Sélectionner une page

Avez-vous trop adoré ?

UNE SOIRÉE AVEC MAWLANA SHAYKH NAZIM À DAMAS

Mawlana Shaykh nous a dit :

Le Prophète (s) a dit : Trois sont ceux dont la prière n'est pas acceptée, l'esclave en fuite, la femme qui meurt alors que son mari est en colère contre elle, et l'homme qui dirige la prière alors que ceux qu'il dirige ne l'aiment pas.

Pour cette raison, lorsque je visite quelque part et envoie quelqu'un pour diriger des prières que je vois que les gens n'aiment pas suivre, et qu'ils préfèrent que je dirige, je dois diriger Tarawih, donc je les dirige avec la plus grande rapidité.

Après que Tarawih Mawlana nous ait dit :

Ceux qui prient 8 rak`ats de Tarawih – est-ce que vingt de trop pour Allah ? Même vingt mille serait trop peu. "Je n'ai créé les djinns et l'humanité que pour m'adorer." (51:56)

Ils se disent après 8 rak`ats : Pas plus, ce serait trop. Ils deviennent — fatigués. Fatigué. Mais ils pouvaient passer des heures et des heures devant la télé sans se fatiguer.

Ils passent 23 heures de leur temps par jour pour leur nafs, leur ego, mais tout leur temps passé en prière le jour et la nuit peut totaliser une heure.

Ceux qui prient 8 rak`ats - leur moindre excuse est qu'ils sont paresseux. Et leur similitude est celle des Munafiqun dans le Saint Coran : "Et s'ils se lèvent pour prier, ils se lèvent paresseusement" (4:142). "Paresse et aversion" (9:54): et "quiconque imite un peuple, il est l'un d'eux" [hadith].

Comment osent-ils abandonner quinze siècles de Consensus de l'Umma sur vingt rak`ats et la Sunna du Prophète (s) qui a dit : « Vous devez suivre ma Sunna et la Sunna de mes califes bien guidés après moi » ? Ce hadith est-il sahih ou non ? [Ils ont répondu "Sahih!"]

Quand ils voient des gens prier vingt rak`ats ou passer plus de temps en prière, ils disent Bid`a mais ils n'ont aucune objection à ce qu'ils passent des heures et des heures à regarder la télévision, pour eux ce n'est pas une Bid`a !

Ils n'ont pas le droit de dire une chose pareille alors que le Prophète (s) nous a ordonné de rester avec la plus grande masse, le Sawad al-A`zam. Et le Sawad al-A`zam prie vingt rak`ats depuis 15 siècles. Comment osent-ils s'y opposer ? Je demande à Allah de les supprimer afin qu'ils n'atteignent pas l'année prochaine.

Sayyiduna `Ubaydullah Ahrar - Qaddas Allah Sirrah - a dit: "Celui qui se fatigue et s'arrête n'est pas des nôtres." Nous signifiant les voyageurs (al-salikun).

La marque de la paresse, c'est qu'ils se fatiguent. Cependant, nous continuons notre chemin vers notre Seigneur. Le serviteur doit toujours être en route vers son Seigneur. LA BUDD MIN AL-SULUK.

Allah a créé l'humanité de la meilleure façon, puis l'a ramenée à l'existence la plus basse - asfal as-safilin (95: 5). C'est cette existence mondaine. Il n'y a pas d'existence inférieure à ce monde, ce monde vil (al-dunya al-dani'a). Mais pour ceux qui croient et font de bonnes œuvres "falahum ajrun ghayru mamnun" - "ils auront une récompense infaillible" (95: 6), leur existence est douce. Mais ceux-là – ils ont préféré ce monde ignoble.

Un homme peut avoir des chambres remplies d'or, d'argent et de pierres précieuses. Ou des maisons. Ou des blocs. Ou une ville entière remplie d'eux, rien que pour lui. Quand il mourra, ses héritiers retireront ses bagues de ses mains la nuit même de sa mort. Si c'est une femme, on lui enlèvera ses bracelets, ses colliers, ses boucles d'oreilles. Ils ne peuvent rien avoir de tout ce qu'ils possédaient auparavant. Tout cela est pour les vivants. Les héritiers regretteront même de devoir jeter les draps dans lesquels il est mort. Ils s'en voudront mutuellement : « Pourquoi n'avez-vous pas appelé l'ambulance plus tôt pour l'emmener à l'hôpital quand vous avez vu les signes d'une mort imminente ? C'est dounya.

Aux États-Unis, ils m'ont mis dans un super hôtel. Quand j'ai demandé combien d'étoiles, ils ont dit : il n'y a pas assez d'étoiles pour cela, les étoiles sont pour vous. Si cinq pour vous, pour nous, cela pourrait être quinze. Pour nous, le nom suffit. Et je regardais les éboueurs et les porteurs qui entraient et sortaient de l'hôtel. Ils ont été bien accueillis, personne ne s'est opposé à leur entrée et à leur sortie. Alors j'ai pensé : si le propriétaire de cet immense hôtel mourait dans sa chambre du haut, que feraient-ils ? Le laisseraient-ils dedans ? Pas un seul instant. Il serait malvenu. Ils l'envelopperaient et le descendraient – par les ascenseurs ? Jamais. Pas même par les escaliers. Mais par l'escalier de secours. Et s'il n'y en avait pas, alors ils l'attacheraient avec une corde ou un drap et le hisseraient lentement par la fenêtre pour que personne ne puisse voir. Et si quelqu'un devait voir, il lui dirait : ce sont des pastèques. Batteekh.

Ils ne veulent pas qu'ils pensent que quelqu'un est mort là-bas, car ils pourraient dire : peut-être que nous mourrons là-bas aussi, alors ils partiront. Ils ne veulent pas détruire leurs plaisirs.

Souvenez-vous du destructeur de plaisirs, a dit le Prophète (s). Signifiant la mort.

Allah m'a montré les palais des sultans et des rois, il m'a placé près d'eux et m'a permis de voir leurs modes de vie. Mais, al-Hamdu lillah, mon cœur ne s'est jamais incliné à cela un seul instant. Tout ce que j'ai ressenti, c'est que la plupart d'entre eux étaient inutiles.

Puisse Allah ôter de nos cœurs l'amour de la dounya et nous faire aspirer aux richesses et à la magnificence d'Akhira.

ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH `AZIZ ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH KARIM ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH SUBHAN ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH ALLAH SULTAN ALLAH

Ô Allah, nous aspirons à ton sultanat. Demandez Son Sultanat sans fin car Il est le Sultan Sarmadi – éternel.

Bi Hurmatil-Habib, bi Hurmatil-Fatiha.

fr_FRFR