Sélectionner une page

Imam Shamil

Kerim Fenari

La lutte désespérée du peuple tchétchène pour la liberté a pris de nombreux musulmans par surprise. Comme pour la Bosnie il y a trois ans, l'existence même de ce pays musulman était inconnue de beaucoup dans notre communauté. Mais maintenant, alors que les hordes sauvages du tsar Boris Ier descendent des terres barbares du nord pour apporter le feu et l'épée aux Tchétchènes, il convient de rappeler que le Caucase a toujours été le cimetière des envahisseurs chrétiens et le berceau de Des héros musulmans dont les noms résonnent encore dans les forêts et les vallées de la plus romantique des terres de montagne.

Le Caucase, véritable rempart qui sépare l'Europe de l'Asie, ne ressemble à aucune autre chaîne de montagnes sur terre. Les plus hauts sommets d'Europe sont ici, par rapport auxquels les Alpes semblent être de simples boutons. S'étendant sur 650 milles de la Caspienne à la mer Noire, leur hauteur moyenne est supérieure à 10 000 pieds. Cette perspective spectaculaire est rendue encore plus rébarbative par la raideur vertigineuse des pentes. Le Caucase est un homme dont le corps est sans courbes, dit un proverbe géorgien, et les falaises, plongeant par endroits à plus de cinq mille pieds dans des torrents glacés, semblent disséquer le paysage en blocs de pierre abrupts.

L'impénétrabilité même du Caucase et la difficulté des communications internes ont permis à d'innombrables peuples et tribus de s'y installer. L'historien Pline nous apprend que les Romains employaient cent trente-quatre interprètes dans leurs relations avec les clans belliqueux du Caucase ; tandis que l'historien arabe al-Azizi a surnommé la région la montagne des langues, enregistrant que trois cents langues mutuellement incompréhensibles étaient parlées au Daghestan seul.

Certains des peuples caucasiens, comme les Tchétchènes à la peau claire, sont les descendants d'anciens migrants d'Europe. D'autres, dont les Daghestanis, seraient d'origine asiatique. Mais le climat rigoureux et le terrain impossible leur ont imposé à tous un style de vie ascétique similaire. Peu d'agriculture est possible sur les pentes vertigineuses, et ce n'est que sur les plus hauts plateaux que l'on peut élever avec succès des moutons. Traditionnellement, les gens vivaient dans des aouls, des villages caucasiens accidentés, fortifiés avec des blockhaus en pierre et des murs à pic pour éloigner les pumas, les loups et les tribus ennemies. Construits dans les positions les plus inaccessibles au sommet de pics fins comme des aiguilles, la seule route vers ces hameaux têtus consistait en des sentiers qui s'accrochaient à la falaise, n'offrant aucun lieu de repos, mais seulement des vues vertigineuses sur les sommets environnants et sur les aigles. sous.

Dans un paysage aussi extrême, seuls les enfants forts ont survécu. Passant leurs journées à travailler sans fin sur les pentes, au moment où ils ont atteint la maturité, les hommes tchétchènes et daghestanais étaient nerveux et immensément forts. Il est rapporté qu'au milieu du XIXe siècle, aucune fille tchétchène ne consentirait à épouser un homme à moins qu'il n'ait tué au moins un Russe, ne puisse sauter par-dessus un ruisseau de vingt-trois pieds de large et par-dessus une corde tenue à hauteur d'épaule entre deux hommes. Hommes.

Les gouffres béants qui divisaient les aouls conduisaient facilement à la rivalité et à la guerre. La vie caucasienne était dominée par la vendetta de sang, le kanli, qui garantissait qu'aucun tort, aussi minime soit-il, ne pouvait rester vengé par les proches d'une victime. Les récits abondent dans la littérature épique tchétchène de conflits séculaires qui ont commencé par le simple vol d'un poulet et se sont terminés par la mort de tout un clan. La guerre était constante, tout comme l'entraînement pour cela; et les jeunes hommes étaient fiers de leur équitation, de leur lutte et de leur tir d'élite.

Les musulmans n'ont jamais conquis le Caucase : même les Sahaba, qui ont balayé devant eux les légions de Byzance et de Perse, se sont arrêtés devant ces falaises menaçantes. Pendant des siècles, ses habitants ont continué dans leurs croyances païennes ou chrétiennes; tandis que les musulmans de l'Iran voisin la considéraient avec terreur, croyant que le Shah de tous les djinns avait sa capitale au milieu de ses sommets enneigés.

Mais là où les armées musulmanes ne pouvaient pas pénétrer, des missionnaires musulmans pacifiques s'aventuraient lentement. Beaucoup ont atteint le martyre aux mains des membres sauvages et en colère de la tribu; mais lentement les vallées reculées et même les hauts aouls acceptèrent la foi. Les Tchétchènes, les Avars, les Circassiens et les Daghestanis sont entrés dans l'Islam ; et au XVIIIe siècle, seuls les Géorgiens et les Arméniens n'étaient toujours pas convertis.

Mais malgré cette victoire, une nouvelle menace se profile à l'horizon. En 1552, Ivan le Terrible avait capturé et détruit Kazan, la grande ville musulmane de la haute Volga. Quatre ans plus tard, les hordes russes atteignirent la Caspienne. À leur fourgon montaient les cosaques sauvages, des cavaliers brutaux qui se reproduisaient en capturant et en épousant de force les femmes musulmanes qui tombaient entre leurs mains. Aussi pieux que turbulents, ils n'établissaient jamais une nouvelle colonie sans construire au préalable une église spectaculaire, dont les cloches retentissaient sur l'empire des tsars en constante expansion dans les steppes.

À la fin du XVIIIe siècle, la menace chrétienne pour le Caucase n'était pas passée inaperçue auprès des tribus montagnardes. Leur manque d'unité, cependant, a rendu toute action efficace impossible, et bientôt les basses terres fertiles de la Tchétchénie du Nord et (plus à l'ouest) le pays Nogay Tatar ont été arrachées aux mains des musulmans. Les musulmans qui sont restés ont été contraints de devenir les serfs esclaves agricoles des seigneurs russes. Ceux qui refusaient ou s'enfuyaient étaient pourchassés dans une version aristocratique russe de la chasse au renard. Certains étaient écorchés et leurs peaux servaient à fabriquer des tambours militaires. Les femmes asservies devaient souvent endurer la confiscation de leurs bébés, de sorte que les lévriers et chiens de chasse russes de race pure pouvaient être nourris au lait humain.

La supervision de cette politique était l'impératrice Catherine la Grande, qui envoya le plus jeune de ses amants, le comte Platon Zubov (il avait vingt-cinq ans, elle soixante-dix), pour réaliser la première étape de son rêve pan-orthodoxe par lequel toutes les terres musulmanes seraient conquis pour le christianisme. L'armée de Zubov s'est dispersée le long des côtes caspiennes, mais l'avertissement avait été donné. Le Caucase leva les yeux de ses conflits internes et sut qu'il avait un ennemi.

La première réponse cohérente au danger est venue d'un individu dont l'histoire obscure mais romanesque est bien typique du Caucase. Il n'est connu que sous le nom d'Elisha Mansour, un prêtre jésuite italien envoyé pour convertir les Grecs d'Anatolie au catholicisme. À la colère du pape, il se convertit bientôt avec enthousiasme à l'islam et fut envoyé par le sultan ottoman pour organiser la résistance caucasienne contre les Russes. Mais à la bataille de Tatar-Toub en 1791, sa résistance s'arrêta prématurément ; et, capturé par l'ennemi, il passa le reste de sa vie prisonnier dans un monastère gelé de la mer Blanche, où des moines s'efforcèrent sans succès de le ramener au bercail chrétien.

Mansour avait échoué, mais les Caucasiens s'étaient battus comme des lions. La flamme de la résistance qu'il a allumée s'est rapidement propagée, nourrie et attisée par un homme de génie : le Mollah Muhammad Yaraghli. Yaraghli était un érudit et un soufi, profondément instruit dans les textes arabes, qui prêchait la Voie Naqshbandi aux rudes alpinistes. Bien qu'il ait converti plusieurs milliers de personnes, son principal élève était Ghazi Mollah, un étudiant religieux du peuple Avar du Daghestan, qui a commencé sa propre prédication en 1827, choisissant le grand aoul de Ghimri pour être le centre de ses activités.

Pendant les deux années suivantes, Ghazi Mollah a proclamé son message. Les Caucasiens n'avaient pas pleinement accepté l'Islam, leur dit-il. Leurs anciennes lois coutumières, les «adat», qui différait d'une tribu à l'autre, doit être remplacée par la charia. En particulier, le kanli les vendettas doivent être réprimées et toutes les injustices traitées équitablement par un tribunal islamique approprié. Enfin, les Caucasiens doivent restreindre leur ego sauvage et turbulent et emprunter le chemin difficile de l'auto-purification. Ce n'est qu'en suivant cette prescription, leur dit-il, qu'ils pourraient surmonter leurs anciennes divisions et rester unis contre la menace chrétienne.

En 1829, Ghazi Mollah jugea que ses partisans avaient suffisamment assimilé ce message pour entamer la dernière étape : celle de l'action politique. Il parcourut le Daghestan, prêchant ouvertement contre le vice et renversant de sa propre main les grandes jarres de vin traditionnellement entreposées au centre des aouls. Dans une série de sermons enflammés, il a exhorté le peuple à prendre les armes pour le Ghazwa: la résistance armée : Un musulman peut obéir à la charia, mais tous ses dons Zakat, tout son Salat et les ablutions, tous ses pèlerinages à La Mecque, ne sont rien si un œil russe les regarde. Vos mariages sont illégaux, vos enfants bâtards, alors qu'il reste un Russe sur vos terres !

C'était le temps du Jihad, proclama-t-il. Les grands savants islamiques du Daghestan se sont réunis à la mosquée de Ghimri et, l'acclamant Imam, lui ont promis leur soutien.

Les murides de Ghimri, se démarquant des autres montagnards par leurs bannières noires et l'absence de toute trace d'or ou d'argent sur leurs vêtements et leurs armes, ont marché derrière Ghazi Mollah, scandant le cri de guerre muride : La ilaha illaLlah. Leur première cible fut l'aoul d'Andee, qui était soumis envers les Russes ; mais les Mourides étaient si impressionnants qu'à la seule vue de leurs rangs silencieux, le village autrefois traître se soumit sans combattre. Ghazi Mollah tourna alors son attention vers les Russes eux-mêmes.

À cette époque, les Russes avaient déplacé peu de colons dans la région. De grands avant-postes militaires avaient été établis dans les plaines du nord, à Grozny, Khasav-Yourt et Mozdok, mais ailleurs le processus d'évacuation des musulmans de la terre ne faisait que commencer. Ghazi Mollah a donc pu compter sur un soutien local lorsqu'il a attaqué le fort russe de Vnezapnaya. Sans canon, il s'est avéré incapable de le capturer; mais ses défenseurs, commandés par le baron Rosen, furent forcés d'envoyer au secours. Cela se présenta sous la forme d'une grande colonne de secours qui, pensant ne rien craindre des musulmans, les poursuivit dans la grande forêt qui se dressait alors au sud de Grozny.

Dans les bois sombres, les mourides se battaient sur leur propre terrain. Tirant depuis les branches des hêtres géants, construisant des pièges et des pièges pour les Russes stoïques mais désorientés, ils ont méthodiquement abattu les officiers ennemis et capturé de nombreux fantassins désorientés. Dans ce monde crépusculaire de vastes hêtres et de sous-bois enchevêtrés, la lourde colonne russe, conduite par des prêtres portant des icônes et d'énormes croix, et chargée de chars à bœufs transportant des samovars de cinq pieds et des caisses de champagne pour les officiers, se trouva lentement érodée et dispersée. Seuls des vestiges ont émergé du bois : et le premier moudjahidines la victoire était gagnée.

Soucieux de se venger, les Russes ont attaqué la ville musulmane de Tschoumkeskent, qu'ils ont capturée et rasée. Mais ils payèrent cher cette conquête : quatre cents Russes avaient été tués dans l'opération, et seulement cent cinquante mourides. Leur humiliation était encore plus grande à Tsori, un col de montagne où quatre mille soldats russes ont été retenus pendant trois jours par une barricade qui, à leur grand regret, n'était tenue que par deux tireurs d'élite tchétchènes.

Enragés, les Russes ont saccagé la Basse-Tchétchénie, brûlant les récoltes et détruisant soixante et un villages. Lentement, les mourides tchétchènes et daghestanais se sont retirés dans les montagnes derrière eux. Ghazi Mollah et son principal disciple Shamyl ont décidé de prendre position à Ghimri. Après un siège acharné, faisant de nombreuses victimes des deux côtés, l'aoul fut prise d'assaut par les troupes russes, qui trouvèrent Ghazi Mollah parmi les morts. Toujours assis sur son tapis de prière, l'Imam, étrangement, gardait une main sur sa barbe et l'autre pointée vers le ciel. Mais en attendant, son adjoint, combattant avec soixante mourides pour la défense de deux tours de pierre, semblait invincible, repoussant avec une précision infaillible tout Russe qui s'approchait. Enfin, alors qu'il ne restait plus que deux Mourides en vie, Shamyl émergea, pour imaginer une réputation d'héroïsme au combat qui retentirait dans tout le Caucase musulman. Comme un officier russe a décrit l'incident :

Il faisait sombre : à la lueur du chaume brûlant, nous vîmes un homme debout sur le seuil de la maison, qui se dressait sur un terrain surélevé, un peu au-dessus de nous. Cet homme, très grand et puissamment bâti, se tenait immobile, comme s'il nous laissait le temps de viser. Puis, tout à coup, avec le bond d'une bête féroce, il sauta net par-dessus la tête de la ligne même des soldats qui allaient tirer sur lui, et atterrissant derrière eux, faisant tournoyer son épée dans sa main gauche, il en abattit trois, mais a été frappé à la baïonnette par le quatrième, l'acier plongeant profondément dans sa poitrine. Le visage encore extraordinaire d'immobilité, il saisit la baïonnette, l'extirpa de sa propre chair, abattit l'homme et, d'un autre bond surhumain, dégagea le mur et disparut dans les ténèbres. Nous sommes restés complètement abasourdis.

Les Russes ont prêté peu d'attention à l'évasion de Shamyl, convaincus qu'avec la destruction de la capitale mouride, ils avaient remporté une victoire finale. Ils ne pouvaient pas deviner que trente ans de guerre, au prix d'un demi-million de vies russes, les attendaient entre ses mains.

Après son évasion spectaculaire de Ghimri, Shamyl, blessé, s'est péniblement dirigé vers une saklia, un chalet situé sur les hauteurs glaciaires du Daghestan. Un berger a envoyé un mot à sa femme Fatima, qui est venue secrètement vers lui et l'a soigné pendant une longue fièvre, pansant dix-huit blessures à la baïonnette et à l'épée. Des mois plus tard, Shamyl put à nouveau voyager et, apprenant la mort du successeur de Ghazi Mollah, il fut acclamé par les musulmans comme al-Imam al-Azam, chef de tout le Caucase.

Shamyl était né en 1796 dans une famille noble du peuple Avar du sud du Daghestan. Ayant grandi avec son ami Ghazi Mollah, il a partagé son enfance austère entre la mosquée et les terrasses étroites autour de Ghimri, où il faisait paître les moutons de sa famille. Souvent, il regardait par-dessus les bords, dans l'abîme de cinq mille pieds sous le village, et regardait l'éclair dans les nuages d'orage en dessous. Au loin, sur les pentes, on pouvait voir la lueur fantomatique des feux de naphta, où l'huile naturelle bouillonnait à travers les pierres, brûlant pendant des années.

Ce paysage rude, et la rigoureuse éducation caucasienne qui l'accompagnait, habituèrent le futur imam à une vie avec peu de plaisirs mondains. Alors qu'il n'était qu'un enfant, il persuada son père d'abandonner l'alcool en le menaçant de tomber sur son propre poignard s'il ne s'arrêtait pas. La difficile discipline spirituelle qu'on lui imposait en tant que jeune érudit semblait lui venir naturellement et, au début de la vingtaine, il était réputé pour toutes les vertus que le Caucase respectait : courage au combat, maîtrise de la langue arabe, Tafsir et Fiqh, et une noblesse spirituelle qui a laissé une profonde impression sur tous ceux qui l'ont rencontré.

Avec Ghazi Mollah, il devint le disciple de Muhammad Yaraghli, l'érudit strict à l'esprit mystique qui enseigna aux jeunes hommes que leur propre pureté spirituelle ne suffisait pas : ils devaient se battre pour rendre suprêmes les lois d'Allah. La charia doit remplacer les lois païennes des tribus caucasiennes. Alors seulement, Allah leur accorderait la victoire sur les armées russes.

Les premiers exploits de Shamyl en tant qu'Imam étaient purement défensifs. Les Russes du général Fese avaient lancé une nouvelle attaque sur le Daghestan central. Ici, dans l'aoul d'Ashilta, à l'approche des Russes, deux mille mourides ont prêté serment sur le Coran de le défendre jusqu'à la mort. Après un combat acharné au corps à corps dans les rues, les Russes ont capturé et détruit la ville, sans faire de prisonniers. Le décor était planté pour une guerre longue et amère.

Shamyl n'était pas étranger à la guerre avec les Européens. Alors qu'il accomplissait le Hajj en 1828, il avait rencontré l'émir Abd al-Qader, le chef héroïque de la résistance algérienne contre les Français, qui lui avait fait part de ses vues sur la guérilla. Les deux hommes, bien que combattant à trois mille milles l'un de l'autre, étaient très similaires à la fois dans leurs intérêts scientifiques et dans leurs méthodes de guerre. Tous deux ont réalisé l'impossibilité de gagner des batailles rangées contre les grandes armées européennes bien équipées, et la nécessité de techniques sophistiquées pour diviser l'ennemi et l'attirer dans des montagnes et des forêts isolées, pour y être expédiés par des attaques de guérilla rapides et insaisissables.

La faiblesse de la position de Shamyl dans le Caucase était son besoin de défendre les aouls. Ses hommes, se déplaçant à la vitesse de l'éclair, pouvaient toujours esquiver un ennemi, ou lui asséner un coup surprise par derrière. Mais les villages, malgré leurs fortifications, étaient vulnérables aux méthodes de siège russes appuyées par l'artillerie moderne.

Shamyl apprit cette leçon en 1839, à l'aoul d'Akhulgo. Cette forteresse montagneuse, protégée par des gorges sur trois côtés, était elle-même divisée en deux par un gouffre terrifiant enjambé par un pont de soixante-dix pieds de planches de bois. Akhulgo s'était déjà rempli de réfugiés fuyant l'avancée russe, et la présence de tant de femmes et d'enfants à nourrir rendait la perspective d'un long siège affreuse. Mais il ne reculera pas plus loin : c'est ici qu'il a pris position.

A cette époque, l'armée de Naqshbandi comptait environ six mille hommes, divisés en unités de cinq cents hommes, chacune sous le commandement d'un Naïb (adjoint). Ces Naibs, durs et savants, étaient un mystère pour les Russes. Au cours des trente années de la guerre du Caucase, personne n'a jamais été capturé vivant. À Akhulgo, ces hommes ont fortifié la colonie du mieux qu'ils ont pu, puis, le soir après les prières du coucher du soleil, sont allés sur les toits pour chanter le Zabur de Shamyl, le chant religieux qu'il avait composé pour remplacer les chansons à boire triviales qu'ils avaient connues auparavant. Il y avait aussi beaucoup d'autres chants; le plus familier aux Russes étant le Chant de la mort, entendu lorsqu'une victoire russe semblait imminente et que les Tchétchènes se sont liés les uns aux autres et se sont préparés à se battre jusqu'au bout.

L'attaque russe a commencé le 29 juin. Les Russes ont tenté d'escalader les falaises et ont perdu trois cent cinquante hommes au profit des moudjahidines, qui leur ont jeté des pierres et des bûches enflammées. Châtiés, les Russes se retirent pendant quatre jours, jusqu'à ce qu'ils puissent placer leur artillerie de manière à bombarder les murs à une distance sûre. Mais bien que les murs aient été réduits en décombres, chaque fois que les Russes attaquaient, les Mourides surgissaient des ruines de l'aoul et les rejetaient avec de lourdes pertes.

Cependant, les conditions dans le village devenaient désespérées. Beaucoup étaient morts, et leurs corps pourrissaient sous le soleil d'été, répandant une puanteur pestilentielle. Les vivres étaient presque épuisés. En entendant cette nouvelle d'un espion, le général russe, le comte Glasse, décida de lancer un assaut total. Trois colonnes qu'il ordonna d'attaquer simultanément, divisant ainsi le feu des défenseurs.

La première colonne, portant des échelles d'escalade, a escaladé une falaise d'un côté d'un ravin. Mais depuis les rochers apparemment nus de la falaise opposée, des coups de feu dirigés par des tireurs d'élite tchétchènes ont décimé leurs rangs en quelques minutes. Les officiers furent bientôt tous tués, et les six cents hommes, le dos contre la falaise, furent piégés par les Mourides sachant que l'épuisement et l'exposition les achèveraient avant l'aube.

La deuxième colonne a tenté de se frayer un chemin vers l'aoul le long du fond du ravin. Cela aussi s'est terminé par un désastre, car les défenseurs ont roulé des rochers sur eux, de sorte que seulement quelques dizaines sont revenus. La troisième colonne, progressant lentement le long d'un précipice, s'est retrouvée attaquée par des centaines de femmes et d'enfants qui avaient été cachés dans des grottes pour leur sécurité. Les femmes se frayaient un chemin à travers les rangs russes, tandis que leurs enfants, poignards à deux mains, couraient sous les Russes et les tailladaient par en dessous. Ici, comme toujours en Tchétchénie, les femmes se sont battues désespérément, sachant qu'elles avaient encore plus à perdre que les hommes. Sous cet assaut hurlant et sanglant, la colonne russe chancela et recula.

Déconcerté, le comte Glasse envoya un messager à Shamyl pour organiser une pourparler. Les conditions à l'aoul étaient extrêmes et Shamyl, le cœur lourd, a conclu un accord, acceptant de libérer son fils de huit ans Jamal al-Din en otage, à condition que l'armée russe parte et laisse l'aoul en paix. Mais à peine le garçon avait-il été mis sur la route de Saint-Pétersbourg que le barrage d'artillerie se rouvrit et Akhulgo fut de nouveau pilonné de toutes parts. Shamyl s'est rendu compte qu'il avait été dupé.

Le lendemain, les Russes avancèrent à nouveau sur Akhulgo, et trouvèrent qu'il n'était peuplé que de corbeaux se nourrissant avidement de cadavres. Les survivants s'étaient éclipsés pendant la nuit. Les seuls musulmans restés, ceux qui étaient trop faibles pour se retirer, ont été découverts cachés dans les cavernes des falaises voisines, qui ont été atteintes avec la plus grande difficulté. Un officier russe l'a enregistré plus tard comme suit :

Nous devions abaisser les soldats au moyen de cordes. Nos troupes étaient presque submergées par la puanteur des innombrables cadavres. Dans le gouffre entre les deux Akhulgos, la garde devait être changée toutes les quelques heures. Plus d'un millier de corps ont été dénombrés ; un grand nombre ont été emportés vers l'aval ou gisaient gonflés sur les rochers. Neuf cents prisonniers ont été faits vivants, pour la plupart des femmes, des enfants et des vieillards; mais, malgré leurs blessures et leur épuisement, même ceux-ci ne se rendirent pas facilement. Certains rassemblèrent leurs dernières forces et arrachèrent les baïonnettes à leurs gardes. Les pleurs et les lamentations des quelques enfants restés en vie, les souffrances des blessés et des mourants complétaient la scène tragique.

Shamyl avait tenté désespérément d'emmener sa famille et ses disciples pendant la nuit. Sa femme Fatima était enceinte de huit mois et sa deuxième femme Jawhara portait son bébé de deux mois, Said. Mais ensemble, ils réussirent à longer un précipice inconnu des Russes, jusqu'à ce qu'ils atteignent le torrent en contrebas. Ici, l'imam a abattu un arbre pour former un pont de fortune. Fatima a traversé en toute sécurité avec son fils cadet Ghazi Muhammad; mais Jawhara a été repérée par un tireur d'élite russe, qui l'a tuée d'une seule balle, l'envoyant, elle et son enfant, basculer pour disparaître dans le torrent déchaîné. Lentement, Shamyl, sa famille épuisée et les moudjahidines survivants ont esquivé les patrouilles russes, qui étaient maintenant aidées par les Ghimrians qui étaient passés du côté russe. Une fois, ils rencontrèrent un peloton russe et, dans le combat qui s'ensuivit, le jeune Ghazi Muhammad reçut une blessure à la baïonnette. Mais l'épée de Shamyl a rendu compte de l'officier russe, dont les hommes ont fui dans la terreur. Ils étaient de nouveau libres : comme à Ghimri, l'Imam avait opéré une évasion miraculeuse.

Le rapport du comte Grabbes a décrit la capture d'Akhulgo en termes élogieux. La secte mouride, écrit-il, est tombée avec tous ses partisans et adhérents. Le tsar était ravi; mais encore une fois, les célébrations russes étaient prématurées. Alors que Shamyl était libre, il était invaincu. Et Moscou avait une fois de plus donné au Caucase une raison de rechercher la liberté.

En 1840, Shamyl lève une nouvelle armée et déploie à nouveau ses bannières noires. Avec les Russes reculant le long de la côte de la mer Noire face à un soulèvement circassien, les conditions étaient réunies pour une grande campagne, et à la fin de l'année, l'imam avait repris Akhulgo et conduit ses forces dans les plaines de Basse-Tchétchénie. , capturant fort après fort. La réponse russe a été chaotique : une sortie menée par Grabbe a entraîné la mort de plus de deux mille Russes. Un nouveau commandant, le favori des tsars, le général Neidhardt, a promis d'échanger <Shamyl’s head for its weight in gold to anyone who could capture him; but all in vain. Again and again the Imperial legions were drawn into the dark forests, divided, and annihilated.

Les techniques de Shamyl, quant à elles, s'amélioraient sans cesse. Une fois, il attaqua une position russe avec dix mille hommes, pour réapparaître moins de vingt-quatre heures plus tard à cinquante miles de là, pour attaquer un autre avant-poste : un exploit étonnant. Un historien militaire a écrit : La rapidité de cette longue marche à travers un pays montagneux, la précision de l'opération combinée, et surtout le fait qu'elle ait été préparée et exécutée sous les yeux mêmes des Russes, confèrent à Shamyl le statut de quelque chose de plus que un chef de guérilla, même de la plus haute classe.

L'action suivante de la Russie fut une attaque audacieuse de dix mille hommes contre <Shamyl’s new capital of Dargo. The commander, General Vorontsov, drove through Chechenya and Central Daghestan, encountering little resistance, and finding that Shamyl had burnt the aouls rather than allow them to fall into his hands. Confident, and contemptuous of the Asiatic rabble, he decided to lunge through the final ten miles of forest that separated him from Dargo and Shamyl’s warriors. But when the Russians arrived, again to find that Shamyl had fired the aoul, and turned to retrace their steps, disaster overtook them. Shamyl had watched their advance through his telescope, and calmly directed his Murids to take up positions from which to ambush and harry the Russians. Fighting alongside the Muslims were six hundred Russian and Polish deserters, who dismayed the Russian troopers by singing old army songs at night, their mocking voices rising eerily from the hidden depths of the forest.

Shamyl avait placé quatre canons légèrement au-dessus de l'aoul dévasté, et les Russes les ont chargés et les ont pris sans difficulté. Mais leur chemin du retour passait par des champs de maïs qui cachaient des dizaines de Mourides, qui se sont levés pour tirer, se cachant à nouveau avant que les Russes hébétés ne puissent riposter. Cent quatre-vingt-sept hommes moururent avant que les restes de cette colonne ne rejoignent l'armée principale. Même le coup de baïonnette des prisonniers tchétchènes n'a pas pu remonter le moral des Russes après ce présage d'un désastre imminent.

Les Russes ont maintenant commencé à battre en retraite à travers la forêt. Mais les bois étaient maintenant vivants avec des ennemis invisibles. Des barricades glissantes leur barraient la route et les forçaient à quitter les chemins, se frayant un chemin vers des embuscades et une confusion sanglante. Des centaines de Russes sont morts, dont deux généraux. De fortes pluies ont transformé les chemins en boue et rendu les fusils inutiles, de sorte que parfois les deux camps se sont battus en silence avec des pierres et à mains nues. Pour échapper aux tireurs d'élite invisibles, le Vorontsov terrifié lui-même a insisté pour être transporté à l'intérieur d'une boîte en fer sur les épaules d'un colonel. Ainsi pris au piège, avec plus de deux mille blessés et avec seulement soixante balles restantes chacun, les Russes désespérés envoyèrent des messagers au général Freitag à Grozny, implorant des renforts.

À ce moment crucial, l'imam Shamyl a appris que sa femme Fatima était en train de mourir. Il donna immédiatement l'ordre de continuer la bataille et partit pour le voyage d'une journée jusqu'à l'aoul où elle reposait. Après l'avoir tenue dans ses bras alors qu'elle mourait, il revint à cheval pour découvrir, à sa grande détresse, que ses hommes lui avaient désobéi. Fondant à la vue des troupes Freitags, ils avaient permis à la colonne Vorontsov de sortir de la forêt en boitant sans autre perte. Shamyl bouillait de fureur, et il a férocement dénoncé ceux qui avaient fait preuve de pusillanimité au lieu de remporter la victoire. Mais la Russie avait payé cher, car le sol forestier de Dargo s'enroulait autour des corps de trois généraux, de deux cents officiers et de près de quatre mille fantassins. Aujourd'hui encore, les soldats russes se souviennent de la catastrophe de Dargo dans une chanson sombre : Dans la chaleur de midi, dans la vallée du Daghestan, Avec une balle dans le cœur, je mens...

Pendant encore dix ans, les drapeaux de Shamyl ont flotté sur la Tchétchénie et le Daghestan, proclamant ce que les Caucasiens appellent encore le temps de la charia. Le tsar, furieux dans son vaste palais de Saint-Pétersbourg, recevait message sur message courtois de ses généraux louant leurs propres victoires ; pourtant Shamyl régnait toujours. Vorontsov, Neidhardt et d'autres furent rappelés et moururent dans une obscurité dorée. Mais en 1851, le commandement est confié à un homme plus jeune, le général Beriatinsky, le Diable de Moscovie qui va changer à jamais le cours de la guerre.

Le nouveau commandant russe connaissait son ennemi et adapta ses techniques en conséquence. Il savait que les Tchétchènes n'aimaient pas aller au combat s'ils n'avaient pas accompli leur devoir. wudu-ablutions, il fit donc construire de grands barrages pour couper l'approvisionnement en eau de ses adversaires. Il a adopté une politique consistant à soudoyer les villages pour qu'ils acceptent l'autorité russe et a retardé indéfiniment le processus d'asservissement. Il a mis fin à l'ancienne politique de massacre informel des femmes et des enfants lors de la capture des aouls. Mais son innovation la plus significative a été sa longue et lente campagne contre les forêts. Comme les Américains au Vietnam et les Français en Algérie, il comprit que son ennemi ne pouvait être vaincu qu'en terrain découvert. Il délégua ainsi cent mille hommes pour abattre les grands hêtres de la région. Certains étaient si vastes que les haches étaient inadéquates et des explosifs ont dû être utilisés à la place. Mais lentement, les forêts de Tchétchénie et du Daghestan ont disparu ; tandis que Shamyl, observant depuis les hauteurs, ne pouvait rien faire pour les ramener.

En 1858, la dernière grande bataille éclate. Le peuple ingouche, chassé de ses aouls par les Russes dans des camps autour de la ville de garnison de Nazran, se révolte et appelle Shamyl à l'aide. Il est descendu des montagnes avec ses moudjahidines, mais a subi une défaite paralysante sous le canon d'une colonne de secours envoyée pour soutenir la garnison assiégée. Lorsqu'il est retourné dans les montagnes, il a constaté que le soutien de son peuple commençait à fondre. Des aouls entiers passèrent aux Russes plutôt que de se soumettre au siège et à la destruction inévitable. Même certains de ses lieutenants les plus fidèles l'ont abandonné et ont guidé les troupes russes pour attaquer ses quelques redoutes restantes.

En juin 1859, Shamyl se retire dans l'aoul le plus inaccessible de tous : Gounib. Ici, avec trois cents mourides dévoués, il a décidé de faire un dernier combat. Les Russes ont été repoussés à maintes reprises; mais finalement, après avoir longuement prié, et ému par la menace de Beriatinsky de massacrer toute sa famille s'il n'était pas capturé vivant, il accepta de déposer les armes.
Ainsi s'acheva le temps de la charia dans le Caucase. L'imam a été transporté vers le nord pour rencontrer le tsar, puis banni dans une petite ville près de Moscou. Il y habita, avec une famille et des relations de moins en moins nombreuses, jusqu'en 1869, date à laquelle le tsar l'autorisa à partir et à vivre en retraite dans les villes saintes. Son dernier voyage, à travers la Turquie et le Moyen-Orient, a été tumultueux, alors que de vastes foules se sont rassemblées pour acclamer l'imam dont le nom était devenu une légende à travers les terres d'islam.

Son fils Ghazi Muhammad, libéré de captivité russe en 1871, voyagea pour le rencontrer à La Mecque. Il est arrivé, cependant, lorsque l'Imam était parti en visite à Médine. Alors qu'il se promenait autour de la Sainte Kaba, un homme en lambeaux au turban vert s'est approché et a soudainement crié : « Ô croyants, priez maintenant pour la grande âme de l'Imam Shamyl !

C'était vrai : ce même jour, Shamyl, murmurant « Allah ! Allah ! », était passé à la vie éternelle au Paradis. Il a été enterré, au milieu d'une grande foule et de beaucoup d'émotion, au cimetière de Baqi. Mais son nom vit toujours ; et aujourd'hui encore, dans les maisons de ses descendants à Istanbul et à Médine, dans des appartements dont les murs sont encore ornés des bannières délavées du noir, les mères chantent à leurs enfants des paroles dont on se souviendra tant que les musulmans vivront en Tchétchénie et au Daghestan :

O montagnes de Gounib,
Ô soldats de Shamyl,
La citadelle de Shamyl était pleine de guerriers,
Pourtant il est tombé, tombé pour toujours …
fr_FRFR