa, où Shaykh Sharafuddin a établi sa maison pendant un an. Après cela, il a déménagé à un endroit appelé Rashadiyya, où il a établi un village pour les émigrants daghestanais. Il était situé à trente milles de Yalova, qui se trouve sur la côte de Marmara, à environ cinquante milles de Bursa et à environ 60 milles d'Adapazar. Là, il a construit la seule mosquée de ce village, et à côté, il a construit sa propre maison. Chacun s'est occupé de construire sa maison. Mon père et ma mère ont construit une maison adjacente à la maison de Shaykh Sharafuddin.

Quand j'ai atteint l'âge de treize ans, la Turquie était sous l'attaque des armées britannique, française et grecque. L'armée turque enrôlait tout le monde, même les enfants. Ils voulaient que j'aille m'engager dans l'armée, mais mon oncle, qui avait de bonnes relations avec le sultan Abdul Hamid, a refusé de m'y envoyer. Mon père est mort et ma mère était seule alors j'ai dû travailler pour subvenir aux besoins de ma mère. Quand j'ai atteint l'âge de quinze ans, Sayyidina Shaykh Sharafuddin m'a dit, 'Maintenant, mon fils, tu es mature et adulte, et tu dois te marier.' Je me suis marié au très jeune âge de quinze ans et j'ai vécu avec ma mère et ma femme.

Son premier isolement et sa formation spirituelle

Shaykh Sharafuddin a élevé et formé Shaykh `Abdullah avec une discipline spirituelle intensive et de longues heures de dhikr. Au bout de six mois, il a reçu l'ordre d'entrer en isolement pendant cinq ans. Il a dit:

J'étais une jeune mariée de seulement six mois quand mon Shaykh m'a ordonné d'entrer en isolement pendant cinq ans. Ma mère était si malheureuse qu'elle est allée s'en plaindre à mon Cheikh, son frère. Ma femme était également malheureuse, mais mon cœur ne s'est jamais plaint. Au contraire, mon cœur était tout à fait heureux d'entrer dans l'isolement que je désirais si intensément.

Je suis entré dans l'isolement, même si ma mère pleurait et disait : « Je n'ai personne d'autre que toi. Votre frère est toujours en Russie et votre père est décédé. J'ai ressenti de la pitié pour ma mère, mais je savais que c'était un ordre de mon Cheikh et qu'il venait directement du Prophète salla. Je suis entré dans cet isolement avec l'ordre de prendre six douches quotidiennes avec de l'eau froide et de respecter toutes mes obligations et pratiques de dévotion quotidiennes (fil/Dhikr). De plus, on m'a ordonné de lire au moins sept, et jusqu'à quinze, sections du Coran et de répéter le Saint Nom d'Allah 148 000 fois et des prières sur le Prophète. salla 24 000 fois par jour.

Il y avait aussi de nombreuses autres pratiques, toutes à exécuter dans un état concentré et méditatif. J'étais dans une grotte, au fond d'une grande forêt, au sommet d'une montagne enneigée. Une personne était chargée de me servir sept olives et deux onces de pain chaque jour. Je suis entré dans cet isolement quand j'avais quinze ans et demi, et j'étais assez gros. Quand je suis sorti de cet isolement à vingt-deux ans, j'étais très maigre, ne pesant que 100 livres.

Ce qui m'a été dévoilé d'expériences et de visions ne peut être exprimé par des mots. Quand je suis entré dans l'isolement, j'ai dit à mon ego : « Ô mon ego, même si je vais mourir, je ne vais pas quitter cet isolement. Vous devez savoir que. N'essayez pas de me faire changer d'avis ou de me tromper.

Il y avait un trou dans la grotte, et quand il est entré dans l'isolement, il a bouché le trou avec un morceau de tissu.

J'ai très peu dormi dans cet isolement. Je n'ai jamais ressenti le besoin de dormir, parce que j'avais un si fort soutien céleste. Une fois j'ai eu une vision du Prophète salla en isolement dans la grotte de Hira. Pendant quarante jours, je me suis assise derrière lui et il n'a jamais dormi mais a continué dans cet état.

Comme je faisais Dhikr une nuit après minuit, une énorme tempête a fait rage sur la montagne. Je pouvais entendre cette tempête abattre des arbres, une pluie battante et enfin de la neige. Il faisait très froid et rien ne me réchauffait sauf la chaleur de mon Dhikr. Un vent violent a soufflé le tissu hors du trou. Je gelais et la neige soufflait autour de moi. J'avais si froid que je ne pouvais pas bouger mes doigts pour compter les répétitions de mes Dhikr. Mon cœur s'est presque arrêté. Puis il m'est venu à l'esprit de refermer le trou. Dès que cette pensée m'est venue, j'ai eu la vision de mon Cheikh criant : « Ô mon fils ! Êtes-vous occupé avec vous-même ou êtes-vous occupé avec Celui qui vous a Créé ? Si tu meurs de froid, c'est mieux pour toi que de laisser ton cœur un moment d'insouciance. Cette vision m'a donné de la chaleur dans mon cœur et de la détermination à redémarrer le Dhikr immédiatement. Alors que je poursuivais le Dhikr plus de vent est venu, et avec lui plus de neige. J'ai lutté avec moi-même, me disant finalement : « Laisse-moi mourir, même si je continue mon dhikr. Dès que j'ai dit cela, le vent s'est arrêté et la neige s'est arrêtée. Puis un arbre est tombé et a couvert ce trou dans la grotte.

Dans cet état, j'ai atteint une place dans la Station de la Conscience des Nombres (wuquf 'adadi) de 777 777 répétitions du Nom Divin. J'allais en 777 778 quand j'ai entendu la Présence divine s'adresser à moi : « Ô mon serviteur ! Vous avez atteint le Secret de Wouquf `Adadi ce soir et ont obtenu la clé de cette station. Entrez dans notre présence dans l'état de Celui qui parle avec Allah (Kalimullah), l'état de Sayyidina Musa (as) lorsqu'il parlait directement avec Dieu. J'ai vu que je parlais avec la Présence Divine et j'ai reçu des réponses à des questions que les saints n'avaient jamais pu atteindre auparavant. J'en ai profité pour demander à Allah : 'Ô Allah, quel est Ton plus grand nom ?' Et j'ai entendu, 'Ô mon serviteur, cela te sera donné plus tard.' Puis cette vision a disparu et c'était l'heure de la prière du Fajr.

Avant chaque prière, j'étais obligé de prendre une douche froide. Il n'y avait bien sûr pas d'eau courante, j'ai donc dû utiliser de la neige fondue pour me doucher. Alors que j'étais sur le point de me lever pour me laver pour la prière, j'ai découvert qu'en face de moi se trouvait la tête d'un serpent qui m'avait complètement encerclé. Sa tête était en équilibre de sorte que tout mouvement de peur l'amènerait à me frapper. Je n'accordais aucune importance à ce serpent. Je savais que si je ressentais la moindre peur, elle attaquerait. Donc dans ma tête j'ai fait en sorte qu'il soit inexistant. Je ne pouvais pas prendre de douche avec le serpent enroulé autour de moi, mais l'ordre du Shaykh devait être suivi. Alors j'ai versé l'eau sur mes vêtements et sur le serpent. Pendant quarante jours, ce serpent est resté enroulé autour de moi. Quand je priais, il bougeait la tête pour permettre mes prosternations. Pendant quarante jours, ce serpent a veillé, guettant toute erreur ou peur, pour m'attaquer. Ce test de mon Shaykh, pour voir si j'avais peur de quelqu'un d'autre qu'Allah, s'est finalement terminé et ce serpent a commencé à se dérouler autour de moi. Il est resté un moment devant moi. Puis il a disparu.

Il a passé cinq ans dans cet isolement particulier, qui s'est terminé à l'âge de 22 ans. Lorsqu'il est sorti, il était éligible à la conscription militaire. Cette fois, il entre dans l'armée.

Son ascension

Il a dit:

Je n'ai vu ma mère qu'une ou deux semaines. Ensuite, ils m'ont emmené à la bataille connue sous le nom de Safar Barlik dans les Dardanelles. Un jour, il y a eu une attaque de l'ennemi et environ 100 d'entre nous ont été laissés derrière pour défendre une frontière. J'étais un excellent tireur d'élite, capable de frapper un fil à grande distance. Nous étions incapables de défendre notre position et étions sous une attaque féroce. J'ai senti une balle frapper mon cœur et je suis tombé au sol mortellement blessé.

Alors que je mourais, j'ai vu le Prophète salla   venir à moi. Il a dit : « Ô mon fils, tu étais destiné à mourir ici, mais nous avons encore besoin de toi sur cette terre à la fois sous ta forme spirituelle et physique. Je viens à vous pour vous montrer comment une personne meurt et comment l'ange de la mort prend l'âme. Il m'a présenté une vision dans laquelle j'ai vu mon âme quitter mon corps, cellule par cellule, en commençant par les orteils. Alors que la vie se retirait, je pouvais voir combien de cellules il y avait dans mon corps, et la fonction de chaque cellule, et le remède pour chaque maladie de chaque cellule. j'ai entendu le Dhikr de chaque cellule.

Alors que mon âme s'en allait, j'ai expérimenté ce qu'une personne ressent quand elle meurt. J'ai été amené à voir les différents états de la mort : les états de mort douloureux, les états de mort faciles et les états de mort les plus heureux. Le prophète salla  m'a dit: 'Tu es de ceux qui passent dans un état de mort bienheureux.' J'appréciais tellement ce passage parce que je retournais à mon Origine, ce qui m'a fait comprendre le secret du Coran Ayat« A Allah nous appartenons et à Lui est notre retour » [2:156].

Cette vision s'est poursuivie jusqu'à ce que mon âme s'en aille au dernier souffle. J'ai vu l'Ange de la Mort venir et j'ai entendu les questions qu'il posait. Toutes les sortes de visions qui apparaissent aux mourants que j'ai vécues, pourtant j'étais vivant durant cette expérience et cela m'a permis de comprendre le secret de cet état.

Puis j'ai vu dans cette vision mon âme regardant mon corps, et le Prophète salla  me disait : 'Viens avec moi !' J'ai accompagné le Prophète salla , et il m'a emmené dans une vision des Sept Cieux. J'ai vu tout ce qu'il souhaitait que je voie dans les Sept Cieux, puis il m'a élevé à l'état de Maqam as-Sidq (la station de vérité), où j'ai rencontré tous les prophètes, tous les saints (Siddiqeen), tous les martyrs et tous les justes (Saliheen).

« Alors il a dit, 'Ô mon fils, maintenant je vais t'emmener voir les tortures de l'Enfer.' Là, j'ai vu tout ce que le Prophète salla  avait mentionné dans le hadith les tortures et les châtiments de cet endroit. J'ai dit, 'Ô Prophète, toi qui as été envoyé comme miséricorde pour les êtres humains, n'y a-t-il aucun moyen pour ces gens d'être sauvés ?' Il m'a répondu : 'Oui, mon fils, avec mon intercession ils peuvent être sauvés. Je vous montre le sort de ces gens si je n'avais pas le pouvoir d'intercéder pour eux.

« Alors le Prophète salla dit : 'Ô mon fils, maintenant je vais te ramener sur la terre et dans ton corps.' Dès que le Prophète salla dit cela, j'ai baissé les yeux et j'ai vu mon corps, l'air un peu enflé. J'ai regardé cela et j'ai dit: 'Ô Prophète salla de Dieu, il vaut mieux être ici avec vous. Je ne veux pas revenir en arrière. Je suis heureux avec vous dans la Présence Divine. Regardez cette dunya, j'y suis déjà allée et maintenant je suis partie. Pourquoi dois-je rentrer ? Regarde, mon corps est enflé.

« Il a dit : « Ô mon fils, tu dois repartir. C'est votre devoir.' Par l'ordre du Prophète salla  Je suis retourné dans mon corps, même si je ne le voulais pas. En pénétrant dans mon corps, j'ai vu que la balle dans mon cœur avait été enfermée dans de la chair et que le saignement s'était arrêté. Alors que je pénétrais doucement dans mon corps, la vision s'est terminée. Quand cela s'est terminé, j'ai vu les médecins sur le champ de bataille chercher les survivants parmi les morts. Alors l'un d'eux a dit : 'Celui-là est vivant, celui-là est vivant.' Je n'avais plus le pouvoir de parler ni de bouger, et je me suis rendu compte que cela faisait sept jours que mon corps gisait là.

« Ils m'ont emmené et m'ont soigné jusqu'à ce que je sois guéri et que ma santé soit rétablie. Puis ils m'ont renvoyé chez mon oncle. Dès que je l'ai atteint, il m'a dit : « Ô mon fils, as-tu apprécié ta visite ? Je n'ai pas dit "oui" et je n'ai pas dit "non", car je voulais savoir s'il voulait dire la visite à l'armée ou la visite en compagnie du Prophète salla. Puis il m'a demandé à nouveau, 'Ô mon fils, as-tu apprécié ta visite avec le Prophète salla ?' Puis j'ai réalisé qu'il savait tout. Alors j'ai couru vers lui et lui ai baisé la main et je lui ai dit, 'O mon Cheikh je suis allé avec le Prophète salla et je dois admettre que je ne voulais pas revenir. Mais il m'a dit que c'était mon devoir.

Abandon total

Shaykh `Abdullah (q) continua sa vie sous les yeux attentifs de son oncle, Shaykh Sharafuddin (q), et il avança toujours plus haut dans la connaissance spirituelle. Un jour, Shaykh Sharafuddin était assis dans un rassemblement de 300 érudits, religieux et spirituels, et ils étaient là pour discuter de questions importantes pour leur vie spirituelle. Ils étaient assis sur une colline près de sa mosquée.

Shaykh `Abdullah monta la colline vers le rassemblement. Certains des érudits dirent à Shaykh Sharafuddin : « Nous sommes étonnés de la grande importance que vous accordez à cet enfant. Le Cheikh répondit :
Regarde-le. Il vient me voir. Si un petit enfant de sept ans venait le voir et lui disait : 'Votre Cheikh vous envoie un message disant que vous devez aller à La Mecque', même si je n'avais pas envoyé cet enfant, 'Abdullah accepterait immédiatement et ferait ce que cet enfant dit. C'est qu'il me raconte tout et qu'il sait que tout ce qui lui vient vient de moi, quels qu'en soient les moyens. Il sait que si ça vient de moi, l'ordre vient du Prophète salla, parce que mon cœur est relié à son cœur, et que son origine vient d'Allah. Or, si cela devait arriver, sans retourner vers sa femme ou sa mère pour lui dire au revoir, ni faire ses provisions, il dirigerait immédiatement ses pas vers la Mecque. C'est pourquoi je lui accorde tant d'importance ; et aussi parce que je sais dans quel genre de poste il se trouve.

L'état dans lequel il se trouve actuellement, personne avant lui, y compris moi-même, n'a jamais pu entrer ou voir. Il a atteint un état supérieur à mon état et supérieur à mes maîtres dans ce Tariqat. Comme le tariqat continue d'un maître à l'autre, il se déplace vers le haut. Au fur et à mesure que le secret est transmis d'un Shaykh à un autre, le rang sera augmenté par l'ajout du secret du successeur au secret qu'il reçoit. En même temps, le rang du Prophète salla augmente toujours, à chaque instant, et comme il s'élève toujours plus haut, les saints de sa Nation le sont aussi. C'est le sens du verset, "Et au-dessus de tout possesseur de connaissance, il y a Un Omniscient."

Grandcheikh `Abdullah (q) avait l'habitude de servir dans la khaniqah. Chaque jour, des centaines de visiteurs arrivaient pour rendre visite au Shaykh, la plupart venant du Daghestan. Parmi les nombreux visiteurs du Shaykh se trouvait le professeur de russe George Gurdjieff. Étant récemment arrivé en Turquie, après un long et ardu et la connaissance de ces Nine Points vous a été ouverte à travers elle. La vision était par les bénédictions du verset : 'Paix! un mot (de salutation) d'un Seigneur très miséricordieux '

 
Chacun des neuf points est représenté par l'un des neuf saints qui sont au plus haut niveau de la présence divine. Ce sont les clés des pouvoirs indicibles de l'homme, mais il n'y a aucune permission d'utiliser ces clés. C'est un secret qui, en général, ne sera pas dévoilé avant les Derniers Jours, lorsque le Mahdi (as) apparaîtra et que Jésus (as) reviendra.
Cette réunion qui est la nôtre a été bénie. Gardez-le comme un secret dans votre cœur et n'en parlez pas dans cette vie. `Abd an-Nur, car c'est ton nom parmi nous, tu es libre de rester ou de partir selon tes responsabilités. Vous êtes toujours le bienvenu chez nous. Vous avez atteint la sécurité dans la Présence Divine. Qu'Allah vous bénisse et vous fortifie dans votre travail.

Ses états et discours après sa seconde séclusion

À 30 ans, Shaykh Abdullah a reçu l'ordre d'entrer dans une deuxième longue réclusion pendant cinq ans. Au cours de cette réclusion, de nombreuses visions et états lui ont été accordés, qu'il serait impossible de décrire dans le cadre de ce livre. Après avoir terminé cette seconde réclusion, la puissance de son attirance spirituelle augmenta. Il est devenu si célèbre que même du vivant de son Shaykh, les gens venaient de partout pour apprendre de lui.
Voici quelques-uns de ses discours :

Je ne vous parle d'aucune Station (Maqam), manifestation (Tajalli), ou Rang (Rutba) sans que je sois déjà entré dans cette station ou position et que j'aie expérimenté cette Manifestation. Je ne suis pas comme beaucoup d'autres, je ne parle pas séparant ma vue de mon cœur, énumérant les Stations (Maqamat) pour toi sans que je connaisse leur Réalité (haqiqah). Non! Tout d'abord, j'ai suivi ce chemin et j'ai vu ce que c'était. J'ai appris ces Réalités et Secrets qui peuvent être trouvés le long de celui-ci, et j'ai travaillé mon chemin jusqu'à ce que j'obtienne la Connaissance de la Certitude (`ilm al-yaqin), l'Œil de la certitude (`ayn al-yaqin), et la vérité de la certitude (haqq al-yaqin). Alors seulement je vous parle, vous donnant un petit avant-goût de ce que j'ai goûté, jusqu'à ce que je sois capable de vous faire atteindre cette station sans vous fatiguer et sans difficultés.

Il y a cinq stations du Cœur : qalb, sir, sirr as-sirr, khafa et akhfa. Qalb est le Cœur, sirr est le Secret, sirr as-sirr est le Secret du Secret, khafa est le Caché et akhfa le Plus Caché. Le secret de cette Tariqat est basé sur ces cinq lata'if (Choses Subtiles), les Stations du cœur.
Latifat al-qalb, l'étape du Cœur, est sous l'autorité de Sayyidina Adam, car elle représente l'aspect physique du cœur. Latifat as-sirr, la station du Secret, est sous Sayyidina Nuh, parce que c'est le Vaisseau qui est sauvé de l'Océan des Ténèbres, le salut du déluge de l'ignorance. Latifat Sirr as-Sirr, la station du Secret du Secret, est sous deux Prophètesallas: Ibrahim et Masa, qui représentent la Présence Divine d'Allah sur Terre. Allah a fait d'Ibraham le symbole de tous Ses Khalifs sur cette Terre, comme mentionné dans le verset de la création de l'humanité, "Je créerai un vice-gérant sur terre". [2:30]. Musa a été béni d'entendre et de parler à Allah qui sont les deux attributs essentiels de la connaissance.

Latifat al-khafa, la Station Cachée, est sous Sayyidina 'Isa. En raison de sa relation avec la Connaissance Cachée, il représente la compréhension spirituelle.

Latifat al-akhfa, la station la plus cachée, est sous la réalité de Sayyidina Muhammad, car il a reçu une station bien au-dessus de celle de tous les autres prophètes.sallas et messagers. C'est lui qui a été élevé, dans la Nuit de l'Ascension, à la Présence Divine. Ceci est représenté par le Kalima (phrase sacrée), car il n'y a pas de la ilaha illallah sans Muhammadun Rasalullah.

Les lumières de ces stations m'ont été montrées. La lumière du Cœur est une teinte jaune ; la lumière du Secret est rouge ; la lumière du Secret du Secret est blanche ; la lumière de la Station Cachée est verte ; et la lumière de la station la plus cachée est noire.

Ces Cinq Stations sont le centre des Neuf Points, qui représentent le lieu de la Révélation et de l'Inspiration de la Présence Divine dans le cœur de l'être humain. Ces neuf points sont situés sur la poitrine de chaque personne et ils représentent neuf états cachés différents dans chaque être humain. Chaque état est relié à un saint, qui a le pouvoir de contrôler ce point.

Si le chercheur de la Voie Naqshbandi est capable de dévoiler et d'établir un contact spirituel avec le maître autorisé contrôlant ces points, il peut recevoir la connaissance et le pouvoir d'utiliser ces neuf points.

Les conditions liées à l'ouverture de ces neuf points ne peuvent être évoquées qu'indirectement. La première station implique le pouvoir d'emprisonner l'ego. La clé du deuxième état est le dhikr avec la ilaha illallah. Le troisième état consiste à assister à la gravure du nom d'Allah sur le cœur (naqsh). Le quatrième état concerne la signification de cette gravure sur le cœur. Le cinquième état consiste à imprimer la gravure avec votre dhikr. Dans le sixième état, le cœur est amené à arrêter de pomper à volonté et à recommencer à pomper à volonté. Le septième état consiste à être conscient du nombre de fois où l'on arrête le pompage du cœur et du nombre de fois où l'on rétablit le pompage du cœur.

 

Dans le huitième état, on mentionne la phrase Muhammadun Rasulullah dans chaque arrêt du cœur et chaque restauration de son pompage. La neuvième étape consiste à retourner dans votre caverne, comme Allah l'a mentionné dans la sourate al-Kahf, "Quand vous vous détournez d'eux et des choses qu'ils adorent en dehors d'Allah, allez dans la Caverne : votre Seigneur déversera sur vous Ses miséricordes...» [18:16].

La Grotte est la Présence Divine. Ici on prononce la prière chérie du Prophètesalla : 'Ô Dieu, tu es ma destination et ton plaisir est ce que je recherche.' Le cœur, alors qu'il oscille entre la cessation et la restauration de son pompage, existe au niveau de l'Essence de la Présence Divine. Parce que cette Essence Divine est la source de tout être créé, ce cœur ne fera qu'un avec chaque création la plus infime dans cet univers. Le cœur qui a atteint les secrets des neuf points pourra tout voir, tout entendre, tout savoir, tout goûter, tout sentir, « jusqu'à ce qu'il soit les oreilles avec lesquelles il entend, les yeux avec lesquels il voit, le langue avec laquelle il parle, la main avec laquelle il saisit et les pieds avec lesquels il marche. Il sera Seigneur, il n'a qu'à dire une chose Soyez! et ce sera.

Testament de Shaykh Sharafuddin

Dans les derniers jours de la vie de Shaykh Sharafuddin, il rédigea son testament et le remit à Shaykh Abdullah. Il avait prédit à l'époque

Après ma mort, vous aurez l'occasion de quitter la Turquie. Lorsque cette opportunité se présente, vous devez la saisir, car votre devoir n'est pas ici mais en dehors de la Turquie.

Cheikh Sharafuddin

Shaykh Abdullah (q) avait deux filles de sa femme Halima, l'aînée s'appelait Rabi`a et la plus jeune Madiha. Neuf de ses enfants n'ont pas survécu. Après le décès de son Shaykh, une délégation du roi Faruq d'Égypte vint à lui pour lui transmettre les condoléances du roi, car Shaykh Sharafuddin (q) avait de nombreux partisans en Égypte. Un des princes qui est venu avec la délégation a vu sa fille Madiha. Il s'est immédiatement senti attiré par elle et a demandé à l'épouser.
Shaykh Abdullah s'est rendu compte que c'était l'occasion de quitter la Turquie que son Shaykh avait prédit. Il a immédiatement accepté la proposition et, avec la complaisance de sa fille, le mariage a rapidement eu lieu. Peu de temps après, il reçut une invitation du nouveau mari de sa fille à venir en Égypte.

Je suis allé en Egypte et je suis resté avec ma fille. La relation entre elle et son mari n'était pas bonne. Après un certain temps, le mariage a échoué et s'est terminé par un divorce. J'ai suivi le conseil de mon Shaykh d'utiliser cette opportunité. Je suis monté à bord d'un bateau avec ma femme et mes filles à Alexandrie et j'ai navigué jusqu'à Lattaquié. De Lattaquié, je suis allé à Alep, où j'ai atterri avec seulement dix piastres [environ 10 cents] dans ma poche, et aucun autre bien matériel avec moi. Je suis allé à la mosquée prier Maghrib avec mes filles et ma femme. Là, un homme s'est approché de moi et m'a dit : « Ô mon Shaykh, soyez mon invité s'il vous plaît. Il m'a emmené avec ma famille et il nous a hébergés. Je considère cela comme l'un des miracles de mon Shaykh, qui nous a emmenés d'Egypte à Alep où Allah nous a ouvert une porte.

Cheikh Abdallah

Il est resté quelque temps à Alep, où les gens étaient honorés de l'avoir. Les érudits venaient s'asseoir et l'écouter, et ils étaient fascinés par ses discours et ses connaissances. Ils l'appelaient le Rénovateur de la Religion.

De là, il a déménagé à oms, où il a visité la mosquée et le tombeau du Compagnon du Prophètesalla , Khalid ibn al-Walid (r). Il est resté brièvement à oms. Il a déménagé à Damas, dans le district de Midan, près de la tombe de Sa`d ad-Din Jibawi, un saint de la famille du Prophètesalla . Là, il établit la première zawiya pour la branche de l'Ordre Naqshbandi qui s'était rendue au Daghestan. Avec lui, la chaîne d'or de l'ordre Naqshbandi qui était passée de Damas à l'Inde, à Bagdad et au Daghestan, est maintenant revenue à Damas.
Ses deux filles étaient mariées, Rabiha avait quatre enfants, trois filles et un garçon. Madiha était mariée à Shaykh Tawfiq al-Hibri, l'un des grands érudits islamiques du Liban.

Bientôt, les gens ont commencé à se presser dans sa zawiya. Ils y sont arrivés de toute la ville : des soufis, des gens du gouvernement, des hommes d'affaires et des gens ordinaires. Des mourides venaient chaque jour s'asseoir à la porte de sa khaniqah. Chaque jour, ils servaient de la nourriture à des centaines de personnes, dont beaucoup y dormaient également.
Puis il reçut l'ordre spirituel de se déplacer vers la Montagne de Qasyun. C'est le point culminant de Damas, d'où l'on peut voir toute la ville. Avec l'aide de ses deux principaux murids, Shaykh Muhammad Nazim `Adil et Shaykh Husayn `Ali, il construisit une maison. Cette maison et la mosquée à côté sont toujours debout, et la mosquée est le site de son maqam (tombeau). Il a vu dans une vision, alors qu'il construisait la mosquée, que le Prophète salla, avec Shah Naqshband et Sayyidina Ahmad al-Faruqi, sont venus poser des poteaux pour marquer la forme et l'emplacement des murs de la mosquée. Dès que la vision s'est terminée, les marqueurs étaient visibles et toutes les personnes présentes les ont vus. Dans cette mosquée, au fil des ans, des centaines de milliers de visiteurs ont été reçus : pour la guérison, pour les prières, pour la formation, pour toutes sortes de connaissances externes et internes.
Plusieurs fois, il a été ordonné par le Prophètesalla aller dans plus d'isolements. Ces réclusions variaient en durée de 40 jours à un an. Il est allé dans plus de vingt isolements au cours de sa vie. Certaines de ces séclusions ont été faites à Damas, certaines en Jordanie, certaines à Bagdad, sur la tombe de Sayyidina `Abdul Qadir Jilani, et beaucoup étaient à Médine. À chaque isolement, son pouvoir spirituel et son rang étaient amplifiés.

Une fois, il a envoyé un message à Sharif `Abdullah, qui était le roi de Jordanie et l'un de ses murids, via Mawlana Shaykh Nazim (q), lui disant : "N'allez pas prier en congrégation, surtout le vendredi, parce que J'ai eu une vision que tu seras tué. Ce message a été donné à Sharif `Abdullah, mais il n'a pas tenu compte de l'avertissement. La semaine suivante, il a été tué alors qu'il quittait les prières de la congrégation du vendredi.
Des années plus tard, un de nos cousins a été pris par accident dans des coups de feu à Beyrouth. Il a été emmené pour une opération d'urgence. Nous sommes allés rendre visite à notre grand-cheikh, terrifiés par son état. Dès que nous sommes entrés et avant que nous puissions parler, il nous a dit :

Retourner! Il était écrit qu'il mourrait, mais avec mes prières il vivra. L'opération qu'il subit réussira. Quand nous sommes revenus, notre cousin était dans le coma et ils l'emmenaient en chirurgie. Nous avons informé sa mère de ce que Grandcheikh avait dit pour lui donner de l'espoir. Le lendemain, notre cousin a repris connaissance.

Il a dit :

J'ai vu Grandcheikh venir vers moi et me faire opérer; et c'est ce qui m'a sauvé.

Shaykh Abdullah (q) parlait souvent de choses prédestinées (qada'). Il a dit,

On sait qu'il existe deux types de destin. Le premier type de destin est appelé qada'an mucallaq, ce qui signifie Destin suspendu ou Mutable. Il est écrit sur la lawh al-mahfudh (la tablette préservée). Cela variera selon la volonté et le comportement, la cause et l'effet. Tous les saints peuvent changer ce genre de destin pour leurs murids, afin de les former et d'influencer leur destin en changeant leurs actions et leur comportement. L'autorité de changer le Destin Mutable est donnée aux Shaykhs pour leurs murids parce qu'ils sont reliés les uns aux autres par la Volonté Divine.

Cheikh Abdallah

 

Le deuxième type de destin est contenu dans Umm al-Kitab, la Mère du Livre, comme mentionné dans l'ayat : yamhullahu ma yasha'u wa yuthbit, wa cindahu Umm ul-kitab [13:39] ("Allah efface ou confirme ce qu'Il veut : avec Lui est la Mère du Livre »), et s'appelle qada'an mubram, ce qui signifie Destin Fixe. Les saints n'interfèrent jamais dans cette Destinée Fixe, qui est dans la Main du Créateur.

Cheikh Abdallah

Allah a donné l'autorité de changer le Destin Fixe uniquement aux Neuf Saints qui sont au plus haut niveau dans la Présence Divine, avec la permission du Prophètesalla qui est le premier à retirer ce pouvoir d'Allah. Ils contrôlent les Neuf Points de la conscience humaine liés aux différentes étapes de l'Ascension d'un Individu sur son chemin vers la Présence Divine. Allah a donné ces Neuf Saints, dont le nombre n'a pas changé depuis l'époque du Prophètesalla jusqu'à aujourd'hui, le pouvoir d'utiliser Sultan adh-dhikr, le plus grand souvenir.

Cheikh Abdallah

Tout le monde sait que le Dhikr est avant tout la répétition de la ilaha illallah, et c'est ce qui est pratiqué par toutes les tariqats, y compris la Naqshbandiyya. Mais le Sultan adh-dhikr est un type de Dhikr complètement différent.

Cheikh Abdallah

Allah a dit, Inna nahnu nazzalna-dh-dhikra wa inna lahu la-hafidhun [15:9], "Nous avons révélé le Dhikr, et nous sommes Celui qui protège ce Dhikr en vous." Le Dhikr mentionné ici est le Saint Coran. Le Dhikr de ces neuf saints, outre la ilaha illallah, est le Secret du Saint Coran. Ils récitent le Coran, non pas comme nous le récitons en le lisant du début à la fin, mais ils le récitent avec tous ses secrets et réalités intérieures. Parce qu'Allah a dit, wa la ratbin wa la yabisin illa fa kitabin mubeen [6:59] "Il n'y a rien de frais ou de sec qui ne soit inscrit dans un registre clair." Aucune des créations de Dieu dans tous les univers créés n'a déjà été mentionnée, avec tous ses secrets, dans le Livre Clair, le Coran.

Cheikh Abdallah

Le saint récitant le Coran en Sultan adh-Dhikr le récite donc avec tous les secrets de chaque création, du début à la fin. Allah a donné à chaque lettre du Coran, selon les Neuf Maîtres les plus élevés de l'Ordre Naqshbandi [c'était la première fois que le Shaykh mentionnait ce secret], douze mille connaissances. Le Coran contient environ 600 000 lettres, donc pour chaque lettre, ces saints sont capables d'acquérir 12 000 connaissances !

Cheikh Abdallah

Chacun de ces neuf saints diffère également de l'autre par son niveau. Nous pouvons voir que l'un d'eux, par exemple, était capable de réciter le Saint Coran par le pouvoir du Sultan adh-Dhikr, qui est de saisir 12 000 significations sur chaque lettre, une seule fois dans sa vie. Un autre a pu le réciter trois fois dans sa vie. Le troisième a pu le faire neuf fois dans sa vie. Un autre a pu le réciter 99 fois dans sa vie.

Cheikh Abdallah

Ce secret différait d'un saint à l'autre. Shah Naqshband (q) a pu le faire 999 fois dans sa vie. Notre Maître Ahmad al-Faraqi a pu le réciter 9 999 fois dans sa vie. Shaykh Sharafuddin a pu le réciter 19 999 fois.

Cheikh Abdallah

Ici Cheikh 'Abdoullah s'arrêta. Shaykh Nazim a dit: «A chaque respiration, Grand-Cheikh `Abdullah Daghestani expirait avec le sultan adh-Dhikr et inspirait avec le sultan adh-Dhikr. Il avait l'habitude de compléter le secret du Coran deux fois à chaque respiration.

Cheikh Abdallah

Une rencontre avec John Bennett

Parmi les nombreux visiteurs et chercheurs à la porte de Grandcheikh se trouvait l'Anglais, John G. Bennett. Dans plusieurs de ses livres, il raconte ses rencontres avec Shaykh Abdullah. Voici une partie de ses récits compilés à partir de Concerning Subud and Witness.

Shaykh Abdullah est un vrai saint en qui on sent une confiance totale immédiate.

Jean Bennett

Il donne plus de détails sur leur rencontre dans Witness :

Le Cheikh m'attendait sur le toit de sa maison. Il surplombait la ville, offrait un superbe panorama… Je me suis senti à l'aise dès le départ, et très vite j'ai ressenti un grand bonheur qui semblait emplir les lieux. Je savais que j'étais en présence d'un homme vraiment bon.

Jean Bennett

Après les salutations d'usage et les compliments sur l'excellence de mon turc, il m'étonna en me disant : « Pourquoi n'avez-vous pas amené la dame sœur qui est avec vous ? J'ai un message pour elle ainsi que pour vous. Il semblait peu probable que quelqu'un ait pu lui parler d'Elizabeth. Nous étions allés directement chez lui, et le Dadji, mon guide, m'avait laissé devant la porte sans parler à personne. J'ai répondu que comme il était musulman, je ne pensais pas qu'il souhaiterait parler à une femme. Il a dit très simplement : « Pourquoi pas ? Les règles et les coutumes sont pour la protection des insensés ; ils ne me concernent pas. La prochaine fois que tu passeras par Damas, tu me l'amèneras ? J'ai promis de le faire si l'occasion se présentait.

Jean Bennett

Nous restâmes longtemps assis en silence, regardant la ville antique. Quand il a commencé à parler, j'ai eu du mal à sortir de la profonde rêverie dans laquelle j'étais tombé. Il disait : « J'attendais quelqu'un aujourd'hui, mais je ne savais pas que ce serait toi. Il y a quelques nuits, un ange est venu dans ma chambre et m'a dit que tu viendrais me rendre visite et que je devais te donner trois messages. Vous avez demandé à Dieu de vous guider au sujet de votre femme. Elle est sous la garde de Dieu. Vous avez essayé de l'aider, mais c'était mal. Vous perturbez le travail que Dieu fait dans son âme. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter à son sujet, mais il est inutile que vous cherchiez à comprendre. Le deuxième message concerne votre maison. Vous avez demandé à Dieu de vous guider pour savoir si vous devez suivre votre chemin ou suivre les autres. Vous devez vous faire confiance. Vous serez persécuté par les Arméniens, mais vous ne devez pas avoir peur. Vous devez attirer beaucoup de monde à vous et vous ne devez pas hésiter même si d'autres personnes sont en colère.

Jean Bennett

Il redevint silencieux. J'ai été étonné par les deux messages, car il était vrai que j'avais prié pour être guidé sur ces deux questions…

Jean Bennett

Le message le plus important est le dernier. Vous devez savoir qu'il y a une grande méchanceté dans le monde. Les gens se sont adonnés au culte des choses matérielles, et ils ont perdu la volonté et le pouvoir d'adorer Dieu. Dieu a toujours envoyé des Messagers pour montrer la sortie de telles situations, et Il l'a encore fait à notre époque actuelle. Un Messager est déjà sur terre, et son identité est connue de beaucoup. Avant longtemps, il viendra à l'Ouest. Des hommes ont été choisis pour lui préparer le chemin… Il m'a été montré que tu es de ceux qui sont choisis pour préparer le chemin… Le Messager viendra dans ton pays et même dans ta maison…

Jean Bennett

Vous ne devez jamais cesser d'adorer Dieu, seulement vous ne devez pas le montrer. Extérieurement, vous devez vous comporter comme les autres. Dieu a nommé deux anges pour prendre soin de vous. On vous guidera et vous dirigera pour que vous ne fassiez plus d'erreurs comme avant. L'autre accomplira les devoirs religieux que vous ne pouvez pas faire vous-même.

Jean Bennett

Je vous conseille fréquemment de répéter dans votre cœur les mots : La ilahe il Allah, qui signifie s'abandonner à Dieu seul.' Quand j'ai dit que c'était la profession de foi musulmane, il m'a répondu que c'était autant chrétien que musulman, car le fondement de toute religion est que l'homme ne doit pas suivre sa propre volonté, mais la volonté de Dieu...

Jean Bennett

Son décès de cette vie

Nous avons observé de nombreux événements merveilleux avec notre Grand Cheikh. Sa vie fut pleine d'activités bienfaisantes. Il souriait toujours, et jamais en colère. Il n'avait aucun revenu, pourtant la nourriture était toujours abondante dans sa maison. Comment a-t-il été soutenu, telle était la question dans l'esprit de tout le monde. Les gens se présentaient à l'improviste jusqu'à ce qu'ils soient parfois au nombre de 200, mais ils trouvaient de la nourriture préparée et prête pour eux. Nous nous demandions toujours : « D'où viennent ce riz, ce pain et cette viande ?
Je l'ai rarement vu dormir la nuit. Pendant la journée, il recevait toujours des gens et la nuit, il était toujours assis dans sa chambre spéciale, lisant le Coran, lisant Dala'il al-Khayrat, faisant son dhikr personnel ou lisant des louanges sur le Prophète.salla. Il avait l'habitude de prier après minuit jusqu'à l'aube. Il a aidé les nécessiteux autant qu'il le pouvait et il a hébergé de nombreux sans-abri dans sa mosquée. Il a servi l'humanité. La langue est impuissante à décrire ses bonnes manières et ses bonnes caractéristiques.
Jusqu'au jour où, en 1973, il dit :

Le prophètesallam'appelle. Je dois aller le voir. Il m'a dit : 'Tu ne peux pas venir me voir avant d'avoir subi une opération à l'œil' », se référant à la myopie de son œil gauche. Il nous a laissé entendre qu'il allait mourir mais nous n'avons pas pu accepter cette allusion. Il était vivant en nous et vivant en tous ceux qui le connaissaient, même les chats qui étaient toujours autour de lui.

Après avoir été opéré des yeux, il a cessé de manger. Nous l'avons supplié de manger, mais il a refusé en disant : « Je suis en isolement complet, parce que le Prophètesallam'appelle.' Il n'accepterait que du pain sec ramolli par trempage dans l'eau, une fois par jour. Il a dit : 'Je ne veux plus vivre, je veux aller rejoindre mon Prophètesallaet être avec lui. Il m'appelle, Allah m'appelle.' Ce fut comme un coup de foudre pour nous, mais nous ne pouvions toujours pas y croire. Puis il a écrit son testament et a dit : 'Dimanche prochain, je vais mourir.' C'était le 30 septembre 1973 EC, le 4 Ramadan 1393 H. Tout le monde était surpris et effrayé d'attendre ce jour pour voir si cela arriverait.
Il était dix heures le dimanche qu'il avait prédit et nous étions assis dans sa chambre. Il m'a dit :

Sentez mon pouls.

J'ai senti son pouls et il dépassait 150. Puis il a dit :

mon fils, ce sont les dernières secondes de ma vie. Je ne veux personne ici. Tout le monde doit sortir et se rendre dans la grande salle de réunion.

Nous n'étions que dix dans la salle. À ce moment-là, deux médecins sont arrivés : l'un était mon frère et l'autre un ami. Tous deux étaient chirurgiens. Grandcheikh n'a autorisé personne d'autre que sa famille à entrer dans la pièce.
Nous avons entendu sa fille crier : « Mon père est mort, mon père est mort. Nous avons tous couru dans la pièce et nous avons vu que Grandcheikh ne bougeait pas. Rapidement mon frère a pris son pouls et sa tension artérielle, mais ils n'étaient pas détectables. Il a couru hystériquement vers la voiture pour obtenir une seringue avec des médicaments, revenant quelques minutes plus tard. Il rentra de la même manière, voulant injecter le Shaykh dans son cœur pour tenter de relancer son pompage. L'autre médecin a dit : « Qu'est-ce que tu fais ? Le Cheikh est mort depuis plus de sept minutes. Arrêtez votre bêtise. Mais il n'a pas voulu s'arrêter et a insisté pour continuer l'injection.
Alors Grandcheikh ouvrit les yeux, leva la main et dit en turc :

« Bourak ! »

Grandcheikh

ce qui signifie "Arrête !"
Tout le monde était choqué. Ils n'avaient jamais entendu les morts parler auparavant. Je n'oublierai jamais cela de toute ma vie. Tous ceux qui étaient présents, professeurs et médecins, n'oublieront jamais non plus. Après cela, mon frère a rangé ses instruments. Nous sommes restés là sous le choc, ne sachant pas quoi dire. Était-il mort ou pas ? Était-il simplement en train de se voiler pour revenir bientôt ? C'est le secret qu'Allah a donné à Ses Amants et Saints qui voyagent dans Son Royaume, dans Son Amour, dans Ses Secrets. Ce fut une journée inoubliable.

La nouvelle de son décès a été comme une énorme tornade, tourbillonnant à travers Damas, Alep, la Jordanie, Beyrouth. Les gens venaient de partout vers lui pour un dernier regard. Nous l'avons lavé, et de son saint corps est sortie une très belle odeur. Nous l'avons préparé pour les prières funéraires et pour l'enterrement du lendemain. Tous les savants de Damas ont assisté à ses funérailles. Quatre cent mille personnes sont venues à ses prières janaza. Les gens étaient alignés de sa maison à la mosquée d'Ibn 'Arabi, où son corps était exposé.

Lorsque nous sommes retournés chez lui après la prière de janaza, nous avons vu le cercueil glisser au-dessus de la tête des gens sans aucune aide de personne, se déplaçant vers sa mosquée pour son enterrement. Il nous avait fallu trois heures pour revenir de la mosquée de Muhyiddin Ibn `Arabi à la mosquée de Grandsheikh, un trajet qui prend normalement vingt minutes à cause de l'énorme foule dans les rues.

Tout le monde pleurait. Ils ne voulaient pas que le Shaykh soit enterré. Personne ne pouvait le croire et personne ne pouvait l'accepter. C'était suffisant pour nous rappeler l'état des Sahaba lorsque Sayyidina Muhammad est décédé. Nous avons compris pourquoi Sayyidina `Umar (r), Sayyidina `Uthman (r) et Sayyidina `Ali (r) n'acceptaient pas que le Prophètesallaétait décédé. Nous avons subi le même état, nous demandant même comment Sayyidina Abu Bakr (r) n'aurait pas pu ressentir la même chose.

Tous les fonctionnaires du gouvernement et les érudits étaient à la mosquée attendant de l'enterrer. Un message a été livré à l'imam de l'improviste disant: "N'enterrez pas Grandcheikh jusqu'à ce que Cheikh Nazim arrive." Personne ne pouvait le croire car il n'y avait aucun moyen de contacter Shaykh Nazim, qui était à Chypre. Il n'y avait ni téléphone, ni télécopieur, et même un télégramme aurait pris deux jours. Personne n'a accepté que le message était réel. Mais pour l'amour de notre Cheikh, nous étions heureux de reporter son enterrement et avons insisté pour attendre l'arrivée de Cheikh Nazim.
C'était le ramadan, tout le monde jeûnait. Les érudits et la foule s'agitaient. Les gens disaient qu'ils voulaient y aller. Nous leur avons dit qu'ils étaient libres de partir s'ils le voulaient, mais que nous devions attendre. Après un certain temps, la plupart des gens sont partis, et seuls les disciples les plus sincères du Cheikh sont restés. Peu avant l'heure de la prière de Maghrib, Shaykh Nazim a été vu en train de monter les escaliers. Comment il est arrivé si vite, personne ne le sait. Cela reste un mystère à ce jour.

Cheikh Nazim ramena le corps de Grandcheikh dans la mosquée et pria à nouveau janaza sur lui. Puis il nous a ordonné à tous d'aller rompre notre jeûne. Il l'a enterré de ses propres mains. Lorsqu'il a levé le linceul de son visage, nous avons senti le doux parfum de bois de santal, d'ambre et de musc comme nous n'en avions jamais senti auparavant. Alors Cheikh Nazim nous a demandé de sortir. Seuls mon frère et moi sommes restés, observant par la fenêtre ce qui se passait à l'intérieur.

Il se tenait à la tête de la tombe, comme en prière. Puis en un clin d'œil, Cheikh Nazim a disparu. Cet événement a ajouté une surprise extraordinaire à nos surprises précédentes. Il n'y avait pas de mots pour exprimer nos sentiments. Quinze minutes passèrent, et soudain nous vîmes apparaître Cheikh Nazim au même endroit d'où il avait disparu. Puis nous avons couru vers la porte quand il est sorti. Il a dit quoi! Toujours ici ? Vous n'avez pas rompu votre jeûne ? Qu'à cela ne tienne, ma compagnie est meilleure ! Nous sommes descendus pour rompre notre jeûne avec lui. Cheikh Nazim est retourné cette nuit-là à Beyrouth et a pris un avion pour Chypre.

Ses prédictions

Grand Cheikh Abdallah ad-Daghestani (q), Naqeeb al-Ummah, qu'Allah bénisse son âme, a prédit de nombreux événements, dont certains se sont produits et d'autres que nous attendons toujours.
En 1966 :

L'année prochaine, il y aura une guerre entre les Israéliens et les Arabes. Les Arabes seront vaincus. Jil y aura une grande guerre d'ici un mois entre les Israéliens et les Arabes.

Ceci est arrivé. Le 3 octobre, trois jours après son décès, les Arabes et Israël entrèrent dans une autre guerre.
Une fois, la fille de Grand-Cheikh, Madiha, envisageait d'acheter une maison avec son mari à Beyrouth et Grand-Cheikh a dit : « Non ». Elle a insisté, mais il a quand même dit: "Non." Elle continua d'insister mais il fut catégorique et dit :

Beyrouth va être pleine d'effusions de sang. Chaque maison va être affectée par ce bain de sang et personne n'échappera à son contact.

Il l'a mentionné en 1972, et cela a commencé à se produire en 1975. Il nous a dit avant de mourir : « Je vous vois à Tripoli, dans le nord du Liban. C'était sa façon de nous suggérer d'éloigner Beyrouth.

Sur un sujet connexe, il a dit :

Lorsque John Bennett m'a rencontré et m'a confirmé son shahada, il a demandé ce qu'il pouvait faire. Je lui ai dit de garder sa shahada secrète. Ainsi, il a pu amener de nombreuses personnes dans son pays natal, l'Angleterre, à prendre shahada, et de les intéresser à la spiritualité.

Je vois l'Angleterre entrer dans l'Islam.

Il a prédit qu'une famille royale en Europe allait soutenir l'islam, car dans leur lignée se trouve le sang des Arabes. "Cela les attirera dans la spiritualité et éveillera en eux un intérêt pour de nombreuses religions, et les attirera vers la Présence Divine.

La Chine est sous l'autorité d'un grand saint, qui sera l'un des plus grands saints du temps du Mahdi et de Jésus. Il s'appelle Abdur Ra'uf al-Yamani. Grâce à son influence, la Chine signera un accord avec l'Occident pour ne pas utiliser ses armes nucléaires. La Chine se divisera en plusieurs petits pays différents. Il y aura des problèmes en Extrême-Orient, dans la péninsule coréenne, et une grande puissance interviendra pour arrêter ce conflit.

Un pays non arabe du Moyen-Orient attaquera la région du golfe Persique, ce qui fera craindre au monde entier que la source de pétrole ne soit coupée.

Il a dit :

Le Caire va couler sous l'eau.

Plus tard, les Russes ont construit le barrage d'Assouan ; il contient une énorme quantité d'eau et on a récemment découvert qu'il contenait des fondations lâches qui s'érodent.

Chypre coulera sous l'eau et le mont Olympe, près de Bursa, entrera en éruption. En dessous se trouvent deux éléments, le gaz et le feu, qui ont jusqu'à présent été maintenus séparés, et les saints ont toujours prié pour que ces éléments ne se combinent pas. Dès son explosion, des centaines de milliers de personnes seront blessées et deviendront sans abri.

Il y aura une guerre dans la région du Golfe où un énorme incendie se déclenchera et impliquera le reste du monde.

L'Allemagne et l'Angleterre dirigeront toute l'Europe. En Allemagne, il y a un saint, désigné par Mahdi (as) et Jésus (as), qui doit élever et former les gens dans la spiritualité. Ce saint est caché, mais il est parmi eux.

Il y aura un grand changement dans l'approche des Arabes à la politique, et un régime puissant va changer pour une meilleure façon de gouverner.

Avant son décès, lors d'une réunion privée avec certains de ses plus proches muridés, il a dit :

Il y aura la paix, et l'Amérique sera celle qui mènera les pourparlers de paix, qui mettront fin à la guerre entre les Arabes et Israël. Cela va arriver. Le signe en est l'effondrement du communisme et la division de l'empire russe en plusieurs parties. Il n'y aura pas de pouvoir dans ce monde, sauf pour l'Amérique. La plupart des gouvernements arabes se tourneront vers les Américains. Le conflit s'apaisera complètement et les Arabes et les Israéliens vivront en paix. Lentement, tous les conflits sur la terre prendront fin, et partout il y aura la paix. L'Amérique dirigera cela. Tout le monde sera heureux et personne ne s'attendra à ce que la guerre se reproduise.

Soudain, en pleine paix, une attaque sera lancée contre la Turquie depuis un pays voisin et une guerre commencera, suivie d'une invasion de la Turquie par un pays voisin proche. Cela menacera les bases américaines en Turquie et entraînera une plus grande bataille. Il en résultera un grand désastre sur terre et une guerre horrible. Au cours de la guerre, Mahdi (as) sortira et Jésus (as) reviendra. Son but sera d'apporter la spiritualité, la paix et la justice et de vaincre la tyrannie, la peur et la terreur. L'amour, le bonheur et la paix rempliront cette terre, avec le pouvoir de Mahdi (as) et de Jésus (as), par la Volonté d'Allah Tout-Puissant.

Le secret de la chaîne d'or a été transmis au Soleil des soleils, le chef de ceux qui sont rapprochés, le découvreur des secrets, Shaykh Muhammad Nazim `Adil al-Qubrusi ar-Rabbani an-Naqshbandi al-Haqqani (q).

fr_FRFR